top of page

Computers -- Isolation and Togetherness -- Virtuality's Confusing State

Updated: 4 days ago


virtuality's confusing

(French translation by Mr. Leblanc. English version, below)


Ordinateurs -- Isolement et convivialité -- L'état déroutant de la virtualité


L’une des questions les plus contemporaines que les gens peuvent se poser et poser aux autres aujourd’hui est de savoir si l’utilisation et la consommation croissantes d’ordinateurs (y compris les téléphones) nous rendent plus solitaires ou plus connectés au monde, ou en d’autres termes, plus ensemble. Sur la base de mes réflexions, je pense qu'il est prudent de dire que la réponse est un ensemble complexe de oui et de non :


Oui, parce que nous pouvons nous détacher de nos communautés locales. Le charme et le potentiel de dépendance du monde numérique peuvent conduire à une diminution de l’attention accordée aux interactions en face-à-face et à l’engagement dans notre environnement physique. De nos jours, beaucoup d’entre nous peuvent être liés à des personnes que nous n’avons même jamais vues physiquement, plus qu’à celles qui se trouvent à proximité physiquement, comme notre voisinage ou notre scène culturelle locale.



Et non, car le potentiel de connexion mondiale est immense. Les ordinateurs ont ouvert des possibilités de communication et de collaboration avec des personnes des quatre coins du monde, favorisant ainsi des connexions qui auraient été inimaginables il y a quelques décennies à peine. De nos jours, les gens peuvent même créer des canaux de distribution de contenu et des entreprises à grande échelle depuis le confort de leur propre ordinateur portable au lit, sans avoir à beaucoup sortir de chez eux.


Ceci, d’une certaine manière, nous oblige à essayer de redéfinir ce que signifie être un ermite. Tout au long de l’histoire, les ermites étaient des êtres isolés physiquement qui avaient très peu de communication avec les autres, voire pas du tout. De nos jours, avec l'entrée de la dimension virtuelle dans nos vies, les gens peuvent devenir des ermites physiques tout en gardant le contact avec le monde en général et en ayant un emploi stable en utilisant uniquement leur ordinateur. Techniquement, ils sont encore des ermites physiques, car ils voient très peu de gens, voire pas du tout, de façon régulière. Tout comme moi.


Si je vivais à une époque antérieure aux ordinateurs, mon alternative à la rédaction d'articles sur Quora et Philosocom serait un effort solitaire, limité à mes propres pensées et idées et à du papier sur lequel écrire. Le processus de partage de mon travail aurait été incertain, dépendant des caprices des éditeurs pour accepter ou rejeter mes soumissions à un prix bien plus élevé que ce que je paie virtuellement pour maintenir Philosocom à flot. Même si mes articles devaient être publiés, ils seraient probablement censurés et ne toucheraient que ceux qui lisent le journal ou le magazine en question. La portée virale et l’impact potentiel dont nous bénéficions aujourd’hui seraient du domaine du rêve lointain.


De plus, si mes livres avaient été fortement critiqués, ils auraient pu être réduits en cendres. Et comme ce qui est arrivé à Baruch Spinoza, j'aurais pu vivre comme un excommunié, un ancien membre d'une communauté dans laquelle j'ai vécu et/ou je suis né. Tout cela parce que j'avais ma propre part de points de vue originaux.


En prenant ma vie personnelle comme exemple, il devient évident que de nombreux écrivains d'aujourd'hui, moi y compris, auraient été confrontés à un isolement bien plus grand sans la présence d'ordinateurs. Cela inclut nos écrits. Notre capacité à nous connecter avec un public mondial, sans être compromis par les limites de l'édition traditionnelle, ce qui témoigne de l'impact transformateur de la technologie.


Indéniablement, les gens étaient plus isolés avant l’utilisation des ordinateurs qu’après leur introduction. En effet, les ordinateurs exploitent grandement leur potentiel de visibilité et de reconnaissance mondiales.


Néanmoins, il est juste d'affirmer que les ordinateurs nous ont également conduits à des niveaux d’isolement jamais vus auparavant. Les hikikomori japonais, une culture d’ermites modernes qui passent presque toutes leurs heures d’éveil seuls, interagissant principalement avec des ordinateurs ou des téléviseurs, servent d’exemple où le contraire est vrai : les ordinateurs et Internet peuvent encourager le retrait social.


Eh bien, techniquement, je suis moi-même un hikikomori. En grande partie à cause de la justification d'un concept que j'ai conçu et appelé "Le même problème donne le même résultat". Pourquoi devrais-je prendre la peine de m'engager dans des interactions sociales, que je n'aime pas, alors que je peux philosopher et apprendre dans la sécurité de l'endroit où je réside?


L'impact des ordinateurs est si grave sur l'humanité qu'en Chine, les personnes qui passent trop de temps sur les ordinateurs sont envoyées dans des camps de réadaptation, également appelés camps de désintoxication Internet. Même si je ne suis pas sûr que ces camps existent encore, la Chine étant un pays extrêmement discret, leur existence suggère qu'il existe une large reconnaissance de l'utilisation excessive des ordinateurs et de son impact sur l'isolement humain.


Cela concorde avec l’idée selon laquelle le communisme, une idéologie collective loyalement engagée, pourrait considérer les ordinateurs comme un obstacle potentiel au maintien de l’unité collective dans une société autoritaire contemporaine. Cela ressemble aux moines bouddhistes de la Chine ancienne, qui étaient considérés comme antagoniques parce qu'ils ne faisaient pas partie de la société en général et ne remplissaient pas leurs « devoirs civiques ». Cela est évident dans la persécution du bouddhisme par l'empereur Wuzong pour cette raison au 9ème siècle.


Comme vous pouvez voir que les ordinateurs ont un potentiel révolutionnaire sur les collectifs humains qui s’étend au-delà de la simple communication, mais aussi dans la formation de ces collectifs. Voici quelques réflexions supplémentaires sur le sujet :


La corrélation n’est pas égale à la causalité. Le simple fait que les gens passent plus de temps à utiliser un ordinateur n’implique pas nécessairement qu’ils se sentent plus seuls. De nombreux facteurs, tels que l’isolement social, les problèmes de santé mentale et les circonstances de la vie, pourraient contribuer à la solitude. Essayons d’éviter autant que possible les généralisations, car elles se révèlent facilement fausses par les exceptions existantes.


Les ordinateurs possèdent la dualité de servir à la fois des objectifs bénéfiques et sinistres. Ils peuvent conduire à de nouvelles connexions, à de nouvelles connaissances et à une expansion mondiale des organisations et des entreprises. Cependant, ils peuvent également conduire à l’auto-isolement, à la propagation rapide de fausses informations et à des comportements addictifs de plusieurs sortes. Ne concluons pas trop hâtivement.


La décision d’utiliser des ordinateurs est en fin de compte une décision personnelle. Cependant, il est crucial d'être conscient des avantages et des inconvénients potentiels de l'utilisation de l'ordinateur afin de prendre des décisions éclairées quant à son intégration dans nos vies. Nous sacrifions peut-être plus que ce que nous envisageons, comme c’est le cas pour la plupart de nos décisions à court terme. La chose morale à faire est d’être responsable de toute décision que nous prenons personnellement. Cependant, il n’est pas réaliste de s’attendre à ce que d’autres, comme les trolls en ligne, fassent de même.


La réponse à la question de savoir si les ordinateurs favorisent la solitude ou la connexion dépend de la manière dont nous les utilisons. Si nous diffusons en direct, nous sommes techniquement connectés avec notre public. Mais les livestreams peuvent également être utilisés pour créer des dysfonctionnements dans les sociétés, comme dans l'exemple du livestreamer asiatique que j'ai évoqué précédemment dans les emplois les plus improductifs du monde. Si nous écrivons des articles en ligne, nous existons dans un « double état » de solitude (pendant le processus d’écriture) et de connexion (lorsque notre travail est lu par des individus du monde entier). Le métier d’écrivain peut être une activité très solitaire et, bien sûr, l’écriture se fait aujourd’hui en grande partie via les ordinateurs.


L'immersion dans des jeux sans interactions significatives, principalement avec des personnages non humains/joueurs (PNJ ou robots), reflète l'isolement d'un ermite traditionnel. Ce que j'appelle le « dilemme de l'amateur de robots » nous oblige en outre à réfléchir à l'importance de la société humaine, alors que les gens pourraient commencer, progressivement, à préférer la compagnie de l'IA aux êtres humains.


La nature même de l’utilisation des ordinateurs et des smartphones est complexe, comme dans ce que j’appelle la philosophie de la virtualité. L’utilisation de ces appareils n’est pas aussi simple qu’il y paraît. L'utilisation de l'ordinateur peut nous transformer soit en papillons sociaux, soit en reclus extrêmes, ou un mélange des deux, en fonction de nos activités en ligne et de ce qui nous distingue en tant qu'individus dotés de personnalités et de potentiels distincts.


Actuellement, alors que je réorganise cet article, j'existe dans un état de solitude. L'écriture est essentiellement un monologue. Cependant, dès sa publication, l’article passe à un état « hybride » ou « double » de solitude et de connexion. Solitude, parce que moi, l'écrivain, je suis ailleurs (peut-être en train de dormir), ou en ligne, parce que la lecture de cet article est techniquement une forme d'interaction entre deux personnes. En tant que tel, je peux interagir avec quelqu'un de n'importe où dans le monde pendant que je suis occupé à faire autre chose. La virtualité est un état d'existence d'une manière non physique (ou d'une manière non purement physique).


Un fait indéniable demeure : la proximité physique n’est plus nécessaire à tout type de connexion et de communication humaine. Tant que nous partageons des espaces virtuels, tels que des forums de discussion ou des communautés en ligne, nous pouvons interagir avec les autres, quelle que soit notre séparation géographique.


Et j'aimerais proposer l'idée que notre solitude est déterminée non pas par le manque de présence physique mais par le manque de profondeur dans ladite présence.


Les ordinateurs peuvent donc ressembler à des espaces physiques sans que ces espaces soient physiques. Si vous occupez un espace uniquement par vous-même, sans aucune perception ni interaction extérieure, vous êtes essentiellement seul, comme un ermite. Si vous jouez à un jeu solo et évitez d’enregistrer votre jeu pour que d’autres puissent le consommer, vous entrez essentiellement dans un état d’ermitage électronique. Cependant, ce n’est pas le cas lorsque vous interagissez avec d’autres dans un espace multi-occupé, comme un chat virtuel, qui peut ressembler à un espace public, notamment grâce à la puissance de la technologie de réalité virtuelle.


L’exception survient lorsque vous n’êtes engagé dans aucune forme d’interaction. Un long écrit ou un enregistrement peut en effet être considéré comme une forme d’isolement pendant sa production, mais pas après sa publication. Et oui, lorsque vous lisez ce texte, vous vous engagez activement avec celui-ci, donc vous interagissez avec lui.


Ainsi, même si cet article sert de moyen de communication, il n’en reste pas moins une œuvre réalisée dans la solitude. Ce n’est que lorsqu’il est lu qu’il passe à un état de consommation par autrui, ce qui constitue une forme d’interaction. Cela crée un état hybride, similaire à celui des livres et autres documents non virtuels produits dans la solitude.


La virtualité a toujours permis cette idée de dissonance d’être seul et ensemble en même temps, peu importe où vous êtes. Et pourtant, rien de tout cela ne résout l’épidémie croissante de solitude dans ce monde, qui peut simplement être résolue soit en maîtrisant l’art d’être seul, soit en favorisant des relations profondes et significatives avec d’autres êtres humains.


***************************

(English, original)



One of the more contemporary questions people may ask themselves and others today is whether or not the increasing usage and consumption of computers (phones included) make us lonelier or more connected to the world, or in other words, more together. Based on my contemplations, I believe it's safe to say that the answer is a complex interplay of yes and no:


Yes, because we can become detached from our local communities. The charm and addictive potential of the digital world can lead to a diminished focus on face-to-face interactions and engagement within our physical surroundings. Nowadays, many of us may be connected to people we never even seen physically, more than we are to those who are in our close, physical vicinity, like neighbors or our local cultural scene.


And no, because the potential for global connection is immense. Computers have opened up opportunities for communication and collaboration with people from all corners of the globe, fostering connections that would have been unimaginable just several decades ago. Nowadays, people can even build massive content distribution channels and businesses from the comfort of their own laptop in bed, without having to get out much from one's home.


This, in a way, necessitates us to try and redefine what a hermit means. Throughout history hermits were physical isolators who had very little communication with others, if at all. Nowadays, with the entrance of the virtual dimension into our lives, people can become physical hermits while still maintaining contact with the world at large and have stable jobs using their computers alone. They are, technically, still physical hermits, for they see very few people, if at all, on a regular basis. Just like myself.


If I lived in an era before computers, my alternative to writing articles on Quora and Philosocom would be a solitary endeavor, confined to my own thoughts and ideas and some paper to write on. The process of sharing my work would've been uncertain, relying on the whims of publishers to either accept or reject my submissions at a far greater price than what I pay virtually to keep Philosocom afloat. Even if my articles were to be published, they would likely face censorship and would only reach those who happen to read the specific newspaper or magazine. The viral reach and potential impact we enjoy today would be a distant dream.


Additionally, if my books would've been greatly criticized, they could've faced the possibility of being burnt to the ground. And like with Baruch Spinoza, I could've liveed as an excommunicated, former member of a community I happened to live and/or be born in. All because I had my own share of original viewpoints.


Using my personal life as example, it becomes evident that many writers today, myself included, would've face significant far greater isolation without the presence of computers. That includes our writings. Our ability to connect with a global audience, uncompromised by the limitations of traditional publishing, is a testament to the transformative impact of technology.


Undeniably, people were more isolated before the use of computers, rather than after their introduction. This is because computers appeal greatly their potential for global visibility and recognition.


Nevertheless, a justified claim asserts that computers have driven us to unseen-before levels of isolation, as well. The Japanese hikikomori, a culture of extreme modern-day hermits who spend nearly their entire waking hours alone, interacting primarily with computers or televisions, serves as an example where the opposite holds true – computers and the internet can encourage social withdrawal.


Well, I'm technically a hikikomori myself. Largely due to the rationale behind a concept I devised and call "The Same Result Problem". Why should I bother engaging in social-based interactions, which I dislike, when I can philosophize and learn from the safety of where I reside?


The impact of computers is so severe on humanity, that in China, individuals who spend excessive time on computers are sent to rehabilitation camps, otherwise known as internet detox camps. While I'm uncertain whether these camps still exist, as China is an extremely secretive country, their existence suggests there is a wide recognition for excessive computer use, and its impact on human isolation.


This aligns with the notion that communism, a loyally-committed collective ideology might view comptuers as a potential barrier to maintaining collective unity in a contemporary authoritarian society. It is similar to Buddhist monks in China's far-earlier history, who were viewed in antagonism for not being part of general society and for not fulfilling their "civic duties". It is evident in Emperor Wuzong's persecution of buddhism for this rationale in the 9th century.


As you can see computers have a revolutionary potential on human collectives that extends beyond mere communication, but also in the shaping of said collectives. Here are some additional thoughts on the topic:

  • Correlation does not equal causation. The mere fact that people spend more time using computers doesn't necessarily imply that they are lonelier. Numerous factors, such as social isolation, mental health concerns, and life circumstances, could contribute to loneliness. Let us try and avoid generalizations as much as possible, for they are easily proven wrong by existing exceptions.

  • Computers possess the duality of serving both beneficial and grim purposes. They can lead to new connections, new knowledge, and global expansion of organizations and enterprises. However, they can also lead to self-isolation, the quick spread of misinformation, and addictive behaviors of several kinds. Let us not appeal to novelty so easily.

  • The decision to utilize computers is ultimately a personal one. However, it's crucial to be aware of the potential advantages and disadvantages of computer usage to make informed decisions about their integration into our lives. We might be sacrificing more than we take account for, as with much of our short-term-based decisions. The moral thing to do is to be responsible for any decision we personally make. However, it is unrealistic to expect others, like online trolls, to do the same.

The answer to whether computers foster loneliness or connection hinges on how we utilize them. If we engage in live streaming, we are technically connected with our audience. But livestreams can also be used to create dysfunctions in societies, as with the example of livestreamer Asian which I covered before in the world's most unproductive jobs. If we write online articles, we exist in a "dual state" of solitude (during the writing process) and connection (when our work is read by individuals worldwide). The writing business can be a very solitary activity and of course writing is largely done today through computers.


Immersion in games without meaningful interactions, primarily with non-human/player characters (NPCs or bots), mirrors the isolation of a traditional hermit. Something I call the "Robot Lover's Dilemma" further compels us to think about the importance of human society when people might begin, gradually, to prefer AI companionship over human beings.


The very nature of computer and smartphone usage is complex, as in something I call the philosophy of virtuality. The act of using these devices is not as straightforward as it may seem. Computer use can transform us into either social butterflies or extreme recluses, or a blend of both, depending on our online activities and on our distinction as individuals with distinct personalities and potentials.


Currently, as I revamp this article, I exist in a state of solitude. Writing is essentially a monologue. However, upon publication, the article transitions into a "hybrid" or "dual" state of solitude and connection. Solitude, because I, the writer, am elsewhere (even asleep), and connection, because reading this article is technically a form of interaction between two people. As such, I may be interacting with someone from anywhere in the world while I may be busy doing something else. Virtuality is a state of existence in a non-physical manner, (or a non-pure physical manner).


One undeniable fact remains: physical proximity is no longer a necessary for any kind of human connection and communication. As long as we share virtual spaces, such as chat rooms or online communities, we can interact with others, regardless of our geographical separation.


Computers can therefore be resemble physical spaces without these spaces being physical. If you occupy a space solely by yourself, without any external perception and interaction, you are essentially alone, like a hermit. If you play a single-player game and avoid recording your gameplay for others to consume, you essentially enter a state of electronic hermitage. However, this is not the case when you interact with others in a multi-occupied space, like a virtual chat, which can resembles a public space, especially with the power of virtual reality technology.


The exception arises when you are not engaged in any form of interaction. A lengthy piece of writing or recording can indeed be considered a form of isolation during its production, but not after its publication. And yes, when you read this text, you actively engage with it, therefore interacting with it.


Therefore, even though this article serves as a means of communication, it is still a work that is produced in solitude. Only when it is read does it transition to a state of being consumed by others, which constitutes a form of interaction. This creates a hybrid state, similar to that of books and other non-virtual material that has been produced in solitude.


Virtuality has forever enabled this dissonance-esuqe idea of being alone and together at the same time no matter where you are. And yet, none of this solves the rising epidemic of loneliness in this world, which can simply be solved by either mastering the art of being alone, or fostering deep and meaningful relationships with other human beings.

78 views0 comments

Comments


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page