top of page

Defining the Sage and Their Identity -- How To Become One

Updated: Feb 22


A busy zombie with wings
AI Image by Ms. Dana Avi-Isaac. Instagram: ( https://www.instagram.com/animedrum1 ) Facebook: ( https://www.facebook.com/dana.aviisaac )

(French translation by Mr. Roland Leblanc. English version, below)


Image de type IA par: Mme Dana Avi-Isaac

Plonger dans le royaume des sages Il y a quelques années, je me suis lancé dans une quête visant à percer les mystères entourant le terme « sage », en cherchant des réponses aux questions : qu'est-ce qui constitue un sage et comment peut-on atteindre le statut de sage ? Le défi inhérent à ce sujet réside dans la nature abstraite du terme « sage », qui rend le terme insaisissable à une complète compréhension. Bien que nous puissions largement comprendre ce qu’est une chaise ou une table, avons-nous la même compréhension claire de ce qu’est un sage ? Pas nécessairement.

Un de mes lecteurs de Philosocom a suggéré que la quête de la sagesse est un voyage continu de découverte de soi. Il a en outre souligné que la sagesse n’est pas un état fini mais plutôt un processus évolutif. Après avoir fouillé diverses ressources vidéo sur ce sujet, j'ai formulé ma propre définition d'un sage... Un sage est essentiellement synonyme de « maître », plus précisément de maître de sagesse. Son expertise ne se limite pas nécessairement à un seul domaine… Cette représentation stéréotypée se retrouve dans diverses formes médiatiques, notamment les livres, les films et les jeux vidéo. Carl Jung a même développé un archétype centré sur ce concept. Un sage est une personne recherchée pour des conseils qu'il prodigue avec compétence et efficacité. Un sage est donc un être capable de transmettre régulièrement la sagesse qu’il recherche personnellement initialement. L'étiquette Sage surutilisée : une critique J'ai donc proposé ma définition d'un sage, reconnaissant l'abstraction inhérente du terme. Cependant, j'aimerais également aborder l'utilisation omniprésente et souvent non critique du terme « sage » dans la société. Cette application désinvolte risque de diminuer la signification profonde de la véritable sagesse. Le problème réside dans le fait que les mots et leur signification peuvent facilement changer au fil du temps en raison de la nature fluide de la communication humaine. Par exemple, le terme « pion » à mon époque était synonyme du mot « homme de main » ou « laquais ». Aujourd'hui, cependant, il a acquis une signification particulière grâce à une franchise de films populaire pour enfants. La même chose peut s'appliquer au mot « sage » lorsqu'il est utilisé avec négligence et à outrance, jusqu'à ce que son sens originel se perde, au profit d'un autre sens. Il est important de reconnaître que la véritable sagesse n'est pas un titre à accorder à la légère, car pour être sage, il faut être capable de dispenser régulièrement de la sagesse et être reconnu comme tel dans ce domaine. La véritable sagesse représente un plus grand niveau de sagesse, de maîtrise de soi et d’autres vertus similaires, atteint grâce à un voyage de découverte de soi et de dévouement tout au long de la vie à la recherche de la connaissance et de la vérité. L'abus du terme "sage", ainsi que celui de "philosophe", risque de banaliser ce concept, lui faisant perdre ainsi sa finalité originelle en raison du caractère toujours évolutif de notre langage. Lorsque nous qualifions des individus de sages sans suffisamment de mérite nous diminuons le poids et la signification de la véritable sagesse, nous trompant ainsi nous-mêmes, et peut-être eux aussi. Cela devient un simple mot à la mode, dépourvu de la profondeur qu’il peut avoir. Je n'ai aucun pouvoir pour vous l'interdire. Je vous mets simplement en garde contre le fait d'agir sur la base d'émotions mesquines et contre la manière dont cela peut altérer notre jugement, voire notre propre conception de certains mots. C’est pourquoi j’appelle à une approche plus réfléchie et plus perspicace quant à l’utilisation du terme « sage ». Et bien sûr, d’autres mots de profondeur abstraite, comme « philosophe ». Réservons-le à ceux qui l’ont véritablement mérité : ceux qui incarnent la sagesse, le mérite et la maîtrise de soi que représente la véritable sagesse. Agir autrement peut facilement conduire non seulement à l’illusion mais aussi à la prétention. Et si nous voulons réduire ces risques, nous devons reconnaître la réalité et non la nier. Ce n’est pas de l’élitisme et ce n’est pas du contrôle. Non, je parle d'être fidèle au sens originel de certains mots, afin de préserver leurs véritables significations, au cours de l'évolution de la communication. Car si nous ne préservons pas ces significations, comme nous préservons l’histoire, nous pouvons facilement les perdre. Et pourquoi devrions-nous perdre ces significations, alors qu’elles sont impératives pour notre compréhension de la réalité qu’elles représentent ? L'essence d'un sage : sagesse, courage et recherche de la connaissance Je crois que pour atteindre la véritable sagesse, il faut avoir le courage de reconnaître sa propre sagesse et la résilience nécessaire pour composer avec les implications sociales du fait d'être un étranger parmi des individus « moyens » ou qui ne se distinguent pas. Peut-être que, comme il existe des risques sociaux à être philosophe, il pourrait y avoir des risques distincts et plus importants à cet égard lorsqu'on est sage. La différence entre un philosophe et un sage réside dans leur possession de connaissances. Un philosophe recherche activement la connaissance, animé par une soif insatiable de comprendre la réalité. En revanche, un sage a déjà atteint cette sagesse, l’incarnant dans ses actions et la transmettant aux autres. La sagesse aimante signifie une passion profonde pour la recherche de la connaissance, pas seulement son acquisition.

Et c'est grâce à cette passion, même si elle fait souffrir, qu'un philosophe peut lentement mais sûrement se transformer en un sage estimé, capable d'assister quiconque souhaite devenir son disciple ou son apprenti. Comment savoir quand on est philosophe de par le cœur et pourtant sage ? En regardant en vous et en découvrant à quel point vous avez encore soif de découvrir avec perspicacité. Parce que lorsque vous avez soif de connaissances, vous avez soif de quelque chose que vous souhaitez atteindre. Vouloir atteindre quelque chose, c’est obtenir ce que l’on n’a pas actuellement. Je choisis de souffrir et je considère ma souffrance comme acquise en recherchant, en accumulant et en distribuant des idées. Ne me contentant pas encore de l’idée d’être un sage, je veux être aussi perspicace que possible. Et je refuse d’être satisfait tant qu'il y a encore davantage d’informations qui doivent être acquises, consommées et partagées. Je continuerai à bâtir un empire de sagesse jusqu'à ma mort. C'est la seule chose qu'il me reste à faire. Mon jeune âge n’a pas d’importance. Vive Philosocom.


*****************

(English version, original)


Delving into the Realm of Sages


A few years ago, I embarked on a quest to unravel the mysteries surrounding the term "sage," seeking answers to the questions: What constitutes a sage, and how does one attain sagehood? The inherent challenge with this topic lies in the abstract nature of the term "sage," which makes the term elusive for a wide understanding. While we can widely understand what a chair or table is, do we have the same clear understanding of what a sage is? Not necessarily.


One of my Philosocom readers suggested that the pursuit of sagehood is an ongoing journey of self-discovery. They further emphasized that sagehood is not a finite state but rather an evolving process. After delving into various video resources on this subject, I formulated my own definition of a sage...


A sage is essentially a synonym for "master," specifically a master of wisdom. Their expertise is not necessarily limited to a single domain... This stereotypical portrayal is entailed in various media forms, including books, movies, and video games. Carl Jung even developed an archetype centered on this concept. A sage is an individual sought after for counsel, which they provide with competence and effectiveness. Therefore a sage is a being capable of imparting the wisdom which they initally seek, on a regular basis.


The Overused Sage Label: A Critique


So, I offered my definition of a sage, acknowledging the term's inherent abstraction. However, I'd also like to address the pervasive and often uncritical use of the term "sage" in society. This casual application risks diminishing the profound significance of true sagehood.


The issue lies in the fact that words and their meaning can easily change over time with the fluid nature of human communication. For example, the term "minion" back in my day, used to be synonymous with the word "henchman" or "lackey". Today however, it got a distinct meaning thanks to a popular flim franchise for children.


The same can be applicable to the word "sage" when it is used carelessly and regulalry, until its original meaning loses its intended purpose, in favor of another meaning. It's important to recognize that true sagehood is not a title to be bestowed lightly, as for one to be a sage, one must be capable of dispensing wisdom on a regular basis and be recognized as distinct in this field. True sagehood represents a greater level of wisdom, self-mastery and other such virtues, attained through a lifelong journey of self-discovery and dedication to the pursuit of knowledge and truth.


The overuse of the term "sage", along with "philosopher" risks trivializing this concept , thus taking out its original purpose due the ever-developing nature of our language. When we label individuals as sages without enough consideration, we diminish the weight and significance of true sagehood, thus deluding ourselves, and perhaps them as well. It becomes a mere buzzword, devoid of the depth it can have.


I have no power to forbid you to do so. I am merely warning you about acting on petty emotion, and how doing so can impair our judgement, of even our own conception of certain words.


Therefore, I urge for a more thoughtful and discerning approach to the use of the term "sage." As well, of course, other words of abstract depth, such as "philosopher". Let us reserve it for those who have genuinely earned it: Those who embody the wisdom, merit, and self-mastery that true sagehood represents.


Doing otherwise can easily lead to not only delusion but pretentiousness as well. And if we want to reduce both, we must acknowledge reality, and not deny it. It isn't elitism and it isn't gatekeeping. No. I'm speaking of being faithful to the original meaning of certain words, in order to preserve their true intentions, over the course of communication's evolution. For if we do not preserve these meanings, like we preserve history, we can easily lose said meanings. And why should we lose these meanings, when they are imperative to our understanding of the reality they represent?

The Essence of a Sage: Wisdom, Courage, and the Pursuit of Knowledge


I believe that attaining true sagehood demands the courage to acknowledge one's own wisdom and the resilience to navigate the social implications of being an outsider among "average", or non-distinct, individuals. Perhaps, as there are social risks to being a philosopher, there might be distinct, greater risks in that regard, when being a sage.


The distinction between a philosopher and a sage lies in their possession of knowledge. A philosopher actively seeks knowledge, driven by an insatiable thirst for understanding reality. In contrast, a sage has already attained this wisdom, embodying it in their actions and imparting it to others. Loving wisdom signifies a deep-seated passion for the pursuit of knowledge, not merely its acquisition.


And it is through this passion, even if it makes one suffer, is when a philosopher can slowly but surely transform into an esteemed sage, capable of assisting anyone who wishes to become his or her followers or apprentices.


How can you know when you are a philosopher by heart, and yet a sage? By looking within you, and finding out how much you still crave for insight. Because when you crave for insights, you crave for something you want to attain. Wanting to attain something, means getting what you currently do not have.


I choose to suffer, and see my suffering as granted by seeking, hoarding and distributing insights. Not yet settling with the notion of being a sage, I want to be as insightful as possible. And I refuse to be satisfied, as long as more insights are to be gained, consumed and shared.


I will resume building an empire of wisdom until I die. It's the only thing I have left to do. My young age matters not.


Hail Philosocom.


168 views0 comments

Комментарии


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page