top of page

The Social Risk of Being a Philosopher -- Be Prepared

Updated: May 15



A man guessing at something/someone.

(French translation by Mr. Roland Leblanc, below)


Ms. Tamara Moskal's Synopsis

A good philosopher shares fearless insights in public with the risk of being ridiculed and rejected. You shouldn't feel intimidated by more sensitive people, triggered by your thoughts. Some might incorrectly interpret a disagreement with you as an attack, and people with PTSD are likelier to feel threatened.
A good philosopher must risk social exclusion or hatred due to their insights. Refrain from compromising to please others if your ideas are controversial. The focus of philosophy is the search for truth, not fame or social status.
You might become a social reject and consider living in solitude. However, you should not be afraid to share your thoughts widely, interact with others, and contribute to humanity. Therefore, a good philosopher can't be oversensitive and must be prepared to get hurt. You might be unable to change the world, but you can still leave a mark on it.
The author doesn't expect anybody to agree with him but asks for respectful feedback as his work doesn't purposely harm anybody or violate any rules.

**************************


Being a philosopher takes a greater risk than one might realize. To be a good philosopher, you must not be afraid to sound your thoughts publicly, and you must also be prepared for the consequences of sounding your thoughts and beliefs. Not everyone is going to like you, specifically due to your conclusions and insights, and at times you might not be liked at all, and even be hated by others. Due to their personal reasons, some people are going to get triggered by your thoughts as well.


Nonetheless, you must not let these consequences stop you, for you have the right to express yourself and sound your voice even if your voice will not be liked or widely accepted. As long as you have the right to express yourself, you shouldn't fear using this right at all. The existence of the more-sensitive shouldn't intimidate you, either. At times your philosophy might even be controversial or radical in the eyes of others, but in the name of contributing to the world's knowledge, you must not give up just because you'll be mocked, laughed at, or ridiculed.


Not everyone is okay with disagreeing, and not everyone will tolerate your thoughts. Some will even be triggered and take offense, whether or not the offense was given or even intended in the first place. That's because disagreement may be seen by many as a threat because our brains may take the impression of a disagreement as an "attack".


Some people will be mad at you for having different priorities and might even actively be trying to dispose or reject you from a social circle, as your constant disagreement may be seen as an attack even though it really isn't... In general, people with PTSD may already rarely, if ever, feel safe. In October 2021, the world-scale prevalence of PTSD in the world population is 3.9%. This means that at least 200-400 million people are likelier to feel threathened by even the smallest of things.


(As someone who suffers from trauma myself, I use logic to look beyond my irrational feelings, and thus I am not as intimidated as other people who would suffer from my conditions).


Therefore, in order to be a good and effective philosopher, you must take the Social Risk, even if that risk might unintentionally harm others, due to past, personal events unrelated to yourself. It's their own responsibility to face them, not yours. A site called Lawinsider.com defines "Social Risk" as: "Factors and circumstances leading to social exclusion of persons or putting persons at risk of social exclusion"


In other words, a good philosopher is best to be prepared for rejection by anyone due to their own insights. That's because philosophy isn't about fun or about respect or about being accepted (as was the case with Diogenes). It is about trying to find and research the truth. If you're not a private person, it is also about sharing what you believe to be the truth, and suffer the consequences.


Be prepared to be disliked, hated and even despised, even in a democratic country or community. Don't expect your ideas to be accepted by anyone, and you will be the least disappointed among many. The more you're prepared for any type of reception, the less hurt you might get as a result.


You must not change your ideas just because they're not accepted or controversial. Philosophy doesn't work that way, as it doesn't submit to conformity just because others think otherwise. A general controversy is insufficient for that because a good philosopher doesn't compromise to please others. Instead, a good philosopher would alter their philosophy only because it's illogical/incorrect. We philosophers do not act according to the ad-populum fallacy. In other words, the truth isn't a product of a popularity contest. Popularity may apply in democratic elections, but the support of many does not preserve or alter reality alone.


Likewise, I don't expect anyone to think like me, agree with me, nor be nice to me due to my thoughts. Other than respectful feedback I don't demand much of you. I can't control other's reactions in general, and whenever I write something, like an article, I never know how it will result upon reception. However, I still publish articles and post consistently, despite not knowing how they will be received by those who read them. With every piece I publish I risk how others will look at me currently.


Some readers will stay, some readers will leave. Some will believe they have the authority to tell me what to do and how to behave, even though I am a free citizen, and this website is mine, and can act as I please as long as I don't break any law.



A good philosopher will not expect to be liked and won't necessarily think they deserve respect for being philosophers. They will look at others, who might receive much more support and adoration than they do, and move on with their life and work.


The point of philosophy isn't to make a philosopher famous or popular, but simply to reach possible truths, using contemplation and other means such as research. This field isn't at all about social status, and due to its inconsideration to social norms, some people might see some philosophers as offensive, audacious, aggressive and so on.


Don't be intimidated when someone is angry at you for thinking otherwise. It's their right to react however they like to your content, and if you want, you can block them if they harass you as a result. Just consider the possibility of becoming a social reject, as a result of your work. And still, fear is your enemy, it's something that can prevent you from sounding your voice and publishing your work, and in general, make you give up on activities that can bring much good and benefit to this world, even after your death (hence the importance of heritage).


In some cases, you might consider getting used to solitude when being a philosopher, just like I did. You should at least consider the social risks that come with being a philosopher, and I'm talking not about the role itself, but the way your specific work would make others react to it and to you (for example, you might be regarded as arrogant, for the stereotype alone).


Even if you're nice, even if you're polite and kind, some people can still react to you in a way that is beyond your control, whether or not you're an autist like I am. This isn't whining but just how life is when being very vocal about your opinions and thoughts. The fact that you sound your thoughts also entails that others may comment on them. This is why those who want to be philosophers, should reconsider, if they are not prepared enough to be hurt by others. No, not physically necessarily, but emotionally and mentally. Philosophership isn't for those who are overly-sensitive.


The more cowardly you are, the less exposure your thoughts might get. Therefore, even if you're a solitary person, you should consider compromising some of your solitude if you want to extend your sphere of influence and contribute far more to humanity. It also means talking or writing to strangers whom you don't know and who can hurt you in the ways I just mentioned.


Your fears are in the way.


You yourself, a truth seeker, have responsibilities of your own as a good philosopher: You should accept criticism professionally and allow some kind of feedback receiving. That's because your critics could be truer than you are, and as a result, you can use their feedback to be a better philosopher. It's your right, of course, to tell people what kind of comments you want, but don't expect the world to entirely submit to your will. The world doesn't work that way, and some people would gladly "eat you alive" if there's something you wrote that they didn't like.


Remember that in public, there may be psychopaths and sociopaths without you even knowing you're talking with ones. ASPD is more multi-faceted than one might think. Do not expect strangers to give you empathy.



Finally, philosophy is like politics in a sense that it's very difficult to find complete agreement with anything. Be prepared for people to be angry at you for thinking differently than they do. You can't necessarily change the world, but you can still be brave enough to leave a mark on it, to leave your voice.


An extra note: I've been philosophizing since I was 18, in 2015, when I published my first book. I received positive feedback as I received negative feedback throughout the years. Nonetheless, I refuse none to get in my way, when my philosophizing does not purposefully nor voluntarily, harm anyone, in any way.


I believe that no one can stop me as long as my work is legitimate and does not violate any rules. And as I said before, I don't expect any one to think like me, and I never claimed that I "know everything". Omniscience is a ridiculous notion when applied to reality (to a human being, at least).


Thank you for your reading time.



Mr. Nathan Lasher's Review


At what point do philosophers go from social rejection to social acceptance? Look at all the great philosophers throughout history. Were they socially rejected when they were alive? Does this mean the issue is with philosophers being ahead  of their time? [It could mean that] what they have to say will only be important in the future. 
There is a certain danger in philosophy which comes from people’s political stances. If you have any idea which contradicts what their party believes then all your content will be looked at the same way. [Philosophers] should consider writing a piece on politics. I think [Mr. Tomasio's article] goes back to political philosophy. That area is fascinating. That and the area of philosophy which deals with knowledge and how to best gain it.

******************************


(Mr. Roland Leblanc's translation, here)


Le risque social d'être un philosophe - Soyez-en conscient!


Synopsis de Mme Tamara Moskal


'' Un bon philosophe partage en public ses idées sans peur, au risque d’être ridiculisé et rejeté. Vous ne devriez pas vous sentir intimidés par des personnes plus sensibles, qui sont bouleversées par vos pensées. Certains pourraient interpréter à tort un désaccord avec vous comme s'il étaient attaqués, et les personnes atteintes du SSPT (syndrome de stress post-traumatique) sont plus susceptibles de se sentir menacées.



Un bon philosophe doit risquer l’exclusion sociale ou la haine en raison de ses idées. Évitez de faire des compromis pour plaire aux autres même si vos idées sont controversées. La philosophie est axée sur la recherche de la vérité, et non sur la gloire ou le statut social.


Vous pourriez devenir un rejeté socialement et envisager de vivre dans la solitude. Cependant, vous ne devriez pas avoir peur de partager largement vos pensées, d’interagir avec les autres et de contribuer à l’humanité. Par conséquent, un bon philosophe ne peut pas être trop sensible et doit être prêt à être blessé. Vous ne pourrez peut-être pas changer le monde, mais vous pouvez toujours y laisser votre empreinte.


L'auteur ne s'attend pas à ce que quiconque soit d'accord avec lui, mais demande que les commentaires soient  respectueux car son travail ne nuit délibérément à personne et ne viole aucune lois.''


**************************


Être philosophe peut encourir un plus grand risque qu’on pourrait le croire. Pour être un bon philosophe, vous ne devez pas avoir peur d’exprimer publiquement vos pensées, et vous devez également être préparé aux conséquences du fait d'émettre vos pensées et de vos croyances. Tout le monde ne vous appréciera pas, notamment en raison de vos conclusions et de vos idées, et parfois, vous pourriez ne pas être aimé du tout, voire même être détesté par certains. Pour des raisons personnelles, certaines personnes seront également bouleversées  par vos idées.


Néanmoins, vous ne devez pas laisser ces conséquences vous arrêter, car vous avez le droit de vous exprimer et de faire entendre votre voix même si votre voix ne sera pas appréciée ou largement acceptée. Tant que vous avez le droit de vous exprimer, vous ne devriez pas du tout craindre d’utiliser ce droit. L’existence des plus sensibles ne devrait pas non plus vous intimider. Parfois, votre philosophie peut même être controversée ou radicale aux yeux de quelques-uns, mais au nom de votre contribution à la connaissance à partager au monde, vous ne devez pas abandonner simplement parce qu'on aura ris de vous, qu'on se sera moqué de vous ou qu'on aura tenté de vous ridiculiser.


Tout le monde n’accepte pas d’être face au désaccord et tout le monde ne tolérera pas vos pensées. Certains seront même bouleversés et s’offusqueront, que l’offense ait été commise intentionnellement ou non au départ. En effet, beaucoup peuvent considérer un désaccord comme une menace, car notre cerveau peut voir un désaccord comme une « attaque ».


Certaines personnes vous en voudront parce que vous avez des priorités différentes et pourraient même essayer activement de vous éliminer ou de vous rejeter d'un cercle social, car votre désaccord constant peut être considéré comme une attaque même si ce n'est pas le cas... En général, les personnes atteintes du SSPT (syndrome de stress post-traumatique) peuvent déjà rarement, voire jamais, se sentir en sécurité. En octobre 2021, la prévalence mondiale du SSPT dans la population mondiale est de 3,9 %. Cela signifie qu’au moins 200 à 400 millions de personnes sont susceptibles de se sentir menacées, même par la plus petite des choses.


(En tant que personne souffrant moi-même d'un traumatisme, j'utilise la logique pour regarder au-delà de mes états émotifs irrationnels et je ne suis donc pas aussi intimidé que d'autres personnes qui souffriraient de la même  condition).


Par conséquent, pour être un philosophe bon et efficace, vous devez prendre le risque social, même si ce risque pourrait involontairement nuire à autrui, en raison d’événements personnels dans son passé qui soit  sans rapport avec vous-même. C'est leur propre responsabilité d'y faire face, pas la vôtre. Un site appelé Lawinsider.com définit le « risque social » comme : « Facteurs et circonstances conduisant à l'exclusion sociale de personnes ou mettant des personnes en danger d'exclusion sociale »


En d’autres termes, il est préférable pour un bon philosophe de se préparer au rejet de la part de quiconque en raison de ses propres idées. C'est parce que la philosophie n'est pas une question d'essayer de plaire, ni d'obtenir le  respect, ni d'être accepté (comme ce fut le cas avec Diogène). Il s’agit d’essayer de trouver et de rechercher la vérité. Si vous ne voulez pas garder pour vous vos idées et que vous voulez partager, il vous faut alors y aller avec ce qui est la vérité pour vous et accepter les conséquences.


Soyez prêt à être détesté, haï et même méprisé, même dans un pays et/ou une communauté démocratiques. Ne vous attendez pas à ce que vos idées soient acceptées par qui que ce soit, et vous serez le moins déçu parmi tant d’autres. Plus vous êtes préparé à tout type de réception, moins vous pourriez en souffrir.


Vous ne devez pas changer vos idées simplement parce qu’elles ne sont pas acceptées ou controversées. La philosophie ne fonctionne pas de cette façon, car elle ne se soumet pas au conformisme simplement parce que les autres pensent autrement. Une controverse générale ne suffit pas pour cela, car un bon philosophe ne fait aucun compromis pour plaire aux autres. Au lieu de cela, un bon philosophe modifierait sa philosophie uniquement parce qu'elle est illogique/incorrecte. Nous, philosophes, n’agissons pas selon le sophisme ad-populum. En d’autres termes, la vérité n’est pas le produit d’un concours de popularité. La popularité peut s'appliquer plus lors d'élections démocratiques, mais le soutien d’un grand nombre ne garantit ni ne modifie à lui seul la réalité.


De même, je ne m’attends pas à ce que quelqu’un pense comme moi, soit d’accord avec moi, ni qu’il soit gentil avec moi à cause de mes pensées. À part des commentaires respectueux, je n'exige pas grand-chose de votre part. Je ne peux pas contrôler les réactions des autres en général, et chaque fois que j'écris quelque chose, comme un article, je ne sais jamais quel sera le résultat par après. Cependant, je publie toujours des articles et des posts régulièrement, même si je ne sais pas comment ils seront reçus par ceux qui les liront. Avec chaque article que je publie, je prends le risque sur la façon dont les autres me regarderont à ce moment là.


Certains lecteurs resteront, d’autres partiront. Certains croiront qu'ils ont le pouvoir de me dire quoi faire et comment me comporter, même si je suis un citoyen libre, et que ce site Web m'appartient et que je peux agir à ma guise tant que je n'enfreins aucune loi.


Un bon philosophe ne s’attendra pas à être apprécié et ne pensera pas nécessairement qu’il mérite le respect en tant que philosophe. Ils regarderont les autres, qui pourraient recevoir beaucoup plus de soutien et de reconnaissance qu’eux, et poursuivront leur vie et leur travail.


Le but de la philosophie n'est pas de rendre un philosophe célèbre ou populaire, mais simplement d'atteindre à des vérités possibles, en utilisant la contemplation et d'autres moyens comme la recherche. Ce domaine ne concerne pas du tout le statut social, et en raison de son non-respect des normes sociales, certaines personnes pourraient considérer certains philosophes comme offensants, audacieux, agressifs, etc.


Ne soyez pas intimidé lorsque quelqu'un est en colère contre vous parce que vous pensez autrement. C'est leur droit de réagir comme bon leur semble à votre contenu, et si vous le souhaitez, vous pouvez les bloquer s'ils vous harcèlent. Considérez simplement la possibilité de devenir un rejeté social, à cause de votre travail. Et pourtant, la peur est votre ennemie, c'est quelque chose qui peut vous empêcher de faire entendre votre voix et de publier votre travail, et en général, vous faire abandonner des activités qui peuvent apporter beaucoup de bien et de bénéfices à ce monde, même après votre mort (d'où l'importance de laisser un patrimoine).


Dans certains cas, on pourrait envisager de s’habituer à la solitude lorsqu’on est philosophe, tout comme je l’ai fait. Vous devriez au moins considérer les risques sociaux liés au fait d'être philosophe, et je ne parle pas du rôle lui-même, mais de la façon dont votre travail spécifique ferait réagir les autres à votre égard (par exemple, vous pourriez être considéré comme arrogant, rien que pour le cliché).


Même si vous êtes gentil, même si vous êtes poli et bien intentionné, certaines personnes peuvent toujours réagir à votre égard d'une manière qui échappe à votre contrôle, que vous soyez autiste ou non comme je le suis. Il ne s’agit pas de pleurnicher ou de s'appitoyer sur son sort, mais simplement de s'attendre que la vie soit ainsi lorsqu’on exprime très clairement ses opinions et ses pensées. Le fait que vous exprimiez vos pensées implique également que d’autres puissent les commenter. C’est pourquoi ceux qui veulent devenir philosophes devraient reconsidérer leur décision s’ils ne sont pas suffisamment préparés à être potentiellement blessés par les autres. Non, pas nécessairement physiquement, mais émotionnellement et mentalement. La philosophie n’est pas pour ceux qui sont trop sensibles.


Plus vous êtes hésitant, moins vos pensées risquent d’être exprimées. Par conséquent, même si vous êtes une personne solitaire, vous devriez envisager de devoir sacrifier une partie de votre solitude si vous souhaitez étendre votre sphère d'influence et contribuer beaucoup plus à l'humanité. Cela signifie également parler ou écrire à des inconnus que vous ne connaissez pas et qui peuvent vous blesser de la manière que je viens de vous expliquer.


Vos peurs vous gênent.


Vous-même, en tant que chercheur de vérité, avez vos propres responsabilités en tant que bon philosophe : vous devez accepter les critiques de manière professionnelle et permettre une certaine forme de rétroaction. En effet, vos critiques pourraient être plus vraies que vous et, par conséquent, vous pouvez utiliser leurs commentaires pour devenir un meilleur philosophe. Bien sûr, vous avez le droit de dire aux gens le genre de commentaires que vous souhaitez, mais ne vous attendez pas à ce que le monde se soumette entièrement à votre volonté. Le monde ne fonctionne pas de cette façon, et certaines personnes seraient ravies de vous « manger vivant » si vous avez écrit quelque chose qu'elles n'aiment pas.


N'oubliez pas qu'en public, il peut y avoir des psychopathes et des sociopathes sans même que vous le sachiez. L’ASPD (Trouble de la personnalité antisociale) a plus de facettes qu’on pourrait le penser. Ne vous attendez pas à ce que des étrangers vous témoignent de l'empathie.


Enfin, la philosophie est comme la politique dans le sens où il est très difficile de trouver un accord complet sur quoi que ce soit. Préparez-vous à ce que les gens soient en colère contre vous parce que vous pensez différemment d'eux. On ne peut pas forcément changer le monde, mais on peut quand même avoir le courage d'y laisser une trace, d'y laisser sa voix.


Une note supplémentaire : je suis philosophe depuis l'âge de 18 ans, depuis 2015, lorsque j'ai publié mon premier livre. J'ai reçu des commentaires positifs tout comme des commentaires négatifs au fil des années. Néanmoins, je ne laisse pas les gens se mettre à travers mon chemin, lorsque ma philosophie ne nuit pas délibérément ni volontairement à qui que ce soit, de quelque manière que ce soit.


Je crois que personne ne peut m'arrêter tant que mon travail est légitime et ne viole aucune loi. Et comme je l'ai déjà dit, je ne m'attends pas à ce que quiconque pense comme moi, et je n'ai jamais prétendu que je « savais tout ». L'omniscience est une notion ridicule lorsqu'elle est appliquée à la réalité (en ce qui concerne l'être humain).



Merci pour votre temps de lecture.


L'avis de M. Nathan Lasher


'' À quel moment les philosophes passent-ils du rejet social à l’acceptation sociale ? Regardez tous les grands philosophes de l’histoire. Ont-ils été socialement rejetés de leur vivant ? Cela signifie-t-il que le problème vient du fait que les philosophes sont en avance sur leur temps ? [Cela pourrait signifier que] ce qu’ils ont à dire n’aura d’importance que dans le futur.


Il y a un certain danger en philosophie qui vient des positions politiques des gens. Si vous avez une idée qui contredit ce que croit leur parti, alors tout votre contenu sera examiné de cette même manière. [Les philosophes] devraient envisager d’écrire un article sur la politique. Je pense que [ L'article de M.Tomasio] parle de philosophie politique. Ce domaine est fascinant. Cela et le domaine de la philosophie qui traite de la connaissance et de la meilleure façon de l'acquérir.''




1,089 views0 comments

Comments


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

image.jpg
bottom of page