top of page

On the Path to Philosophership -- Buddies and Temptations -- A Guide In Public Ethics

Updated: Mar 12


Old school student

(French translation by Mr. Roland Leblanc. English version, below)


Sur le chemin de la philosophie -- Copains et tentations -- Un guide d'éthique publique


(Cela fait partie d'une mini-série sur Philosocom sur la façon de devenir philosophe. Voici le reste du matériel :








**********************************



Forger de véritables liens : pourquoi la force mentale fait de meilleurs compagnons


Si vous, en tant que philosophe, décidez de publier votre contenu publiquement, et non dans des cercles privés, vous avez une chance d'attirer des lecteurs plus distingués que les lecteurs « réguliers ». Dans le langage du marketing numérique, ces personnes distinguées peuvent être appelées « copains ». Des exemples peuvent être trouvés en ligne.


Ce qui les rend spéciaux, c'est le fait qu'ils souhaitent communiquer avec vous, au-delà du contenu que vous proposez à votre grand public. Ce sont plus que de simples lecteurs, ce sont des gens qui veulent être vos compagnons, grâce à votre philosophie.


Cependant, ne vous attendez pas à ce qu’ils vous respectent jusqu’au bout. Car si vous faites certaines erreurs qui leur déplairont, certains d'entre eux vous traiteront comme une personne vile, et certains d'entre eux vous traiteront comme méritant d'être éliminés, quelles que soient vos contributions. C’est ce qui arrive lorsqu’un sentiment à court terme fausse notre perception de la valeur générale à long terme des choses.


En tant que tel, vous pourriez vous sentir manqué de respect et considérer une personne comme déshonorante, malgré sa contribution à votre vie et à vos efforts. Céder à ces émotions vous rend moins fiable lorsque vous accordez plus d’importance aux sentiments d’offense qu’à l’essence de la loyauté. Après tout, vous pourriez être obligé de commettre l’erreur de la personne qui précipite ses conclusions, basée sur une seule situation parmi vos compagnons les plus fidèles !


Cela montre clairement la nature égoïste des êtres humains. Parce qu'il suffit d'un ou plusieurs, voire d'un seul incident de votre part, pour que les plus sensibles et les plus faibles d'entre eux se débarrassent de vous.


Mais ils le font pour se protéger. Et en tant que tel, une personne qui n’a pas besoin de beaucoup de protection mentale, voire pas du tout, est celle qui mérite d’être votre « copain » plus que les autres. Ce sont eux qui méritent le plus votre temps, car sans ces protections, ils seront plus que disposés à vous accompagner, contre vents et marées. Ne sous-estimez jamais le pouvoir de l’endurance.


Et en tant que telles, les vulnérabilités internes sont des faiblesses. Si nous devenons donc plus durs et apprenons à voir le monde au-delà de la tyrannie de nos émotions, nous pourrons être plus loyaux les uns envers les autres et créer un monde plus compatissant et plus tolérant. Un monde qui comprend et écoute les douleurs de chacun. Un monde où l'intimidation par l'intellect n'est rien d'autre qu'un sentiment, à moins que ce sentiment ne nous indique réellement l'existence d'un danger.


À une époque de trahison et de lâcheté impitoyable et protectrice, la meilleure chose que vous puissiez faire pour votre santé mentale est d’essayer de dépersonnaliser vos sentiments. Alors, contrairement à eux, vous ne serez pas si pressé d'agir sur de petites émotions, car vos émotions sont alors vécues comme quelque chose d'extérieur à vous. Pas comme quelque chose qui entrave votre prise de décision. La prise de décision mérite d’être plus rationnelle.


Et à chaque rejet, vous resterez plus imperturbable. Car l'adversité fait naturellement partie de la vie en société.


Philosophie contre fanatisme : protéger votre intégrité


Pythagore avait de nombreux « copains », au point qu’il fonda un culte basé sur les mathématiques. Son exemple représente le côté obscur du fait d'avoir des « copains ». Tout dépend de vous, le philosophe, pour décider quoi faire de vos « copains ». C’est un sombre exemple car les sectes pourraient conduire à de sombres tentations pouvant aboutir à des choses telles que la manipulation, le lavage de cerveau et même de véritables crimes qui ne seront pas mentionnés ici.


C'est l'un des rares dangers qui vous attendent si vous souhaitez devenir philosophe : la possibilité tentante de convertir vos « copains » en un groupe qui s'auto proclame, appelé secte. Pythagore, bien qu’il ait contribué de manière significative aux mathématiques, aurait tout aussi bien pu être un chef de secte avide de pouvoir. Et cela défie le but même de la philosophie, qui nous oblige éthiquement à surmonter l’épreuve du pouvoir.


Qu'est-ce qu'une secte ? Il s’agit essentiellement d’une version miniature de la religion, contrôlée par un seul « dictateur » pour ainsi dire, qui est le chef de la secte. Les grandes religions, comme le christianisme, ont commencé comme des cultes, jusqu'à ce qu'elles rassemblent suffisamment d'adeptes pour s'établir suffisamment pour être puissantes sur les échelles politique et culturelle.


Et je cite Khan Academy :


Origine


En fin de compte, le christianisme était une petite secte non organisée qui promettait le salut personnel après la mort.


Mais les « Copains » sont, en bref, des gens qui vous voient comme quelqu'un avec qui ils souhaitent communiquer avec vous en privé, grâce à ce que vous avez à leur offrir. Ils ne sont pas nécessairement venus vers vous pour vous adorer ou quoi que ce soit de ce genre. La formation d’un culte est un processus lent qui peut être évité.


Grâce aux merveilles de la communication moderne, chaque lecteur peut aujourd'hui devenir votre "copain", à condition qu'il ait les moyens de communiquer avec vous en privé. Plus vous avez de « copains », plus vous pouvez indiquer que votre travail est soutenu, ce qui est excellent en soi, mais pas lorsque vous utilisez votre pouvoir de manière contraire à l'éthique.


Cultiver un fandom éthique


Une fois qu’une communication privée est établie et développée, ces lecteurs deviendront encore plus disposés à lire votre contenu chaque fois qu’ils en auront l’énergie pour le faire. Plus vous avez de « copains » en tant que personnalité publique, plus cela est bon pour votre crédibilité publique. Comme indiqué dans des articles similaires, ils ne sont en aucun cas vos serviteurs ou acolytes. Leur loyauté envers vous ne signifie pas qu’ils méritent d’être remplaçables, car agir autrement signifie qu’on ne devrait pas vous faire confiance. On devrait vous faire confiance, n'est-ce pas ? Ce sont simplement des personnes amicales qui apprécient votre contenu et doivent donc être traitées comme telles – avec gratitude et appréciation.


Socrate, après avoir été emprisonné par le gouvernement athénien, fut finalement approché par ses amis afin de le secourir. Si Socrate avait voulu s'opposer à sa philosophie suicidaire (il préférait mourir tel que la loi l'exigeait), il aurait pu s'échapper de prison et vivre en homme libre. Ce n’est qu’un exemple de la façon dont le fait d’avoir ces adeptes au bon cœur peut vous aider dans la vie. Ils ne vous sortiront pas nécessairement de prison, mais se connecter avec eux pourrait inspirer de nouvelles idées ou même conduire à des collaborations.


Le monde est rempli de ce que j’aimerais appeler des « pseudo-sectes ». Il s’agit de groupes de personnes qui admirent une certaine personne et le montrent en la suivant sur les réseaux sociaux, tout en cultivant une identité derrière cela (comme le donne l’exemple dans le monde de la pop). Ils sont dits pseudo parce que vous ne les vénérez pas exactement comme une figure divine. Vous admirez simplement vraiment, vraiment leur travail.


Les cultes actuels, en revanche, sont construits sur trois éléments principaux : la manipulation, l'isolement du monde extérieur et l'adoration de la figure principale comme divine (ou plus qu'un être humain). Si vous manipulez les gens pour qu'ils vous adorent et que vous leur demandiez de lire uniquement votre propre contenu, vous portez atteinte à votre crédibilité en tant que philosophe, tout comme Pythagore l'a fait.


Pourquoi? Parce que leur loyauté envers vous ne diminue pas lorsqu’ils font autre chose de leur temps, y compris soutenir d’autres philosophes. Ce sont des fans, des copains, pas des fanatiques.


Éthique, manipulation et périls du leadership charismatique


Pour l’honnête philosophe, l’obtention du pouvoir sur les autres n’est pas l’objectif principal, voire pas du tout. La directive principale est de découvrir les vérités de l’existence, d’étudier la réalité, etc. Tout le reste est un ajout. D’autres objectifs pourraient être possibles, mais seulement à titre secondaire et non comme la création d’un dogme. Et ne pas utiliser ce dogme pour que les gens vous adorent. Le dogme, au contraire, est une antithèse à la vérité, car il conduit au « problème du même résultat » et doit faire l’objet d’un débat.


En fin de compte, la raison d’être des sectes est généralement de tromper les gens pour qu’ils vous paient de l’argent pour des délires. Ils pourraient même créer des points de vue originaux juste dans ce but précis. Cet objectif contredit le cheminement du chercheur de vérité morale, dont le gain matériel n’est qu’un objectif secondaire par rapport à la découverte de connaissances. Si jamais vous manipulez vos "copains" (et je parle de ceux qui vous ont prouvé votre valeur, pas des faibles émotionnellement qui manquent de loyauté parce qu'ils sont victimes de leurs propres sentiments), vous perdrez votre crédibilité objective en tant que philosophe. .


Par conséquent, voyez-vous, il y a un aspect monastique dans le fait d’être philosophe. Les philosophes corrompus, qui rabaissent leur serment de trouver la vérité, ne sont techniquement plus de véritables philosophes. Tout commence par la question de savoir si vous allez ou non manipuler ou tromper ceux qui vous soutiennent, veulent vous aider et sont loyaux au-delà de ce que leurs propres émotions leur disent (car ils compromettent leur propre éthique en agissant ainsi). Une fois que l’objectif principal devient secondaire, la motivation de la philosophie devient corrompue.



Ne construisez pas une secte, contribuez au savoir


Le message de cet article est le suivant : ne faites pas de votre travail un culte, non seulement parce que cela ferait de vous un manipulateur, mais aussi parce que cela pourrait finir par tourner au désastre. La Scientologie, le Temple du Peuple – sont tous des exemples de philosophies qui ont été intégrées dans des sectes, qui ont connu une fin horrible. Aucun philosophe honnête ne souhaiterait détruire leur image et leur héritage, simplement à cause de la tentation du pouvoir.


Donc, si vous forcez les gens à vous appeler « maître » ou à donner leurs biens, peut-être que la philosophie n’est pas pour vous. La philosophie n'est pas à propos de l'ego du philosophe, mais de sa contribution aux vérités dans leurs domaines respectifs.


Et ne traitez jamais vos apprentis comme si votre autorité sur eux était objectivement absolue...


**********************************


(English version, here)


(This is part of a mini-series on Philosocom on becoming a philosopher. Here are the rest of the material:



**********************************


Forging True Connections: Why Mental Toughness Makes For Better Companions


If you, as a philosopher, decide to publicly publish your content, and not within private circles, you have a chance to get readers, who are more distinguished than "regular" readers. In the language of digital marketing, these distinguished folk can be called "buddies". Examples of that can be found online.


What makes them special is the fact that they wish to communicate with you, beyond the content you provide to your general audience. They are more than just readers, they are people who want to be your companions, thanks you your philosophership.

Don't expect them to respect you all the way, however. Because should you make certain slips that will displease them, some of them will treat you like garbage, and some of them will treat you as deserving to be disposed, regardless of your contributions. That's what happens when a short-term feeling biases our perception of the general, long-term value of things.


As such, you might feel disrespected, and see a person as dishonorable, despite their contributions to your life and efforts. Giving in to these emotions makes you less trustable when you put the feelings of offense as more important than the essence of loyalty. After all, you might be compelled to commit the whole-person fallacy, based on a single situation among your most loyal of companions!


This starkly shows the self-interest nature of human beings. Because all it takes is one or more -- or even one -- mishap on your behalf, that will make the most sensitive and weak of them to get rid of you.


However, they are doing it to protect themselves. And as such, a person who does not need much mental protections, if at all, they are the ones who deserve to be your "buddy" more than others. It is them who are more deserving of your own time, because without these protections they will be more than willing to go alongside you, through thick and thin. Never underestimate the power of endurance.


And as such, internal vulnerabilities are weakness. Should we become more tougher, therefore, and learn to see the world beyond the tyranny of our emotions, we will be able to be more loyal to one another, and create a more compassionate, tolerating world. A world that understands and listens to one another's pains. A world where intimidation by intellect, is nothing more than a feeling, unless that feeling actually tells us there's a danger.


In an age of treachery and remorsless self-protecting cowardice, the best thing you can do to your sanity is to try and depersonalize your feelings from you. Then, unlike them, you won't be so hasty to act on petty emotion, for your emotions are then experienced as something's external to you. Not as something that hinders your decision-making. Decision-making deserves being more rational.


And with each rejection, you'll remain more unfazed. For adversity's a natural part in societal life.


Philosophy vs. Fanaticism: Protecting Your Integrity


Pythagoras had many "buddies", to the point that he founded a cult based on mathematics. His example represents the dark side of having "buddies". It all depends on you, the philosopher, to decide what to do with your "buddies". It is a dark example because cults could lead to dark temptations that could result in things such as manipulation, brainwashing, and even actual crimes that will not be mentioned here.


That is one of the few dangers that await you if you wish to become a philosopher -- the tempting possibility of converting your "buddies" into a self-recognizing group, called a cult. Pythagoras, although he contributed significantly to mathematics, might as well have been a power-hungry cult-leader. And that defies the very purpose of philosophy, which ethically compels us to overcome the Trial of Power.



What is a cult? It is basically a miniature version of religion, controlled by a single "dictator" so-to-speak, which is the cult leader. Major religions, such as Christianity, began as cults, until they gathered enough followers to become established enough to be powerful on the political and cultural scales.


And I quote Khan Academy:

Originally, Christianity was a small, unorganized sect that promised personal salvation after death.

But "Buddies" are, in short, people who see you as someone they wish to communicate with you in private, thanks to what you have to offer to the world. They aren't necessarily came to you to worship you or anything of that sort. The formation of cult worship is a slow process that can be prevented.


Thanks to the wonders of modern communication, every reader nowadays can become a "buddy" of yours, as long as they have the means to communicate with you privately. The more "buddies" you have, the more you can indicate that your work is supported, which is excellent by itself, but not when you use your power unethically.


Cultivating Ethical Fandom


Once a private communication is established and developed, these readers will only become even more willing to read your content whenever they have the energies to do so. The more "buddies" you have as a public figure, the more it is good for your public credibility. As said in similar articles, they are in no way your servants or henchmen. Their loyalty to you does not mean they deserve to be expendable, because doing otherwise means that you should not be trusted. You should be trusted, correct? They are just friendly people who enjoy your content, and thus should be treated as such -- with gratitude and with appreciation.

Socrates, after being imprisoned by the Athenian government, was eventually approached by his buddies in order to rescue him. Should Socrates desired to oppose his suicidal philosophy (he preferred to die as long as the law demands it), he could've escaped prison and lived a free man. That is merely an example of how having these kind-hearted followers can help you in life. They won't necessarily bail you out of jail, but connecting with them could inspire new ideas or even lead to collaborations.


The world is filled with what I'd like to call "pseudo-cults". These are groups of people who admire a certain person and show so by following them on social media, while cultivating an identity behind doing so (as given by example in the world of pop). They are pseudo because you don't exactly worship them as a divine figure. You simply really, really admire their work.


Actual cults, on the other hand, are built on three main things -- manipulation, isolation from the external world, and adoring the head figure as divine (or more than a human being). Should you manipulate people into adoring you, and have them only read your own content, then you've damaged your credibility as a philosopher, just like Pythagoras did.


Why? Becaue their loyalty to you does not diminish when they do anything else with their time, including supporting other philosophers. They're fans, buddies, not fanatics.


Ethics, Manipulation, and the Perils of Charismatic Leadership


For the honest philosopher, the attainment of power over others isn't the main goal, if at all. The main directive is to discover the truths of existence, study reality and so on. Anything else is an addition. Other goals could be possible, but only as secondary, and not the creation of dogma. And not using that dogma to make people adore you. Dogma, if anything, is an anti-thesis to the truth, for it leads to the "Same Result Problem" and must endure debate.


Ultimately, what cults usually exist for is to deceive people into paying you money for delusions. They might even create original viewpoints just for that very goal. That goal contradicts the path of the moral truth-seeker, whose material gain is but a secondary aim compared to the discovery of insights. Should you ever manipulate your "buddies", (and I'm talking about those who have proven your worth to you, not the emotionally weak that lack loyalty because they are victims to their own feelings) you will lose your objective credibility as a philosopher.


Therefore, you see, there is a monastic element to being a philosopher. Corrupt philosophers, who downgrade their oath to finding the truth, are technically no longer actual philosophers. It all begins with whether or not you're going to manipulate or deceive those who support you, want to help you, and are loyal beyond what their own emotions tell them (for they compromise their own ethics by doing so). Once the main goal becomes secondary, the motivation for philosopherhood becomes corrupt.


Don't Build a Cult, Contribute to Knowledge


The message of this article is this: don't make a cult out of your work, not only because it will make you a manipulator, but also because it could end up becoming a disaster. Scientology, the People's Temple -- all are examples of philosophies that were integrated into cults, which ended horribly. No honest philosopher would wish to destroy their image and legacy, just due to the temptation for power.

So, if you happen to force people to call you "master", or give away their property, perhaps philosophy is not for you. Philosophy isn't about the ego of the philosopher, but about their contribution towards the truths in their respective fields.


And never treat your apprentices as if your authority on them is objectively absolute.

91 views0 comments

Comments


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

image.jpg
bottom of page