top of page

Why Rights are an Obligation -- Ours, As Well

Updated: Feb 13

A

(French translation by Mr. Roland Leblanc. English version, below)


Pourquoi les droits sont une obligation – les nôtres aussi (Pour en savoir plus sur le sujet des droits, cliquez ici) ***************** Comprendre les droits : autorisation versus droit Un droit, qu'il soit civil ou autre, est fondamentalement une permission. Lorsque cette autorisation à laquelle vous avez droit est violée, votre droit est soit ignoré, soit aboli, mais on a certainement manqué de respect. Lorsque vous disposez du droit à la liberté d’expression, vous avez l’autorisation de vous exprimer verbalement ou par écrit. Lorsque vous avez le droit de garder le silence, vous avez la liberté de vous abstenir de dire quoi que ce soit qui pourrait être utilisé contre vous devant un tribunal. Une autorisation doit être accordée pour en être considérée comme telle. Et pour que cela soit pris en compte, il faut le reconnaître. Un privilège est une autorisation exclusivement réservée à quelques privilégiés, tandis qu'un droit est une autorisation plus largement accordée.

Et à ce titre, les droits ne sont pas nécessairement inhérents à votre existence. Certains droits peuvent être perçus comme objectifs, mais c’est uniquement parce qu’ils sont largement acceptés et tenus en haute estime. Comme beaucoup de choses, elles sont sujettes à la perception. Comme je l'ai mentionné précédemment, l'intersubjectivité n'est pas l'objectivité. Après tout, l’objectivité existe indépendamment de l’opinion, et les opinions qui sont largement considérées comme vraies ne le sont pas nécessairement pour cette seule raison. Le monde au-delà de notre esprit n’a pas besoin de notre existence pour exister lui-même. Cela n’exclut pas des élections démocratiques, ni même le respect des droits de l’homme les plus essentiels. Nous n’avons droit qu’à ce qui nous est permis, par des forces plus fortes que nous. Le rôle de la compassion dans le maintien des droits Pour que cette autorisation perdure, elle doit être appliquée et maintenue. Si vos autorisations ne sont pas prises en charge, vous devrez peut-être les abandonner ou avoir du mal à les préserver. Parce que si personne ne prend la peine de le faire, vous devrez peut-être le faire vous-même. En tant que tels, les droits ne sont pas sans tenir compte de ceux qui les appliquent, et parfois, ces derniers n'ont pas besoin d'être en uniforme, ni armés de quoi que ce soit... sauf armés de leur cœur. Les droits peuvent facilement être violés par n’importe qui, et pas seulement dans les pays déchirés par la guerre ou dans les dictatures. Vous n’avez peut-être pas toujours le droit de vous exprimer librement et vous n’avez peut-être pas toujours le droit de vous déplacer où vous le souhaitez. Les gens peuvent vous calomnier publiquement, ruinant ainsi votre réputation, et les gens pourraient ne pas respecter votre droit de préserver votre foi religieuse, ou même le droit de s'en abstenir complètement. Comprenez que les droits sont des conventions. Elles sont différentes des normes, même si ce sont aussi des conventions, mais le fait est que nous convenons simplement qu'elles existent, donc nous agissons conformément à leur reconnaissance. Qu'elles existent réellement, physiquement, moralement, etc., nous pourrions en débattre. Et pourtant, la reconnaissance à elle seule a un impact pratique sur la réalité. Nous ne pouvons pas être exactement certains qu’ils existent au-delà de notre esprit, n’est-ce pas ? Pas comme, disons, un objet physique tel que l'appareil que vous utilisez pour lire cet article. Vous serez peut-être surpris, mais logiquement, ces droits relèvent aussi de votre responsabilité, ainsi que de la mienne. Si vous croyez en la valeur du droit au respect, vous risquez d’agir de manière hypocrite si vous manquez constamment de respect aux autres. Des inconnus, des gens que vous connaissez, ou les deux. Celui qui respecte véritablement ce droit ne se moquera pas si souvent des autres. Mais comme les gens aiment rire quand ils le souhaitent, leur moquerie constante envers les autres et envers vous devient évidente. S'amuser n'est pas une bonne excuse pour manquer de respect à quelqu'un, mais si vous lui posez des questions sur son droit au respect, il pourrait répondre qu'il valorise ce droit, quelles que soient ses actions. Il est difficile d’être cohérent quand on n’est pas encore devenu un être logique. Les droits ne sont pas exactement absolus et peuvent être limités avec justification. Que cette justification soit logique ou non, c’est une autre affaire. Ils sont souvent justifiés lorsqu’un droit est sacrifié, partiellement ou totalement, au profit d’un autre. Par exemple : Vous pourriez ne pas être autorisé à manifester en raison d'une menace pour la sécurité. Dans ce cas, votre droit de protestation est minimisé au profit de votre droit à la sécurité. Et en parlant de sécurité, il est évident que chacun a l'obligation morale d'empêcher les autres de lui faire du mal. Autrement dit, s’ils veulent vraiment être à l’abri des abus. La violence physique, l'intimidation et d'autres actes similaires sont des exemples de ceux qui vous privent de votre droit à la sécurité, même s'ils l'apprécient, peuvent facilement conduire à la malhonnêteté. Comment? Ceux qui infligent des violences peuvent ne pas aimer subir eux-mêmes de la violence. Ne vous attendez pas à ce que tout le monde se soucie de vos droits. C'est irréaliste. Les personnes atteintes d'un trouble de la personnalité antisociale, par exemple, s'en moquent, à moins que cela puisse leur être utile. S'attendre à ce qu'un sociopathe/psychopathe fasse preuve de compassion, c'est comme s'attendre à ce qu'un chat devienne un chien. Les droits, en tant que tels, ont comme élément la compassion : le souci des autres êtres humains, en tant qu’êtres humains. Les tyrans peuvent abolir constamment les droits des gens parce que beaucoup d'entre eux sont soit des psychopathes, soit des sociopathes. Ils n’ont pas la capacité émotionnelle de s’inquiéter suffisamment pour accorder des droits à leurs sujets. Pas autant que dans les démocraties, du moins. Si tous les humains étaient des psychopathes, les droits civils et humains n’existeraient pas. Au lieu de cela, nous vivrions dans un monde où les forts ont le droit de régner sur les faibles, simplement parce qu’il n’y aurait pas d’organismes plus forts pour s’opposer à eux. De plus, la cruauté et le pouvoir sur les autres auraient été des vertus bien plus. J'ai lu un jour les paroles d'un tel être qui dénonçait l'existence objective de tout droit. Malgré moi j'ai été d'accord avec lui. Sa justification était la suivante : aucun droit n’empêchera nécessairement la mort, comme dans le cas du meurtre, mais aussi d’autres formes de mort. Et en effet, avec le manque de respect envers les autres êtres humains, la seule force capable de pousser quelqu'un à s'en prendre à autre chose, est une force plus forte que la sienne.

Par conséquent, afin de remplir notre obligation morale en faveur des droits d’autrui, nous devons développer notre compassion et notre empathie. Les diminuer pourrait nous faire devenir... des monstres, de façon permanente. Je ne vous dirai pas ce que je veux dire par là, car je souhaite être plus discret. Je vous dirai seulement, pour l'instant, que c'est possible, car le mal peut corrompre. vous amener à complètement ignorer la moralité, et vous pouvez également devenir un tel monstre, sans aucun remède à portée de main. Il n’est pas réaliste de s’attendre à ce que tout le monde fasse preuve de compassion et d’empathie, car certaines personnes sont devenues ces monstres dont je parle… il y a un point de non-retour. Il est toujours réaliste, je crois, d'avoir confiance en une grande partie de l'humanité, qui n'est pas encore tombée dans ce dont je parle. Je crois qu'ils peuvent devenir des êtres meilleurs, grâce à la réhabilitation. Et peut-être devriez-vous croire aussi, nécessairement en eux, et pour votre proprs intérêt. Pour la démocratie. Soit pour sa création, soit pour sa continuation. La démocratie ne s'arrête pas au scrutin. Au contraire, cela se termine là où se termine notre empathie. L’empathie qui concerne non seulement les dirigeants, mais aussi les citoyens. De tous ceux qui ont encore assez de cœur. Éloge des droits et du comportement civil : piliers de Philosocom Je ne préconise pas d’aimer les étrangers. J'insiste plutôt sur l'importance de sauvegarder leurs droits, en ne vous permettant pas de les violer. Les respecter en tant qu’individus égaux de droit à vous peut équivaloir à valoriser la démocratie elle-même, et pas seulement les individus eux-mêmes. S'ils vous maltraitent, il est tout à fait acceptable de les retirer de votre vie, à condition que cela soit crucial pour votre bien-être et votre existence bien sûr.

(Aimer les autres peut offrir un grand réconfort, en particulier à ceux qui se sentent isolés et à ceux qui ne sont pas moralement compromis par le côté sombre qui sommeille peut-être en eux). La démocratie vous donne la liberté de vous comporter comme un imbécile antisocial, mais pour le plus grand bien, vous pouvez aussi choisir d’être l’antithèse de cela. N'est-ce pas vrai ? Le choix vous appartient. Bien que Philosocom ne soit pas une démocratie, en tant qu'administration virtuelle, je respecte vos droits et j'attends de vous que vous respectiez également les miens. C'est ce qu'on appelle une dictature bienveillante. Je vous permets de vous exprimer à condition que cela soit fait avec respect et pour cela je refuse de vous obliger à révéler votre véritable identité afin de commenter. De même, j’accepte les critiques et les évaluations de mon travail parce que vous en avez le droit. La forte tendance au manque de respect en ligne ne me dissuade pas. Ici, c'est différent. Et cela le restera, au moins tant que je resterai à la direction.


***********************

(English, original)



(For more on the subject of rights, click here)


Understanding Rights: Permission VS Entitlement


A right, whether civil or otherwise, is fundamentally a permission. When that permission, which you are entitled to is violated then your right is either ignored or abolished, but certainly disrespected. When you have a right to free speech, you have the authorization to express yourself verbally or in writing. When you have the right to remain silent, you are granted the liberty of refraining from saying anything that could be used against you in court of law.


A permission must be granted to be considered one. And for it to be considered, it must be recognized. A privilege is a permission that is exclusively reserved for a select few, while a right is a permission that is more widely accessible.


And as such, rights are not necessarily inherent to your existence. Some rights may be perceived as objective, but that is solely because they are broadly accepted and held in high esteem. Like many things, they are subject to perception. As I have mentioned previously, intersubjectivity isn't objectivity. Objectivity, after all, exists independently of opinion, and opinions that are widely regarded as true are not necessarily the truth for that reason alone. The world beyond our mind does not necessitate our existence to in order to exist itself. This does not preclude democratic elections, and not even the most essential of human rights. We are only entitled to what we are permitted to, by forces stronger than us.


The Role of Compassion in Maintaining Rights


For that permission to endure, that permission needs to be enforced, maintained. Should you not have your permissions supported, you might either have to give them up, or struggle to preserve them. Because if no one will bother doing so, then you might have to do so yourself. As such, rights are not without their enforcers, and sometimes, these enforces do not have to be in uniform, nor armed with anything... but their hearts.


Rights are something that can easily be violated by just about anyone, and not only in war-torn countries or in dictatorships. You might not always have the right to express yourself freely, and you might not always have the right to move anywhere you want. People can slander you publicly, thus ruining your good name, and people might not respect your right to preserve your religious faith, or abstain from one altogether.


Understand that rights are conventions. They are different from norms, even though these are conventions as well, but the point is that we simply agree that they exist, so we act in accordance to their recognition Whether they actually exist, physically, morally, and so on, is up for debate. And yet, the recognition alone fruits practical impact on reality. We can't exactly be certain that they exist beyond our minds, correct? Not as, let's say, a physical object such as the device you're using to read this article.


You may be surprised, but logically, these rights are also your responsibility, as well as mine. If you believe in the worth of the right for respect, you may act hypocritically if you constantly disrespect others. Strangers, people you know, or both. A person who truly respects this right will not make a mockery of others so frequently. But because people like to have a laugh whenever they'd like, their constant mockery of others and of you becomes obvious. Fun is a poor excuse to disrespect someone, but should you ask them about the right for respect, they might say that they value this right, regardless of their actions.



Rights aren't exactly absolute and they may be limited with justification. Whether or not that justification is a logical one, is another matter. They are often justified soundly when a right is sacrificed, partially or completely, for another. For example: You might not be permitted to protest because of a security threat. In this case your right to protest is minimized in favor of your right to safety.


And speaking of safety, it is quite obvious that it is anyone's moral obligation to keep other people's from harming them. That is, if they really care to be safe from abuse. Physical violence, bullying, and other such acts are examples of those who take away your right for safety, whether they value it, can easily lead to dishonesty. How? Those who inflict violence may not like to receive violence themselves.


Don't expect everyone to care for your rights. That is unrealistic. People with Anti-Social Personality Disorder, for example, don't care, unless it may be useful for them to do so. To expect a sociopath/psychopath to show compassion is like expecting a cat to become a dog. Rights, as such, have compassion as an element: A caring for other human beings, as human beings.


Tyrants may abolish people's rights constantly because many of them are either psychopaths or sociopaths. They lack the emotional capacity to care enough to permit rights to their subjects. Not as much as in democracies, at the least. If all humans were psychopaths, civil and human rights wouldn't exist. Instead, we would live in a world where the strong has any right to rule over the weak, simply because there would be no stronger bodies to oppose them. Also, ruthlessness and power over others, would've been virtues, far more.


I once read the words of such being, who denounced the objective existence of any rights. Unfortunately, I agree with him. His justification was: No right will necessarily prevent one from death, like in murder, but also other forms of death. And indeed, with the lack of regard to other human beings, the only force capable of someone pulling the trigger on something else, is a force stronger than them.


Therefore, in order to fulfill our moral obligation for others' rights, we must grow our compassion and empathy. Decreasing them might make us become.... monsters, permanently. I will not tell you what I mean by that, for I wish to be more discreet. I will only tell you, for now, that it is possible, as evil can corrupt. Disregard morality completely, and you can become such monster as well, with no cure at hand.


It is unrealistic to expect everyone to be compassionate and empathetic, as some people became these monsters I'm speaking of... a point of no return. It is still realistic, I believe, to have faith in many of humanity, who have yet to have fallen to what I'm speaking of.


I believe they can be better beings, through redemption. And perhaps you should believe as well, necessarily for them, or for your own interests. For democracy. Either for its establishment, or for its continuation. Democracy doesn't end in the voting ballot. If anything, it ends where our empathy does. The empathy that is not only of leaders, but of citizens as well. Of anyone with enough heart left.

In Praise of Rights and Civil Behavior: Pillars of Philosocom


I am not advocating for loving strangers. Rather, I am emphasizing the importance of safeguarding their rights, by not allowing yourself to violate them. Respecting them as individuals equal to you by right, can equal to valuing democracy itself, not just the individuals themselves. If they mistreat you, it's perfectly acceptable to remove them from your life, provided it's crucial for your well-being and well-adjusted existence.


(Loving others can offer great comfort, particularly to those who feel isolated and those who aren't morally compromised by the darkness within them).


Democracy grants you the liberty to behave like an anti-social jerk, but for the greater good, you can also choose to be the antithesis of that. Isn't that right? The choice is yours.


While Philosocom is not a democracy, like with any virtual administration, I respect your rights and expect you to respect mine as well. It's called a benevolent dictatorship. I permit you to express yourself as long as it's done respectfully and refuse force you to reveal your true identity in order to comment. Similarly, I welcome criticism and evaluation of my work because you have the right to do so. The high tendency of disrespect online doesn't deter me. Here, it's different. And it will remain so, at least until my demise.

101 views0 comments

Comentarios


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page