top of page

De-Humanizing and Personhood: The Best and the Worst (and How to Avoid It)

Updated: Feb 18


A soldier with a cup of drink

(French Translation by Mr. Roland Leblanc. English version, below)


Déshumanisation et personnalité : le meilleur et le pire (et comment l'éviter)


Comment nous justifions l'injustifiable


Les Stormtroopers de Star Wars, les nazis, les démons et même les robots : qu'est-ce que ces entités apparemment ont en commun ? Elles sont toutes victimes du « virus de la déshumanisation », une puissante blessure de la pensée qui nous permet de nous éloigner des autres, les rendant moins qu’humains et donc moins méritants de notre empathie et de notre compassion. Ce virus ne se limite malheureusement pas au domaine de la fiction. Elle a tragiquement infecté notre monde réel, ouvrant la voie à des atrocités comme l’Holocauste et à d’innombrables autres atrocités de masse à travers l’histoire.



L’Holocauste constitue un sombre rappel des conséquences dévastatrices de la déshumanisation. En transformant la théorie de Darwin en une justification grotesque de leur idéologie, les nazis ont dépouillé les Juifs et les autres minorités de leur humanité inhérente, les décrivant comme des êtres inférieurs, à peine dignes de la vie elle-même. Ce système de croyance insidieux a alimenté les flammes d’une haine qui semble à propos et d’une discrimination, conduisant finalement au meurtre systématique et calculé de millions de personnes.


Les similitudes effrayantes entre la déshumanisation fictive et réelle sont indéniables. Tout comme nous voyons des Stormtroopers fauchés sans arrière-pensée, de vraies personnes, jugées « indésirables » par des idéologies tordues, ont été soumises à des horreurs inimaginables. Le fossé entre l’auteur et la victime, créé par le virus métaphorique de la déshumanisation, permet à la conscience de rester d’un silence inquiétant face à la brutalité.


Et c’est un virus lorsqu’il se propage selon les normes sociétales, comme si c'était une maladie. Quand cela devient acceptable.


Il est néanmoins important de rappeler que le virus n’est pas invincible. Nous pouvons le combattre avec la puissance de l’empathie, de la compréhension et d’un engagement inébranlable à reconnaître l’humanité inhérente à chaque individu, quels que soient ses origines, ses croyances ou toute autre différence perçue. En favorisant une culture d’inclusion et de respect, nous pouvons construire un monde dans lequel le virus de la déshumanisation ne trouve aucun terrain fertile pour s’épanouir.


Nous ne devons jamais permettre au virus de la déshumanisation de prendre racine, car les conséquences sont bien trop désastreuses, comme en témoignent non seulement des atrocités telles que la Seconde Guerre mondiale, mais aussi des événements moins connus, comme la guerre noire en Tasmanie. En reconnaissant notre humanité commune, nous pouvons construire collectivement un monde où chaque vie est valorisée et chaque individu traité avec la dignité et le respect qu’il mérite.


Mais aussi longtemps que nous refuserons d’apprendre du passé, nous risquons de le répéter encore et encore.


Quand la fiction brouille les frontières de la morale


Le frisson de la victoire dans un jeu vidéo, la libération cathartique de voir un ennemi mourir – ce sont des formes de divertissement normalisées, qui nous conditionnent à considérer la douleur et la souffrance comme normales. Mais sous la surface de ces récits apparemment inoffensifs se cache un phénomène potentiellement insidieux : la déshumanisation des autres. Qu’il s’agisse de soldats sans visage, de démons monstrueux ou même de robots apparemment sensibles, réduire les êtres à de simples obstacles sur notre chemin peut avoir des implications troublantes sur notre sens des valeurs dans le monde réel.


Il ne s’agit malheureusement pas d’une simple préoccupation hypothétique. L’histoire regorge d’exemples montrant comment la déshumanisation a ouvert la voie à des atrocités, depuis les horreurs de l’Holocauste alimentées par l’idéologie nazie jusqu’aux innombrables actes de violence contre les groupes marginalisés. Lorsque vous mettez des tueurs à l’écran et que vous les présentez comme des héros, vous pourriez inspirer d’autres personnes à emboîter le pas et faire de même dans la vraie vie, grâce à l’effet psychologique de les avoir comme modèles pour un public plus jeune.


Ainsi, des organisations de propagande telles que le Front islamique mondial des médias peuvent utiliser des jeux vidéo tels que Quest for Bush pour déclencher des sentiments anti-américains parmi leurs consommateurs de contenu. La Corée du Nord, en tant que puissance de propagande, emboîte le pas. Et en tant que tel, le noble concept d’héroïsme peut facilement être déformé au nom de l’ingénierie sociale, adaptant notre mentalité en fonction du contenu que nous consommons.


Comprenez que nous, les humains, sommes généralement mauvais en matière de pensée critique, car nous sommes confrontés à de nombreux obstacles. De tels obstacles, comme la réticence à modifier ses propres opinions, sont capables de priver les autres de leur personnalité, créant ainsi des environnements dans lesquels la souffrance devient invisible et des vies peuvent être sacrifiées.


Le défi consiste donc à sortir de ce piège de la déshumanisation. Nous devons cultiver l’empathie et la compréhension, en reconnaissant l’humanité partagée qui nous lie à tous les êtres vivants, même à ceux qui peuvent paraître différents ou s’opposer à nous. Cela ne signifie pas autoriser des actes maléfiques, tels que les enlèvements et les escroqueries, comme le montrent les victimes de la guerre Israël-Hamas de 2023. Certains actes déplorables montrent néanmoins le mal qui est présent dans l’humanité. 


Bien attendu, quelles que soient les étiquettes que nous y attachons. N'oubliez pas que même les stormtroopers sans visage de Star Wars sont des humains, ce qui conduit à un concept appelé "Le paradoxe des Stormtroopers". C'est un rappel puissant que chaque vie, chaque être mérite d'être vu, entendu et valorisé, et ne mérite jamais d'être considéré comme non digne d'une certaine reconnaissance. 


Efforçons-nous de créer un monde où le frisson des victoires virtuelles ne se fait pas au détriment de notre boussole morale, et où les frontières entre fiction et réalité ne sont jamais estompées par le virus insidieux de la déshumanisation.


Reconnaître le spectre de la personnalité


Le concept de « mal » est en effet puissant, conduisant souvent à la déshumanisation de ceux considérés comme irrémédiablement méchants. Déshumaniser le mal... n'est-il pas mal en soi, quand les gens derrière lui sont des humains ?


Nous avons tendance à nous éloigner de leur souffrance, allant même jusqu'à la justifier comme quelque chose qu'ils « méritent ». Se faire l'avocat du diable (ce qui est très important dans la pensée critique) --- c'est une voie dangereuse, car qui peut décider qui relève de l'étiquette du « mal » et qui mérite la douleur ? L’histoire regorge d’exemples de telles étiquettes mal appliquées, entraînant des conséquences tragiques. L’expulsion espagnole en est un exemple, où la déshumanisation des Juifs peut entraîner la mort de dizaines de milliers de personnes.


Si nous choisissons de déshumaniser des catégories et/ou des groupes sociaux spécifiques, nous risquons d’être nous-mêmes mauvais, même si nous normalisons un comportement déshumanisant. Afin de ne pas être nous-mêmes malveillants, nous devons apprendre à ne pas faire aux autres ce que les autres nous ont fait. En évitant de nous engager dans ces mêmes erreurs morales, nous sommes capables de transcender le cycle de souffrance qui a évolué et dominé le passé et qui a ses racines dans le présent. Agir ainsi, à un niveau collectif, offre le potentiel d’un avenir plus bienveillant.


Certains ne méritent pas notre pardon. Mais malgré les difficultés que cela implique, certains le méritent.


Il est donc important d’éviter d' idéaliser ou de cautionner des actes odieux, aussi héroïques soient-ils surtout s'ils sont commercialisés par la propagande. Des individus comme Hitler et Eichmann ont fait des choix conscients aux conséquences horribles, et la responsabilité est cruciale. Affirmer aveuglément « suivre les ordres » ne nie pas la responsabilité personnelle, surtout lorsque ces ordres sont manifestement inhumains.


En tant que telle, l’obéissance totale ne doit pas être considérée comme héroïque en soi, même si elle est soutenue par des sentiments patriotiques.


La clé réside dans la reconnaissance de l’éventail de la personnalité, qui transcende les étiquettes et les apparences extérieures. Peut-être, à moins qu’il ne soit prouvé moralement déplorable (comme un ****iste ou un meurtrier de masse), ne mérite-t-il pas notre considération et notre respect.


En fin de compte, c'est ce questionnement constant, ce dialogue permanent sur la personnalité et la souffrance, qui nous empêche de déshumaniser les autres. S’attaquer à ces questions complexes, sans recourir à des étiquettes ou à des absolus faciles, est la voie vers un monde plus juste et plus compatissant, tant dans le monde numérique qu’en dehors de celui-ci.



Efforçons-nous de créer un avenir où le divertissement ne se fera pas au détriment de la reconnaissance de la valeur inhérente à toutes les formes d'êtres. Car même le psychopathe malveillant mérite d’apprendre. J'ai appris comment ne pas être comme eux. Comment être... meilleur. Peut-être que cela pourrait être considéré comme le « tikkun olam » du mal dans ce monde.


Si vous partagez ma vision, partagez cet article pour rejoindre plus de lecteurs, merci.


En refusant de tomber dans le piège de la déshumanisation, nous pouvons construire un monde plus juste et plus compatissant, où la valeur de la vie est reconnue et respectée.


*****************************************

(English, original, here)



*****************************************


How We Justify the Unjustifiable


The Star Wars Stormtroopers, the Nazis, demons, and even robots – what do these seemingly entities have in common? They're all victims of the "dehumanization virus", a potent injury of thought that allows us to distance ourselves from others, rendering them less than human, and thus, less deserving of our empathy and compassion. This virus, unfortunately, is not confined to the realms of fiction. It has tragically infected our real world, paving the way for atrocities like the Holocaust and countless other mass atrocities throughout history.


The Holocaust stands as a grim reminder of the devastating consequences of dehumanization. By twisting Darwin's theory into a grotesque justification for their ideology, the Nazis stripped Jews and other minorities of their inherent humanity, portraying them as lesser beings, barely worthy of life itself. This insidious belief system fueled the flames of tempting hatred and discrimination, ultimately leading to the systematic, calculated murder of millions.


The chilling similarities between fictional and real-world dehumanization are undeniable. Just as we witness Stormtroopers mowed down without a second thought, real people, deemed "undesirable" by twisted ideologies, have been subjected to unimaginable horrors. The disconnect between perpetrator and victim, created by the metaphorical dehumanization virus, allows the conscience to remain disturbingly silent in the face of brutality.


And it is a virus when it is spread by societal norms, like a disease. When it becomes acceptable.


Nevertheless it's important to remember that the virus is not invincible. We can fight it with the potency of empathy, understanding, and a unwavering commitment to recognizing the inherent humanity in every single individual, regardless of their background, beliefs, or any other perceived difference. By fostering a culture of inclusivity and respect, we can build a world where the dehumanization virus finds no fertile ground to flourish.


We must never allow the dehumanization virus to take root, for the consequences are far too dire, as presented not only in atrocities such as WW2, but also in lesser known events, such as the Black War in Tasmania. By recognizing our shared humanity, we can collectively build a world where every life is valued and every individual treated with the dignity and respect they deserve.


But as long as we would refuse learning from the past, we are likely to repeat it, again and again.

When Fiction Blurs the Lines of Morality


The thrill of victory in a video game, the cathartic release of watching an enemy meet their demise – these are normalized form entertainment, which condition us to see pain and suffering as normal. But beneath the surface of these seemingly harmless narratives lurks a potentially insidious phenomenon: the dehumanization of others. Whether they're faceless soldiers, monstrous demons, or even seemingly sentient robots, reducing beings to mere obstacles in our path can have disturbing implications for our real-world values.


This, unfortunately, is not just a hypothetical concern. History is littered with examples of how dehumanization has paved the way for atrocities, from the horrors of the Holocaust fueled by Nazi ideology to countless acts of violence against marginalized groups. When you put killers on the screen and market them as heroes, you might inspire others to follow suit in real life, by the psychological affect of having them as role models for younger audiences.


As such, propaganda organizations such as the Global Islamic Media Front may use video games such as the Quest for Bush to trigger anti-american sentiments amongst its content consumers. North Korea, being the propaganda powerhouse that it is, follows suit. And as such, the noble concept of heroism can easily be twisted in the name of social engineering, tailoring our mentality in accordance to the content we consume.


Understand, we humans are at large bad at critical thinking, for we have many barriers in the way. Such barriers, like the reluctance to alter one's own views, is capable of stripping others of their personhood, thus creating environments where suffering becomes invisible, and lives, expendable.


The challenge, then, is to break free from this dehumanization trap. We must cultivate empathy and understanding, recognizing the shared humanity that binds us to all living beings, even those who may appear different or oppose us. This doesn't mean allowing acts of evil, such as kidnapping and ****ing, as shown in the victims of the 2023 Israel-Hamas war. For some deplorable acts, nevertheless, show the evil in humanity.


By refusing to fall into the trap of dehumanization, we can build a more just and compassionate world, one where the value of life is recognized and respected, regardless of the labels we attach to it. Remember, even the faceless stormtroopers in Star Wars are humans, thus leading to a concept called "The Stormtrooper Paradox". It's a powerful reminder that every life, every being, deserves to be seen, heard, and valued, never deserving to be deemed in the corners of global recognition.


Let's strive to create a world where the thrill of virtual victories doesn't come at the cost of our moral compass, and where the lines between fiction and reality are never blurred by the insidious virus of dehumanization.



Recognizing the Spectrum of Personhood


The concept of "evil" is indeed a potent one, often leading to the dehumanization of those deemed irredeemably wicked. To dehumanize evil... isn't it evil by itself, when the people behind it, are humans?


We tend to distance ourselves from their suffering, even justifying it as something they "deserve." To play the devil's advocate (which is very important in critical thinking) --- this is a dangerous path, for who gets to decide who falls under the label of "evil" and who deserves pain? History is rife with examples of such labels being misapplied, leading to tragic consequences. The Spanish Expulsion is such an example, where dehumanizing Jews can lead to the deaths of tens of thousands.


Should we choose to dehumanize specific social categories and/or groups, we risk being evil ourselves, should we even normalize dehumanizing behavior. In order to not be malicious ourselves, we must learn to not do to others, what differnet have done to us. By avoiding the commitment of these same moral fallacies, we are able to transcend the cycle of suffering which evolved and dominated the past and has its roots in the present. Doing so, on a collective degree, has the potential for a more benevolent future.


Some are unworthy of our forgiveness. But despite of the hardship included, some do deserve it.


As such, it's important to avoid romanticizing or condoning heinous acts, no matter how heroic they are marketed by propaganda. Individuals like Hitler and Eichmann made conscious choices with horrific consequences, and accountability is crucial. Blindly claiming "following orders" doesn't negate personal responsibility, especially when those orders are demonstrably inhumane.


As such, complete obedience should not be seen as heroic by itself, no matter how much it is endorsed by patriotic sentiments.


The key lies in recognizing the spectrum of personhood, one that transcends labels and outward appearances. Perhaps, unless proven morally deplorable (like a ****ist or a mass murderer), deserves our consideration and respect.


Ultimately, it's this constant questioning, this ongoing dialogue about personhood and suffering, that keeps us from dehumanizing others. Engaging with these complex issues, without resorting to easy labels or absolutes, is the path towards a more just and compassionate world, both on and off the digital screen.


Let's strive to create a future where entertainment doesn't come at the cost of recognizing the inherent value in all forms of beings. For even the malicious psychopath deserves to be learned from. Learned, how not to be like them. How to be... better. Perhaps, that could be seen as the "tikkun olam" of evil in this world.


Should you share my vision, please share this article for more readers, thank you.

81 views0 comments

Comments


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page