top of page

Thoughts On the Idea of Salvation

Updated: Nov 6


(French translation by Mr. Roland Leblanc. English Below)


Réflexions sur l'idée du salut Pour définir simplement le salut, c'est l'espoir d'une meilleure réalité, d'un meilleur état de choses qui, espérons-le, sera permanent, au-delà de celui-là même où nous nous trouvons actuellement. Je sais au moins que le judaïsme et le christianisme parlent du salut comme de leur objectif global. Pour les juifs, c'est l'espoir qu'un messie vienne élever le peuple juif à un nouveau degré de réalité, tandis que pour les chrétiens, le salut est le retour du Christ dans ce monde en un jour appelé Jour du Jugement, où tous les chrétiens seront transcendés au ciel et le reste souffrira dans les flammes de l’enfer. Je ne sais pas pour les autres religions, mais l'alternative la plus proche à ce concept dans la philosophie orientale se trouve dans le bouddhisme, un concept appelé "Nirvana" - où l'on sera finalement indépendant de tous les attachements émotionnels, qui nous liaient à ce royaume terrestre . Pour être franc, je trouve le concept de salut triste. C'est comme si cela venait du désir de quitter ce royaume pour de bon en faveur d'un royaume plus digne, quel que soit ce royaume. Cela suppose également que nous devions être libérés de quelque chose qui nous confine à quelque chose, comme une chaîne ou une boucle.

Le judaïsme et le christianisme supposent en particulier qu'il est nécessaire qu'une personne en particulier "aspire" le péché de toute l'humanité de manière permanente en subissant une grande épreuve, pour que l'humanité soit digne du salut, c’est à dire, pour être digne d’ être élevé par la divinité à un niveau supérieur d'existence. J'ai même lu une fois que dans le judaïsme, il y a des lois spéciales auxquelles les Juifs doivent obéir dans un monde qui suit le salut. Le salut est commercialisé comme une récompense en faveur de la fidélité ; croyez l'objet "A" et vous serez racheté, et vos péchés oubliés. Il n'est toujours pas clair pour moi, cependant, pourquoi quelqu'un qui « vit dans le péché » mériterait d'être brûlé en enfer. C'est une chose horrible à laquelle croire, pour des choses par ailleurs relativement insignifiantes. Dans le christianisme, il y a les 7 péchés : l'orgueil, la colère, la cupidité, la gourmandise, la paresse, la luxure et l'envie. Il semble qu'il suffise d'être trop fier de soi, d'être cupide, d'être paresseux, etc., pour mériter la damnation éternelle, à moins de se soumettre à une certaine religion qui vous apportera le salut par la foi, la prière et l’ expiation. Cependant, quelle que soit la splendide solution offerte par la religion, il est encore difficile de prouver que tels « péchés » sont effectivement horribles ; que cette religion spécifique est la plus vraie, que Christ ou un autre messie/prophète est le plus vrai, que l'Écriture spécifique est la plus correcte ; et ainsi de suite. Comme je l'ai dit dans des articles précédents, on s'attend simplement à ce que nous croyions, comme si la croyance/foi était supérieure à la connaissance et à sa preuve. Enfin, si nous allons tous mourir de toute façon, il devrait être discutable de savoir si l'humanité a besoin du salut. Bien sûr, nous ne savons pas ce qui nous attend de l'autre côté, mais si la réincarnation existe et si l'âme ou quelque chose d'autre en nous est éternelle, alors il n'y a techniquement pas besoin de salut car nous reviendrons toujours dans ce monde ou dans un monde similaire. . Si la réincarnation est vraie, alors il devrait être discutable de savoir s'il y a ou non un paradis ou un enfer, car lorsque nous les atteignons, nous y sommes pour de bon, car eux aussi sont censés être éternels. Si nous revenons au "royaume terrestre" à l'infini, alors l'existence du ciel, de l'enfer ou de tout autre royaume moral n'est pas nécessaire, tant que l'âme est tenue de retourner sur Terre ou sur une autre planète de l'univers où il y a vie biologique. En parlant d'êtres biologiques, qu'en est-il des êtres qui ne sont pas organiques, comme les robots ? Nous sommes enclins à croire que la vie biologique est supérieure à la vie robotique, mais dans de nombreux cas, les robots surpassent et surpasseront les réalisations de l'humanité. Finalement, une fois que les robots seront suffisamment développés pour imiter la sensibilité dans un avenir lointain, ils pourraient exiger des droits égaux, le droit de vote et le droit de choisir leur propre vie, tout comme les humains adultes le font une fois qu'ils ont terminé l'école, l'armée ou n'importe quel autre établissement. Les êtres développés non pas par un dessein universel mais par un dessein humain seraient-ils assez dignes d'être également rachetés ? Après tout, si un robot passe toute sa vie à faire le bien, ou même à mener une vie religieuse, ne mériterait-il pas le salut ? Après tout, la justice divine ne devrait pas faire de distinction entre l'homme et la machine, surtout lorsque cette dernière pourrait être capable de faire le bien dans le monde et même de suivre des modes de vie religieuse. Imaginez un moine robotique ou un pasteur robotique. Leur vie est-elle inutile parce qu'ils ne sont que boulons et électricité ? Ce sera une discrimination injuste, et une telle discrimination est indigne aux yeux de ce qui est censé être un créateur tout-puissant et omniscient et ses serviteurs angéliques. Malgré la possibilité qu'un autre type d'êtres fasse partie de ce monde, il est toujours étrange, du moins pour moi, que nous ayons besoin de rédemption pour quelque chose que nous avons fait, mais ce n'est pas aussi mauvais que d'autres choses, ou pour des choses que d'autres ont faites , et on suppose « porter » ces péchés à travers les générations. Un tel exemple est ce qu'on appelle le péché originel, tiré du livre de la Genèse de l'Ancien Testament. L'idée de vouloir essayer quelque chose alors qu'on lui a dit de ne pas le faire est apparemment si grave que toute l'humanité mérite, par défaut, d'être punie, à moins qu'il n'y ait un seul homme assez digne pour porter lui-même le fardeau, et ainsi nous libérer de l'erreur d'un homme connu sous le nom d'Adam. Tout ce que cet homme voulait savoir, c'était le goût de quelque chose de différent du paradis qui lui avait été offert, et même si je conviens que c'était une décision assez stupide, ce n'était pas aussi grave que, disons, de commettre un meurtre et d'autres crimes. De plus, Dieu savait qu'il le ferait, car Dieu est omniscient. Il a essentiellement donné à Adam et Eve quelque chose qu'il savait qu'ils n'accompliraient pas. Ainsi, on s'attendait à ce qu'ils échouent, dès le début. Le Péché Originel, semble-t-il, était prévu dès le début, car tout est, théoriquement, déjà connu, y compris la fin des temps. Les morts, les péchés, les indignités, rien de tout cela n'était sans un plan plus grand en tête. Si c'est le cas, alors nous sommes tous des pions, accusés de faire ce que nous savons déjà que nous ferons. Pourquoi, alors, avons-nous besoin du salut, si nous n'avons pas la liberté même de ne pas pécher, car chacune de nos actions est déjà planifiée à dessein ? Ce n'est pas comme si nous pouvions changer ce qui a déjà été décidé. Lorsqu'on nous dit, en tant qu'enfants, de ne pas manger le gâteau dans la cuisine, le parent ne sait pas vraiment avec certitude si nous le ferons, d'où la raison pour laquelle ils nous ont dit de ne pas manger le gâteau. Dieu, cependant, est omniscient et omnipotent. Cela lui fait non seulement tout savoir, mais aussi tout dicter. En d'autres termes, pourquoi avons-nous besoin d'être rachetés, si Dieu ou un autre être divin est celui qui tire les ficelles depuis le début ? Bien sûr, si l'enfant mange quand même du gâteau, le parent n'est pas à blâmer, car il ne s'attendait pas à ce que l'action de tentation soit faite, ni n'avait le pouvoir sur l'enfant de prendre une bouchée. Dans le péché originel, cependant, le cas est différent. Il était déjà prévu dès le début, qu'Adam prenne la Pomme des Lumières, parce que cela lui a été dicté, puisque selon le déterminisme, tout fait, ou devrais-je dire, a été. Pourquoi alors, on a besoin d'expier pour quelque chose qui était prévu qu'il ferait ? Si le soldat reçoit l'ordre de tirer sur quelqu'un qu'il n'a pas besoin de tirer, pourquoi le soldat est-il entièrement à blâmer, et pas son officier supérieur également ? Après tout, c'est l'officier qui a donné l'ordre illégal, car Dieu, en quelque sorte, a ordonné le destin de toute l'humanité, tant au collectif qu'individuellement. Le salut ne semble pas nécessaire là où tout le système est "truqué" d'une certaine manière. Le meurtrier était censé être envoyé pour tuer tout comme Adam était censé manger la Pomme de l'Illumination. Cela ne veut pas dire qu'ils ne méritent pas justice et rétribution, c'est juste que le soi-disant "plan cosmique" est très, très imparfait, et nous sommes juste censés l'accepter, comme tout ce qui entoure la religion principalement. Ensuite, nous sommes censés porter le fardeau de la culpabilité jusqu'à ce qu'un certain personnage vienne ou revienne sur Terre et apporte le salut à tous ceux qui le méritent. Même si la possibilité du salut existe, à quoi bon même, si le "plan cosmique" pour tous et pour toute l'éternité, ne peut lui-même être racheté, car il est, prétendument, assez parfait ? Pourquoi c'est nous qui avons besoin d'être rachetés, alors que nous étions déjà conçus pour échouer (ou du moins certains d'entre nous) ? Même si nous étions libérés des chaînes de la Terre, tant que le "plan cosmique" ne serait pas aussi imparfait qu'il l'est théoriquement, il n'y aurait pas du tout besoin de ce concept. Et si nous avions besoin de plusieurs saluts, simplement parce que l'humanité continuera à pécher dans une réalité d’après le salut ? N'est-ce pas juste un moyen d'éliminer les gens, jusqu'à ce qu'il y ait finalement quelques privilégiés ? Quel est l'intérêt de toutes ces morts inutiles, quand on peut simplement apprendre à être moralement bon... à travers l'étude de la philosophie, de l'éthique et de la loi ? Ce sont toutes les choses que j'ai à dire sur ce sujet jusqu'à présent. Je pourrais écrire plus à ce sujet, mais seul le temps nous le dira. Merci d'avoir lu.

***************************************


(English, original)


To simply define salvation, it is a hope for a better reality, a better state of affairs that hopefully will be permanent, beyond this very one we're currently at. I at least know that both Judaism and Christianity speak on salvation as their overall goal.


For Jews it is the hope for a messiah to come and elevate the Jewish people into a new degree of reality, while for Christians, salvations are the return of Christ to this world on a day called Judgement Day, where all Christians will be transcended to heaven and the rest will suffer in hellish flames.


I don't know about other religions, but the closest alternative to this concept in Eastern philosophy is found in Buddhism, a concept called "Nirvana" -- where one will finally be independent from all emotional attachments, which bound one to this earthly realm.


To be frank, I find the concept of salvation to be sad. It's like it comes from the desire to leave this realm for good in favour of a worthier realm, whatever that realm may be. It also assumes that we are needed to be freed of something which confines us to something, like to a chain, or to a loop.


Judaism and Christianity especially assumes that there is a need for a particular person to, so to speak, "suck" the sin out of all humanity permanently by suffering a great ordeal, for humanity to be worthy of salvation, AKA, to be worthy to be elevated by divinity to a higher level of existence. I even once read, that in Judaism there are special laws that Jews need to obey to in a post-salvation world.

Salvation is marketed as a reward in favour of loyalty; believe object "A" and you will be redeemed, and your sins forgotten. It is still unclear to me, however, why would someone who "lives in sin" deserves to be burned in hell. That's a horrible thing to believe in, for otherwise relatively petty things. In Christianity there are the 7 sins -- Pride, Wrath, Greed, Gluttony, Slothfulness, Lust and Envy.

It appears that it is sufficient to be overly proud of oneself, to be greedy, to be lazy, and so on, to deserve eternal damnation, unless you are to submit to a certain religion that will bring you salvation through faith, prayer, and atonement.

However, regardless of the splendid solution offered by religion, it is still difficult to prove that such "sins" are indeed horrible; that this specific religion is the truest one, that Christ or another messiah/prophet is the truest one, that the specific scripture is the most correct one; and so on. As I stated in previous articles, we are simply expected to believe, as if belief/faith were superior to knowledge and evidence.

Finally, if we're all going to die anyway, it should be debatable whether humanity needs salvation at all. Sure, we do not know what waits on the other side, but if reincarnation exists and if the soul or something else within us is eternal, then there is technically no need for salvation because we will always return to this world or to a similar world.

If reincarnation is true, then it should be debatable whether or not there is a heaven or hell, because when we reach them, we are there for good, as they too are supposed to be eternal.

If we return to the "earthly realm" ad infinitum, then the existence of heaven, hell, or any other moral realm is unnecessary, as long as the soul is bound to return to Earth or to some other planet in the universe where there are biological lives.

Speaking of biological beings, what about beings who are not organic, like robots? We are inclined to believe that biological life is superior to robotic life, but in many cases, robots are and will surpass the achievements of humankind.

Eventually, once robots are developed enough to imitate sentience in the far future, they might demand equal rights, the right to vote, and the right to choose their own lives, just like adult humans do once they finish school, the army, or any other institution. Would beings developed not by universal design but by human design be worthy enough to be redeemed as well?

After all, if a robot lives their entire lives doing good, or even leading a religious life, wouldn't they be worthy of salvation? After all, divine justice should not discriminate between man and machine, especially when the latter might be capable of doing good in the world and even of following religious ways of life.

Imagine a robotic monk, or a robotic pastor. Are their lives useless because they are nothing but bolts and electricity? That will be unfair discrimination, and such discrimination is unworthy in the eyes of what is supposed to be an all-powerful, all-knowing designer and his angelic pawns.

Despite the possibility of another type of beings being a part of this world, it is still strange, at least to me, that we require redemption for something we either did but it isn't as bad as other stuff, or for things others did, and we supposedly "carry" these sins through generations.


One such as example is what is known as the Original Sin, from the Genesis book of the Old Testament. The idea of wanting to try something despite being told not to, is apparently that severe to the point that all of humanity deserves, by default, to be punished, unless there is a single man worthy enough to carry the burden himself, and thus liberate us from the mistake of one known as Adam.


All this man wanted to know was the taste of something different than the paradise he was given, and while I agree it was a pretty dumb decision, it wasn't as severe as, let's say, committing murder, and other crimes. In addition, it was known by God that he would do so, for God is omniscient. He basically gave Adam and Eve something he knew they will not accomplish.


Thus, it was expected that they would fail, from the very beginning. The Original Sin, so it appears, was planned from the very beginning, for everything is, theoretically, already known, including the end of time. The deaths, the sinning, the unworthy-ness, none of it was not without a grander plan in mind. If so, then we're all pawns, being blamed at doing what it is already known that we will do.

Why, then, do we need salvation, if we lack the very freedom to not sin, for each of our actions are already planned by design? It's not like we can change what has already been decided. When we are being told as kids not to eat the cake in the kitchen, the parent does not truly know for certain if we will do so, hence why they told us to not eat the cake. God, however, is omniscient and omnipotent.


This makes him not only know everything, but to dictate everything too. In other words, why do we need to be redeemed, if God or some other divine being, is the one pulling the strings all along?


Of course that, if the child takes a bite anyways, the parent is not to blame, because he/she did not expect the action of temptation to be done, nor had the power over the child to grab a bite. In the Original Sin, however, the case is different.


It was already planned from the beginning, that Adam will take the Apple of Enlightenment, because it was dictated so, since according to determinism, everything does, or should I say, have been.


Why then, one needs to atone for something it was planned that they would do? If the soldier is ordered to shoot someone they don't need to shoot, why is the soldier completely for the blame, and not their superior officer, as well? After all, it was the officer who issued the illegal order, as God, in a way, has issued the fate of all of humanity, both as collectives and individuals.

Salvation doesn't seem to be necessary where the whole system is "rigged" in a way. The murderer was supposed to be sent to kill just as Adam was supposed to eat the Apple of Enlightenment.


It isn't to say that they don't deserve justice and retribution, it's just the so-seemed "cosmic plan" is very, very flawed, and we're just supposed to accept it, like anything else surrounding religion mostly. Then, we are supposed to carry the burden of guilt until a certain figure either comes or returns to Earth and brings salvation to all who deserve it.


Even if the possibility of salvation exists, what is even the point, if the "cosmic plan" for everyone and for all eternity, cannot itself be redeemed, for it is, allegedly, perfect enough? Why it is us that need to be redeemed, when we were already designed to fail (or at least some of us)?


Even if we will be freed from the chains of the Earth, as long as the "Cosmic plan" won't be as flawed as it theoretically is, there wouldn't be any need for this concept at all. What if we would need several salvations, simply because humanity will continue to sin in a post-salvation reality?


Isn't it just a way to weed out the people, until there will eventually be a very select few? What's the point in all of these unnecessary deaths, when one can simply learn to be morally good... through the study of philosophy, ethics and the law?

These are all of the things I have to say regarding this subject thus far. I might write more about it, but only time will tell. Thanks for reading.

71 views0 comments

Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page