top of page

Hatred As Temptation -- What We Can Learn From the Power of Hate

Updated: May 15


(French translation by Mr. Roland Leblanc. English Below)


La haine comme tentation : ce que nous pouvons apprendre du pouvoir de la haine La haine est sans doute une émotion naturelle chez l’homme depuis la nuit des temps pour diverses raisons, qu’elle soit considérée comme justifiée ou non. L’un des principaux facteurs de haine vient peut-être du besoin sociétal qui existe en nous, les humains, d’être capables de distinguer correctement dans notre esprit ce qui fait partie de l’identité de nos alliés et de notre propre identité, et ce qui ne l’est pas. Qui est un ami et qui est un adversaire. Nous pouvons considérer quelque chose de trop étranger, de trop hostile ou de trop méprisable pour le considérer comme faisant partie de notre propre perception de nous-mêmes et de notre alignement.

Faire la distinction entre ami et ennemi était et reste impératif pour notre survie. En temps de guerre, il est impératif d'identifier un ami ou un ennemi pour savoir comment suivre les ordres et commander et contrôler les troupes. C’est à travers notre haine de notre ennemi que nous serons davantage obligés de le vaincre au lieu d’être vaincus par lui. Tout comme dans une pièce sombre, une telle distinction peut nous aider à rassembler une image mentale dont nous serions mieux capables de naviguer dans cette obscurité – l’obscurité de la réalité. Par conséquent, les émotions sont comme des lampes de poche dans l’obscurité. elles peuvent nous aider à nous y retrouver et à mieux identifier les personnes. Les émotions, lorsqu’elles sont trop fortes, peuvent être tuées, mais je m’éloigne du sujet. Grâce à une telle identification polarisante, nous pouvons, en théorie, mieux nous stabiliser et nous situer dans et par rapport à l’univers. Cependant, même si elle est fonctionnelle, la haine est très néfaste à la fois pour les autres et pour nous-mêmes, surtout lorsqu'elle crée des conflits et des rivalités qui auraient pu être évités autrement. Cela est particulièrement vrai si le ou les agents haineux ont la force mentale de surmonter leur tentation, et/ou lorsqu'il n'est pas très pratique de haïr l'autre partie. Certains conflits n’en valent pas la peine et pourraient nuire à votre santé. Il y a donc quelque chose de très tentant dans la haine, qui pourrait être l’une des principales raisons pour lesquelles la haine est si courante de nos jours dans les différents médias, qu’il s’agisse des réseaux sociaux, des informations et des blogs. Les réseaux sociaux, en particulier, peuvent constituer un terrain fertile pour la haine en ligne. Et il est très difficile de vivre en paix lorsque vous cédez à la haine comme un Seigneur Sith ou lorsque vous êtes victime de dommages psychologiques causés par ceux qui vous détestent. La haine pourrait être l’une des raisons pour lesquelles le trauma est une caractéristique « naturelle » de la société humaine. Le trauma peut aussi être provoqué par le désir de se venger, et la vengeance peut provenir de la haine. La haine est tentante parce que nos émotions peuvent conduire à des décisions irrationnelles, et pour se connecter à notre véritable moi, cela signifie devenir plus irrationnel, car la logique peut être acquise et non héritée. En tant que tel, le véritable amour est également irrationnel, comme dans le cas de Roméo et Juliette. Il est irrationnel de penser que vous ne méritez pas de continuer votre vie simplement parce que quelqu’un que vous aimez vous a quitté ou est même décédé. Il est irrationnel de penser que vous devriez mourir aussi. Il est irrationnel de penser que vous devriez mourir parce que, comme dans un autre cas, la personne aimée a rejeté vos émotions. Pourtant, il y a quelque chose de très profond, d’honnête et d’humain à être en phase avec ses émotions. Cela n'a rien à voir avec la logique. Cela a beaucoup à voir avec le fait d’être humain et de se sentir loin d’être mort intérieurement. Que vous exprimiez une émotion. Que cela vous tienne à coeur. C’est l’une des choses qui nous rendent vivants aux niveaux les plus profonds. C'est pourquoi je suis largement détaché du reste de l'humanité. C’est une des raisons pour lesquelles je suis un bon philosophe, car je suis mort intérieurement. Je me sens rarement vivant.

Appliquez la même rationalité concernant l’amour et la haine. Il y a quelque chose de très authentique et humain dans la haine. Parfois, les deux émotions peuvent coexister d’une manière ou d’une autre, nous montrant à quel point les émotions peuvent être encore plus irrationnelles. Et si vous aimez ce mélange, s'il vous fait sentir vivant, haïr, alors vous pourriez avoir la philomisie. L'amour de la haine. D’ailleurs, il existe des moyens de se sentir vivant. Ils n'ont pas réussi à ranimer mon esprit mort. Je ne suis émotionnellement motivé que par ces émotions de base : l’amour et la haine. Aime travailler, manger et se reposer. Haine, pour Chen. Elle paiera. On peut encore plus soutenir que la haine est plus tentante que ses homologues opposés, comme la compassion, l’empathie, le pardon et l’expiation. C’est peut-être la raison pour laquelle il y a eu, il y a et il y aura des conflits inutiles entre l’humanité et elle-même, même après l’influence massive de personnages tels que Jésus, Bouddha, Gandhi, etc., et même de la part de leurs propres disciples fidèles. Les militants bouddhistes du Myanmar en sont un exemple. C’est ironique car la paix et la non-violence sont importantes dans le bouddhisme. Il est plus facile de regarder le cœur et d’obéir à la flamme allumée qui appelle à réagir avec passion, plutôt que de regarder le cerveau et de considérer les conséquences de nos actes. C'est plus facile parce que les émotions servent de raccourcis dans notre prise de décision, et notre cerveau est programmé pour prendre des raccourcis plutôt que de planifier à long terme en utilisant la pensée critique. C'est pour ça que je ne suis plus surpris quand j'observe les agressions qui abondent et sont là à travers le monde extérieur. Des feux qui tentent de se faire taire ou de se condamner les uns les autres, croyant qu'ils sont de l'eau pour l'autre. À notre époque de simplicité et de paresse, où la facilité et le confort sont généralement plus appréciés que le travail acharné et la discipline, la réponse la plus simple et la plus rentable serait pour beaucoup de détester lorsqu'ils rencontrent quelqu'un qu'ils n'aiment pas vraiment. Alternativement, ils peuvent considérer leur sujet de mépris comme trop différent pour être considéré comme faisant partie de « leur propre » identité.

La réponse au problème de la haine contemporaine serait donc de faire preuve de retenue et d’être sceptique quant à la flamme qui brûle à l’intérieur. La même flamme qui mène souvent à des crimes tels que l’incitation, le racisme, le harcèlement criminel et la cyberintimidation. Tout cela, même s’il est gratifiant à court terme, ce qui semble laisser une terrible cicatrice sur la civilisation actuelle.


Une cicatrice d’intolérance, de mentalité de troupeau et de moquerie envers quiconque et quoi que ce soit que nous ne considérons pas comme faisant partie de nous-mêmes, même si ces choses et ces êtres sont également les mêmes membres et composantes de nos familles, communautés et pays. La haine peut diviser les sociétés. Dans certaines situations, comme dans les scénarios théoriques post-apocalyptiques, il est vital que les sociétés ne soient pas divisées car dans de tels contextes, la survie dépend de la capacité de tous les membres à collaborer au nom de la survie.


Céder à l’émotion est une bonne chose quand cela aide réellement. Le fait que vous ayez l’impression que cela peut aider, simplement parce que cela résonne en vous, ne signifie pas que cela aidera à résoudre une situation ou un problème de manière efficace ou réussie. Cela peut être bien quand la transmutation sexuelle peut vous être bénéfique. Cela peut être mauvais pour vous chaque fois que vos émotions peuvent saboter vos projets, les rendant ainsi contre-productifs.


Après avoir réfléchi à ces idées, j'ai personnellement réalisé le besoin de plus en plus urgent dans notre monde d'être capable de reconnaître clairement les avantages à court et à long terme, et d'être assez fort pour choisir le second lorsqu'il est plus important que le premier, même si le premier nous procure un sentiment plus grand et personnel de gratification. La gratification peut être utilisée contre vous.


Le monde ne devrait pas être hostile à ceux qu’il considère comme trop étrangers, trop bizarres. Après tout, nous sommes tous sur le même bateau et payons le même tribut en termes de vie. Nous partageons le même espace physique et la même planète et ne vivons pas dans le vide. Nos actions ont des conséquences, que nous nous en souciions ou non.


L’appel à des actes tels que l’exécution, le meurtre et la honte à vie, dans un monde plus respectueux de lui-même, devrait être considéré comme trop ridicule pour être soutenu et exécuté aussi facilement. Nous ne devrions pas rejeter les autres simplement parce qu’ils sont ce qu’ils sont, et nous ne devrions pas punir les gens pour cela simplement parce qu’ils ne nous paraissent pas bien.


La haine est une émotion naturelle qui fait partie de notre identité, ou de notre moi instinctif primitif. Cependant, il n'est pas toujours rationnel d'obéir aux pulsions de notre identité, lorsque ces pulsions peuvent, par exemple, entraver nos démocraties en compromettant notre position morale en tant que citoyens démocratiques.


Nous devrions tous nous efforcer de surmonter notre haine lorsqu’elle ne nous aide pas et adopter la philosophie de l’existence pluraliste. Si quelqu’un a exprimé son existence de manière inoffensive, pourquoi devrions-nous le haïr pour avoir exprimé ses libertés ? Exprimer son excentricité ne fait pas non plus exception.


Les gens sont autorisés à au moins essayer de devenir la meilleure version d’eux-mêmes. Vous pourriez être détesté parce que les gens pourraient ne pas se sentir en sécurité en votre présence. Ou même carrément, vous craignez. Ne vous blâmez pas pour leurs problèmes émotionnels, car ils ne sont pas nécessairement de votre faute ou de votre responsabilité.


Je déteste Chen parce qu’elle me fait douter de ma valeur. C'était horrible. En tant que telle, la meilleure vengeance est un énorme succès.


Et elle paiera.


Vive Philosocom.


***********************


Hate, arguably, has been a natural emotion in humans since the dawn of time for various reasons, whether they are considered justified or not. Perhaps one of the biggest factors for hate comes from the societal need in us humans to be able to properly distinguish in our minds what is a part of our allies' and our own identity, and what isn't. Who is a friend and who is adversary. We may consider something too foreign, too hostile, or too despicable to ever consider it a part of our own sense of self and alignment.


Distinguishing between friend or foe is was and is imperative for our survival. In warfare, identifying friend or foe is imperative to know how to follow orders and how to command and control the troops. It is through our hatred of our enemy, where we will be more compelled to defeat them instead of being defeated by them.


Just like in a dark room, such distinction can help us gather a mental image of which we would better be able to navigate said darkness -- the darkness of reality. Therefore, emotions are like flashlights within the darkness. They can help us navigate it and identify people better than otherwise. Emotions, when too much, can be killed, but I digress.


By such polarizing identification, we, theoretically, better stabilize and locate ourselves within and in relation to the universe.

However, even with its functionality, hatred is very much harmful for both others and ourselves, especially when it creates conflicts and rivalries that could have been otherwise avoided. That's especially true, if the hating agent/s would have the mental strength to overcome its temptation, and/or when there is not much practicality in hating the other side. Some conflicts are not worth it, and could take a toll on your health.


Therefore, there is something very tempting about hate, which could be a core reason as to why hatred is so common nowadays in the various media outlets, be it social media, the news, and blogs. Social media particularly can be a breeding ground for online hate. And it is very hard to live in peace when you either give in to the hate like a Sith Lord or be the victim of psychological harm, made by those who hate you. Hate could be one of the reasons as to why trauma is a "natural" feature in human society. Trauma can also be made by wanting to take revenge, and vengeance can stem from hatred.


Hatred tempts because our emotions can lead to irrational decisions, and to connect to our genuine selves, means becoming more irrational, as logic is taught, not inherited. As such, true love is also irrational, as in the matter of Romeo and Juliet. It is irrational to think that you do not deserve to move on with your life just because someone you love left you or even died. It is irrational to think that you should die as well. It is irrational to think that you should die because, as in another instance, the lover rejected your emotions.


However, there is something very deep, honest and human in being aligned with your emotions. It has nothing to do with logic. It has a lot to do with being human, and in feeling like you are far from being dead inside. That you emote. That you care. It is one of the things that make us alive on the deeper levels. It is why I am largely detached from the rest of humanity. It is one of the reasons I am a good philosopher, for I am dead inside. I rarely feel alive.


Apply the same rationality regarding love, to hatred. There is something very genuine and human in hatred. At times both emotions may somehow exist together, showing us how even more irrational emotions can be. And if you like that mixture, if it makes you feel alive, to hate, then you might have philomisia. The love of hatred. By the way, there are ways to feel alive. They have failed reviving my dead spirit. I am only emotionally motivated by these basic emotions: Love and hatred. Love to work, eat and rest. Hatred, for Chen.



It can be even more arguable that hatred is more tempting than its opposing counterparts, such as compassion, empathy, forgiveness, and atonement. Perhaps this is why there have been, are, and will be unnecessary conflicts between humankind and itself, even after the massive influence of figures such as Jesus, Buddha, Gandhi, and so forth, even from their very own loyal followers. Examples of that are militant Buddhists in Myanmar. It is ironic because peace and non-violance are imperative in Buddhism.


It is easier to look down at the heart and obey the ignited flame that calls to react passionately, rather than look up at the brain and consider the consequences of our actions. It's easier because emotions serve as shortcuts in our decision making, and our brains are programmed to make shortcuts than to plan for the long term using critical thinking.


This is why I am no longer surprised when I observe the aggressions that flow and clash across the External World. Fires attempting to either silence or condemn one another, believing they are water to the other. In this age of simplicity and laziness, where easiness and comfort are usually more praised than hard work and discipline, the easier, cost-effective answer would be hate for many, when they encounter someone they don't really like. Alternatively they may view their subject of despise as too different to be considered a part of "their own" identity.


The answer, therefore, to the problem of contemporary hatred, would be to show restraint and to be skeptical about the burning flame within. The same flame that often leads to crimes such as incitement, racism, gangstalking and cyberbullying. All of those, even if gratifying for the short term, seem to leave a terrible scar on today's civilization.


A scar of intolerance, herd mentality, and mockery of whoever and whatever we do not consider a part of ourselves, even if said things and beings are also the same members and components of our families, communities, and countries. Hatred can divide societies. In certain situations, like in post-apocalyptic, theoretical scenarios, it is vital for societies to not be divided as in such contexts, survival depends on the ability of all members to collaborate in the name of survival.

Giving in to emotion is good when it actually helps. The fact that it may feel like it may help, just because it resonates with you, does not mean it will help resolve a situation or an issue in an effective or successful way. It may be good when sexual transmutation can benefit you. It may be bad for you whenever your emotions can sabotage your plans, thus making them counter productive.


After thinking on these insights, I personally realized the more and more urgent need in our world to be able to clearly recognize short and long term benefits, and be strong enough to choose the latter when it is bigger than the former, even if the former gives us a greater, personal sense of gratification. For gratification can be used against you.


The world should not be hostile to whoever it considers too foreign, too outlandish. After all, we are all on the same boat and pay the same tolls of life. We share the same physical space and planet and do not live in a vacuum. Our actions have consequences whether we care about it or not.


The call for acts such as execution, murder, and shame-for-life, in a more self-respecting world, should be considered too ridiculous to be supported and carried out so easily. We shouldn't reject others for simply being who they are, and we should not punish people for that just because they do not look good in our eyes.


Hatred is a natural emotion that is part of our id, or primitive, instinctual self. However, it is not always rational to obey our id's urges, when these urges can, for instance, hinder our democracies by compromising our moral position as democratic citizens.


We should all strive to overcome our hatred when it does not help us, and embrace the philosophy of pluralistic existence. If someone has expressed their existence in a harmless way, why should we hate them for expressing their freedoms? Expressing one's eccentricity is, as well, no exception.


People are allowed to at least try and become the best versions of themselves. You may be hated because people may feel too insecure in your presence. Or even straight-out fear you. Do not blame yourself for their emotional problems, as they are not necessarily your fault or responsibility.


I hate Chen for making me feel insecure about my worth. It was awful. As such, the best revenge is a massive success.


And she will pay.


222 views2 comments

2 comentários


Mr. Tomasio Rubinshtein
Mr. Tomasio Rubinshtein
02 de ago. de 2020

Thanks for commenting Mr. Leblanc. I agree with you that self-knowledge can often be the solution for the reduction of hatred in the world -- but due to a different reason. Everything has a consenquence, and in today's world, where you can be publicly condemned and shamed by a very large audience, people should think twice before publicly hating them, especially when it can cause cyberbullying, which in turn can lead to the hated's suicide, and then not only you would have to deal with being condemned yourself, but deal, as well, with regret. Self-knowledge, therefore, should be used when making long-term decisions, especially online, where people can act less "human" than in real life.

Curtir

Roland Leblanc
Roland Leblanc
02 de ago. de 2020

D...ear Mr. Tomasio A. Rubinshtein


About:

`...Hatred, thus, while functional to the nature of our id-ego, should be beyond rational to obey to in the eyes of the super-ego, most especially when the object of the tempting hate has followed the philosophy of most of the world's nations -- the philosophy of democratic existence.`...


I find interesting the points that you have brought out in this article; personaly, I have the feeling that the problem is more of a problem of being : `... more aware of who we are in relation to the other`...

Be coming more aware can ensure we start a truth seeking process that is enabling us to live on top of existing only; thereby, we…

Curtir

Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page