top of page

How to Distinguish Your Allies -- The Parasocial Fallacy

Updated: Mar 15



(French translation by Mr. Roland Leblanc. English version, below)


Comment distinguer vos alliés : l'erreur parasociale



L'illusion de connexion : reconnaître l'erreur parasociale


Une relation parasociale est une relation unilatérale que nous entretenons avec des personnes avec lesquelles nous n’interagissons pas physiquement. Il ne faut pas le confondre avec le paranormal. Une relation parasociale existe sans aucun doute, même si l’une des parties est purement fictive. C'est une relation que nous entretenons également, chers lecteurs. Parce que nous ne sommes ni amis ni même proches. Penser autrement est une erreur.


On dit qu’elle est « parasociale » car elle ne repose pas exactement sur de véritables interactions sociales. Certains d’entre vous me lisent, mais cela ne signifie pas que vous avez tous un lien réel et mutuellement reconnu avec moi, n’est-ce pas ? Cependant, je communique avec certains d'entre vous de temps en temps, mais ce n'est pas en personne ; ce n'est que virtuel. Uniquement sous forme de texte, et si je faisais fréquemment des vidéos, alors c'est aussi le cas sous cette forme de média. Notre connexion n’est pas si profonde ou sincère, même si elle semble l’être. C’est sans fondement, même si ce n’est pas malhonnête.



En tant que tel, une grande partie de ce monde et une grande partie de nos connexions sont en fait fausses. Et nous nous leurrons seulement en pensant que ce n’est pas le cas. Il existe des moyens de distinguer les amis, des fans et des abonnés.


« L'erreur parasociale » se produit lorsque l'on prend une figure parasociale, comme un écrivain, une célébrité ou toute autre personnalité publique, pour son véritable ami. C'est simplement une erreur de compréhension ; dans l'identification des personnes et dans l'estimation de leur valeur par rapport à nous-même.


Naviguer dans le labyrinthe parasocial dans un monde hyperconnecté


L’essor des médias de masse et de l’accessibilité virtuelle a rendu l’aspect parasocial de la société plus important que jamais. Aujourd’hui, créer des liens avec les autres ne nécessite plus d’espaces physiques comme les bars ou les cafés. Il suffit d’un message virtuel, comme un e-mail ou un commentaire, pour déclencher une potentielle relation parasociale.


Même la consommation médiatique fréquente d’un personnage spécifique peut être un exemple de parasocial, surtout lorsque vous développez un sentiment de loyauté envers lui. Cette fidélité vous incite à revenir pour davantage de leur contenu. Cela s’étend bien sûr également aux personnages de fiction. Ressentir un lien étroit avec des personnages fictifs est un autre exemple du phénomène parasocial.


Cependant, ce lien devient problématique lorsque l’on brouille les frontières entre fiction et réalité, en croyant que Superman peut venir nous sauver. Les enfants peuvent être particulièrement sensibles à cette variante du sophisme parasocial. Un autre personnage notable qui semble avoir '' dévié'' est Chris Chan, dont j'ai déjà critiqué la philosophie sur l'univers.


Alors, comment pouvons-nous surmonter l’erreur parasociale ? Tout se résume à comprendre que tous ceux que nous admirons ne sont pas tous des amis. Ce n’est pas parce que vous êtes d’accord avec un philosophe contemporain ou que son contenu est précieux qu’il est votre ami. Prendre quelqu’un pour un ami sur la seule base de la valeur de son contenu est un exemple classique d’erreur parasociale


N'oubliez pas que les relations parasociales peuvent être enrichissantes et agréables, mais il est essentiel de maintenir une perspective saine et réaliste. Faites la distinction entre admiration et amitié, et ne perdez pas de vue les frontières entre fiction et réalité.


Ne vous y trompez cependant pas. Ressentir un lien étroit avec quelqu'un qui n'est pas un ami n'est pas nécessairement une émotion non légitime. Je ne sais même pas s’il existe des émotions illégitimes au départ. Je dirais que de décrire ce qu'est une émotion illégitime pourrait tout aussi bien être abordé uniquement comme une hypothèse d'erreur logique.


Le point est le suivant : lorsque cette émotion d’admiration ou d’appréciation nous trompe, c’est à ce moment-là que l’erreur parasociale peut émerger. Penser que quelqu’un est plus qu’il n’est. On utilise aujourd'hui le terme « ami » car il peut nous tromper assez rapidement. N'est-ce pas?


Si vous voulez être l’ami de quelqu’un, il vous suffit de le demander. Envoyez-leur une demande, pas à la manière des médias sociaux. Assurez-vous que l’autre partie vous considère comme un ami. Sinon, à quoi bon considérer une simple impression positive comme un fait ?


Cela n'a rien à voir avec le narcissisme. Les limites peuvent être importantes pour n’importe qui. Il est impératif de s’assurer que vous êtes d’accord avec une autre personne en ce qui concerne les attentes. Sinon, la logique veut que vous finirez par être déçu.


Reconnaître les alliés, éviter les erreurs et adopter la croissance


J'utilise le terme « ami » avec prudence, car toutes les personnes avec lesquelles nous interagissons n'entrent pas nécessairement dans cette catégorie. Alliés, lecteurs, admirateurs des réseaux sociaux : ce sont des liens importants, mais ce ne sont pas nécessairement des amis.


L'amitié va au-delà d'une simple alliance. Cela nécessite de la confiance, des liens mutuels et un sentiment de reconnaissance au-delà des simples contextes professionnels. C'est une voie à double sens, où les deux parties voient et conviennent que l'étiquette d'« ami » est applicable.


Une personne peut-elle déclarer une amitié alors que l’autre l’ignore ? C’est là, je crois, le cœur du sophisme parasocial dans de nombreuses relations modernes et interactions. Nous pouvons avoir des impressions positives et aimer interagir avec quelqu’un, mais le qualifier d’ami sans compréhension mutuelle risque de tomber dans cette erreur.


En tant que personne autiste, je suis parfaitement conscient que ma neurodivergence peut façonner mes interactions sociales. Cependant, je refuse que cela devienne un obstacle à la compréhension de la réalité. Lorsque des opportunités d’apprentissage se présentent, je choisis de les saisir, quels que soient les défis perçus. Car je refuse d'être faible et je n'ai pas besoin d'être pris en pitié.


Construire de vraies amitié


Il n’y a rien d’enfantin à envoyer de véritables demandes d’amitié à des personnes, en ligne ou hors ligne. Cependant, la véritable amitié va au-delà du simple clic sur « accepter » la demande d'amitié sur Facebook. Construire de véritables connexions nécessite des efforts et de la vulnérabilité. Cela implique de parler non seulement aux oreilles de quelqu’un, mais aussi à son cœur.


Cultiver la confiance et développer une compréhension plus profonde sont des ingrédients essentiels. Comme vous le découvrirez bientôt, nouer de véritables amitiés est plus complexe qu’il n’y paraît. Mais la bonne nouvelle est que c'est une compétence qui peut être apprise et perfectionnée grâce à la pratique et à la préparation à souffrir au nom de se soucier de quelqu'un à un niveau plus profond. C’est vital même en dehors de l’amour romantique.


Un « ami Facebook » est une simple connaissance comparée à un véritable ami. Un véritable ami vous voit, vous comprend et partage vos soins et votre soutien. N'oubliez pas que l'amitié est une voie à double sens. Il se nourrit du respect mutuel, des expériences partagées et d’une véritable connexion qui va au-delà de la prétention de prétendre ou de faire semblant, requise avec de nombreuses autres types de relation avec des personnes.


Un véritable ami est un compagnon pour la vie. Une personne qui veut non seulement s’amuser avec vous, mais aussi partager vos chagrins.


Après réflexion


Toutes les relations parasociales ne doivent pas nécessairement être exclues du domaine numérique, ce qui signifie qu’elles peuvent également s’appliquer au monde physique. Vous pourriez penser que vous connaissez quelqu'un, comme un faux gourou qui développe une fausse relation avec vous dans le but inavoué d'obtenir de plus en plus de vos dons, vivant ainsi de vos illusions.


À l’intérieur d’une secte physique, isolée du monde extérieur, la couche numérique n’est pas nécessaire à la relation fausse et « intime » entre le leader et sa communauté de fidèles.


**********************************


(English version, here)



**********************************


The Illusion of Connection: Recognizing the Parasocial Fallacy


A parasocial relationship is a one-sided relationship that we have with people we do not interact with physically. It is not to be confused with the paranormal. A parasocial relationship undoubtedly exists, even if one of the parties is purely fictional. It is a relationship that we have as well, dear readers. Because we are not friends or even close in any way. Thinking otherwise is a fallacy.


It is called "para-social" because it is not exactly based on real social interactions. Some of you read me, but that does not mean all of you have any real, mutually-recognized connection with me, correct? I communicate with some of you once in a while, however, but it is not in person; it is only virtual. Only in text, and if I made videos frequently, then in that form of media, too. Our connection is not that deep or sincere, even if feels it is. It is flat, even if not dishonest.



As such, much of this world, and much of our connections are in fact fake. And we only delude ourselves that they are not. There are ways to distinguish betwee friends, fans and followers.


"The parasocial fallacy" occurs when one mistakes a parasocial figure, such as a writer, a celebrity, or any other public figure, to be their real friend. It is merely a mistake in understanding; in identifying people, and in the estimation of their value in relation to yourself.


Navigating the Parasocial Maze in a Hyperconnected World


The rise of mass media and virtual accessibility has made the parasocial aspect of society bigger than ever. Today, creating connections with others no longer requires physical spaces like bars or coffee shops. All it takes is a virtual message, like an email or comment, to spark a potential parasocial relationship.


Even frequent media consumption of a specific figure can be an example of the parasocial, especially when you develop a sense of loyalty to them. This loyalty keeps you coming back for more of their content. It also extends to fictional characters, of course. Feeling a close connection to fictional characters is another example of the parasocial phenomenon.


However, this connection becomes problematic when we blur the lines between fiction and reality, believing that Superman can come and rescue us. Children may be particularly susceptible to this variant of the parasocial fallacy. Another notable figure who often "sinned" in it is Chris Chan, whose philosophy on the universe I've criticized before.


So, how can we overcome the parasocial fallacy? It all boils down to understanding that not everyone we admire is a friend. Just because you agree with a contemporary philosopher or find their content valuable doesn't mean they're your friend. Mistaking someone for a friend based solely on the value of their content is a classic example of the parasocial fallacy.


Remember, parasocial relationships can be enriching and enjoyable, but it's crucial to maintain a healthy, realistic perspective. Distinguish between admiration and friendship, and don't lose sight of the boundaries between fiction and reality.

Make no mistake, however. Feeling a close connection to someone who isn't a friend isn't necessarily a non-legitimate emotion. I don't even know if there are illegitimate emotions to begin with. I would argue that an illegitimate emotion might as well only be used as a logical fallacy.

The point is this: When that emotion of admiration or appreciation deludes us, that is when the parasocial fallacy can emerge. In thinking someone is more than he or she is. The use the term "friend" today because it can deceive us pretty quickly. Right?


If you want to be someone's friend, all you have to do is ask. Send them a request, not in a social media-type fashion. Make sure the other side sees you as a friend. Otherwise, what is the point in seeing a positive impression as fact?

It has nothing to do with narcissism. Boundaries may be important to anyone. Making sure you see eye-to-eye with another person when it comes to expectations, is imperative. Otherwise, logic dictates you'll become disappointed eventually.


Recognizing Allies, Avoiding Fallacies, and Embracing Growth


I use the term "friend" cautiously because not everyone we interact with falls neatly into that category. Allies, readers, social media followers – they're important connections, but they're not necessarily friends.


Friendship goes beyond a simple alliance. It requires trust, mutual connection, and a sense of recognition beyond just professional contexts. It's a two-way street, where both parties see and agree that the label of "friend" is applicable.


Can one person declare a friendship while the other remains unaware? This, I believe, is the heart of the parasocial fallacy in many modern interactions. We may form positive impressions and enjoy engaging with someone, but labeling them a friend without mutual understanding risks falling into this fallacy.


As someone with autism, I'm keenly aware that my neurodivergence can shape my social interactions. However, I refuse to let that become an obstacle to understanding reality. When opportunities for learning arise, I choose to embrace them, regardless of any perceived challenges. For I refuse to be weak, and I don't need your mercy.


Building Real Friendships


There's nothing childish about sending genuine friend requests to people, both online and offline. However, true friendship goes beyond simply clicking "accept" on Facebook. Building real connections requires effort and vulnerability. It involves speaking not just to someone's ears, but to their hearts.


Cultivating trust and developing a deeper understanding are essential ingredients. As you'll soon discover, forging genuine friendships is more complex than it might seem. But the good news is, it's a skill that can be learned and honed through practice and the preperation to suffer in the name of caring about someone on a deeper level. It is vital even outside of romantic love.


A "Facebook friend" is a mere acquaintance compared to a true friend. A true friend sees you, understands you, and shares your care and support. Remember, friendship is a two-way street. It thrives on mutual respect, shared experiences, and genuine connection that goes beyond the pretense of masking, required with many other people.


A true friend is a companion for life. A person who wants not only to have fun with you, but to share your sorrows.



Afterthought


Not all parasocial relationships have to be excluded to the digital realm, meaning they can be applicable to the physical world as well. You might think you know someone, like a fake guru who develops a fake relationship with you under the ulterior motive of getting more and more of your donations, thus living off your delusions.


When inside a physical cult, isolated from the external world, the digital layer is not necessary for the fake, "intimate" relationship between the leader and his community of followers.

91 views0 comments

Comments


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page