top of page

My Philosophy on the Freedom of Choice -- Why It's Fine Making Mistakes (In General)

Updated: Feb 14



A combatant covered in fabric.

(French translation by Mr. Roland Leblanc. English version, below).


Ma philosophie sur la liberté de choix – Pourquoi c'est bien de faire des erreurs (en général) "La liberté ne consiste pas à avoir le choix, mais à avoir la volonté de faire ces choix en premier lieu" - John Duran L’essence du libéralisme : respecter les choix individuels Dans une société libérale honnête, les individus respectent, ou du moins tolèrent, les choix faits par les autres, quelle que soit leur identité. Même s’ils peuvent protester et exprimer leurs contre-arguments, ils reconnaissent que tant que celui qui fait le choix a le droit d’agir de manière indépendante, son opinion ne lui confère pas le pouvoir d’intervenir dans des questions qui ne le concernent pas.

Cette distinction distingue l’essence d’une société libérale d’une société qui ne tient pas compte de la liberté individuelle. Une société véritablement libérale adhère au principe « vivre et laisser vivre », reconnaissant que même si le choix d’un individu semble insensé, illogique ou absurde, il reste sa prérogative. Le problème survient lorsque votre souci de cette autre personne chevauche son droit à sa liberté de choix, à la liberté d'être qui elle est ou veut bien être. Par conséquent, peu importe à quel point vous vous souciez de cette autre personne, lui permettre d’être elle-même est la façon dont fonctionne une société véritablement libérale. Et pour y parvenir, nous devons surmonter nos blocages internes qui nous empêchent de faire des choix courageux, ainsi que pour les autres personnes de faire de même. Tant que nous considérerons la sensibilité comme une vertu et non comme une faiblesse limitant la liberté, nous recommencerons à limiter les autres, ainsi que nous-mêmes, dans la possibilité de faire certains choix, tout cela parce que nous nous en soucions. Ainsi, la sollicitude peut être à la fois un handicap et un manque d'intérêt. Tout dépend de l'équilibre que nous possédons. Comment trop de soins entrave la liberté de choix Et en nous souciant trop, nous commençons à nous mêler du cheminement des autres, tout en agissant non pas conformément à la réalité qui existe au-delà de notre esprit, mais conformément à la réalité que nous voulons manifester. L'un des problèmes de la loi de l'attraction, d'ailleurs, est que certaines réalités ne peuvent pas se manifester logiquement, même si nous souhaitons qu'elles soient actualisées, que ce soit par la pensée ou par l'action. De la même manière, en vous mettant sur le chemin des autres, parce que vous n'aimez pas les choix qu'ils font... s'ils ne sont pas exactement de nature mauvaise ou malveillante, vous vous opposez essentiellement à leur droit d'exercer leur liberté de choix. Mais cette liberté ne vous appartient pas. C'est la leur. Et c'est une liberté, parce que c'est une liberté vis-à-vis de VOUS. Et tant que nous interviendrons là où il est illégitime de le faire, nous ne ferons que causer de la souffrance à nous-mêmes et aux autres. Et pour respecter les choix individuels, il est préférable d’être mentalement fort pour supporter la possibilité de permettre à ceux qui nous sont chers de faire les choix qu’ils souhaitent. La liberté repose sur le courage, sur la capacité d’agir malgré la peur. Lorsque nous créons et entretenons des générations de lâches, nous menaçons nos propres démocraties au nom de la sensibilité. Et je cite l’auteure américaine Carrie Jones : "Le secret du bonheur c'est la liberté, le secret de la liberté c'est le courage." Lorsque la sensibilité est normalisée et devient partie intégrante de la régulation du comportement (comme dans la culture PC; c'est à dire du politiquement correct), elle est également normalisée pour ne pas permettre aux autres de vivre et de les laisser vivre, ce qui est essentiel dans toute démocratie libérale. Et même si votre démocratie n’est pas exactement libérale – si aucune loi n’a été violée, si aucune promesse n’a été brisée et aucun accord n’a été rompu injustement – pourquoi devriez-vous vous mêler des choix des autres ? Et si vous êtes parent, par exemple ? Une fois que votre enfant devient adulte, vous avez beaucoup moins de contrôle légal sur lui. Ses choix lui appartiennent et, en tant que tels, il doit en être tenu responsable, pas vous. Ainsi, lorsque nous ne considérons pas l'hypersensibilité comme un problème, nous ne considérons pas non plus comme un problème de limiter les autres au nom de nos propres sensibilités. Mais comment pouvons-nous être heureux quand aucun des deux côtés n’est à l’abri de l’angoisse existentielle, c’est-à-dire de la peur de nos vulnérabilités ? Comment pouvons-nous être heureux, et donc plus libres, si nous craignons d’être blessés ? Être sensible signifie être plus vulnérable. Si nous craignons la douleur qui l’accompagne, nous craindrons la vie elle-même. Et si nous craindrons de vivre et de laisser les autres vivre selon leurs choix. Comment pouvez-vous offrir un espace sûr où les gens peuvent être eux-mêmes, si vous avez trop peur qu'ils exercent leurs libertés, quels que soient vos souhaits ? La sagesse après les erreurs : le chemin vers l'autodétermination (C'est à dire être maître de sa vie) Les erreurs, aussi graves soient-elles, ne nient pas le droit d'un individu à l'autodétermination, ni son droit de mener sa vie comme il l'entend. Le chemin vers une plus grande sagesse peut, en fait, être pavé de telles erreurs, à condition que l’individu en tire des leçons et prenne des mesures pour éviter de les répéter. Et qu’il choisisse ou non d’apprendre d’eux, c’est aussi sa propre prérogative ! En d’autres termes, la vraie liberté permet aux gens d’être aussi sages que stupides, à condition qu’aucune ingérence illégitime ne soit commise. Qu’est-ce qu’une « ingérence illégitime » ? C'est toute intervention dans la vie d'autres gens qui s'oppose aux exceptions suivantes : * Enfreindre la loi contre un pays qui aide ses citoyens (pour survivre, par exemple, vous pourriez vouloir voler de la nourriture alors que l'État ne vous fournira pas les moyens d'obtenir de la nourriture. Après tout, vous devez survivre comme tout le monde. Si quelqu'un que vous connaissez n'a pas réussi à trouver un emploi et ne peut pas acheter de nourriture, vous voudrez peut-être qu'il obtienne de la nourriture, même si c'est par le vol). * Le droit d'une personne adulte à l'autodétermination. Votre enfant ne vous est grandement subordonné que lorsqu'il n'est pas adulte. Une fois adulte, il a droit à tous les droits dont vous disposez et, en tant que tels, ils doivent être traités sur un pied d'égalité. En d’autres termes, votre fils ou votre fille adulte a droit aux mêmes opportunités que vous avez eues.

* Handicap mental sévère (par rapport à un handicap/handicap mental moins grave) N'hésitez pas à me faire savoir si vous avez d'autres critères d'ingérence illégitime. Je pourrais envisager de modifier l'article, et je peux également vous en donner le crédit, immortalisant ainsi votre nom sur Philosocom dans le cadre de mon plan de succession. Quoi qu'il en soit, cela ne me dérange pas de faire des erreurs si cela me permet de devenir plus sage par la suite. Je peux parfois faire des erreurs volontairement pour mieux en tirer des leçons. Je pense qu’il vaut peut-être mieux risquer de commettre des erreurs et potentiellement acquérir de la sagesse plutôt que d’éviter complètement les risques et de ne jamais acquérir de sagesse. Et parfois, il vaut mieux oser que ne rien faire. Et pour être libre, il faut oser. Il existe des exceptions à l'indépendance de chacun. Si une personne n’est pas adulte et est tenue par la loi de fréquenter l’école et/ou de faire son service militaire, elle n’a pas le libre choix en la matière. En effie, personne n'est au-dessus des lois; même si ces lois sont imparfaites!. En d’autres termes, si quelqu’un veut acheter de l’alcool et qu’il est adulte, il a parfaitement le droit de le faire, même s’il risque de devenir alcoolique. Ils en ont parfaitement le droit, car la liberté veut que chacun puisse commettre des erreurs, même s'il peut les regretter profondément, et même finir en prison. En résumé, les gens n'exercent pas toujours leur propre liberté de choix et ne permettent pas nécessairement aux autres de le faire également. Lorsque nous normalisons nos peurs et les ajoutons à notre comportement social, nous devenons faibles et limités, car nous avons peur de faire les choses que nous sommes autorisés à faire et interdisons aux autres de faire les choses qu'ils veulent faire. Comment pouvons-nous espérer exercer notre liberté de choix alors que nous normalisons la lâcheté et la peur d’être blessé émotionnellement ? Vive Philosocom.


**********************

(English, original)


"Freedom isn't about having the choices, but the will to make those choices in the first place" -- John Duran


The Essence of Liberalism: Respecting Individual Choices

In a honest liberal society, individuals respect, or at least tolerate, the choices made by others, regardless of their identity. While they may protest and voice their counterarguments, they recognize that as long as the choice-maker has the right to act independently, their opinion does not grant them the authority to interfere in matters that do not concern them.


This distinction marks the essence of a liberal society from one that disregards individual liberty. A truly liberal society embraces the principle of "live and let live," recognizing that even if an individual's choice appears foolish, illogical, or absurd, it remains their prerogative.

The problem comes when your care of that other person, overlaps their right for their freedom of choice, for the freedom of being who they are or want to be. Therefore, no matter how much you care for that other person, allowing them to be themselves is how a truly liberal society works.


And to be able to do that we need to overcome our internal blockades that prevent us from making courageful choices, as well as preventing other people from doing the same. As long as we consider sensitivity to be entirely a virtue, and not a freedom-limiting weakness, we will resume limiting others, as well as ourselves, from making certain choices, all because we care. Thus, caring can be a liability as well as apathy. It all depends on balance.


How Caring Too Much Hinders Freedom of Choice


And caring too much is how we begin to meddle in the paths of others, while acting not in accordance to the reality that exists beyond our mind, but in accordance to the reality we want to manifest. One of the problems with the law of attraction, for that matter, is that some realities cannot logically manifest, no matter how much we'll want them to be actualized, either by thought or by deed.


By the same token, standing in the path of others, because you dislike the choices they make... if they aren't exactly evil or malicious in nature, you essentially oppose their right to execute their freedom of choice. But that freedom is not yours. It's theirs. And it is a freedom, because it's a freedom from YOU.


And as long as we will intervene where it is illegitimate to do so, we will only cause ourselves suffering, as well as to others. And to respect individual choices, we best be mentally strong to endure the possibility of allowing those who care about, to make the choices they want to make. Freedom is based on courage, on the ability to act despite of fear. When we create and nurture generations of cowards, we threathen our own democracies in the name of sensitivity.


And I quote American author Carrie Jones:

"The secret of happiness is freedom, the secret of freedom is courage."

When sensitivity is normalized, and becomes part of behavior regulation (Like in PC culture), it is also normalized to not allow others to live and let live, which is essential in any liberal democracy. And even if one's democracy isn't exactly liberal -- if no law has been broken, if no promise has been breached, and no deal was broken unjustly -- why should you meddle with the choices of others?


So what if you're a parent, for instance? Once your child becomes an adult, you have far less legal control over them. Their choices are theirs to make, and as such they are to be held accountable for them, not you.


Thus, when we do not see oversensitivity as a problem, we also don't see it as a problem, to limit others in the name of our own sensitivites.


But how can we be happy when neither side is free from the existential angst, that is fearing our vulnerabilities? How can we be happy, and thus freer, if we fear being hurt? Being sensitive means being more vulnerable. If we fear the pain that comes along with it, we'll fear life itself. And we'll fear living and letting others living per their choices.


How can you provide a safe space for people to be themselves, if you're too fearful of them executing their freedoms, regardless of your wishes?


Wisdom from Mistakes: The Road to Self-Determination (AKA Control Over Your Life)


Mistakes, no matter how grave, do not negate an individual's right to self-determination, or their right to lead their life how they wish to. The path to greater wisdom may, in fact, be paved with such errors, provided the individual learns from them and takes steps to avoid repeating them. And whether or not he or she chooses to learn from them, that's their own prerogative, as well! In other words, true liberty allows people to be wise as well as stupid, under the condition no illegitimate meddling would be made.


What's "illegitimate meddling"? It's any intervention in other people's life that opposes the following exceptions:


* Law-breaking against a country that helps its citizens (to survive, for example, you might want to steal food while the state will not provide the means for you to get food. You, after all, need to survive like everyone else. If someone you know failed to get employment, and cannot buy food, you might want them to get food, even if it's through theft).


* An adult person's right for self-determination. Your child is subordinate to you greatly only when they're not an adult. Once they are an adult they're entitled to any rights you yourself have, and as such are needed to be treated as an equal. In other words, your adult son or daughter are entitled to the same opportunities as yourself.



Feel free to let me know if you have any more criteria for illegitimate meddling. I might consider editing it, and I can also give you credit, thus immortalizing your name on Philosocom under my succession plan.


Anyways, I don't mind making mistakes if it means I will become wiser afterward. I may sometimes make mistakes on purpose so I would learn from them, better. I believe it may be better to risk making mistakes and potentially gaining wisdom than to avoid risks altogether and never gain wisdom. And at times it's better to dare than to do nothing.


And to be free, one needs to dare.


There are exceptions to one's independence. If someone is not an adult and is required by law to attend school and/or military service, then they do not have a free choice in the matter. This is because the law should apply to everyone, even if it is far from perfect.


In other words, if someone wants to buy alcohol and they are an adult, then they have every right to do so, even if they might become alcoholics. They have every right to do so because liberty dictates that one can make mistakes, even if they may deeply regret them, like ending up in jail.


In summary, people don't always practice their own freedom of choice, nor necessarily enable others to do so as well. When we normalize our fears and add them to our social behavior, we become weak and limited, for we are afraid to do things we are allowed to do, and disallow others to do things they want to do.


How can we expect to exercise our freedom of choice when we normalize cowardice, and the fear of being emotionally hurt?


97 views0 comments

Comments


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page