top of page

The Reception Dilemma (And How to Solve It)

Updated: Feb 23

A warrior set to fight

(French Translation by Mr. Roland Leblanc. English Version, Below)


Le dilemme du '' Comment recevoir'' et comment résoudre ce dilemne.


"Si tu peux garder la tête froide quand tout tourne autour de toi


Ils perdent la leur et vous le reprochent,


Si tu peux te faire confiance quand tous les autres doutent de toi,


Mais tiens également compte de leurs doutes ;


Si tu peux attendre et ne pas te fatiguer d'attendre,


Ou qu'on te mente, ne ments pas,


Ou être détesté, ne cède pas à la haine,


Et pourtant, n'aie pas l'air trop beau, ni ne parle trop sagement"


-- Rudyard Kipling, "-- Si"


***********************************

Guide du philosophe sur la critique et l'éloge


Lorsque le succès vous révèle aux yeux du public, que ce soit en ligne ou hors ligne, votre travail devient un canevas pour une quantité indéfinie d'opinions. Quelle que soit l’excellence de vos compétences, vous serez inévitablement confronté à des critiques contradictoires, voire sévères. Même parallèlement aux éloges, les critiques négatives peuvent vous heurter, vous laissant face à un choix crucial : devez-vous succomber au pessimisme et à l'incrédulité, ou apprendre à vous « endurcir » et accepter les critiques ?


Pour un chercheur de vérité, comme pour un philosophe, aucune des deux options ne suffit à elle seule. La vérité est notre but, et les critiques comme les fans, même si les préjugés de ces derniers sont importuns, peuvent en détenir des joyaux cachés. Jetez l’un ou l’autre, et vous éliminerez ces « gemmes » de toute façon.


Prenez ma propre expérience. Mon ancienne directrice, dans un élan d'optimisme sans limite, m'a déclaré destiné à être « le philosophe le plus célèbre de ce siècle ». La flatterie ne m’enivrait pas, car je connaissais son potentiel de distorsion de la réalité. Et je ne vis pas pour être enivré par les émotions, non plus. Je suis comme mort à l'intérieur. Je vis pour philosopher et les émotions nous empêchent de comprendre le monde au-delà de notre esprit.


Internet regorge d’innombrables blogs de philosophie et de penseurs chevronnés, dont les déclarations prophétiques, comme la sienne, méritent d’être remises en question. Même des éloges bien intentionnés, aussi gratifiants soient-ils, peuvent être un piège trompeur pour celui qui cherche la vérité.


Alors, comment naviguer dans ce labyrinthe de feedback ? Voici quelques principes directeurs :


1. Reconnaissez la valeur de chaque voix : Chaque opinion, positive ou négative, offre une perspective unique. Les critiques, souvent considérés comme des aspects négatifs par les personnes sensibles, peuvent mettre en évidence des angles morts ou suggérer des angles inattendus. Même les critiques non constructives peuvent révéler un manque de compréhension ou de communication.


2. Filtrez avec discernement : tous les commentaires n'ont pas le même poids. Apprenez à faire la différence entre les critiques éclairées, alimentées par un véritable engagement envers votre travail, et la simple négativité née de préjugés ou de jalousie. Cette dernière, aussi inconfortable soit-elle, mérite une attention particulière.


3. Recherchez les étincelles de vérité : éliminez vos attachements émotionnels au contenu et recherchez la pépite de vérité dans chaque commentaire, aussi troublant qu'il puisse être. Vous devriez vous habituer à vous demander : y a-t-il un argument valable caché sous ce langage dur ? Ou, à l’inverse : l’éloge met-il en évidence un aspect que vous avez négligé à cause de votre propre biais négatif ?


4. Embrassez l’humilité : Une personne, philosophe ou autre, ne possède pas le trait divin de l’omniscience. Reconnaître cette limitation inhérente favorise l’humilité intellectuelle, terreau fertile pour l’ouverture d’esprit et l’apprentissage continu.


N’oubliez pas que la quête de la vérité peut facilement être une aventure solitaire, pavée à la fois d’éloges et d’adversité. Alors que nous parcourons ce parcours, ne cherchons pas à obtenir une validation, ni à faire taire le chœur des voix. Apprenons plutôt à discerner les murmures de la vérité au milieu de la symphonie des opinions. Ce n’est qu’alors que nous pourrons véritablement embrasser la vocation philosophique : chercher sans relâche à être éclairé par la vérité.


Naviguer dans le labyrinthe de la réception


Les applaudissements de la foule peuvent être enivrants, mais les critiques peuvent persister longtemps après que les échos se soient estompés. En tant que philosophes, nous sommes aux prises avec l'inévitable dilemme de la réception : la danse subjective entre votre œuvre et entre la façon dont elle est perçue. Même si des grains de vérité peuvent se trouver à l’intérieur, les libérer des tourbillons émotionnels de l’opinion est un défi constant.


Ce sont au moins quelques-uns des éléments intégrés à la question qui se cache derrière le dilemme de réception : comment devrions-nous réagir à la façon dont les autres réagissent à notre contenu ?


Les préjugés émotionnels


Le cœur humain alimente la réception, et en est également alimenté. Un lecteur passionné pourrait négliger les nuances au profit d’un récit convaincant, tandis qu’un critique en colère pourrait sélectionner des défauts pour étayer son dédain par défaut. Ces préjugés émotionnels ajoutent une autre couche de complexité au puzzle du feedback. Peut-être que comprendre les émotions de votre public pourrait mieux déterminer l’objectivité de ses commentaires.


L’erreur ad hominem


Imaginez être jugé non pas pour vos idées, mais pour l'absence de diplôme dans un domaine sans rapport avec votre argument. Cette erreur, l’attaque ad hominem, déplace l’attention du contenu vers le créateur, rabaissant votre voix en fonction de vos défauts personnels perçus. Reconnaître cette tactique est crucial pour discerner une véritable critique à partir de simples insultes masquées, voire planifiées, comme un véritable discours intellectuel.


L’erreur Ad Populum


Il est tentant de prendre un chœur d’applaudissements pour une vérité absolue. L’erreur ad populum se nourrit cependant du pouvoir de séduction de l’opinion majoritaire. Ce n’est pas parce que mille voix font écho à vos idées que leur validité est garantie. Une seule voix dissidente, offrant une perspective différente, pourrait détenir la clé pour débloquer un angle mort dans votre propre raisonnement.


Le dilemme du philosophe


Voir les deux côtés de la médaille est le devoir du philosophe, mais nous ne sommes pas à l’abri des critiques. Cependant, le monde offre rarement de l'empathie pour les sentiments blessés, car ce n'est pas la responsabilité des autres, mais la nôtre, d'être plus forts. Cela peut stresser tout comme cela peut épuiser. Les propos offensants et les attaques personnelles ne méritent pas leur place dans un échange d'idées respectueux, mais il est tout aussi important pour nous de reconnaître notre propre vulnérabilité émotionnelle.


De nos jours, le contenu est roi. Malheureusement, dans certaines niches, comme celles liées plus à l'intellect qu'au cœur, cèder à nos émotions, c'est la faiblesse, car elle fait obstacle à notre travail. Telle est la théorie rubinsteinienne du contentisme.


Les sacrifices de la sensibilité


Certains sacrifices sont inévitables lorsqu’on navigue dans le champ de mines du discours en ligne. La même chose s'applique dans la recherche de la vérité en général. Votre sensibilité, aussi ancrée soit-elle dans votre être, peut nécessiter un certain degré de suppression. Le véritable défi réside peut-être dans la création d’une communauté où le dialogue respectueux prospère, où diverses perspectives sont entendues et où la sensibilité n’est pas une arme mais est reconnue et adoptée.


Et pourtant, il faut la diminuer dans le discours philosophique, car la vérité ne se soucie pas de vos sentiments. Une philosophie en constante progression doit tenir compte de cet aspect et s'ajuster.


Points supplémentaires à considérer


Abandonnez le binaire positivité-négativité : tous les éloges ne sont pas dorés, et toutes les critiques ne sont pas moralement mauvaises (existe-t-il même une « critique moralement mauvaise » ?). Abordez les deux avec un scepticisme mesuré. Un compliment du type « tu es la personne la plus en forme que j'ai jamais vue » adressé à une personne visiblement aux prises avec l'obésité, bien que bien intentionné, manque probablement la cible lorsqu'il s'agit de la vérité. Regardez au-delà de la surface et approfondissez la logique et le raisonnement derrière les commentaires afin d'évaluer leur fiabilité.


Adoptez le contrepoint (jouez avec les contrastes) : chaque critique, aussi dure soit-elle, offre un contrepoint potentiel à votre propre point de vue. Au lieu d'être sur la défensive, au lieu de succomber au sentiment d'être « attaqué », engagez-vous plutôt dans une discussion critique. Les arguments des critiques sont-ils valables ? Est-ce qu'ils mettent en évidence des angles morts que vous avez négligés ? Utilisez leur voix comme un outil d'avancement pour l’introspection et la croissance intellectuelle.


Ne soyez pas trop sensible : Les vrais philosophes, comme les voyageurs chevronnés, apprennent à ignorer les petites insultes qui piquent inévitablement. N'oubliez pas que tout le monde ne trouvera pas écho à votre travail, et ce n'est pas grave. Leur désapprobation ne diminue en rien la légitimité de votre passion ou la valeur de votre quête. Concentrez votre énergie sur la recherche de la sagesse, et non sur une validation insaisissable. Ce n'est pas comme si vous aviez besoin d'expressions ad hominem.


Tracez la ligne entre la désapprobation et l'offense : Même si les esprits ouverts acceptent un désaccord sain, il existe une ligne claire entre la critique constructive et l'intention malveillante. Les insultes brutales, l'intimidation et le harcèlement n'ont pas leur place dans tout discours sain et mature, quelle que soit votre position philosophique. La liberté d'expression ne devrait jamais justifier la réduction au silence ou l'« annulation » de voix légitimes.


Clarté, contenu et détachement conscient : tels sont les outils du philosophe pour forger la vérité. Donnez la priorité à la clarté de votre communication, concentrez-vous sur le fond de votre contenu et cultivez un détachement sain du bruit de l’opinion populaire. C'est grâce à un examen rigoureux, et non à une émotion passagère, que l'on gravit véritablement les échelons de la connaissance et de l'expertise.


Après réflexion


"Une pensée claire demande du courage plutôt que de l'intelligence." --Thomas Szasz


Un philosophe est nécessairement un « rabat-joie   » ou quelqu'un qui est suffisamment disposé à briser toute aura de parti pris qui pourrait l'éloigner de la vérité. En tant que tel, le philosophe compétent devrait même être prêt à remettre en question les propres croyances des gens en sa faveur. En tant que tel, le philosophe est le moins apte à plaire aux gens, même lorsque les autres visent à se plaire à eux-mêmes en tentant de plaire.


Et rompre un accueil approbateur à votre égard au nom de la vérité, c'est une tâche qui demande beaucoup de courage. Le courage de défier vos propres intérêts au nom de la vérité (si la vérité est votre priorité absolue en tant que philosophe, ce qui devrait être le cas).


Ainsi, pour penser clairement, vous devez être assez courageux pour comprendre que vous ne savez peut-être pas comme vous pensez savoir. Vous devez également être assez courageux pour appliquer cette même conclusion à d’autres personnes. De cette façon, leur réception ne vous poussera pas vers l’illusion.


********************************


(English, original)


"If you can keep your head when all about you

Are losing theirs and blaming it on you,

If you can trust yourself when all men doubt you,

But make allowance for their doubting too;

If you can wait and not be tired by waiting,

Or being lied about, don’t deal in lies,

Or being hated, don’t give way to hating,

And yet don’t look too good, nor talk too wise"




***********************************


A Philosopher's Guide to Criticism and Praise


When success reveals you into the public eye, be it online or offline, your work becomes a canvas for an indefinite amount of opinions. No matter how excellent your competency is, you'll inevitably face conflicting, and even harsh, reviews. Even alongside praise, negative critiques can sting, leaving you with a crucial choice: Should you succumb to pessimism and self-disbelief, or learn to "toughen yourself up", and accept the criticism?


For a truth seeker, like a philosopher, neither option suffices, alone. Truth is our quarry, and both critic and fan, however unwelcome the latter's biases, may hold gems of it. Discard either, and you'll discard these "gems" either way.


Take my own experience. My former headmistress, in a burst of boundless optimism, declared me destined to be "this century's most renowned philosopher". The flattery wasn't intoxicating to me, for I knew its potential for distortion of realtiy. And I don't live to be intoxicated by emotions, no. I am dead inside. I live to philosophize, and emotions stand in the way of understanding the world beyond our minds.


The internet is filled with countless philosophy blogs and seasoned thinkers, rendering such prophetic pronouncements, like hers, deserving to be questioned. Even well-intentioned praise, however gratifying, can be a deluding trap to the truth.


So, how do we navigate this feedback labyrinth? Here are some guiding principles:


1. Acknowledge the Value of Every Voice: Every opinion, positive or negative, offers a unique perspective. Critics, often dismissed as naysayers by the sensitive, may highlight blind spots, or suggest unexpected angles. Even unconstructive criticism can reveal a gap in understanding or communication.


2. Filter with Discernment: Not all feedback deserves equal weight. Learn to differentiate between informed critiques, fueled by genuine engagement with your work, and mere negativity born of bias or jealousy. The latter, however uncomfortable, deserves careful consideration.


3. Seek Any Sparks of Truth: Strip away your emotional attachments to content and search for the nugget of truth in each feedback, however unsettling it may be. You should encourage yourself to ask yourself: Is there a valid point hidden beneath the harsh language? Or, conversly: Does the praise highlight an aspect you overlooked by your own negativity bias?


4. Embrace Humility: No one, philosopher or otherwise, possesses the godly trait of omniscience. Recognizing this inherent limitation fosters intellectual humility, the breeding grounds for open-mindedness and continuous learning.


Remember, the pursuit of truth may eaily be solitary trek, paved with both praise and adversity. As we navigate this landscape, let us not seek validation, nor silence the chorus of voices. Instead, let us learn to discern the whispers of truth amidst the symphony of opinions. Only then can we truly embrace the philosophical calling: to relentlessly seek to be enlightened by the truth.

Navigating the Labyrinth of Reception


The applause of the crowd can be intoxicating, but the sting of criticism can linger long after the echoes fade. As philosophers, we are grappled with the inevitable dilemma of reception: The subjective dance between your work and between how it's perceived. While grains of truth may lie within, releasing them from the emotional whirlwinds of opinion is a constant challenge.


These are at least some of the components which are integrated on the question behind the reception dilemma: How should we react to how others react to our content?



The human heart fuels reception, and is fueled by it as well. A passionate reader might overlook nuances for the sake of a compelling narrative, while an angry critic might cherry-pick flaws to support their default disdain. These emotional biases add another layer of complexity to the feedback puzzle. Perhaps, understanding the emotions of your audience could better determine the objectivity of their feedback.


The Ad Hominem Fallacy


Imagine being judged not for your ideas, but for the lack of a degree in a field irrelevant to your argument. This fallacy, the ad hominem attack, shifts the focus from the content to the creator, belittling your voice based on perceived personal shortcomings. Recognizing this tactic is crucial to discerning genuine critique from mere insults masked, or even marketed, as proper intellectual discourse.


The Ad Populum Fallacy


A chorus of applause can be tempting to mistake for absolute truth. The ad populum fallacy, however, thrives on the seductive power of majority opinion. Just because a thousand voices echo your ideas doesn't guarantee their validity. A lone dissenting voice, offering a different perspective, might hold the key to unlocking a blind spot in your own reasoning.


The Philosopher's Dilemma


Weighing both sides of the coin is a philosopher's duty, but we are not immune to the sting of criticism. The world, however, rarely offers empathy for hurt feelings, as that isn't the responsibility of others, but ours, to be stronger. This can stress as it can exaust as well. Offensive language and personal attacks deserve no place in a respectful exchange of ideas, but it's equally important for us to acknowledge our own emotional vulnerability.


In this day and age, content is king. Unfortunately, in some niches, such as those related more to the intellect than to the heart, relenting to our emotions, is weakness, for it stands in the way of our work. Such is the Rubinshteinic theory on contentism.


The Sacrifices of Sensitivity


Some sacrifices are inevitable when navigating the minefield of online discourse. The same, as, you know, truth-seeking in general. Your sensitivity, however rooted in your being, may require a degree of suppression. Perhaps the true challenge lies in cultivating a community where respectful dialogue thrives, where diverse perspectives are heard, and where sensitivity is not weaponized but acknowledged and embraced.


And yet, it has to be decreased in philosophical discourse, as the truth cares not for your feelings. Constant philosophizing may alter it, as well.

Additional Points to Consider


Ditch the Positivity-Negativity Binary: Not all praise is golden, and not all criticism is morally wrong (is there even such a thing as "morally wrong criticism"?). Approach both with a measured skepticism. A compliment like "you're the fittest person I've ever seen" to someone visibly struggling with obesity, while well-intentioned, likely misses the mark, when it comes to the truth. Look beyond the surface, and delve into the logic and reasoning behind the feedback, in order to assess its reliability.


Embrace the Counterpoint: Every critique, however harsh, offers a potential counterpoint to your own perspective. Instead being defensive, instead of succumbing to the feelings of "being attacked", engage in critical discussion, instead. Is there validity in the critic's arguments? Do they highlight blind spots you've overlooked? Use their voice as a headstart for self-reflection and intellectual growth.


Offense Not Taken: True philosophers, like seasoned travelers, learn to shrug off the petty insults that inevitably sting. Remember, not everyone will resonate with your work, and that's okay. Their disapproval doesn't diminish the legitimacy of your passion or the value of your pursuit. Focus your energy on the pursuit of wisdom, not chasing elusive validation. It's not like you have any use for ad-hominem expressions.


Draw the Line Between Disapproval vs. Offense: While open minds embrace healthy disagreement, there's a clear line between constructive criticism and malicious intent. Blunt insults, bullying, and harassment have no place in any healthy, mature discourse, regardless of your philosophical standing. Freedom of expression should never justify the silencing or the "cancellation" of legitimate voices.


Clarity, Content, and Conscious Detachment: These are the philosopher's tools, for forging truth. Prioritize clarity in your communication, focus on the substance of your content, and cultivate a healthy detachment from the noise of popular opinion. It's through rigorous examination, not fleeting emotion, that one truly ascends the ladder of knowledge and expertise.


Afterthought


"Clear thinking requires courage rather than intelligence." -- Thomas Szasz


A philosopher is necessarily a "party pooper" or one that is willing enough to break any biasing aura that would mislead us away from the truth. As such, the competent philosopher should even be willing to challenge, even, people's own beliefs in his or her favor. As such, the philosopher is the least to be a people-pleaser, even when other people aim to please himself/herself.


And to break an approving reception of you in the name of the truth, that is a task which requires much courage. A courage to defy your own interests in the name of the truth (if the truth is your top priority as a philosopher, which it should).


Thus, to think clearly, you must be brave enough to understand that you might not know like you think you know. You must also be brave enough to apply this same conclusion to other people as well. That way, their reception of you won't bias you towards delusion.

102 views0 comments

Comentarios


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page