top of page

Distance In Honour -- The Drawback of Dignity

Updated: Feb 21

A lovely location next to the sea

(French Translation by Mr. Roland Leblanc. English Version, below)


La distance dans l'honneur : l'inconvénient de la dignité Tout au long de ma vie, j'ai été grandement respecté pour mon travail et le rôle que je me suis donné, mais j'ai rarement connu l'amour en dehors de ma famille. Je ne suis pas un être social et toutes les femmes qui ont fait partie de ma vie sont désormais parties, à l'exception de quelques-unes. Certaines m’ont plu, d’autres n’étaient que des amies, mais à la fin, elles m’ont toutes abandonné à cause de qui je suis. Ceux qui choisissent la voie de la philosophie doivent tenir compte de la possibilité que, comme moi, ils soient plus respectés qu’aimés. Il y a une raison pour laquelle on se sent seul au sommet, et en général, la philosophie est souvent une quête solitaire. Dans le respect, il y a l'admiration, mais il y a aussi la distance, car l'absence est utilisée, intentionnellement ou non, pour accroître l'honneur. Le respect concerne ce que vous accomplissez, tandis que l'amour concerne ce que vous êtes. L'honneur est une question d'accomplissement, tandis que l'amour est une question existentielle. C'est pourquoi le respect et l'amour ne sont pas toujours la même chose, et ils peuvent coexister (de la même manière que dans le cas contraire, comme dans l'exemple de toujours vous aimer, mais de ne pas respecter vos limites).

Comme je l'ai déjà écrit, il y a le rôle du sage dans les histoires conventionnelles ; celui qui est sage et conseille les héros. Beaucoup respectent peut-être Gandalf ou Yoda, mais combien d’entre vous peuvent dire que vous les aimez autant que vous aimez les héros ? Même moi, je dois admettre que, lorsque j'avais un professeur de méditation, je l'ai respecté énormément, comme je le fais maintenant. Mais je n’éprouvais pas autant d’amour pour lui que de respect. Ce n’était pas parce que je le détestais ou que j’étais jaloux de lui, mais parce que je recherchais sa connaissance, pas sa présence. Ce n’était en quelque sorte rien de plus qu’un accord, et dans les relations d'affaires, il faut du respect. Avez-vous remarqué que l'utilisation de noms honorifiques tels que M. et Mme peut vous donner un sentiment de dignité ? En même temps, ils créent également une distance entre vous et les autres. En effet, le côté formel crée la distance de la dignité, tandis que l'informalité encourage une communication ouverte et plus conviviale. Et c’est pourquoi je suppose que beaucoup d’entre vous qui me lisent constamment sont ceux qui pourraient me respecter. Mais pour être tout à fait sincère, combien d’entre vous m’aiment vraiment, comme vous aimeriez un ami, un partenaire, etc. ? Vous recherchez ce que j’ai à offrir non pas à cause de qui je suis, mais parce que ce que j’offre est plus important pour vous que moi-même, comme il se doit. Ce n’est pas nécessairement égoïste de votre part ; c'est simplement pour montrer que si vous me respectez, vous le faites en raison de la fonction que je remplis et non parce que je suis un être humain. Si je n'avais pas réussi à vous donner les informations que vous recherchez, je n'aurais pas été à la hauteur pour vous. Telle est la conditionnalité dans les affaires et dans la philosophie en général. Une grande partie de qui nous sommes n’a pas d’importance par rapport à ce que nous sommes ici pour donner ; dans ce cas, c'est le contenu. L’amour, qui n’est pas nécessairement romantique, concerne la personne ou l’objet. C'est une combinaison de joie, de passion et d'admiration pour qui la personne est. Toutes les formes d’amour n’impliquent pas le respect. Une victime de maltraitance peut aimer celui qui la maltraite, même si celui-ci ne respecte pas ses droits à la sécurité et à la santé. Certains amants sont violents, tandis que d’autres sont manipulateurs (comme les vampires d'énergie). L’amour et l’honneur combinés sont destinés à ceux qui s’apprécient les uns les autres, tout en les considérant et les appréciant. Lorsque vous achetez une pomme dans un dépanneur ou que vous écoutez un musicien sur Internet, vous n'aimez sûrement pas nécessairement le vendeur ou l'artiste, mais vous respectez les services qu'ils vous rendent, n'est-ce pas ? Il en va de même pour le philosophe, car les philosophes sont eux aussi des donneurs de services, à condition qu'ils soient rendus publics et qu'ils ne se cachent pas dans l'ombre. Les fournisseurs de services sont nuls sans leurs services, sous-estimés ou surestimés. La pertinence se prouve par le service rendu. C'est comme ça que je prouve systématiquement qu'une certaine personne a tort Je ne vous demande pas de m’aimer, même si je suis en grande partie une personne solitaire et sans amour. La dernière fois que je suis allé à une fête, c'était il y a environ 13 ans (en 2023), soit environ la moitié de mon âge actuel. J'ai rarement connu le véritable amour ni la véritable amitié. En tant que tel, à moins de trouver le véritable amour, je ne vis que pour le travail. En regardant certaines émissions sur Netflix, des émissions toutes simples, je suis surpris à plusieurs reprises de voir à quel point il est facile pour les personnages de se lier d'amitié et de vivre une vie bien remplie, alors que j'avais du mal à y parvenir, avant l'époque où je est devenu beaucoup plus ascétique. Durant les périodes où j'avais une vie sociale (dans mon enfance), je n'étais jamais au centre ; J’étais toujours mis de côté, un minus et comme étant de trop. Au-delà de ma propre famille, j'ai connu peu d'amour ; peu d'affection pour moi en tant qu'être humain. Je ne reçois du respect et de l’attention qu’en tant que personne qui rend un service très apprécié, en tant que philosophe. Je pense avoir de nombreux admirateurs, d'après les retours que j'ai reçus au fil des années, mais se sentir aimé... c'est une émotion que j'ai rarement ressentie, avant et après ma transition vers la philosophie. Ma recherche de la vraie satisfaction au-delà des joies communes de la vie moderne ne m'a débarrassé que de l'inutilité, mais pas du manque d'amour. Je me demande ce que ça fait d'être régulièrement aimé... aimé, malgré ma présence intimidante.

Mon ancien maître, qui m'a appris l'art de philosopher, se considère comme un homme ordinaire, même s'il ne l'est pas. Bien sûr, les philosophes peuvent expérimenter l’amour mutuel, se marier, fonder une famille, etc. Mais contrairement à lui, j'ai un héritage à créer et à préserver, et à part le café, c'est la seule chose qui me fait me sentir vivant. Être philosophe comporte sa propre part de risque social, et donc mon existence même est techniquement un risque social.


Je suppose que c'est la différence entre moi et lui. Il recherche l'ombre, la simplicité de l'homme ordinaire, tandis que je recherche l'exposition et la renommée comme moyen de contribuer au monde. Il ne se soucie pas de savoir s'il contribue au monde, car c'est un homme qui cherche l'anonymat. S'il avait eu les choses que je possède, il ne serait pas prêt à admettre leur existence et les garderait secrètes.


Voyez-vous maintenant comment l’honneur peut remplacer l’amour ? Si vous êtes trop honnête avec vous-même, vous risquez de mettre les gens mal à l’aise et de les faire fuir. La liberté contemporaine permet aux autres de vous condamner pour votre honnêteté, car cette liberté n’est pas complètement honnête avec elle-même. J'ai moi-même fait l'expérience de cette hypocrisie. Cependant, tout l’intérêt de philosopher réside dans le fait d’être honnête, avec soi-même et avec les autres. Il s’agit de partager des idées et des faits, même s’ils sont dérangeants.

C'est comme ça que j'ai chassé Tiffany (faux nom) pour toujours. J'étais tout simplement trop honnête avec elle sur tout. La pleine honnêteté n’est pas une chose à laquelle beaucoup de gens sont mentalement préparés. Ce n'est pas nécessairement parce qu'ils sont plus simples que vous, mais parce que recevoir l'honnêteté nécessite de la tolérance et la capacité d'accepter la réalité. Malheureusement, ce n’est pas quelque chose que tout le monde possède.


La fonction n'est pas la même chose que l'être qui la remplit, et ceux dont la fonction est indésirable ne seront ni respectés ni aimés. Beaucoup d’entre nous agissent sur une base conditionnelle et c’est l’une des choses qui m’ont lentement fait mourir intérieurement.


Il s'agit d'une relation professionnelle entre vous et moi : vous consommez mes apports, et je profite de votre consommation. Il n’y a rien de mal à cela, mais plus on est respecté, plus cette relation peut devenir sans amour. Ce n’est pas à cause de la haine, mais à cause de la distance créée par l’honneur.


C’est pourquoi, en tant que philosophe, j’ai de nombreux lecteurs, mais très peu d’amis. L'amitié nécessite un certain degré d'amour, le désir d'être ensemble au point de se considérer comme plus que de simples étrangers ou passants. Les lecteurs, comme les adeptes des réseaux sociaux, peuvent venir comme ils le souhaitent sans trop d’attachement émotionnel.


Voici quelque chose que vous pouvez apprendre : même si vous êtes très respecté en tant que philosophe, vous devrez peut-être aussi faire face à l'isolement créé par ce respect. Après tout, celui qui respecte une personne respecte aussi la distance qu’elle peut créer entre eux.


L'honneur, en fin de compte, est la reconnaissance de quelqu'un ou de quelque chose comme ayant une valeur plus distincte et plus estimée que d'autres choses ou êtres, même si elle est complètement subjective. Cette valeur ne doit pas nécessairement être sociale ou romantique ; cela peut aussi être hostile, comme le respect d’un ennemi, car cela peut vous aider à ne pas le sous-estimer. De même, cela peut aussi être du respect pour ceux que vous appréciez comme étant plus qu’ordinaires. C'est la différence entre le respect fondamental et le respect distinctif.


Peut-être que s'il y avait une vie après la mort ou la réincarnation, je pourrais peut-être me débarrasser du fardeau ennuyeux de la solitude et ressentir, une fois de plus, ce que c'est que d'être aimé comme le font les gens « normaux ».


Je suppose que c'est ce que voulait dire Aristote lorsqu'il disait que le plaisir de la solitude appartient soit à la bête, soit au divin. Ces deux entités peuvent être prises métaphoriquement. L’un est un paria de la civilisation, tandis que l’autre est une entité très appréciée.


****************************************

(English, original)



Throughout my life, I have been greatly respected for my craft and the role I have given myself, but I have rarely experienced love outside of my family. I am not a social being, and all the women who have been in my life are now gone, except for a select few. Some I have liked, some were only friends, but in the end, they have all abandoned me because of who I am. Those who choose the path of philosophy must take into account the possibility that, like me, they may be more respected than they will be loved. It is lonely at the top for a reason, and in general, philosophy is often a solitary pursuit.


In respect, there is admiration, but there is also distance, as absence is used, intentionally or not, to increase honor. Respect is for what you achieve, while love is for who you are. Honor is about accomplishment, while love is about e xistence. This is why respect and love are not always the same thing, and they can coexist (the same as they do not, as in the example of still loving you, but not respecting your boundaries).


As I have written before, there is the role of the sage in conventional stories; the one who is wise and counsels the heroes. Many may respect Gandalf or Yoda, but how many of you can say that you love them as much as you love the heroes? Even I must admit that, when I used to have a meditation teacher, I highly respect him, as I do now. But I did not feel much love for him as much as I felt respect. It was not because I hated him or was jealous of him, but because I was seeking his knowledge, not his presence.

It was in a way, nothing more than a deal, and in business relationhips there must be respect. Have you noticed that the usage of honorfics such as Mr. and Mrs. can make you feel dignified? At they same time they also create a distance between you and others. That's because formality creates a dignified distance, while informality encourages open and more-friendly communication.


And that is why I assume that many of you who read me constantly are those who might respect me. But to be completely sincere, how many of you truly love me, like you would love a friend, a partner, and so on? You seek what I have to offer not because of who I am, but because what I offer is more important to you than myself, as it should.


This is not necessarily egotistical of you; this is simply to show that, if you respect me, you do so because of the function I fulfill and not because I am a human being. Had I failed giving you the insights you seek, I would've been irrelevant to you. Such is the conditionality in business, and in philosophy in general. Much of who we are is irrelevant compared to what we are here to give; in this case it's content.


Love, which is not necessarily romantic, is all about the person or object. It is a combination of joy, passion, and admiration for who the person is. Not every form of love involves respect. A victim of abuse may love the one abusing them, even if the abuser doesn't respect their rights to security and health. Some lovers are violent, while others are manipulative (like energy vampires). Love and honor combined is for those who appreciate one another, while also being considerate of and appreciative of them.


When you buy an apple at a convenience store, or listen to a musician on the internet, surely you don't necessarily love the clerk or the artist, but you do respect the services they provide, don't you? The very same is true for the philosopher, because philosophers too are service providers, as long as they go public and do not hide in the shadows. Service providers are zilch without their services, underrated or overrated. Relevancy is proven through servitude. It's how I prove a certain person wrong consistently


I do not ask of you to love me, even though I am largely a loveless, solitary person. The last time I went to a party was about 13 years ago (Per 2023's revamp), which is around half of my current age. I rarely knew true love nor true friendship. As such, unless I am to find true love, I only live for work.


As I watch certain shows on Netflix, shows that are simplistic in nature, I am repeatedly surprised at how easy it is for the characters to make friends with one another and live a full life, while I struggled doing so, before the times where I became much more of an ascetic. During the times I had a social life (at childhood), I was never in the center; I was always on the side, a minor, extra component. Beyond my own family, I have known little love; little affection for me as a human being. I only get respect and care as someone who provides a highly appreciated service, as a philosopher.


I think I have many admirers, based on the feedback I received over the years, but to feel loved... that is an emotion I have rarely felt, before and after I turned into philosophy. My search for true satisfaction beyond the common joys of modern life did rid me only of worthlessness, but not of lovelessness. I wonder how it feels, to be regularly loved... loved, despite my intimidating presence.


My former master, who taught me the art of philosophizing, sees himself as a common man, even though he is not. Of course, philosophers can experience mutual love, marry, have families, and so on. But unlike him, I have a legacy to make and preserve, and other than coffee it's the only thing that makes me feel alive. Being a philosopher has its own share of social risk, and thus my very existence is technically a social risk.


I guess that's the difference between me and him. He seeks the shadows, the simplicity of the common man, while I seek exposure and renown as a means of contributing to the world. He cares not if he contributes to the world, for he is a man of anonymity. Should he have had the things I have, he wouldn't be prepared to admit their existence, and would instead keep them a secret.


Do you see now how honor can replace love? If you are too honest about yourself, you may make people uncomfortable and drive them away. Contemporary liberty enables others to condemn you for your honesty as said liberty is not completely honest with itself. I have experienced this hypocrisy myself. However, the entire point of philosophizing is allowed by being honest, with yourself and with others. It is about sharing insights and facts, even if they are disturbing.


That's how I drove Tiffany (false name) away forever. I was just too honest with her about everything. Full honesty is not something that many people are mentally prepared for. It's not necessarily because they are simpler than you, but because receiving honesty requires tolerance, and the ability to accept reality. Unfortunately, this isn't something all people have.


The function is not the same as the being who serves it, and those whose function is undesirable will not be respected or loved. Many of us act on conditional basis and it's one of the things that slowly made me dead inside.


This is a professional relationship between you and me: you consume my contributions, and I benefit from your consumption. There is nothing wrong with that, but the more respected one is, the more loveless this relationship can become. This is not because of hate, but because of the distance created by honor.


Therefore, as a philosopher, I have many readers, but very few friends. Friendship requires some degree of love, the desire to be with each other to the point of seeing each other as more than just strangers or passersby. Readers, like social media followers, can come as they can go without much emotional attachment.


Here is something you can learn: even if you are very respected as a philosopher, you may also have to deal with the isolation created by this respect. After all, those who respect a person also respect the distance that person may create between them.


Honor, ultimately, is the recognition of someone or something as having a more distinct, esteemed value than other things or beings, even if completely subjective. This value does not have to be social or romantic; it can also be hostile, like respect for an enemy, as that can help you not underestimate them. Likewise, it can also be respect for those whom you appreciate as being more than ordinary. This is the difference between basic respect and distinctive respect.


Perhaps, if there is life after death or reincarnation, I might be able to get rid of the annoying liability of loneliness and feel, once again, what it is like to be loved like "normal" people do.

I guess that's what Aristotle meant when he said that the delight of solitude is for either a beast or a god. These two entities can be taken metaphorically. One is an outcast of civilization, while the other is a highly appreciated entity.

93 views0 comments

Commentaires


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page