top of page

Post-Purpose and BoJack Horseman -- Understanding the Rationale of Discontent

Updated: Apr 27


An exotic, liberated animal.

(French Translation by Mr. Roland Leblanc, Below)


Ms. Tamara Moskal's Synopsis

The author refuses in a state of "Post-Purpose" where previously set goals have been achieved. He chose the solitary path of an ascetic, providing guidance and help to others. He is determined to contribute to humanity using pain and existential suffering as motivation.
To live a successful Post-Purpose life, we must resist the frustrating need for new goals and break the desire and materialistic consumption cycle. Chasing fleeing ambitions repeatedly creates a necessity for new achievements, often leading to addiction, depression, mental illness, and even suicide.
Perfectionism is futile. Embracing flows and striving for higher standards are realistic and desirable. The author illustrates the Post-Purpose approach by comparing the struggle of a fictive character, Bojack Horsman, to his strategy. Bojack is stagnant, obsessively trying to reproduce his past success and looking for external validation.
In contrast, the author also refused his Post-Purpose, but unlike the character, he embraced his discontent, and let go of the past to grow as a human.
True happiness lies in finding and pursuing a long-lasting, realistic goal that leads to personal fulfillment and growth.

***********************

"My purpose has vanished once it has been achieved. Just like a video game that has been finished, it can still be enjoyed without starting a new game, be it a complete or partial reset of its development. A post-purpose life is to be both appreciated and learned by as many people as possible, but only if we ruthlessly refuse to overcome our attachments to our emotions." -- A renovated response of mine to an answer request on Quora.


*************************


Navigating a Post-Purpose Life


As many of you may already know, my journey has been unconventional and full of pain. While other young adults are just embarking on their life's path, I found myself in a state of retirement, never needing to actually work for a living.



Unlike most who seek guidance, I’ve become accustomed to offering it, understanding the importance of helping others. And while many yearn for love, marriage, and family, I chose the solitary path of a the ascetic, rarely even contemplating romantic love as a practical possibility.


Unlike many I have the opportunity to live in a state of "Post-Purpose," where all previously set goals have been achieved. Despite my ability to rest on the leaurels of life, I refuse doing so, and I refuse relentlessly. For I understand that as long as I can contribute, I should not waste that potential being idle and succumbing to pure joy.


I don't live to have fun. I haven't felt pure joy since 2008. My existence is fueled with chronic pain, and I use the pain and the emptiness as motivators. Treating them as problems to be solved is an orthodox mistake of logic that does not look both ways.


The question that lingers for myself and others like me is how to navigate a Post-Purpose life. To live such a life, we must resist the frustration that compels us of needing a new purpose, one that throws us back into the common cycle of seemingly-endless desire, capitalized by greedy companies. This cycle thrives on the belief that achieving a specific milestone (finding love, securing a certain career) will unlock permanent satisfaction.


But true fulfillment, I believe, is a conscious choice, not a destination reached by external pressures or fleeting desires. It is mainly done when we gather the strength inside, to make the regular choice to let go.


Choosing Contentment VS Living In Endless Loop


Indeed, a post-purpose life is a conscious decision, often taken after achieving what we once deemed essential. It's a recognition that ceaselessly chasing ambitions only creates an insatiable hunger within. A mind already blissful with satisfaction doesn't need more purpose. The pursuit would only leave a void.


The point of this hunger, just like with the physical hunger for food, is to get something done. To get something done, you must become fit enough for the task which your hunger sets you off to. Therefore, discontent has its own practical functionality. It's there to make you displeased with yourself or with how things currently are, so you'll be willing enough to work towards a change.


When we breed insatiable hunger, we turn ourselves from serene people, to people who are constantly stressed by their own discontent. This discontent fuels the modern materialistic loop – an anxious, short-term cycle that breeds frustration and emptiness. It is, you see, a self-feeding cycle, idea for others to abuse for greater profit.


The consequences of never being truly content slowly become visibile: addiction, depression, mental illness, and even suicide. The Post-Purpose approach, when embraced holistically, offers an alternative to this chronic suffering. It not only satiates the mind but also shields us from these pitfalls. In a sense, we better equip ourselves to choose our own hunger. To reduce our suffering, we should choose hunger that can be satiated permenantly.



And in here lies the dark side of purpose-seeking. It can devolve into a relentless obsession, particularly when the desired purpose is unrealistic or unsustainable. As such,we may, without sufficient foresight, choose to suffer impractically, believing we're doing enough work to quiet down our thirst towards being content. In reality, why bother investing so much energies and resources towards activities that cannot completely fuel our satisfaction?


This question applies only to those who want to be satisfied, to those who want to feel joy constantly and to those who see discontent a problem for these ends.


For me discontent and even agony are assets, not liabilities to get rid of. Largely, I've no desire to discard assets. Both in resource, and in people. I don't live to be content. I live to work. Work is how I mentally survive in a world whose pleasures I find absurd and exhausting. Why would anyone want to be fatigued?


Perhaps it's time to collectively acknowledge the futility, even the counter-productivity, of the pursuit of perfection. Perfectionism isn't a realistic venture Striving for high standards, is. I prefer to embrace the flaws and live despite the struggle, than delude myself to believe in a painless reality. According to the Paradise Paradox, we are programmed to be displeased. And displeasure/discontent, as explained, has its purpose in our survival and in our success.


Embracing a post-success life, where we savor the fruits of our achievements, may be the key to long-term contentment. However, can we truly live in peace with it? Most of us can have the opportunity to revel in life's pleasures without needing to constantly move on to the next level like in an endless game.


Some of us refuse to, because we choose to care, and thus, suffer willingly under purpose.


BoJack Horseman and Post-Purpose: Two Sides of the Same Coin


BoJack Horseman, the titular character from the acclaimed Netflix series, serves as a counterpoint to the concept of a Post-Purpose life. While I see discontent for its vast industrial potential, BoJack embodies the pitfalls of clinging to the nostalgia of success and to the emptiness and depression that follows.


BoJack's Struggle To Return To Purpose:


  • Chasing Past Glory: BoJack's entire existence revolves around recapturing the success of his 90s sitcom, "Horsin' Around." He constantly seeks validation and a return to his perceived "golden age", neglecting opportunities for personal growth and genuine happiness. Instead, he falls to the short-term satisfactions of alcohol, drugs and s*x. In reality these hedonistic pursuits are but excuses to not face his empty life.

  • Misguided Purpose: BoJack's "purpose" becomes fixated on external validation and replicating a past he fails to recreate. The need of validation is but an escapism from his inability to be able to truly rest on the laurels of a life lived with fame and success. That is even though he wants to be fulfilled. This pursuit ultimately leads to self-destructive behavior – addiction, failed relationships, and a general sense of hopelessness.

Mr. Tomasio vs. BoJack:


  • Conscious Choice vs. Obsession: My acceptance of Post-Purpose as a counter-intuitive approach highlights a conscious choice to avoid contentment even after achieving one's goals. BoJack, on the other hand, is consumed by an unhealthy obsession with a singular purpose he fails obtaining -- to be happy with life.

  • Relentlessness vs. Stagnation: I embrace a life of displeasure, seeing discontent as a virtue for more and more success. BoJack remains stagnant, clinging to the past he cannot relive and refusing to define his own path forward. I too hold my past with gratefulness. But I decided to kill the desire to relive it. Tom is dead, as he should.

BoJack's Importance:


  • A Cautionary Tale: BoJack's story serves as a cautionary tale for those who, like him, might confuse past success with the realistic ability to make it happen once more. However, nostalgia has its own disadvantages.

  • The Importance of Growth: BoJack's struggles highlight the importance of personal growth and finding meaning beyond external validation. They also show the of being able to let go of the past, and live in peace with its departure from your life. Instead, we can redirect our resources into planning the next stages of our lives, or, again, be strong enough to not need any purpose to cling on, just to mentally survive in this world.



Bojack and I represent opposing ends of the spectrum. The choice of whose example to follow rests on you. The pursuit of happiness lies not in external validation or replicating past successes, but in finding a purpose that actually leads personal fulfillment, with enough effort invested.


"BoJack is a textbook example of the delusion and inefficiency of the American dream. Being successful, rich, or famous will not guarantee you the happiness you were looking for. Why? Because eventually the joy from these achievements will fade like the collective memory of a typical 90s sitcom." -- A comment of mine on BoJack Horseman's credits song.

Only once we're ready enough to see emotions as pawns, rather than goals, we can use ourselves far more industriously, for a much better world. The choice rests on us and on our relationships with our feelings.


Mr. Nathan Lasher's Feedback


You don’t start from nothing to a post purpose life. That is only achieved by living a great life and reaching your potential, something not a lot of people do. We are all familiar with not having a very purpose filled life. Most people are too concerned with the day to day rat race to actually give themselves a purpose other than going to work and taking care of their own personal lives
Discontent should be a sign you are missing something from your life. Don’t mean that in a superficial materialistic kind of way. I’m referring to what the object you want actually gives you. A sense of euphoria as a need or want of yours is being met. Mainly discontent is a sign that you can do better. We should always feel discontent about something. It means we care.

**************************************


French translation by Mr. Roland Leblanc, here.


Après l'atteinte d'objectif et BoJack Horseman – Comprendre la justification du mécontentement


Synopsis de Mme Tamara Moskal


'' L'auteur refuse cet état de « Post-Objectif » où les objectifs préalablement fixés ont été atteints. Il a choisi le chemin solitaire d’un ascète, fournissant conseils et aide aux autres. Il est déterminé à contribuer à l’humanité en utilisant la douleur et la souffrance existentielle comme motivation.


Pour vivre une vie post-objectif réussie, nous devons résister au besoin frustrant de nouveaux objectifs et briser le cycle du désir et de la consommation matérialiste. La poursuite répétée d’ambitions de fuite crée la nécessité de nouvelles réalisations, conduisant souvent à la dépendance, à la dépression, à la maladie mentale et même au suicide.


Le perfectionnisme est futile. Adopter les flux et s’efforcer d’atteindre des normes plus élevées sont réalistes et souhaitables. L'auteur illustre l'approche  Post-Objectif  en comparant le combat d'un personnage fictif, Bojack Horsman, à sa stratégie. Bojack stagne, essayant de manière obsessionnelle de reproduire ses succès passés et recherchant une validation externe.


En revanche, l'auteur a également refusé son  Post-Objectif   , mais contrairement au personnage, il a embrassé son mécontentement et a abandonné le passé pour grandir en tant qu'humain.


Le vrai bonheur réside dans la recherche et la poursuite d’un objectif réaliste et durable qui mène à l’épanouissement et à la croissance personnels.''


***********************

"Mon objectif est disparu une fois atteint. Tout comme un jeu vidéo terminé, on peut toujours en profiter sans en lancer un nouveau, qu'il s'agisse d'une réinitialisation complète ou partielle de son développement. Une vie après le Post-Objectif  est d'être à la fois apprécié et connu par le plus grand nombre, mais cela est possible seulement si nous réussisons à surmonter l'attachement à nos émotions. » -- Une de mes réponses re-travaillées à une demande de réponse sur Quora.


*************************


Naviguer dans une vie post-objectif


Comme beaucoup d’entre vous le savent peut-être déjà, mon parcours a été non conventionnel et plein de douleur. Alors que d'autres jeunes adultes commencent tout juste leur chemin de vie, je me suis retrouvé dans un état de retraite, sans jamais avoir eu besoin de travailler pour gagner ma vie.


Contrairement à la plupart de ceux qui recherchent des conseils, je me suis habitué à les offrir, comprenant l’importance d’aider les autres. Et tandis que beaucoup aspirent à l’amour, au mariage et à la famille, j’ai choisi la voie solitaire d’un ascète, envisageant rarement l’amour romantique comme une possibilité pratique.


Contrairement à beaucoup d’autres, j’ai la possibilité de vivre dans un état de « post-objectif », où tous les objectifs fixés précédemment ont été atteints. Malgré ma capacité à me reposer sur les succès de ma vie, je refuse de le faire, et je refuse sans relâche. Car je comprends que tant que je peux contribuer, je ne devrais pas gaspiller ce potentiel en restant oisif et en succombant à la pure joie du passé.


Je ne vis pas pour m'amuser. Je n'ai pas ressenti de joie pure depuis 2008. Mon existence est alimentée par une douleur chronique et j'utilise la douleur et le vide comme facteurs de motivation. Les traiter comme des problèmes à résoudre est une erreur de logique habituelle qui ne regarde pas les deux facettes.


La question qui persiste pour moi et pour d’autres comme moi est de savoir comment naviguer dans une vie post-objectif. Pour vivre une telle vie, nous devons résister à la frustration qui nous oblige à avoir besoin d’un nouveau but, un but qui nous rejette dans le cycle habituel du désir apparemment sans fin, capitalisé par des entreprises avides. Ce cycle se nourrit de la conviction que franchir une étape spécifique (trouver l’amour, assurer une certaine carrière) débloquera une satisfaction de façon permanente.


Mais je crois que le véritable épanouissement est un choix conscient et non une destination atteinte par des pressions extérieures ou des désirs éphémères. Cela se fait principalement lorsque nous rassemblons nos forces intérieures, pour faire le choix régulièrement de lâcher prise.


Choisir le contentement ou vivre dans une boucle sans fin


En effet, une vie post-objectif est une décision consciente, souvent prise après avoir atteint ce que nous considérions autrefois comme essentiel. C'est une reconnaissance du fait que poursuivre sans cesse des ambitions ne fait que créer une faim insatiable en soi. Un esprit déjà heureux et satisfait n’a pas besoin de plus de but. La poursuite ne laisserait qu’un vide.


Le but de cette faim, tout comme de la faim physique de nourriture, est de faire quelque chose. Pour accomplir quelque chose, vous devez être suffisamment en forme pour la tâche vers laquelle votre faim vous lance. Le mécontentement a donc sa propre fonctionnalité pratique. C'est là pour vous rendre mécontent de vous-même ou de la façon dont les choses se passent actuellement, vous serez donc suffisamment disposé à œuvrer en faveur d'un changement.


Lorsque nous engendrons une faim insatiable, nous passons de personnes sereines à des personnes constamment stressées par leur propre mécontentement. Ce mécontentement alimente la boucle matérialiste moderne – un cycle anxieux à court terme qui engendre frustration et vide. C’est, voyez-vous, un cycle d’auto-alimentation, une idée dont les autres peuvent abuser pour obtenir un plus grand profit.


Les conséquences de ne jamais être vraiment satisfait deviennent peu à peu visibles : dépendance, dépression, maladie mentale et même suicide. L’approche  Post-objectif , lorsqu’elle est adoptée de manière holistique, offre une alternative à cette souffrance chronique. Non seulement cela rassasie l’esprit, mais nous protège également de ces pièges. Dans un sens, nous sommes mieux équipés pour choisir notre propre faim. Pour réduire nos souffrances, nous devrions choisir une faim qui peut être rassasiée de façon permanente.


Et c’est là que réside le côté obscur de la recherche d’un but. Cela peut dégénérer en une obsession implacable, en particulier lorsque l’objectif recherché est irréaliste ou insoutenable. En tant que tel, nous pouvons, sans prévoyance suffisante, choisir de souffrir de manière irréaliste, croyant que nous faisons suffisamment de travail pour apaiser notre soif de bonheur. En réalité, pourquoi s’embêter à investir autant d’énergies et de ressources dans des activités qui ne peuvent pas complètement alimenter notre satisfaction ?


Cette question s’applique uniquement à ceux qui veulent être satisfaits, à ceux qui veulent ressentir constamment de la joie et à ceux qui voient le mécontentement comme un problème à ces fins.


Pour moi, le mécontentement et même l’agonie sont des atouts et non des passifs dont il faut se débarrasser. En grande partie, je n’ai aucune envie de me débarrasser de mes actifs. Tant en ressources qu’en personnes. Je ne vis pas pour être content. Je vis pour travailler. Le travail est ma façon de survivre mentalement dans un monde dont je trouve les plaisirs absurdes et épuisants. Pourquoi voudrait-on être fatigué ?


Il est peut-être temps de reconnaître collectivement la futilité, voire la contre-productivité, de la recherche de la perfection. Le perfectionnisme n'est pas une entreprise réaliste. S'efforcer d'atteindre des normes élevées l'est. Je préfère accepter les défauts et vivre malgré la lutte, plutôt que de me faire des illusions en croyant en une réalité sans inconfort. Selon le paradoxe du paradis, nous sommes programmés pour être mécontents. Et le mécontentement/déplaisir, comme expliqué, a son but dans notre survie et dans notre réussite.


Adopter une vie post-succès, où nous savourons les fruits de nos réalisations, peut être la clé du contentement à long terme. Cependant, pouvons-nous vraiment vivre en paix avec cela ? La plupart d'entre nous peuvent avoir la possibilité de profiter des plaisirs de la vie sans avoir besoin de passer constamment au niveau suivant, comme dans un jeu sans fin.



Certains d’entre nous refusent de le faire, parce que nous choisissons de nous en soucier et donc de souffrir volontairement.


BoJack Horseman et Post-objectif : les deux faces d’une même médaille


BoJack Horseman, le personnage principal de la célèbre série Netflix, sert de contrepoint au concept de vie après-but. Même s'il perçoit un mécontentement face à son vaste potentiel industriel, BoJack incarne les pièges de l’accrochage à la nostalgie du succès et au vide et à la dépression qui en découlent.


La lutte de BoJack pour revenir à son objectif :


À la poursuite de la gloire passée : toute l'existence de BoJack tourne autour de la reconquête du succès de sa sitcom (pour situation comique) des années 90, "Horsin' Around" (Ou l'histoire d'un jeune cheval célibataire). Il cherche constamment une validation et un retour à son « âge d’or », négligeant les opportunités de croissance personnelle et de véritable bonheur. Au lieu de cela, il se laisse aller aux satisfactions à court terme de l’alcool, de la drogue et du sexe. En réalité, ces poursuites hédonistes ne sont que des excuses pour ne pas affronter sa vie vide.


Objectif erroné :« l'  objectif » de BoJack: il devient obsédé par la validation externe et la reproduction d'un passé qu'il ne parvient pas à recréer. Le besoin de validation n’est qu’une évasion de son incapacité à pouvoir véritablement se reposer sur les lauriers d’une vie vécue avec gloire et succès. C'est même s'il veut être épanoui. Cette poursuite conduit finalement à un comportement autodestructeur – dépendance, relations ratées et sentiment général de désespoir.


M. Tomasio contrairement à: BoJack :


Choix conscient contre obsession : mon acceptation du post-objectif comme une approche contre-intuitive met en évidence un choix conscient d'éviter le contentement même après avoir atteint des objectifs. BoJack, de son côté, est rongé par une obsession malsaine pour un objectif singulier qu'il ne parvient pas à atteindre : être heureux dans la vie.


Acharnement contre stagnation : j'embrasse une vie de mécontentement, considérant le mécontentement comme une vertu pour de plus en plus de succès. BoJack reste stagnant, s'accrochant au passé qu'il ne peut pas revivre et refusant de définir sa propre voie à suivre. Moi aussi, je porte mon passé avec gratitude. Mais j'ai décidé de tuer l'envie de revivre ça. Tom est mort, comme il se doit. Tomasio est quant à lui vivant!


L'importance de BoJack :


Une mise en garde : L'histoire de BoJack sert d'exemple pour ceux qui, comme lui, pourraient confondre le succès passé avec la capacité réaliste de le faire se reproduire. Cependant, la nostalgie a ses propres inconvénients.


L'importance de la croissance : les luttes de BoJack mettent en évidence l'importance de la croissance personnelle et de la recherche d'un sens au-delà de la validation externe. Ils montrent également la capacité d'abandonner le passé et de vivre en paix avec son départ de votre vie. Au lieu de cela, nous pouvons réorienter nos ressources vers la planification des prochaines étapes de notre vie ou, encore une fois, être suffisamment forts pour ne pas avoir besoin d’un but auquel nous raccrocher, simplement pour survivre mentalement dans ce monde.


Bojack et moi représentons des extrêmes opposés du spectre. Le choix de l’exemple à suivre dépend de vous. La quête du bonheur ne réside pas dans une validation externe ou dans la reproduction des succès passés, mais dans la recherche d'un objectif qui mène réellement à l'épanouissement personnel, avec suffisamment d'efforts investis.


"BoJack est un exemple classique de l'illusion et de l'inefficacité du rêve américain. Être prospère, riche ou célèbre ne vous garantira pas le bonheur que vous recherchiez. Pourquoi ? Parce qu'à terme, la joie de ces réalisations s'estompera comme la mémoire collective d'une sitcom typique des années 90. »


 -- Un de mes commentaires sur la chanson générique de BoJack Horseman.


Ce n’est que lorsque nous serons suffisamment prêts à considérer les émotions comme des pions plutôt que comme des objectifs que nous pourrons les utiliser de manière beaucoup plus efficace, pour un monde bien meilleur. Le choix repose sur nous et sur nos relations avec nos ressentis.


Commentaires de M. Nathan Lasher


'' On ne part pas de rien pour mener une vie après un but. Cela ne peut être réalisé qu’en vivant une belle vie et en atteignant votre potentiel, ce que peu de gens font. Nous sommes tous familiers avec une vie qui n’est pas très remplie. La plupart des gens sont trop préoccupés par la course effrénée quotidienne pour se donner un autre but que d'aller travailler et de prendre soin de leur vie personnelle.''


'' Le mécontentement devrait être le signe que vous manquez de quelque chose dans votre vie. Ne pensez pas cela d’une manière matérialiste superficielle. Je fais référence à ce que l’objet que vous voulez vous apporte réellement. Un sentiment d’euphorie en tant que besoin ou désir de votre part est satisfait. Le mécontentement est principalement le signe que vous pouvez faire mieux. Nous devrions toujours ressentir du mécontentement à propos de quelque chose. Cela signifie que nous nous en soucions.''


87 views1 comment

1 Comment


Roland Leblanc
Roland Leblanc
Aug 17, 2020

Impressive I find; it reminds me of the dual nature that we have a hard time to admit`...

Some call it the divine and humane existential part that are alltogether there to find out, and yet, for many of us, we only experience the existential human side without touching the spiritual mayby admitted side of the reality that is the human`...

When listening the song, it is mentioned that the horse and the man sides are there present to acknowledge at a point of realizing that we are the two simultaneously; we can ignore one, but the other craves to be recognised in the within self if we so wish to go deep enough in order to find out the…


Like

Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page