top of page

The Rubinshteinic Philosophy On The Night

Updated: Feb 3

(French translation by Mr. Roland Leblanc. English Below)


La philosophie rubinshteinique de ce qu'est la nuit


La nuit est mon moment préféré de la journée. Je me sens plus libre la nuit qu'à tout autre moment, tant que je n'enfreins pas les lois sur le bruit de mon gouvernement local.


Pour beaucoup, la nuit est le moment de sortir dans les boîtes de nuit et autres lieux de loisirs, de dormir ou de faire l'amour. Cependant, pour moi, c’est un moment où je peux être laissé seul, sans être dérangé et sans interférence du monde extérieur. C’est une période d’apocalypse heureuse et temporaire dans ma région du monde. Comme si tout le monde était disparu et que j'étais le seul en vie.


Personne ne se plaindra ou n'envahira ma vie privée tant que je n'enfreindrai pas la loi (qui s'applique presque partout et à tout moment) et tant que je me garderai de ne pas déranger tous ceux qui dorment.


La lumière du jour est le masque atmosphérique que le soleil offre au monde. Les vraies couleurs de l'espace et l'apparence des étoiles n'apparaissent que lorsque le soleil démasque le monde, un fuseau horaire à la fois, révélant les vraies couleurs de la réalité d'un autre monde : sombre, vide et éloignée avec ses innombrables autres planètes éloignées les unes des autres par des distances dont peu de gens sont conscients. . Peut-être que cette réalité pourrait être une véritable analogie avec certaines de nos vies.


Je n'aime pas la journée. C'est trop lumineux, trop chaud et trop peuplé. Tout comme le jour est le masque du soleil, le Monde Extérieur souhaite que vous masquiez l'espace en vous, partiellement ou complètement. Il n'aime pas l'expression publique de vérités troublantes, et il contient des océans de personnes qui s'opposent sans effort les unes aux autres, en ligne ou hors ligne, sur l'exclusivité indomptée de l'espace public ; des conflits futiles et exigeants en énergie à long terme.


Mais quand c'est la nuit et que la plupart des gens s'endorment, il y a beaucoup moins de conflits, beaucoup moins de prétention et beaucoup moins de stress. C'est probablement tout cela qui a amené Sartre à croire que « l'enfer, ce sont les autres », et à beaucoup d'autres, comme moi, à renoncer partiellement ou entièrement au monde au nom de la paix et d'autres objectifs tels que l'illumination et la Connaissance Totale ou la maîtrise d'un'art. Car le monde extérieur, pour beaucoup, n'est qu'une distraction, un obstacle, qui nuit plus qu'autre chose.


La nuit est comme une version récurrente « d'essai gratuit » de ce que pourrait impliquer une vie de solitude : que signifie être dans le vide alors que les autres sont dans un autre monde ? C'est une présentation dans de nombreuses régions du globe du soulagement du silence, avec peu ou pas de bavardages, de disputes ou de violence, physique ou littérale.


De nombreuses personnes en général font preuve d’une hypocrisie fondamentale. Ils essaieront de limiter les autres, mais n’aiment pas être eux-mêmes limités par les autres. C’est malheureusement ainsi que fonctionnent aujourd’hui les espaces publics, sous la fausse croyance que beaucoup ont effectivement la légitimité de limiter les autres, qu’ils y parviennent ou non. C’est assez triste car une grande partie du monde peut être davantage une démocratie et moins une tyrannie de la majorité.


Cependant, lorsque la nuit arrive et que vous êtes seul, tous ces problèmes deviennent inexistants. Cela vous donne la liberté, au moins temporairement, d'être vous-même. Vous pourrez profiter du silence apaisant auquel vous vous attendiez depuis votre dernier réveil.


La seule exigence est que vous soyez silencieux, tout comme les autres lorsque la loi l'exige. Finalement, la loi devient non seulement une barrière, mais aussi le protecteur d’un accord favorable : le contrat social honnête qui, selon Hobbes, était la raison essentielle de la formation de la civilisation sur les cendres d’une ancienne anarchie.


Le contrat de solitude bienheureuse n'est diminué que par le corps-masque qu'est le soleil, lorsqu'il se lève une fois de plus pour commencer la malheureuse et bruyante nécessité de devoir vivre ensemble pour le bien de l'économie et du débat public sur les choses. et les êtres. Beaucoup, d’ailleurs, ne valent pas le sacrifice de notre sérénité.


J'espère que la tâche qui est ma vie, à laquelle ma vie est destinée, prendra enfin fin, et alors je pourrai me reposer pour l'éternité et en paix. Je ne considère pas ce repos métaphorique comme exclusivement négatif. Non, je vois cela comme une façon de « vivre » exactement le silence que je ressens lorsque l’humanité dort autour de moi. La liberté de la lumière, du bruit. La liberté qui me permet simplement de me reposer, sans autres besoins.


Mais d’ici là… Je salue Philosocom.


*******************************


The night is my favorite time of day. I feel more free at night than at any other time, as long as I don't break the noise laws of my local government.


For many, the night is a time for hanging out in nightclubs and other recreational places, for sleeping, or for sex. However, for me, it is a time when I can be left alone, undisturbed, and uninterfered with by the outside world. It is a time of blissful, temporary apocalypse in my local region of the world. As if everyone else vanished and I'm the only one alive.


No one will complain or invade my privacy as long as I don't break the law (which is applicable almost everywhere and anytime), and as long as I keep my mouth shut so as not to disturb everyone else who is sleeping.


Daylight is the atmospheric mask that the sun grants the world. The true colors of space and the appearance of stars only appear when the sun unmasks the world, one time zone at a time, revealing the true colors of the otherworldly reality: dark, empty, and distant from countless other planets by distances unrecognizable by many. Perhaps this reality could be a true analogy to some of our lives.


I don't like daytime. It is too bright, too warm, and too civilized. Just as the daytime is the mask of the sun, the External World wishes that you mask the space within you, either partially or completely. It doesn't like the public expression of disturbing truths, and it contains seas of people effortlessly arguing against each other, online or offline, on the untamed exclusivity of the public space; conflicts that are futile and energy-demanding in the long run.


But when it's night and most people go to sleep, there is much less conflict, much less pretentiousness, and much less stress. All of these were probably what led Sartre to believe that "Hell is other people," and to many others, such as myself, to either partially or entirely renounce the world in the name of attaining peace and other goals such as enlightenment and mastery of whatever art. For the External World, for many, is but a distraction, an obstacle, that is more in the way than it isn't.


The night is like a recurring "free trial" version of what a life of solitude could entail: what does it mean to be within the void while the rest are in another world? It is a presentation in many parts of the globe of silence's relief, with little to no chatter, arguing, or violence, physical or literal.


Many people at large contain a basic hypocrisy. They will try to limit others, but dislike being limited themselves by others. This is how unfortunately public spaces work today, under the false belief that many indeed have the legitimacy to limit others, whether they succeed in doing so or not. This is quite sad because much of the world can be more of a democracy, and less of a tyranny of the majority.

However, when night comes and you are alone, all of these problems become nonexistent. This grants you the freedom, at least temporarily, to be yourself. You can enjoy the relieving silence that you have been expecting since the last time you woke up.


The only demand is that you be quiet vocally, just as others are when the law demands it. Finally, the law becomes not just a barrier, but a protector of an enabling deal: the honest social contract that Hobbes believed was the essential reason for the formation of civilization on the ashes of a former anarchy.


The contract of blissful solitude is only diminished by the mask-covering-body that is the sun, when it rises once more to commence the unfortunate, noisy necessity of having to live with one another for the sake of the economy and public discussion on things and beings. Many, by the way, are not worth the sacrifice of our serenity.


Hopefully, the task that is my life, that my life is for, will finally end, and then I will be able to rest for eternity and peacefully. I do not see that metaphorical rest as exclusively negative. No. I see it as a way to "live" the exact silence I experience when humanity's asleep around me. The freedom from lights, from noise. The freedom that simply allows me to rest, without anything else needed.


But until then... Hail Philosocom.

319 views0 comments

Comments


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page