top of page

Furthermore on Death (And Reincarnation) -- How I Accepted My Death

Updated: Feb 21


A flying vulture

(Philosocom's directory on death: https://www.philosocom.com/post/defining-death)

*******************************


(French translation by Mr. Roland Leblanc. English Below)


21 décembre 2021 7 minutes de lecture En outre sur la mort (et la réincarnation) – Comment j'ai accepté ma mort Mise à jour : 15 octobre (Dans l'annuaire Philosocom sur la mort : https://www.philosocom.com/post/defining-death) ******************************* Comme vous l'avez probablement lu jusqu'à présent, j'ai une grande affinité avec la mort, non pas parce que je suis suicidaire, mais parce que je considère la mort du point de vue d'un « soldat » ou d'un moine », comme quelqu'un qui rejette le monde. en faveur de poursuites « supérieures ».

L’année d'après a été un peu intense pour moi. Bien que physicaliste, ou personne qui croit que tout ce qui existe est physique, je suis néanmoins resté plus ouvert aux arcanes ; ce domaine que mes racines occidentales m'ont appris à être, que du charabia. Cependant, en approfondissant ce sujet, notamment dans le domaine de la numérologie, j'ai découvert des choses qui étaient pour la plupart vraies à mon sujet, ce qui m'a amené à me demander comment de telles choses peuvent être vraies ; et comment des choses insignifiantes, comme ma date de naissance et mon nom, peuvent me décrire en tant que personne, juste parce que je les ai. En creusant plus loin, tout en essayant de combattre ma maudite fatigue chronique, j'ai découvert ce paragraphe révolutionnaire, en faisant référence au nombre 9 -- mon numéro de « Chemin de Vie » : "Une compréhension de base de la réincarnation est souhaitable car cette vie sera probablement la dernière. Les 9 sont de vieilles âmes qui ont vécu de nombreuses vies. Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi rien ne vous choque vraiment ? C'est parce que vous avez tout vu et tout fait. auparavant. Vous avez existé sous toutes les formes, couleurs, races, croyances, sexes et circonstances. Vous avez voyagé dans tous les domaines de la vie. Bien sûr, cela ne signifie pas que vous avez appris tout ce que vous devez apprendre, et vos expériences dans cette vie le montrera très clairement. Soyez prêt à abandonner vos croyances antérieures et à apprendre quelque chose de nouveau. Si c'est vrai, et si la réincarnation est particulièrement vraie, alors... Je me suis toujours demandé ce qui se passait après la mort, avant même de devenir philosophe. C’était l’une des questions fondamentales que je me posais constamment avant de connaître le concept de philosopher. À l’époque, et encore aujourd’hui, j’ai tendance à penser que, quand on meurt, le « monde entier » devient noir et c’est tout ; quelque chose comme un homme aveugle ou une femme aveugle. Peut-être ai-je inconsciemment adopté cela des jeux vidéo auxquels je jouais. Parce que lorsque votre personnage mourait là-bas, l'écran devenait noir et vous « réapparaissiez », c'est-à-dire reveniez au jeu à partir d'un point antérieur. Aujourd’hui encore, je pense que mon propre « écran » deviendra noir à ma mort. Bien entendu, la réapparition n’a aucun sens dans le monde réel, car la vie n’est pas un jeu vidéo, et vice versa. Mais que se passerait-il si moi aussi je mourais et que je me retrouvais dans un « noir » infini, d'où je ne pourrais pas m'enfuir, où je resterais pour toujours, sans aucune chance que quoi que ce soit puisse arriver ? Et si la mort n’était qu’un emprisonnement éternel et solitaire, où vous ne pouvez même pas bouger ou générer des pensées ? Réincarnation ou pas, cette chose pourrait être une possibilité une fois que l'on meurt ou lorsque l'on est « hors » des « vies supplémentaires ». Aucun d'entre nous ne sait vraiment ce qu'il y a là-dedans après notre mort, ou du moins c'est ce que je crois. Enfant, je croyais à la réincarnation, tout comme au dieu abrahamique, mais c'était avant que je sois beaucoup plus rationnel et sceptique. Je pensais même que j'avais mes propres vies antérieures et que, pour une raison quelconque, je les connaissais. Je me souviens avoir cru que j'étais un ours mort après avoir été piégé par un chasseur ; un chanteur lynché ; il y avait plus de « souvenirs », mais je ne m'en souviens plus. Mon "héros" d'enfance, le personnage fictif Razro de Suikoden IV, peut mourir à la fin d'une partie de n'importe qui, surtout lorsque vous jouez sans savoir comment recruter pleinement tous les membres de votre armée, connus sous le nom d'"Étoiles du Destin". Suikoden, voyez-vous, ne peut pas être entièrement terminé sans guide, car si vous jouez à l'aveugle, sans connaître le moindre détail, alors vous obtiendrez la MAUVAISE FIN, ou du moins son équivalent, la moindre fin. Regarder, enfant, le cadavre de mon héros d'enfance dériver dans un bateau en mer, a probablement été le catalyseur de ma propre obsession solitaire pour la mort. Il y avait une recrue dans ce jeu, quelqu'un que vous pouvez manquer extrêmement facilement, et grâce à elle, vous verrez votre personnage flotter mort sur la mer, peu importe combien de fois vous jouez. Il m'a fallu quelques années pour réaliser qu'il existe une fin alternative ; celui où le héros vit réellement.

Pour une raison quelconque, je voulais que mon héros meure. C'était une fin rationnelle pour moi. C'était une conclusion digne d'un jeu où votre principal "super pouvoir" vous nuit. Tout le jeu portait sur la façon dont certaines personnes mouraient, à cause d'une rune sur les mains qui consommait leur vie au fil du temps et la plupart du temps. Maintenant, alors que j'écris ceci, je réalise que c'est ce que je voulais depuis le début pour lui, non pas parce que je le déteste, mais parce que sa mort limitée, son sacrifice justifient son destin, sa fonction dans le monde dans lequel il opérait... Son "Tikkoun". C’est juste que, d’un point de vue littéraire, il ne reviendra pas ! La raison est qu’il a tellement souffert. Il a sacrifié une grande partie de sa vie et de lui-même. C'est vraiment l'histoire triste d'un ancien chevalier qui a retrouvé les choses qu'il avait perdues... au prix de son indépendance face à cette ennuyeuse Rune du Châtiment. Son don même, qui a sauvé un groupe d’îles d’un empire maléfique, était sa propre malédiction personnelle. Le fait d'être doué est un handicap en soi.

Même dans la suite de ce jeu (un spin-off), Razro ne reviendra que si vous obtenez la meilleure fin du jeu précédent, enregistrée dans cet objet physique : la carte mémoire. S'il revenait, ce serait comme un personnage supplémentaire, une non nécessité supplémentaire.


Et le fait est que j'ai toujours aimé penser que Razro, c'était moi ; Un « soldat » silencieux accomplissant ses missions. Tout ce qu’il fait est déterminé par le jeu et il n’y a pas d’échappatoire. Même lorsque vous avez certains choix, ils finissent par vous ramener à l'intrigue principale, ou s'ANNULENT littérairement lors de la sélection, pour une raison quelconque, même s'ils restent des "options". Beaucoup de gens peuvent penser que « la machine » est stupide, mais pour moi, c'est comme si le jeu vous disait :


"Vous êtes confiné à votre existence actuelle ; vous ne pouvez pas échapper à ce à quoi vous êtes confiné".


Hehehehe... L'illusion du choix.


Cela me rappelle ma propre vie, car j'ai moi aussi ce sentiment intuitif que le destin de ma vie est scellé. Bien sûr, j'ai le pouvoir de changer ma propre vie en faisant des choix inhabituels, comme me tourner vers le crime, la religion ou la politique..... mais il y a ce sentiment très, très lourd qui me « confine » au « sol ». ", comme si je n'avais pas de libre arbitre, mais que j'étais plutôt l'esclave de mes propres désirs et besoins. Je crois en la liberté, mais je ne me sens pas libre quand je pense à mon propre potentiel.


Oui. Je ne me vois qu'une marionnette de la philosophie. J'ai toujours philosophé, d'où ma maîtrise de ce métier. Vous êtes peut-être témoin de quelque chose qui aurait pu être destiné à ma propre existence.


Cela m'a sauvé la vie une fois... Cela m'a guéri d'un handicap physique temporaire. Cela m'a aidé à tuer ma sensibilité...


Je suis esclave de mes propres dons.


Pourquoi croyez-vous que j'écris ? C’est un devoir que j’ai littéralement envie de faire, comme un devoir, en tant qu’étudiant. Plus j'écris, plus quelque chose en moi est satisfait, au point que j'ai le pouvoir réel de me lever du lit dans lequel je suis couché, pendant mon ère de fatigue chronique. C'est quelque chose d'extrêmement sensuel. Pas un fétiche, remarquez, mais quelque chose que je tiens d'une « autorité » ; une « figure » lourde et grasse qui sommeille en moi et qui me confine dans ce lit pour écrire.


Alors... peut-être que même si la réincarnation se révèle réellement existante, mon séjour sur Terre pourrait être mon dernier, non seulement à cause du paragraphe que j'ai cité, mais parce que moi aussi je suis fatigué de ce monde ; des choses qui en enthousiasment beaucoup d'autres.


Enthousiasmé par les choses qui rendent beaucoup de gens heureux. Ils me semblent tous être des mardis décontractés. Une pluie interminable lde mardis. Quand j’apprends aux informations que quelqu’un a été assassiné, je ne ressens que de l’apathie, tout simplement parce que de toute façon, de nombreuses personnes meurent chaque jour.


Quand j’entends que quelqu’un est né de personnes que je connais, je me rappelle automatiquement que de nombreuses personnes naissent chaque jour. Quand j'ai vu cette foutue route à Londres, celle qui enthousiasme un membre de ma famille parce qu'elle est emblématique des Beatles, tout ce à quoi je pouvais penser, c'était à quel point elle ressemblait au paysage de mon propre pays.


Même lors des événements de célébration, la seule chose à laquelle je pouvais penser était ce qui allait suivre : la prochaine leçon, la prochaine mission au travail, etc. Les rafraîchissements provenant des fonctions à remplir sont soit une distraction, soit une fonction en soi de rajeunissement. Néanmoins, chaque tâche a un début et une fin, et la vie n’est qu’une série de tâches, n’est-ce pas ?


N'est-ce pas?


Rien ne m'excite vraiment, même quand je suis, d'une certaine manière, « excité ». Je ne crierai pas de bonheur ; Je ne sombrerai pas dans la fête dans les boîtes de nuit. Un élève de mon passé a dit à la classe qu'il « ne peut même pas l'imaginer [moi] faire ces choses ».


Je suis lentement devenu mort intérieurement. Je suis préparé à la possibilité inévitable de la mort.


Je suppose que c'est pourquoi écrire en tant que philosophe est la seule chose qui me rend fier et accompli. Ce n'est pas de l'arrogance, ni un senti d'être privilégié ; il se pourrait que je meure un jour, et tout ce que je verrai, ressentirai et expérimenterai, c'est une obscurité totale et éternelle, tout cela parce qu'il n'y a plus de tâches à accomplir ; ou des articles restant à écrire.


Ce sera lorsque je serai libéré des fonctions qui m'ont été assignées dans ce monde.


Si tout ce qui existe est rationnel et/ou nécessaire, alors je pourrais, un jour, être trop irrationnel, trop inutile pour vivre, au point même de ne pas revenir.


Je n’en ai pas peur, car cela viendra quels que soient mes efforts. Nous choisissons de reprendre la vie, donc nous choisissons le deuil.


**************************

As you've probably read thus far, I have a large affinity with death, not because I'm suicidal, but because I view death from the point of view of a "soldier" or a monk," as one who discards the worldly in favor of "higher" pursuits.


The following year was a bit revolutionary for me. As a physicalist, or as someone who believes that everything existent is physical, I let myself be more open to the arcane; the same set of fields I was taught by my Western roots to be but mumbo-jumbo. However, as I've dug deeper into it, most notably the field of numerology, I've found things that were mostly true about me, which got me wondering how such things are decided; and what trivial things, such as my birthdate and name, say about me as a person, simply because I have them.

Digging further, while trying to combat my cursed chronic fatigue, I have found out this revolutionary paragraph, when referring to the number 9 -- my "Life-Path" number:

"A basic understanding of reincarnation is desirable because this lifetime is likely to be your last. 9s are old souls who have lived many lifetimes. Haven’t you ever wondered why nothing really shocks you? It is because you have seen and done it all before. You have existed in every form, color, race, creed, gender, and circumstance. You have traveled in every walk of life. Of course, this does not mean that you have learned all you need to learn, and your experiences in this lifetime will make that very clear. Be prepared to LET GO of previous beliefs and learn something new."

If it is true, and if reincarnation is especially true, then... I always wondered what happens after death, even before I became a philosopher. It was one of the basic questions I constantly asked myself before I knew the concept of philosophizing. Back then, and to this day, I tend to think that, when you die, the "whole world" becomes black and that's it; something like a blind man or woman lives.


Perhaps I have unconsciously adopted this from the video games I played. Because when your character died there, the screen would turn black and you would "respawn", a.k.a., return to the game from an earlier point. To this day, I think that my own "screen" will turn black when I die. Of course, respawning doesn't make sense in the real world, as life is not a video game, and vice versa.


But what if I too will die, and I'll find myself in an infinite "black," where I could not run away from, where I would stay forever, with no chance of anything happening whatsoever? What if death is but an eternal, solitary confinement, where you can't even move or generate thoughts? Reincarnation or not, that thing could be a possibility once one dies or when one is "out" of "extra lives".


None of us really know what's in there after the moment we die, or at least that's what I believe. I believed in reincarnation as a kid, as I did in the Abrahamic god, but that was before I was far more rational and skeptical. I even thought I had my own past lives, whom, for some reason, I knew. I recall believing I was a bear who died after getting trapped by a hunter; a singer who got lynched; there were more "memories", but I do not remember them any longer.


My childhood "hero", the fictional character Razro from Suikoden IV, can die at the end of anyone's playthrough, especially when you're playing without knowing how to fully recruit all your army members, known as the "Stars of Destiny". Suikoden, you see, cannot be completed fully without a guide, because if you're playing blindly, without knowing even the thinnest of details, then you're going to get the BAD ENDING, or at least its equivalent, the lesser ending.


Watching, as a kid, my childhood hero's corpse drift away in a boat at sea, was probably the catalyst for my own, solitary obsession with death. There was a recruit in that game, someone you can miss extremely easily, and because of them, you'll see your player character floating dead at sea, no matter how much you play. It took me a few years to realize that there is an alternative ending; the one where the hero actually gets to live.


For some reason, I wanted my hero to die. It was a rational ending for me. It was a worthy conclusion to a game where your main "superpower" damages you. The whole game was about how certain people die, due to having a rune on their hands that consumes their lives over time and in general. Now, as I write this, I realize that's the thing I wanted all along for him, not because I hate him, but because his finite death, his sacrifice, justifies his destiny, his function in the world he operated in... His "Tikkun". It is just, from a literary perspective, that he will not return!

The reason is because he suffered so much. Sacrificed so much of his life and himself. It is truly a saddening tale of a former knight who regained the things he lost.... at the price of his independence from that burdern-some, Rune of Punishment. His very gift, that saved a group of islands from an evil empire, was his own personal curse. Giftedness is a liability of its own.


Even in the sequel to that game (a spin-off), Razro will not return unless you get the best ending in the previous game, saved in this physical object-- the Memory Card. Should he return, it would be, but for being an extra character, an additional unnecessity.


And the thing is, I always liked to think that Razro was me; A silent "soldier" doing his assignments. Everything he does, is determined by the game, and there is no escape from it. Even when you have certain choices, they eventually return you to the main plot, or literary CANCEL themselves upon selection, for some reason, even though they are still "options". Many people may think that "mechanic" is stupid, but for me, it's like the game saying to you:


"You are confined to your current existence; you cannot escape from what you are confined to".



This reminds me of my own life, because I too have this intuitive feeling that my life's destiny is sealed. Of course, I have the power to change my own life by making unusual choices, such as turning to crime, religion, or politics..... but there is this very, very heavy feeling that "confines" me to "the ground," as if I do not have free will, but instead am a slave to my own desires and needs. I am a believer in freedom, but I myself don't feel free, when I think of my own potential.


Yes. I see myself but a puppet to philosophy. I always philosophized, hence my mastery in this craft. You might be witnessing something that could've been destined by my own existence.



I am a slave to my own giftedness.


Why do you think I write? It is a duty that I literally feel like doing, like homework, as a student. The more I write, the more something inside of me is satisfied, to the point that I had the actual power to get up from the bed I lie in, during my Reaping Fatigue Era. It was an extremely sensual thing. Not a fetish, mind you, but something I have from an "authority"; a heavy, fat "figure" that lies within me and confines me to this bed to write.



So... perhaps, even if reincarnation is revealed as truly existent, my own time on Earth may be my last, not exclusively due to the paragraph I quoted, but because I too am tired of this world; of the things that make many excited by it.


Excited about the things that make many happy. They all seem to me like casual Tuesdays. An endless rain of Tuesdays. When I hear on the news that someone has been murdered, all I feel is apathy, simply because many people die every day anyway.


When I hear someone is born to people I know, I automatically remind myself that many people are born every day. When I saw that damn road in London, the one that a family member was excited about because it is iconic to the Beatles, all I could think of was how it was similar to the scenery in my own country.


Even in celebratory events, all I could think about was what will be next -- the next lesson, the next assignment at work, and so on. The refreshments from the functions to be fulfilled are either a distraction or a function of themselves as a rejuvenation. Nonetheless, each task has a beginning and an end, and life is but a series of tasks, is it not?



Nothing truly excites me, even when I am, in a way, "excited." I will not scream in happiness; I will not sink in celebration at nightclubs. A student from my past has told the class, that he "can't even imagine him [me] doing these things."


I slowly became dead inside. I am prepared for the inevitable possibility of death.


I guess that's why writing philosophy is the only thing that makes me feel proud, and accomplished. It's not arrogance, or a sense of entitlement; it could be the possibility that I might die one day, and all I will see, sense, and experience, is complete, eternal darkness, all because there are no more tasks left to complete; or articles left to write.


It will be when I will be discharged from the duties I've been assigned in this world.


If everything that exists is rational and/or necessary, then I might, one day, be too irrational, too unnecessary, to live, even to the point of not returning.


I do not fear it, for it will come regardless of my efforts. We choose to resume living, thus we choose grief.

65 views0 comments

コメント


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page