top of page

On Common Decency -- How To Spread It to The World

Updated: Mar 10



A smiling small monkey.

(French translation by Mr. Leblanc. English version, below)


Sur la décence prévalente : comment la diffuser dans le monde


Introduction


Je suis issu d’une culture spécifique et laïque qui, même si elle ne se distingue pas par son lignage, prône des traits qui peuvent effectivement être associés à la noblesse : la politesse, la gentillesse, la considération, la tolérance et un langage clair – des qualités qui forcent le respect dans toute société.


Il serait donc tout à fait naturel que je définisse d’abord, sinon seulement, la décence d’un individu en fonction de son comportement, plus que tout autre type de mesure. Alors qu'on m'a autrefois enseigné qu'il existe des gens, comme nous, qui sont de « meilleure qualité » que d'autres, j'en suis venu à dédaigner une expression aussi arrogante.


Mon code vers un comportement moralement inadéquat


Cependant, traiter les autres comme des agresseurs et les personnes qui normalisent les menaces comme légitimes sont de telles exceptions, car pourquoi aurais-je une raison morale de traiter ces personnes aussi bien que des personnes qui ne m'ont jamais abusé ou menacé ? Voici mon code concernant ces exceptions :


Je ne serai pas bienséant envers ceux qui m’ont maltraité. Je serai encore plus inconvenant envers eux s'ils pensent qu'ils méritent le respect que je partage envers les autres êtres humains, malgré les abus envers moi.


Je ne serai pas bienséant envers ceux qui pensent que me menacer est acceptable simplement parce que cela est bénéfique aux demandes qu'ils peuvent me demander. Abuser de mes flashbacks pour votre propre bénéfice est immoral, que vous soyez conscient ou non de ce que vous faites. L'ignorance n'est pas une excuse pour les méfaits. Et peu importe que peu ou personne ne comprenne. L'objectivité existe au-delà de notre perception. Et je suis trop enclin à me venger pour oublier le mal qui m'a été fait, ce qui était déjà beaucoup.


Je ne serai pas bienséantt envers ceux qui pensent que c'est une bonne idée de perdre mon temps avec des disputes mesquines, alors que je peux consacrer ce temps à travailler sur Philosocom, et/ou me reposer pour la prochaine tâche sur Philosocom. Faire perdre du temps aux gens involontairement est un exemple de harcèlement.


Je ne serai pas bienséant envers ceux qui me déshumanisent.


Je n’écarterai aucune de ces conditions que si je dois absolument le faire pour réaliser quelque chose dont j’ai besoin et qui est impératif pour moi.


Si je dois m’excuser, c’est quelque chose que je suis capable de faire, si je suis convaincu que c’est la chose morale à faire. Et oui, je suis prêt à me laisser convaincre au nom de la vérité.


Le but de ne pas tolérer l’indécence est de ne pas permettre ou encourager sa continuation.


La justification


Une personne honnête est quelqu'un qui fait constamment preuve de gratitude, que ce soit par des mots ou des gestes, lorsque quelqu'un fait quelque chose de gentil pour elle. Ils évitent d'utiliser des grossièretés ou de parler de manière agressive à moins que cela ne soit absolument nécessaire, ou à moins qu'ils ne s'adressent à des personnes moralement faibles (comme des personnes qui les ont maltraités physiquement ou ont exploité leur passé traumatisant). À mon avis, la violence, sauf en cas de légitime défense, n'est pas une caractéristique d'une personne honnête, à moins qu'elle n'ait des raisons impérieuses.


Le respect universel de l’être humain est fondamental car nous sommes avant tout des êtres humains, et cela pourrait aussi bien être la seule chose commune à tous les êtres humains. Déshumaniser quelqu'un, même s'il est lui-même moralement bas, est moralement bas en soi, et constitue également une erreur logique du prête nom.


Agresser physiquement des innocents simplement parce que nous avons été victimes d'agresseurs ne justifie pas nos abus envers ces personnes innocentes. Représailles contre ceux qui nous maltraitent et se souvenir de ce qu’ils nous ont fait jusqu’à la tombe est une bien meilleure exécution de la justice. C'est parce que la justice consiste à obtenir l'équivalent de ce que nous recevons. Et recommencer à être pire qu'eux n’est pas une justice, mais une injustice normalisée.


J'accorde peu d'importance, voire aucune, à la race, au statut socio-économique ou aux croyances et/ou à la foi d'une personne lors de l'évaluation de sa décence. La véritable décence devrait transcender la plupart, sinon la totalité, des échelles discriminatoires. Elle ne s'exprime pas par ces échelles ni même par des impressions, qui peuvent facilement couvrir nos véritables actes. La décence ne s’exprime que par les choses que nous avons faites et par les choses que nous pourrions faire. Étant donné que beaucoup d’entre nous sont incapables de prendre des décisions à long terme, l’indécence peut rapidement devenir notre trait de caractère, car nous ne parvenons pas à comprendre de manière optimale l’impact de nos actions.


En tant que tel, l’une des raisons pour lesquelles je n’aime pas ce monde est que les gens ne comprennent pas de quoi ils sont capables et de quoi sont faits  leus actions qu’ils accomplissent. Je suis un homme brisé.


De la même manière, si je suis dans un taxi conduit par un Arabe, je ne le jugerai pas sur la base de son origine, malgré les malheureux stéréotypes négatifs associés aux Arabes en Israël. De même, je ne me soucierai pas des préjugés positifs lorsque je rencontrerai quelqu'un qui partage mes origines religieuses, simplement parce que nous appartenons tous les deux à la catégorie du « Peuple élu ». Ce préjugé injuste envers nos propres croyants est l’une des raisons pour lesquelles je me suis déclaré athée agnostique.


L’antisémitisme, par exemple, se manifeste par un jugement indécent et injuste. La plupart des Juifs ne choisissent pas leur religion ; ils y sont nés et sont ensuite étiquetés comme tels en raison de leur ascendance, indépendamment de leurs croyances personnelles ou de leur satisfaction à l'égard de leur identité juive.


Je n’ai aucune raison de considérer quiconque m’a maltraité comme une personne honnête. Peu importe à quel point ils se présentent comme de bonnes personnes par rapport au monde, rien de tout cela ne changera le fait qu’ils ont abusé volontairement et que l’abus volontaire est une forme de mal. Et bien sûr, ce n’est en aucun cas décent. Une grande partie de la santé dans nos relations peut être acquise et préservée si nous ne nous abusons pas autant. J'ai malheureusement appris de ces gens comment être moi-même abusif, mais je refuse d'être aussi dépravé moralement qu'eux à moins d'être à nouveau abusé !!


Par conséquent, tant que vous faites preuve de bonnes manières et que vous êtes une personne respectueuse, cela pourrait suffire pour que je vous considère comme une personne honnête. Bien sûr, l’autre critère est de ne pas abuser de moi de quelque manière que ce soit, simplement pour faire des requêtes ou des exigences. Même si je ne peux pas contrôler les actions des autres, j'espère sincèrement que les gens étendront leur respect au-delà des critères qui peuvent injustement discriminer ; Respect, en tant qu'êtres humains. Pas porteurs d'étiquettes et d'étiquettes différentes. Et j’espère qu’ils n’auront pas à abuser des autres juste pour obtenir d’eux ce qu’ils veulent.

Je me demande si c'est trop demander. Je suis disposé à améliorer ma moralité et c'est pourquoi je me concentre également sur l'éthique dans ma carrière philosophique. Cependant, cette priorité fondamentale n’est pas nécessairement quelque chose que je partage.


Une approche pratique


Dans un monde marqué par l’injustice, certaines personnes sont confrontées à un traitement injuste en raison de facteurs indépendants de leur volonté. Cependant, dans un monde meilleur, j’envisage une attitude plus remarquée qui encourage le traitement équitable de tous les individus, quelles que soient leurs caractéristiques inhérentes ou acquises. Nous devrions considérer les gens comme des êtres humains, et tout le reste, par après.


Cette approche représente la manière la plus réaliste et la plus souhaitable d’interagir avec tous les êtres humains, quels qu’ils soient. Il est juste que nous soyons décents envers quiconque n’a aucune mauvaise intention à notre égard ET qui ne nous a rien fait de mal. Ce n’est que lorsque ces deux éléments sont combinés que nous avons d’autant plus de raisons d’être bienséants envers un autre être humain. Parce que la décence s’exprime par l’acte, et que l’absence de bonne volonté ne justifie pas un acte horrible comme un abus.


J'ai appris de mes agresseurs comment être moi-même violent.... Mais je ne veux pas en être un. Je sais de quoi je suis capable et je le crains. Alors je m'isole physiquement du monde. Parce que le monde n’a pas la compréhension à long terme pour comprendre ce qu’il me fait. Et ce que cela pourrait faire de moi, éventuellement.


Personne n’a besoin de se mêler de mes affaires. Les cycles de souffrance et de traumatisme peuvent prendre fin sans se suicider. Et bien des souffrances peuvent être réduites avec de l’empathie et de l’amour.


En fin de compte, la raison impérieuse d’adopter la décence réside dans la bonté inhérente à la vertu et dans les effets horribles du mal, normalisé ou non. Le mal peut être fait même par les personnes les plus gentilles et les plus polies. La bonté offre des avantages à soi-même, aux autres ou à toutes les parties impliquées. C’est pourquoi le bien devrait toujours avoir la priorité sur le mal, comme causer volontairement du mal à autrui.


Par conséquent, la recherche du bien transcende tout, car il n’y a rien de plus bénéfique, dans l’ensemble, que de favoriser et de propager le bien.


Et cela se fait en étant un être humain décent. Répandre le bien ne peut se faire qu'en accomplissant de bonnes actions et en restant à l'écart des actes qui dérogent du bien – de l'exploitation et des abus – quelles que soient vos intentions.


Et la meilleure façon d’éviter les actes nuisibles est de réduire les interactions avec les gens, ce que je fais encore aujourd’hui.


Je veux juste travailler et rester en paix.


********************************

(English version, here)



Introduction


I hail from a specific, secular culture that, while not distinguished in its lineage, advocates traits that can be indeed associated with nobility: politeness, kindness, consideration, tolerance, and clear language—qualities that command respect in any society.


Therefore, it would be only natural that I would firstly, if not only, define the decency of an individual in accordance with the way they behave, more so than any other type of measurement. While I was once taught that there are people, such as us, who are of a 'higher quality' than others, I have come to disdain such an arrogant expression.

My Code Towards Morally-Low Behavior


However, treating others like abusers and people who normalize threatening as legitimate are such exceptions, because why would I have a moral reason to treat such people as good as people who never abused or threatened me? Here's my code, regarding such exceptions:

  1. I will not be decent towards those who abused me. I will even be more indecent towards them if they think they deserve the respect I share to other human beings, despite abusing me.

  2. I will not be decent towards those who think threatening me is okay just because it is beneficial to the requests they may be asking of me. Abusing my flashbacks for your own gain is immoral whether or not you're aware you're doing just that. Ignorance is no excuse for misdeeds. And it does not matter that none or few understands. Objectivity exists beyond our perception. And I'm too vengeful to forget any harm made to me, which was plenty already.

  3. I will not be decent towards those who think it's a good idea to waste my time with petty arguements, when I can dedicate that time to working on Philosocom, and/or resting for the next task on Philosocom. Wasting people's time involuntarily is an example of harassment.

  4. I will not be decent towards those who dehumanize me.

  5. I will only discard any of those conditions if I absolutely have to in order to get something I need, done, which is imperative for me to have.

If required me to apologize, that is something I am capable of doing, should I be convinced that it is the moral thing to do. And yes, I am willing to be convinced in the name of the truth.


The point of not tolerating indecency is to not enable or encourage its continuation.

The Rationale


A decent person is someone who consistently demonstrates gratitude, whether through words or gestures, when someone does something kind for them. They avoid using profanity or speaking aggressively unless absolutely necessary, or unless they speak to the morally-low (like people who physically abused them, or exploited their traumatic past). Violence, except for in self-defense, is not a characteristic of a decent person in my judgment, unless there are compelling reasons for it.


Universal respect to human beings is fundemental because we are, before all, human beings, and that might as well be the only thing common amongst all human beings. To dehumanize anyone, even if they are morally-low themselves, is morally-low by itself, and also the strawman's logical fallacy.


To be physically abusive to the innocent just because we were victims of abusers, does not justify our abuse of these innocent people. Retaliating against those who abuse us, and remembering what they did to us, to the grave, is a far better execution of justice. That's because justice is about getting the equivalent of what we receive. And to resume being worse like those who were worse to us, is not justice, but injustice, normalized.


I place minimal, if any, emphasis on a person's race, socioeconomic status, or beliefs and/or faith when evaluating their decency. True decency should transcend most, if not all, discriminatory scales. It is expressed not by these scales and not even by impressions, which can easily cover one's true acts. Decency is only expressed by the things we did, and by the things we might do. Since many of us are poor at making long-term decisions, indecency can quickly be a trait of ours, because we fail to optimally understand the impact of our actions.


As such, one of the reasons I don't like this world is because people don't understand what they're capable of and what the actions they're doing are capable of. I'm a broken man.


By the same token if I am in a taxi driven by an Arab person, I will not judge them based on their origin, despite the unfortunate negative stereotypes associated with Arabs in Israel. Similarly, I will not be care about positive biases when encountering someone who shares my religious origins, just because we both belong to the category of "The Chosen People." This unfair bias towards one's own believers is one of the reasons why I have declared myself an agnostic atheist.


Anti-Semitism, for instance, manifests from indecent and unfair judgment. Most Jews do not choose their religion; they are born into it and are afterwards labeled as such due to their ancestry, regardless of their personal beliefs or satisfaction with their Jewish identity.


I have no reason to view anyone who abused me as a decent person. No matter how much they would market themselves as good people to the world, none of this will change the fact that they abused voluntarily and that voluntary abuse is a form of evil. And that of course is in no way decent. Much health in our relationships can be gained and preserved if we didn't abuse each other so much. I unfortunately learned from this people how to be abusive myself but I refuse to be as morally-depraved as them unless I'm to be abused again!!


Therefore, as long as you exhibit proper manners and are a respectful person, that might suffice for me to consider you a decent individual. Of course, the other criteria is to not abuse me in any way just to make requests or demands. While I cannot control the actions of others, I sincerely hope that people would extend their respect beyond criteria that can unfairly discriminate; Respect, as human beings. Not carriers of different tags and labels. And I hope they wouldn't have to abuse others just to get what they want from them.


I do wonder if that is too much to ask. I am willing to improve my morality and that is why I also focus on ethics in my philosophical career. However, this basic priority of mine is not something most necessarily share.

A Practical Approach

In a world marked by injustice, some individuals face unfair treatment due to factors beyond their control. However, in a better world, I envision a more-noticed attitude that encourages the fair treatment of all individuals, regardless of their inherent or acquired characteristics. We should see people as human beings, and anything else, later.


This approach represents the most realistic and desirable way to interact with all human beings, regardless of who they are. It is fair that we be decent to anyone who has no ill-intent towards us, AND who has done nothing wrong to us. Only when these two are combined, then we have all the more reason to be decent to another human being. Because decency is expressed by act, and the lack of ill-will does not justify a horrible action such as abuse.


I learned from my abusers how to be abusive myself.... But I don't want to be one. I know what I am capable of, and I fear it. So I isolate myself physically from the world. Because the world lacks the long-term understanding to realize what it's doing to me. And what it might make me be, even further.


No one needs to meddle with me. Cycles of suffering and trauma can be ended without comitting suicide. And much suffering can be reduced with empathy and love.


Ultimately, the compelling reason to embrace decency lies in the inherent goodness of virtue and the horrendous effects of evil, normalized or otherwise. Evil can be made by even the most kind and polite of people. Goodness offers benefits to oneself, others, or all parties involved. Hence why goodness should always be prioritized over evil such as causing harm to others voluntarily.


Therefore, the pursuit of goodness transcends all, because there is nothing more beneficial, overall, than to cause and spread goodness.


And that is done by being a decent human being. Spreading good can only be done by doing good deeds, and staying clear of deeds that defy good -- From exploitation to abuse -- regardless of your intentions.


And the best way to avoid harmful deeds is to reduce interactions with people, which I do to this very day.


122 views1 comment

1 Comment


Roland Leblanc
Roland Leblanc
Jul 19, 2020

About: `...Thus the motives for doing good without the requirement of religious faith. `...

Agreed; I personaly consider that there is only one reality: `... We are human beings that are on a journey of discovering who we are and finding out how we can behave in order to do our share of the work of rectifying this world ; we have a built in made to do or individual life prupose that we can find out about by a way that we can choose`... or not choose to find?

Thank you for putting in words the real issue : lack of awareness of our Oneness sort of`...

roland


Like

Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page