top of page

Insights On Racism -- Why It's a Flawed Trait For Any Perspective/Philosophy

Updated: Feb 24



An old man

(French translation by Mr. Roland Leblanc. English version, below)

Perceptions sur le racisme – Pourquoi c'est un trait imparfait quelle que soit la perspective/philosophie Le racisme est l'évaluation d'une personne ou d'un groupe en fonction de sa race, de sa nationalité ou de son origine ethnique comme facteur majeur de cette évaluation. Parfois, cette évaluation peut avoir une valeur négative qui pourrait être appliquée dans la vie réelle, sous la forme d'inégalités des chances qui ne sont pas fondées sur le mérite. Lorsque les gens vous jugent principalement ou entièrement en fonction de votre origine nationale ou raciale, également connue sous le nom de « d'où vous venez », vous êtes victime de racisme. Voici quelques exemples de racisme : Faire des hypothèses sur l'intelligence, les capacités ou le caractère d'une personne en fonction de sa race, de sa nationalité ou de son appartenance ethnique.

Traiter quelqu'un différemment en raison des préjugés racistes. Refuser à quelqu'un des opportunités ou des ressources à cause de ces aspects. Permettre à quelqu'un des opportunités ou des ressources en raison de ces mêmes aspects (alias « racisme positif » ou privilèges raciaux). Le racisme est une force néfaste et destructrice qui peut avoir un impact négatif sur les individus, les communautés et la société dans son ensemble. Il est important de lutter contre le racisme chaque fois que nous en sommes témoins et d’œuvrer à la création d’un monde plus juste et plus équitable pour tous. Cependant, que cela se produise ou non dépend de notre désir de voir. et d'identifier les gens comme étant plus que leur race. La raison pour laquelle le racisme ne cessera probablement jamais est que certaines personnes jugeront toujours certaines personnes en fonction de leur histoire raciale ou des stéréotypes. Cela est particulièrement vrai lorsque vous êtes dans un nouvel environnement et que les gens ne connaissent pas très bien les étrangers. Ce qui est triste, c'est que les stéréotypes ont leur utilité pratique, quelques fois. Par exemple, si un Micronésien souhaite visiter une zone de guerre, il y a de fortes chances que les habitants se demandent : « Qu'est-ce qu'un Micronésien a à voir avec notre guerre ? Bien sûr, le fait que cette personne soit originaire de Micronésie ne signifie pas qu’elle ne devrait pas parcourir le monde et en visiter des régions moins connues.. Et pourtant, cette pensée n’est pas déraisonnable aux yeux de beaucoup, tout simplement parce que notre origine est souvent liée à qui nous sommes, même si les personnes issues du même origine sont complètement différentes les unes des autres dans leur personnalité. Mon prénom est Tomasio. J'ai changé de nom parce que je préfère Tomasio à Tom. Les gens vont probalbement penser que je suis soit espagnol, soit italien, même si je ne suis Argentin qu'à un quart et que je n'ai aucune connaissance de l'espagnol. Il est normal de parler de personnes selon leurs origines ethniques, mais je ne me soucie tout simplement pas de ces choses insignifiantes à moins qu'elles ne soient pertinentes pour mes conversations avec elles. Peu importe que vous soyez canadien, indien ou du Nigér. Ce ne sont que des étiquettes sans rapport avec moi. Un véritable homme non raciste se souciera des gens en tant qu'êtres humains et non de leur origine, comme première priorité. Il ne se souciera de leur origine que si cela a quelque chose à voir avec la personne à qui il parle.

Beaucoup de souffrances et de discriminations dans ce monde diminueraient si nous choisissions simplement de voir les gens tels qu'ils sont, et non selon leurs origines ou leur pays. Peu m'importe que mon défunt grand-père soit né dans un territoire roumain occupé par les Soviétiques. Que ce territoire ait été occupé ou non lors de sa naissance n'a rien à voir avec qui je suis. Et il en va de même pour tout un pays d’Amérique du Sud que je n’ai jamais visité. C'est assez avec les hypothèses, recherchons plutôt la connaissance. Quand le racisme prendra-t-il fin ? Le racisme cesserait logiquement lorsque nous cesserions tous de nous identifier à nos origines distinctes comme quelque chose d’essentiel pour nous ou pour les autres. Bien entendu, ces origines sont liées à notre patriotisme, à notre sentiment d’appartenance ethnique, etc. Cependant, le racisme est également le produit de ces origines. Nous ne devrions pas supposer que les autres ont dans leur cœur le même niveau de patriotisme et d’identité ethnique que nous pourrions avoir, simplement en raison de leur race, de leur origine ethnique, de leur nationalité, etc. Pour créer un monde plus juste et équitable, certains sacrifices doivent donc être faits, par rapport aux valeurs : La fierté des gens envers leur pays et leur patrimoine. Et pour cette raison, l’idée de se débarrasser complètement du racisme est donc irréaliste à l’heure actuelle. Cela pourrait tout aussi bien rester réaliste, étant donné que la race, la nationalité et l’origine ethnique ont une valeur concrète dans le cœur et l’esprit des gens (même si elles ne découlent pas du racisme/discrimination raciale). Les préjugés racistes peuvent également être « positifs » dans le sens où ils peuvent conduire à une fierté fondée sur la nationalité, l'appartenance ethnique, etc., fondée sur l'appartenance ethnique d'autrui. Par exemple, une ethnie peut être fière d'être plus morale qu'une ethnie dont certains de ses membres sont moralement dépravés (comme en ce qui concerne le terrorisme, les régimes tyranniques, etc.). Nous ne pouvons pas minimiser le racisme sans comprendre que nous sommes plus que nos nationalités et nos ethnies. Cette idée ne peut pas être ignorée Cela n'a aucune importance de savoir si l'on est noir, blanc, asiatique, etc., si nous voulons créer un monde plus égalitaire. Une société véritablement pluraliste sera donc une société qui ne jugera pas les gens sur leurs origines et apprendra à considérer les gens comme autre chose que le simple produit de stéréotypes. Plus que le produit de leur environnement. En religion, au moins, on parle d'interconfession, ou d'existence de plusieurs religions au sein d'un espace partagé (pas nécessairement spécifique, comme une salle), sans discrimination.

Qualifier un peuple tout entier de raciste est hypocrite en soi, car il s’agit d’une déclaration raciste. Le racisme est une question de généralisations. Un véritable individu qui s’oppose au racisme évitera de faire de telles remarques généralisées. Un homme ou une femme véritablement non raciste considérera les gens comme des individus et non comme des personnes entièrement ou principalement le produit de leur environnement. Ainsi, même dans un pays majoritairement raciste, il peut toujours y avoir des exceptions.


Cela inclut les hypothèses racistes. Les gens pensaient parfois que je ne suis pas d’origine israélienne. Je ne suis parti que 3 jours à l'étranger, au Royaume-Uni, pour un voyage. Bien entendu, ces hypothèses incluent le fait de me parler en espagnol ou en italien. Je ne connais aucune de ces langues.


Heureusement, de grands progrès ont été réalisés dans la lutte contre le racisme, car les jeunes générations sont moins racistes que les plus âgées. C’est le deuxième siècle dans l’histoire de l’humanité où les Noirs sont normalement considérés comme égaux à toute autre origine ethnique. C'est aussi l'époque la plus démocratique de l'histoire de l'humanité, même s'il existe encore quelques dictatures et monarchies absolues.



(Cependant, selon le Global Expression Report de 2023, 80 % de l’humanité a moins de liberté d’expression depuis les années 2000, mais au moins cela n’est pas nécessairement dû au racisme mais au déclin démocratique).



Il y a évidemment des améliorations à apporter, car le racisme existe encore plus qu'il ne « devrait » l'être. Ce que je veux dire, c’est que même si le racisme est à un nouveau plus bas dans l’histoire de l’humanité, sa fréquence peut devenir encore plus faible.


Le racisme existe également sous la forme de blagues et d’humour locaux, ce qui est une façon étrange mais acceptable de voir les choses. Par exemple, les Juifs ashkénazes sont parfois stéréotypés comme étant froids, amers et se décrivant eux-mêmes comme supérieurs, tandis que les Juifs Mizrahi sont perçus comme grossiers et rustres. En effet, la culture israélienne est mal élevée et je la déteste ici mais je m'éloigne du sujet. J'ai mis volontairement entre guillemets le mot « positif » car je crois que tout racisme est nocif, même les rires qu'il provoque sont normalisés.


Enfin, il existe également une idée alternative pour résoudre de manière significative le racisme, mais c'est une idée très improbable : nourrir l'idée que nous sommes tous un en tant que race humaine, ou, en d'autres termes, nous considérer les uns les autres comme des « Terriens ». AKA, en tant que citoyens de la Terre. Au lieu de « nous cacher » à l’échelle nationale, nous devrions tous nous considérer comme une seule race, une seule civilisation et une seule planète, composée d’un ensemble très diversifié de collectivités. On peut appeler cela une sorte de « méga-nation », même si ce n’est qu’en termes d’identité et rien de plus.


Après tout, on peut soutenir que nous avons tous des origines similaires, quelle que soit la distance génétique qui nous sépare les uns des autres. Des religions telles que le christianisme et l'islam ont tenté de faire de même, c'est-à-dire de « dominer le monde » par la conversion religieuse. Et pourtant, bien qu’elles soient les deux religions les plus importantes de la planète, elles n’ont pas encore unifié la planète sous une seule identité collective. Et la notion d’identité collective égalitaire permet également de réduire considérablement le racisme. Cette fin justifie-t-elle les moyens ? C'est peut-être un sujet pour une autre fois.


Cela commence avec nos voisins locaux et se termine avec le monde. Pourrions-nous le faire ? Pouvons-nous faire du racisme une chose du passé ? Peut-être que les plus laïcs d’entre nous le feraient, car ils sont moins susceptibles d’être racistes. Peut-être que cette idée deviendra plus plausible à mesure que les nations du monde se diversifieront de plus en plus, au point où la diversité elle-même est si ordinaire que mettre l'accent sur la distinction raciale sera en soi banale.


Je ne sais pas si nous pourrons un jour nous débarrasser des mentalités et des philosophies racistes dans la pensée humaine, mais peut-être que l'individualisme pourrait aider? (car nous devons nous distinguer pour être reconnus pour ce que nous sommes réellement, et j'ai même développé les fondations de cela mathématiquement).


Je parie que tant que nous ne serons pas prêts à considérer les gens comme des individus ayant plus de valeur que leur identité collective, le racisme recommencera à exister dans la civilisation humaine. N'oubliez pas : tout le monde n'est pas prêt ou disposé à voir d'autres êtres humains, au-delà des étiquettes.


Et qu’est-ce que le racisme sans étiquetage ?


***********************************

(Original version)



(For another type of prejucide I find irrelevant, on Philosocom, click here)


Racism is the evaluation of a person or group based on their race, nationality, or ethnicity as a major factor in that evaluation. Sometimes that evaluation may have negative value which could be applied in real life, in the form of unequal opportunities that are not based on meritocracy. When people judge who you are mostly or completely based on your national or racial origin, also known as "from whence you came," you are experiencing racism.

Here are some examples of racism:

  • Making assumptions about someone's intelligence, abilities, or character based on their race, nationality, or ethnicity.

  • Treating someone differently because of one's racist prejudice/s.

  • Denying someone opportunities or resources because these aspects

  • Allowing someone opportunities or resources because of these aspects (AKA "positive racism", or racial privilages).

Racism is a harmful and destructive force that can have a negative impact on individuals, communities, and society as a whole. It is important to challenge racism whenever we see it, and to work towards creating a more just and equitable world for all. However, whether or not it will actually happen, depends on our desire to see. and identify people as more than their race.


The reason why racism will probably never end is because some people will always judge certain people based on their racial origin's history or stereotypes. This is especially true when you are in a new environment and the people there are not very familiar with outsiders. The sad thing is that stereotypes have their practical uses, even if sometimes.


For example, if a Micronesian wishes to visit a warzone, there is a high chance that the locals will think, "What does a Micronesian have to do with our war?" Of course, the fact that this person is from Micronesia does not mean they should not travel the world and visit more obscure parts of it. And yet, it will not be an unreasonable thought in the eyes of many, simply because our background often has to do with who we are, even if people from the same background are completely different from one another in their personalities.


My first name is Tomasio. I changed my name because I prefer Tomasio over Tom. People are and will be going to think I am either Spanish or Hispanic although I am only a quarter Argentinian and have no knowledge of Spanish. It is normalized to speak of people of their ethnic origins but I simply don't care about these trivial things unless they are relevant to my conversations with them. I don't care if you're Canadian, Indian or Nigerian. These are nothing but irrelevant labels to me. A true non-racist man will care about people as humans and not of their origin, as the main priority. They will only care of their origin if it has something relevant to do with the person they're speaking to.


Much suffering and discrimination in this world would decrease if we just choose to see people for who they are, and they are not their origins or their countries. I don't care that my late grandfather was born in a Soviet-occupied Romanian territory. Whether or not that territory was occupied during his birth has nothing to do with who I am. And the same applies for a whole country in South America I never visited.


When will racism end? Racism would logically end when we would all stop identifying with our distinct backgrounds as something that is essential to either us or others. Of course, these backgrounds have to do with our patriotism, our sense of ethnic belonging, and so on. However, racism is also a product of said backgrounds. We shouldn't assume that others have the same level of patriotism and ethnic identity in their hearts like we may think we do, just because of their race, ethnicity, nationality, etc.


To create a more just and equitable world, therefore, some sacrifices are to be made, in values: People's pride to their country and to their heritage. And because of that, the notion of completely getting rid of racism is thus unrealistic currently. It might as well always be realistic, considering that race, nationality and ethnicity has concrete value in the hearts and minds of people (even if it does not stem from racism/racial discrimination). Racist biases are can also be "positive" in a sense that they can lead to pride that is based on nationality, ethnicity and so on, based on the ethnicity of another. For example, one ethnicity may be proud that they are more moral than an ethnicity whose some of its members are morally depraved (as in related to terrorism, tyrannical regimes and so on).


We cannot minimize racism without the understanding that we are more than our nationalities and our ethnicities. This insight cannot be ignored matter whether one is black, white, Asian, and so on, if we want to create a more egalitarian world. A truly pluralistic society will therefore be one that will not judge people by their background and learn to see people as more than just the product of stereotypes. More than the product of their environment. In religion, at least, it's known as interfaith, or the existence of multiple religions within a shared space (not necessarily specific, like a hall), without discrimination.


To call an entire people racist is hypocritical in and of itself, as it is a racist statement. Racism is all about generalizations. A true individual who opposes racism, will avoid making such generalizing remarks. A true non-racist man or woman will regard people as individuals, and not as people who are completely nor mainly the products of their environment. As such, even in a country that might be mostly racist, there might always be exceptions.


That includes racist assumptions. People sometimes assumed that I'm not a native Israeli. I only went abroad for 3 days, to the UK, for a trip. Of course, such assumptions include speaking to me in Spanish or Italian. I know neither of these languages.


Fortunately, there has been great progress in the fight against racism, as the younger generations are less racist than their older counterparts. This is the second century in human history where black people are normally seen as equal to any other ethnic origin. It's also the most democratic era in human history, even if there are still some dictatorships and absolute monarchies.


(However, according to the Global Expression Report of 2023, 80% percent of humanity has less freedom of expression since the 2000's, but that at least isn't necessarily done out of racism but out of democratic decline).


Obviously, there are improvements to be made, as racism still exists more than it "should." What I mean is, even if racism is at a new low in human history, it can get even lower in frequency.


Racism also exist in the form of local jokes and humor, which is a strange but acceptable way of looking at it. For example, Ashkenazi Jews are sometimes stereotyped as being cold, bitter, and self-described as superior while Mizrahi Jews are seen as rude and boorish. Indeed, Israeli culture is an ill-mannered and I hate it here one but I digress. I put quotation marks around the word "positive" on purpose because I believe that all racism is harmful, even the laughter it causes is normalized.


Finally, there is also an alternative idea to solve racism significantly, but it is a very unlikely idea: To nurture the idea that we are all one as the human race, or, in other words, to see one another as "Earthlings," AKA, as the citizens of Earth. Instead of "hiding" in the national scale, we should all see ourselves as one race, one civilization, and one planet, composed of a very diverse collection of collectives. You can call that some sort of "mega-nation," even if it is only in terms of identity and nothing more.

After all, it is arguable that we all have similar origins, regardless of how far we are from each other genetically. Religions such as Christianity and Islam have attempted to do the same, AKA, "dominate the world" through religious conversion. And yet, despite being the two most populous religions on Earth, they have yet to unite the planet under a single collective identity. And the notion of an egalitarian collective identity is also how racism can be greatly reduced. Does this end justify the means? That is a topic, perhaps, for another day.


It begins with our local neighbors and ends with the world. Could we do it? Could we render racism a thing of the past? Perhaps the more secular among us might, as they are less likely to be racist. Perhaps this idea will become more plausible as the world's nations become increasingly diverse, to the point where diversity itself is so ordinary, putting an emphasis on racial distinction will be ITSELF extraordinary.


I do not know if we will ever be able to get rid of racist mindsets and philosophies in humanity's thoughts, but they deserve to be due to our individualism (for we must distinct ourselves to be recognized for who we really are, and I even developed the foundations where it is possible mathematically).


I wager that, as long as we are not ready to see people as individuals as of greater value than their collective identities, racism will resume existing in human civilization. Remember: Not everyone is ready or willing, to see other human beings, beyond labels.


And what is racism without labeling?

343 views0 comments

Comments


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page