top of page

The Rubinshteinic Moralist Guide to Hospitality

Updated: Feb 9


(September 2023 note: I am no longer handicapped. I explained why in this article).

************************************


(French translation by Mr. Roland Leblanc. English Below)

Le guide moraliste rubinshteinique de l'hospitalité


L'hospitalité est une tradition honorable qui se retrouve à travers l'histoire de l'humanité, à travers le monde. Lorsque vous offrez sincèrement votre hospitalité à quelqu'un, vous lui montrez votre respect. Un hôte authentique ne peut donc pas héberger sans avoir aucun respect envers ses invités.


Je ne parle pas forcément des hôtels et autres commerces où l'on héberge des personnes en échange d'un gain monétaire. Après tout, le gain monétaire peut facilement dépasser l'aspect d'honneur dans cet échange, alors que le seul intérêt du chef d'entreprise est de capitaliser sur les besoins des étrangers.Ainsi même, la qualité de l'entretien est un signe de respect, même dans de tels cas.


En tant qu'être moral, l'hospitalité est très importante pour moi, chaque fois que j'héberge quelqu'un dans mon appartement. Je me sens obligé de leur accorder le respect qu'ils méritent et d'offrir tout ce que je peux, bien que je sois une personne handicapée. Bien sûr, je n'héberge personne sur mon territoire. Car mon territoire est le mien. C'est moi qui décide qui entre et qui sort. L'influence dans mes décisions n'est pas pertinente. Car je sais que mes actions ont des conséquences.


Et en tant que tel, j'ai le respect de ne pas héberger ceux qui ont été affreux envers ceux que j'apprécie. Je n'ai aucun désir de faire honte aux autres en respectant ceux qui leur ont fait honte.


Je suis un Maître Hérétique de Grâce. Cela signifie que je remets profondément en question et m'oppose à la moralité perçue de la société, au nom de la grâce. Au nom de la vertu, de l'équité et de l'honnêteté. Je regarde les dépravés moralement, et ceux qui justifient leur immoralité, et j'ai honte.


Je ressens de la pitié. Je ressens la disgrâce, le chagrin et l'humiliation. J'ai honte, car je refuse d'être comme eux. Car je veux être un meilleur être humain. Un homme meilleur, et être un meilleur hôte, sont certainement des caractéristiques de ma noble ambition de devenir plus moral qu'une grande partie de l'humanité.


Et je ne suis qu'un « maître » parce que c'est une compétence que je perfectionne et que je m'efforce de perfectionner indéfiniment. Comme tous les maîtres méritent de le faire.


Non, je ne suis pas un saint. Mais être imparfait est une mauvaise excuse pour ne pas travailler à l'amélioration. Voir l'illusion du Nirvana, sur quoi j'ai déjà écrit.


Il est imprudent de considérer la morale comme une notion purement subjective. Parce que lorsque nous avons besoin de survivre et que nous devons compter sur les autres pour survivre et prospérer, nous devons attribuer une certaine importance objective à la moralité. Parce que plus nous humilions et manquons de respect aux autres, plus nous pouvons nuire à notre propre survie et à notre coopération avec les autres êtres humains.


Il est donc de notre intérêt de travailler et de devenir des êtres plus moraux. Cela signifie que, lorsque nous accueillons des personnes, nous ne devons pas seulement les respecter, mais aussi ceux avec qui elles sont associées et leurs relations avec ceux qui nous sont chers.


Pourquoi? Car l'hospitalité est aussi une notion politique, et pas seulement morale ou financière, forcément. C'est comme un mouvement que vous pouvez faire sur un échiquier. Vous pouvez en tirer quelque chose, tout comme vous pouvez perdre quelque chose, en retour. Évaluez vos actions avec sagesse, si vous ne voulez pas faire plus de mal que de bien. Demandez-vous si faire une certaine action vaut le coût qu'elle peut entraîner. Soyez sage. Ne soyez pas naïf. Ne soyez pas innocent, comme un Tom. Et n'osez pas utiliser l'innocence comme excuse pour une mauvaise erreur.


Ne justifiez pas vos erreurs. Réduisez simplement leur probabilité, à la place, pour aller de l'avant. Cela fait partie du fait d'être un adulte, n'est-ce pas ?


C'est l'une des nombreuses raisons pour lesquelles je suis un Tomasio. Ceux qui utilisent l'innocence et l'ignorance comme excuse pour me maltraiter et/ou m'humilier ne méritent aucune place dans ma vie. Je ne permettrai à personne de se mettre en travers de mon chemin. J'ai été suffisamment traumatisé par les actes d'ignorance des imbéciles qui justifient leurs propres actions par le whataboutism (qu'est-ce que c'est), une erreur logique très infantile souvent utilisée par les enfants de la maternelle et même les élèves du secondaire.


"Mais tu as fait des choses aussi !" certains diront. Quelle folie. La différence entre eux et moi, c'est que je m'efforce de m'améliorer et de rectifier mes erreurs. Ils ne font pas nécessairement la même chose. Ceux qui refusent de s'améliorer, parce que d'autres méritent de s'améliorer aussi, sont en dessous de ma moralité rubinsteinienne.

(Remarque : Je ne me soucie peu de la terminologie. Je me soucie du sens et de la fonctionnalité des mots. "Rubinshteinic", "Rubinshteinian", dans les deux cas, c'est bien. Le plus sage se soucie de ces aspects. Les termes ne font que représenter. Concentrez-vous sur le primaire, pas le secondaire).


Néanmoins, je crois que la vengeance a sa place dans la morale. Certaines personnes sont trop stupides pour réaliser les défauts de leurs erreurs jusqu'à ce qu'on les leur montre. La vengeance peut être utilisée pour enseigner à ces personnes les leçons qu'elles méritent, afin qu'elles ne répandent pas leur dépravation dans un monde déjà dépravé.


Malheureusement, il est facile de sous-estimer de nombreuses personnes, car elles n'ont pas la capacité ou la volonté de remettre en question leurs propres moqueries et autres comportements honteux.


Une partie de la description de travail du philosophe consiste à montrer aux gens l'erreur de leurs manières. La vengeance n'est qu'un des outils qui peuvent être utilisés à cette fin.


Je n'hébergerai jamais ceux qui sont déshonorants impulsif, avec peu ou pas de honte non plus. La morale est avant tout une contrainte. Ceux qui m'ont maltraité ou qui m'ont été chers ne mettront jamais les pieds sur mon territoire. Mon territoire ne mérite pas d'être souillé par leur présence immorale.


Chen ne sera jamais autorisée dans aucune propriété physique que je pourrais posséder. C'est elle qui m'a traité avec une expression de si mauvais goût. Il en va de même pour quiconque a levé la main sur moi ou m'a menacé. Si vous êtes précieux pour moi en tant que personne et que quelqu'un qui a fait des choses similaires veut être sur ma propriété, on lui montrera la porte.


(En outre : aucun de mes agresseurs ne mérite de recevoir un centime de mon empire de contenu en pleine croissance).


C'est mon droit d'héberger qui je veux. Cela signifie également que j'ai le droit d'agir honteusement. Parce que dans une société moralement dépravée, vous avez le droit d'être moralement dépravé vous-même. Tout ça parce que c'est accepté.


Cependant, contrairement à beaucoup de gens, je refuse d'être honteux. Je n'utiliserai pas mes droits comme excuse. En ce qui concerne cet article, cela inclut ma propre mère. Quiconque abusera à l'avenir, ne sera pas admis sur mon territoire.


Peu m'importe que le monde soit injuste et honteux. Peu m'importe que la société normalise l'injustice, la disgrâce, la moquerie et l'ingratitude. Aucunes! Rien de tout cela ne signifie que je devrais en être partie prenante.


Si j'agis comme prévu dans une kakistocratie, je ne ferai que contribuer à sa honteuse normalisation des souffrances inutiles. Et je refuse de devenir un Kakistocrate. Je refuse d'être un patron abusif.


En visitant ce site, chers lecteurs, vous êtes mes invités. Veuillez traiter cet espace avec le même respect que moi, comme s'il s'agissait d'un espace physique. C'est un espace public, mais il n'appartient qu'à moi et à moi seul. Après ma mort, il appartiendra à mon successeur, quel qu'il soit.


Merci pour la lecture.


Final : Je ne plaisante en aucune façon. Regardez profondément dans mes yeux, et j'espère que comprendrez le poids de mon sérieux.


Car le plus souvent alors non, il n'y a pas d'humour à l'intérieur.


******************


(English, Original)


Hospitality is a honorable tradition that can be found across the history of humanity, throughout the world. When you extend your hospitality to someone sincerely, you show your respect to them. A genuine host, therefore, cannot host without any respect to his or her guests.


I am not speaking of hotels, necessarily, and other businesses where you host people in exchange for monetary gain. After all, the monetary gain can easily overcome the aspect of honor in this exchange, when the sole interest of the business owner is to capitalize over the needs of strangers. Even so, serviceability is a worthy sign of respect, even in such cases.


As a moral being, hospitality is very important to me, whenever I do host someone in my apartment. I feel compelled to give them the respect they deserve, and offer whatever I can, despite being a handicapped person. Of course, I do not exactly host anyone in my territory. For my territory is mine. It is I who decides who gets in and who gets out. Influence in my decisions is an irrelevant matter. For I know my actions have consequences.


And as such, I have the self-respect to not host those who have been awful to those who I value. I have no desire to shame others by respecting those who have been disgraceful to them.

I am a Heretic Master of Grace. It means I deeply question and oppose the perceived morality of society, in the name of grace. In the name of virtue, fairness, and honesty. I look at the morally depraved, and on those who justify their immorality, and I feel shame.

I feel pity. I feel disgrace, sorrow, and humiliation. I feel shame, for I refuse to be like them. For I want to be a better human being. A better man, and being a better host, are certainly features in my noble ambition to become more moral than much of humanity.


And I am merely a "master" because it is a skill I hone and strive to hone indefinitely. As all masters deserve to do.


No, I am no saint. But being imperfect is a poor excuse to not work towards improvement. See the Nirvana Fallacy, I wrote about.


It is unwise to regard morality as a purely subjective notion. Because when we need to survive, and when we need to rely on others for survival and prosperity, we must attribute some degree of objective importance to morality. Because the more we shame and disrespect others, the harder we can damage our own survival and cooperation with other human beings.


It is, therefore, our interest, to work and become more moral beings. It means that, when we host people, we should not only respect them, but those whom they are associated with, and their relations with those who are dear to us.


Why? Because hospitality is also a political notion, and not only moral or financial, necessarily. It is like a move you can make in a chess board. You can earn something out of it, just like you can lose something, in return. Evaluate your actions wisely, if you do not want to cause more harm than good. Ask yourself if doing a certain action is worth the cost it may bring. Be wise. Don't be naive. Don't be innocent, like a Tom. And don't you dare use innocence as an excuse for a poor mistake.


Do not justify your mistakes. Just reduce their probability, instead, moving forward. It is but part of being a grown adult, correct?


That is one of the many reasons I am a Tomasio. Those who use innocence and ignorance as an excuse to abuse and/or humiliate me deserve no place in my life. I will not allow anyone to stand in my way. I have been traumatized enough by the ignorant deeds of fools who justify their own actions with whataboutism, a very infantile logical fallacy often used by kindergarteners and even high school students.


"But you did things too!" others may claim. How foolish. The difference between me and them is that I strive to improve and rectify my mistakes. They do not necessarily do the same. Those who refuse to improve, because others deserve to improve as well, are beneath my Rubinsteinian morality.


(Note: I care little for terminology. I care for the meaning and functionality of words. "Rubinshteinic", "Rubinshteinian", either way is fine. The wiser being cares for these aspects. The terms merely represent. Focus on the primary, not the secondary).


Nevertheless, I believe that vengeance has its place in morality. Some people are too foolish to realize the faults of their errors until they are shown them. Vengeance can be used to teach these people the lessons they deserve, so that they do not spread their depravity to an already depraved world.


Unfortunately, it is easy to underestimate many people, as they lack the ability or will to question their own mockery and other disgraceful behavior.


Part of the philosopher's job description is to show people the error of their ways. Vengeance is just one of the tools that can be used for this purpose.


I will never host those who are dishonorable or impulsive, with little to no shame to either. Morality is first and foremost a restraint. Those who have been abusive to me or to those I hold dear will never set foot in my territory. My territory does not deserve to be tainted by their immoral presence.


Chen will never be allowed in any physical property that I may own. She is the one who treated me with such poor taste. The same goes for anyone who has laid a hand on me or threatened me. If you are valuable to me as a person, and someone who has done similar things wants to be on my property, they will be shown the door.


(Furthermore: No abuser of mine deserves to get a penny of my growing content empire).


It is my right to host whoever I want. It also means that I have the right to act disgracefully. Because in a morally depraved society, you are allowed to be morally depraved yourself. All because it is accepted.


However, unlike many people, I refuse to be disgraceful. I will not use my rights as an excuse. In this article's regard, that includes my own mother. Anyone who either abused her or will absue in the future, will not taint my ground.

I do not care that the world is unjust and disgraceful. I do not care that society noramlizes injustice, disgrace, mockery and ungratefulness. None! None of those mean that I should be one as well.


Should I act as expected in a Kakistocracy, I will only contribute to its shameful noramlization of unnecessary suffering. And I refuse to become a Kakistocrat, to those whom I will hire. I refuse to be an abusive boss.


By visiting this site, dear readers, you are my guests. Please treat this space with the same respect that I do, just as if it were a physical one. This is a public space, but it belongs to me and me alone. After my death, it will belong to my successor, whoever they may be.


Thank you for reading.


Final: I am not kidding around in any way. Look deeply into my eyes, and you'll hopefully understand the weigth of my seriousness.


For most often then not, there is no humor inside.


119 views0 comments

Comments


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page