top of page

The Rubinshteinic Technique to Deal With The Past - For a Better Future

Updated: 6 days ago


The philosophers

(French translation by Mr. Roland Leblanc, below)


Ms. Tamara Moskal's Synopsis

Studying our past helps us navigate life's hardships morally and leads us toward our desired life. Past experiences allow us to understand our deepest dreams and teach us what to do and avoid. Even traumatic flashbacks can be an opportunity to learn how to prevent similar misfortunes by moral conduct. We must be strong and determined to reflect on past experiences constructively and use them to overcome new challenges in life. 
Contemporary hedonistic culture conditions us to escape hardship through pleasures, weakening our discipline and tenacity. Submission to pleasures deprives us of strength and can lead to addiction.
We must endure hardship to gain wisdom and become stronger, more moral beings. Ultimately, we might suffer less as we can prevent or reduce misfortunes using the lessons learned from the past. 
We must examine our past activities, break bad habits, become open-minded, and analyze how to alter our behavior to improve. Life can be compared to a maze with many possible choices. If we carefully follow the superior conduct of our choosing, we will reach the desired destination. Learn from the past to make better decisions toward the future of your dreams. 


*********************************


Introduction: Why We Must Confront the Past


Within our past and the past of others, lies the key of a better future. Within our personal and collective struggles, lies the key towards a greater cultivation of a more functional moral code, capable of helping us better navigate the hardships of life, and the hardships in which we may face. Therefore, neglecting the past is also the neglection of much-needed study towards living the life we truly want to live: A life that correlates with our deepest desires.


The point of an ethical code is largely functional, and as such, ethics are the most practical asset of all of philosophy. With ethics we can gain much power, necessary to transform both our lives and others' lives, towards a more bearable existence. If not a loveable existence, too.


Have you ever asked yourself if you love being alive? Did you ask yourselves if you're ever going to achieve the achievable notions of your dreams? By studying the past according to our deepest desires, we can better understand what we should do in the present, and what to avoid entirely.


As such, flashbacks, as tormenting as they may be, and I suffer from them too, can be regarded as opportunities. As possible resources towards studying our misfortunes. By studying our misfortunes, we can also learn how to avoid repeating them again. How to avoid them from repeating, lies in the conduct of our actions. Or in other words, towards our moral behavior.


As much as uncanny as it may sound to you, flashbacks can be quite functional. And the wisdom we distill from the past cannot be distilled if there is no memory of it. And as such, if we refuse to confront our memories, we won't be able to distill the necessary wisdom required to avoid experiencing them again!


Of course we do not want to suffer from the same misfortunes we had before. And if we have the power or influence to avoid them, why not act on that power? At the very least, we could decrease the probability of experiencing misfortune again.


See it like crash tests. A damage being made is useless if we refuse to learn from it! And in order to reflect on the damage we experienced, we must have the virtue of strength.


Why We Must Strive For Strength


Strength might not be the sole factor for our survival, but it can surely reinforce it. Why then, not seek what is beneficial for interests? Strength can be regarded as the combination of tenacity, discipline, endurance and power. In order to overcome the challenges of life, past events included, we must be strong enough, as well as determined, to handle the lessons that await us in our reflection of the past. While we cannot change the past, its most functional role lies on our tenacity to return to it in our thoughts and feelings, and relive, mentally, the misfortunes we endured, once more...


This contemporary culture of hedonism is how we are conditioned collectively to be weaker than we should. As we submit to life's many pleasures, they become a form of escapism and an unnecessary bond of dependence, which can bias our thinking, and not understand the importance of other values. Values other than joy.


We shouldn't rest on the laurels of life when we still have much to learn from the past. The socially-engineered notion of fun as this higher good, is how we depraved ourselves from greater strength, necessary to endure the hardships of life. That is how fun therefore weakens our tenacity and our discipline, and compromises our own power on the altar of hedonism.


The strong, the tough, are those willing to endure hardship, and embrace it, even in the temptation of distracting pleasures. They would actively resist pleasure, for the last thing they morally aspire to, is to be weak. And the weaker one is, the less control he or she has on their own lives, instead falling into the allure of addiction. Much of addiction stems from joy.


The addicted mind is compromised of its powers to act independently and long-term from their source of addiction. Overcoming our addictions, is how we can become stronger. Strong enough to resist the desire to escape our confrontation with the past. And how can we work towards a better future, if we're too busy thinking about other things, other than the misfortune we had?


To prevent or reduce misfortune, mere escape to the embrace of pleasure is insufficient. No. Misfortune is the enemy, and as the Chinese philosopher Sun Tzu said:

“If you know the enemy and know yourself, you need not fear the result of a hundred battles. If you know yourself but not the enemy, for every victory gained you will also suffer a defeat. If you know neither the enemy nor yourself, you will succumb in every battle.”

We must be willing to endure the hardship of study, if we wish to reap the rewards of wisdom. We must be strong-willed enough to explore our traumas, and still remain there, as we once again relive it in our minds.



As you can see, morality isn't as simple as "Do good, avoid bad". "Good" and "Bad" are in constant interplay with each other. What if we must suffer, if suffering lies the key to less painful life, in the long run? What if adversity could also be like a medicine for the mind? Hard to swallow, but effective for it to become accustomed to it?


Therefore, the ability to suffer can make us more moral beings. In other words, learning from the pain caused by the past, can equip us with the wisdom necessary for better conduct with the world around us.


Avoid suffering entirely, and you will deprave yourselves of not only insight, but also greater strength. It's through this strength that we can better explore the darker sides of reality, and come out of them, victorious and with the practical idea of either preventing or reducing such misfortune again.


Revisit, and Act Like You're the One in Charge


The past, never to be physically relived in the exact way again, becomes a sandbox for our personal thought experiments with it. Thought experiments are important in philosophy because reality consists not only from the present, but from what that present might become. Much of what the present might evolve or devolve to, depends on our actions.


We must examine our activities, both in thought experiments and in general, if we want to break the same bad habits that led us to the past's misfortunes. We mustn't be so hell-bent on not being open-minded, nor not being considerate of looking both ways. No. We must see where we did wrong, and think of ways to do better. While we cannot fully control others, we can either influence them, or at the very least, control our own behavior.


Morality is largely a guide to how to act. We might see morality as this lofty value, but we all act upon our own moral conduct. From a functional standpoint, a moral code is inferior when it unnecessarily meddles with our own planning. Therefore, the notion of subjective equality in ethics is flawed by default, if we are to regard morality as a means to an end, rather than an end of itself. Your means either delivers results, or it foils your own hopes and dreams.


The past can be revisited like a place in a maze we were once in. A maze of different choices, each leading to a different outcome. The superior conduct, therefore, is one that actually brings us to the desired destination, the desired outcome. Why would we want to follow a code of conduct that places us in outcomes we don't want to experience? Thus, to play on a Socratic quote, the unexamined morality is not worth following!


When we treat life as this practical, intricate series of mazes, we may realize how powerful we really are in actually working towards the destination we wish to find ourselves in. The length towards it, while important, does not compromise this allegory, as long as we're determined enough to walk the right "lanes" of the "mazes".


Imagine the outcomes. Imagine how your life would've been if you chose a different route with people, with your resources and so on. What lanes did you overlook? What lanes did you underestimate? Life is really this logical series of paths we can walk in. All we have to do is to be aware of the vastness of our choices, at any given time.


Must we choose to be submissive during interpersonal conflicts? Must we walk the same path others walk in, all because their paths are the normal ones to walk? What if these normally-chosen paths are fundamentally flawed? Why, then, bother to follow them at all times, if at all?


Ask yourself these questions, and do not yield to fear. If you want to better navigate the courses of life, you must be aware of what you're truly capable of! And to work towards the expansion of your choices, some aspects might have to be sought, while others must be sacrificed. Reality is that it is intricate as well as it is subtle. Make one bad move and it's like an unwanted turn in a highway road. You're going to find yourself entirely in a different place if you haven't done that move!


Do not blame others too much, when in reality, you can be capable of being in greater charge of your own decisions. For your own decisions influence others! Blame others for acting unintentionally due to your own choices, and you'll deprive yourself the opportunity to be a better decision-maker!


Do not deprive yourselves opportunities to learn, when they have the power to teach us how to be better at making decisions. Making the decisions we want towards our hopes and dreams, and not towards the very misfortunes we seek to avoid!


Ms. Tamara Moskal's Review


The past is our tutorial, the testimonial of who we are and who we like to be. Society and tribal communities require every member to be an "actor" in its grand production of norms and expectations. Yet, in every thought and every action lies the truth of our authentic selves.
Some are so talented in masking that they "forget" their core identity and become the role-playing character of the life's reality show. They might be successful and powerful, cruel or compassionate, yet they will not be at peace if they don't know themselves.
Every pleasure is like a loud shout of joy with an echo fading to silence, leaving the true inner self empty, hungry for more, and unsatisfied. To find answers to our frustrations, we must first see ourselves under the coatings of mental makeup and scars of self-inflicted mutilations to fit, succeed, and please.
We must look back at a character we play and strip the inner self to its core, layer by layer of societal and tribal conditioning, honestly analyzing the reasons for our actions, causes, and effects. The journey of self-discovery is for the courageous because it's long and uncomfortable.
Ultimately, we must be prepared to discover what we dislike or despise. What we find deep inside ourselves might not align with the norms we consciously value in our personal play's setting, such as moral weakness or strong moral values, absence of empathy or too much empathy, and extraverted or introverted characteristics.
Also, we might find long-forgotten, neglected interests like artistic, sportive, philanthropic, or intellectual ambitions. Knowing ourselves means accepting our subjective weaknesses or objective individual characteristics, which is the first step in personal growth. Understanding the precious and repulsive within ourselves enables us to find our purpose to improve and polish till we become the best version of ourselves: the saints, the demons, or the philosophers. The choice is ours. 

*********************


La technique rubinshteinique pour faire face au passé – pour se garantir un avenir meilleur


Synopsis de Mme Tamara Moskal


''L'étude de notre passé nous aide à surmonter moralement les difficultés de la vie et nous conduit vers la vie souhaitée. Les expériences passées nous permettent de comprendre nos rêves les plus profonds et nous apprennent ce qu’il faut faire et éviter. Même des flash-backs (déjà-vu), traumatisants peuvent être l’occasion d’apprendre comment prévenir des malheurs similaires par une conduite morale. Nous devons être forts et déterminés à réfléchir de manière constructive aux expériences passées et à les utiliser pour surmonter les nouveaux défis de la vie.


La culture hédoniste contemporaine nous conditionne à échapper aux difficultés par le plaisir, affaiblissant ainsi notre discipline et notre ténacité. Se soumettre aux plaisirs nous prive de force et peut conduire à la dépendance.



Nous devons endurer les difficultés pour acquérir la sagesse et devenir des êtres plus forts et plus moraux. En fin de compte, nous pourrions souffrir moins si nous pouvons prévenir ou réduire les malheurs en tirant des leçons du passé.


Nous devons examiner nos activités passées, rompre avec les mauvaises habitudes, devenir ouverts d’esprit et analyser comment modifier notre comportement pour nous améliorer. La vie peut être comparée à un labyrinthe avec de nombreux choix possibles. Si nous suivons attentivement la conduite supérieure de notre choix, nous atteindrons la destination souhaitée. Apprenez du passé pour prendre de meilleures décisions pour favoriser l'accomplissement de vos rêves.''


********************************


Introduction : Pourquoi nous devons affronter le passé


Dans notre passé et dans celui des autres se trouve la clé d’un avenir meilleur. Dans nos luttes personnelles et collectives se trouve la clé d’une plus grande culture d’un code moral plus fonctionnel, capable de nous aider à mieux affronter les difficultés de la vie et les difficultés auxquelles nous pouvons être confrontés. Par conséquent, négliger le passé, c’est aussi négliger l'étude indispensable pour mieux vivre la vie que nous voulons vraiment vivre : une vie qui correspond à nos désirs les plus profonds.


L’intérêt d’un code éthique est en grande partie fonctionnel et, à ce titre, l’éthique constitue l’atout le plus pratique de toute la philosophie. Avec l'éthique, nous pouvons acquérir beaucoup de pouvoir, ce qui est nécessaire pour transformer à la fois notre vie et celle des autres, pour une existence plus supportable. Et même cette existence que nous aimons.


Vous êtes-vous déjà demandé si vous aimiez être en vie ? Vous êtes-vous demandé si vous alliez un jour réaliser les ambitions reliées à vos rêves ? En étudiant le passé selon nos désirs les plus profonds, nous pouvons mieux comprendre ce que nous devrions faire dans le présent et ce qu’il faut éviter complètement.


A ce titre, les flashbacks, aussi tourmentants soient-ils, et j'en souffre aussi, peuvent être considérés comme des opportunités. Comme ressources possibles pour étudier nos malheurs. En étudiant nos malheurs, nous pouvons aussi apprendre à éviter de les répéter. Comment éviter qu’ils ne se reproduisent réside dans la bonne conduite dans nos actions. Ou en d’autres termes, tenant compte de notre comportement moral.


Aussi étrange que cela puisse vous paraître, les flashbacks peuvent être très fonctionnels. Et la sagesse que nous distillons du passé ne peut pas être acquise s’il n’y en a pas de souvenir. Et ainsi, si nous refusons de confronter nos souvenirs, nous ne pourrons pas utiliser la sagesse nécessaire pour éviter de les revivre !


Bien entendu, nous ne voulons pas souffrir des mêmes malheurs que nous avons connus auparavant. Et si nous avons le pouvoir ou l’influence nécessaire pour les éviter, pourquoi ne pas agir en fonction de ce pouvoir ? À tout le moins, nous pourrions diminuer la probabilité de connaître à nouveau un malheur.


Voyez-le comme des crash tests (tests de collision). Un dommage causé est inutile si nous refusons d’en tirer des leçons ! Et pour réfléchir aux dégâts que nous avons subis, nous devons avoir l'appui de la force.


Pourquoi nous devons acquérir la force


La force n’est peut-être pas le seul facteur de notre survie, mais elle peut sûrement y contribuer. Pourquoi alors ne pas chercher ce qui est bénéfique dans notre intérêt? La force peut être considérée comme la combinaison de la ténacité, de la discipline, de l’endurance et de la puissance. Afin de surmonter les défis de la vie, y compris les événements passés, nous devons être suffisamment forts et déterminés pour gérer les leçons qui nous attendent dans notre réflexion sur le passé. Bien que nous ne puissions pas changer le passé, son rôle le plus fonctionnel réside dans notre ténacité à y revenir dans nos pensées et nos sentis, et à revivre mentalement les malheurs que nous avons endurés, une fois de plus...


Cette culture contemporaine de l’hédonisme montre comment nous sommes collectivement conditionnés à être plus faibles que nous ne le devrions. À mesure que nous nous soumettons aux nombreux plaisirs de la vie, ils deviennent une forme d'évasion et une occasion de dépendance inutile, qui peut biaiser notre réflexion et nous empêcher de comprendre l'importance des autres valeurs. Des valeurs autres que la joie.


Nous ne devrions pas nous reposer sur les lauriers de la vie alors que nous avons encore beaucoup à apprendre du passé. La notion socialement admise du plaisir en tant que '' bien supérieur'' fait que nous nous privons d'une plus grande force, force nécessaire pour supporter les difficultés de la vie. C'est ainsi que le plaisir affaiblit donc notre ténacité et notre discipline, et compromet notre propre pouvoir sur l'autel de l'hédonisme.


Les forts, les durs, sont ceux qui sont prêts à endurer les difficultés et à les accepter, malgré la tentation de plaisirs distrayants. Ils résisteraient activement au plaisir, car la dernière chose à laquelle ils aspirent moralement est d’être faible. Et plus une personne est faible, moins elle a de contrôle sur sa propre vie, tombant plutôt dans le piège de la dépendance. Une grande partie de la dépendance vient de la joie.


L’esprit toxicomane est compromis dans sa capacité à agir de manière indépendante et à long terme par rapport à la source de sa dépendance. Surmonter nos dépendances, c'est ainsi que nous pouvons devenir plus forts. Assez fort pour résister au désir d’échapper à notre confrontation avec le passé. Et comment pouvons-nous œuvrer à un avenir meilleur, si nous sommes trop occupés à penser à autre chose qu'au malheur que nous avons eu ?


Pour prévenir ou réduire le malheur, la simple fuite vers l’étreinte du plaisir ne suffit pas. Non. Le malheur est l’ennemi, et comme le disait le philosophe chinois Sun Tzu :


« Si vous connaissez l’ennemi et vous-même, vous n’avez pas à craindre le résultat de cent batailles. Si vous connaissez vous-même mais pas l'ennemi, pour chaque victoire remportée, vous subirez également une défaite. Si vous ne connaissez ni l’ennemi ni vous-même, vous succomberez à chaque bataille ».


Nous devons être prêts à endurer les difficultés qu'apportent leur étude si nous voulons récolter les fruits de la sagesse. Nous devons avoir suffisamment de volonté pour explorer nos traumatismes, et y rester, alors que nous les revivons une fois de plus dans notre esprit.


Comme vous pouvez le constater, la moralité n’est pas aussi simple que « Faites le bien, évitez le mal ». « Bon » et « Mauvais » sont en interaction constante l'un avec l'autre. Et si nous devions souffrir, si la souffrance était la clé d’une vie moins douloureuse, à long terme ? Et si l’adversité pouvait aussi être comme un médicament pour l’esprit ? Difficile à avaler, mais efficace si nous nous y faisons?


Par conséquent, la capacité de souffrir peut faire de nous des êtres plus moraux. En d’autres termes, tirer les leçons de la douleur causée par le passé peut nous doter de la sagesse nécessaire pour mieux nous comporter avec le monde qui nous entoure.


Évitez complètement de souffrir, et vous vous priverez non seulement de votre perspicacité, mais aussi de votre plus grande force. C'est grâce à cette force que nous pouvons mieux explorer les côtés les plus sombres de la réalité et en sortir victorieux et avec l'idée pratique de prévenir ou de réduire à nouveau un tel malheur.


Revisitez et agissez comme si vous étiez la personne responsable


Le passé, qui ne sera plus jamais revécu physiquement de la même manière, devient un carré de sable pour nos expériences de pensée personnelles. Les expériences de pensée sont importantes en philosophie parce que la réalité ne consiste pas seulement dans le présent, mais aussi dans ce que ce présent pourrait devenir. Une grande partie de ce à quoi le présent pourrait devenir en mieux ou en pire dépend de nos actions.


Nous devons examiner nos activités, tant dans les expériences de pensée et aussi dans notre quotidien, si nous voulons briser les mêmes mauvaises habitudes qui nous ont conduits aux malheurs du passé. Nous ne devons pas être si déterminés à ne pas faire preuve d’ouverture d’esprit ni à ne pas regarder les deux aspects. Non. Nous devons voir où nous avons commis des erreurs et réfléchir à des moyens de faire mieux. Même si nous ne pouvons pas contrôler entièrement les autres, nous pouvons les influencer ou, à tout le moins, contrôler notre propre comportement.


La moralité est en grande partie un guide sur la façon d'agir. Nous pourrions considérer la moralité comme une valeur noble, mais nous agissons tous selon notre propre code de conduite. D’un point de vue fonctionnel, un code moral est inférieur lorsqu’il se mêle inutilement de notre propre planification. Par conséquent, la notion d’égalité subjective en éthique est erronée par défaut, si nous devons considérer la moralité comme un moyen pour atteindre une fin plutôt que comme une fin en soi. Soit vos moyens donnent des résultats, soit ils déjouent vos propres espoirs et rêves.


Le passé peut être revisité comme un lieu dans un labyrinthe dans lequel nous nous trouvions autrefois. Un labyrinthe de choix différents, chacun menant à un résultat différent. La conduite supérieure est donc celle qui nous amène réellement à la destination souhaitée, au résultat souhaité. Pourquoi voudrions-nous suivre un code de conduite qui nous place dans des situations que nous ne souhaitons pas connaître ? Ainsi, pour jouer sur une citation socratique, une morale non examinée et non vérifiée ne vaut pas la peine d’être suivie !


Lorsque nous considérons la vie comme une série pratique et complexe de labyrinthes, nous pouvons réaliser à quel point nous sommes réellement puissants en travaillant réellement vers la destination dans laquelle nous souhaitons nous trouver. Le temps que nous prenons pour y parvenir, bien qu'important, ne compromet pas cette allégorie, aussi longtemps que nous sommes suffisamment déterminés pour parcourir les bonnes « voies » de ce « labyrinthe ».



Imaginez les résultats. Imaginez comment aurait été votre vie si vous aviez choisi une façon différente d'inter-réagir avec les gens, avec vos ressources, etc. Quelles voies avez-vous négligées ? Quelles voies avez-vous sous-estimées ? La vie est en réalité une série logique de chemins que nous pouvons emprunter. Tout ce que nous avons à faire est d’être conscient de l’immensité de nos choix, à tout moment.


Devons-nous choisir d’être soumis lors des conflits interpersonnels ? Devons-nous suivre le même chemin que les autres, tout cela parce que c'est la façon habituelle de le faire ? Et si ces voies normalement choisies étaient fondamentalement erronées ? Alors pourquoi se donner la peine de les suivre à tout moment, si nous pouvons les éviter complètement ?


Posez-vous ces questions et ne cédez pas à la peur. Si vous voulez mieux naviguer dans les cours de la vie, vous devez être conscient de ce dont vous êtes vraiment capable ! Et pour œuvrer à l’élargissement de vos choix, certains aspects devront peut-être être recherchés, tandis que d’autres devront être sacrifiés. La réalité est que c’est à la fois complexe et subtil. Faites un mauvais mouvement et c'est comme un virage indésirable sur une autoroute. Vous allez vous retrouver complètement dans un endroit différent si vous n’avez pas fait cet exercice.


Ne blâmez pas trop les autres, alors qu'en réalité, vous pouvez être capable d'être plus responsable de vos propres décisions. Car vos propres décisions influencent les autres ! Blâmez les autres d'agir involontairement en raison de vos propres choix, et vous vous priverez de la possibilité d'être un meilleur décideur !


Ne vous privez pas d’opportunités d’apprentissage, alors qu’elles ont le pouvoir de nous apprendre à mieux prendre des décisions. Prendre les décisions que nous voulons en fonction de nos espoirs et de nos rêves, et non enfonctiondes malheurs que nous cherchons à éviter !


Avis de Mme Tamara Moskal


'' Le passé est notrecours pratique, le témoignage de qui nous sommes et de qui nous aimons être. La société et les communautés tribales exigent que chaque membre soit un « acteur » dans sa grande production de normes et d’attentes. Pourtant, dans chaque pensée et chaque action réside la vérité de notre moi authentique.


Certains sont si doués pour le masquage qu'ils « oublient » leur identité fondamentale et deviennent le personnage de jeu de rôle de l'émission de téléréalité de leur vie. Ils peuvent réussir et être puissants, cruels ou compatissants, mais ils ne seront pas en paix s'ils ne se connaissent pas.


Chaque plaisir est comme un grand cri de joie dont l’écho s’efface jusqu’au silence, laissant le véritable moi intérieur vide,de plus affamé et insatisfait. Pour trouver des réponses à nos frustrations, nous devons d’abord nous voir sous les couches de maquillage mental ety voir les cicatrices des mutilations auto-infligées pour nous adapter, réussir et être satisfaits.


Nous devons revenir sur undes personnagesque nous jouons et dépouiller le moi intérieur jusqu'à son noyau, couche par couche de conditionnement social et tribal, en analysant honnêtement les raisons de nos actions, leurs causes et leurs effets. Le voyage de découverte de soi est réservé aux courageux car il est laborieuxet inconfortable.


En fin de compte, nous devons être prêts à découvrir ce que nous n’aimons pas ou ce que nous méprisons. Ce que nous trouvons au plus profond de nous-mêmes peut ne pas correspondre aux normes que nous valorisons consciemment dans le cadre de notre jeu personnel, telles que la faiblesse morale ou de fortes valeurs morales, l'absence ou l'excès d'empathie, et les caractéristiquesd'extraverti oud'introverti.


Nous pourrions également retrouver des intérêts oubliés et négligés depuis longtemps, comme des ambitions artistiques, sportives, philanthropiques ou intellectuelles. Se connaître signifie accepter nos faiblesses subjectives ou nos caractéristiques individuelles objectives, ce qui est la première étape de la croissance personnelle. Comprendre ce qui est précieux et répugnant en nous nous permet de trouver notre objectif,de nous améliorer et de nouspolirjusqu'àce quenous devenions la'' meilleure version de nous-mêmes'':être unsaint, undémon ou unphilosophe. Le choix nous appartient.''


32 views0 comments

Comments


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page