top of page

Rubinshteinic Philosophy In a Nutshell (PIN)

Updated: Mar 11

A massive warship sailing to a red sunset.

*********************

(French translation by Mr. Roland Leblanc. English Below)

La Philosophie Rubinshteinique En Bref.

Bien qu’en partant de 6 livres, j'ai réussi à résumer l'intégralité de ma philosophie en un seul article, pour que vous puissiez apprécier et améliorer votre compréhension de la philosophie que j'ai à offrir au monde. Voici une collection d'idées et de principes qui jusqu'à présent ont été développés sur un total de ces 7 livres, 4 dans ma langue maternelle, l'hébreu, deux en anglais et un que je pourrais publier en privé dans quelques mois, en anglais également:



1. L'indépendance est la clé de la réalisation de soi : Alors que d'autres peuvent nous aider en cours de route, les objectifs de la réalisation de soi sont de s'actualiser au-delà de la sphère de la société, AKA (aussi connu sous le nom de), nous en tant qu'individus sommes plus que ce que nous pensons que la société pense de nous, mais des personnes avec des potentiels différents qui devraient être découverts grâce à l'utilisation de la solitude. 2. L'égoïsme n'est pas héréditairement mauvais : Il n'y a aucune faute à mettre votre propre partisanerie au-dessus des partisaneries des autres, et en fait vous pouvez toujours contribuer aux autres même si vous mettez votre propre intérêt en priorité. 3. La société est globalement centrée sur elle-même, AKA, sociocentrique : Cette idée ne s'adresse pas à une société en particulier, mais à un collectif au sens large. Pour que le collectif se préserve et acquière plus d'autorité sur les autres, il incite ses membres à se centrer d'abord sur lui-même, comme s'il était le centre de toute existence. L'une des façons d'y parvenir est d'encourager les gens à ne pas être seuls, car être largement solitaire signifie se déconnecter de l'emprise de la société. Une autre façon de le faire est de créer une autorité des normes pour influencer les individus à aspirer à s'engager dans la norme et à dédaigner tout ce qui est considéré comme bizarre et excentrique, nous limitant ainsi au nom de son influence sur nous. 4. L'isolement est la clé d'une liberté optimale dans des circonstances réalistes : La liberté ultime est impossible, car nous sommes toujours dépendants des choses et des êtres pour nous maintenir en vie. Cependant, plus nous nous isolons et développons notre propre individualité, plus nous pouvons nous rapprocher de la liberté optimale des chaînes de la conformité. 5. Tous les humains ne sont pas nécessairement des créatures sociales : Il peut y avoir beaucoup de gens qui préfèrent leur propre compagnie à la compagnie des autres, et certains peuvent même aimer le faire plutôt que de socialiser. Le dicton selon lequel tous les gens sont des créatures sociales est donc une généralisation stéréotypée. 6. L'âge de la solitude : En raison de la domination de la technologie sur nos vies, nous devenons de moins en moins sociaux, car beaucoup d'entre nous passent du temps devant des écrans plutôt que devant des gens. Même si nous avons un accès mondial aux personnes du monde entier, nous sommes néanmoins plus seuls que jamais. Par conséquent, si nous apprenons à accepter l'isolement dans nos vies et même à l'utiliser pour notre propre bénéfice, nous pouvons surmonter « l'épidémie » contemporaine de solitude. 7. Être un solitaire ne fait pas de vous un égoïste : la solitude peut être utilisée au profit de la société. Les écrivains, les artistes, les philosophes, etc. sont tous des exemples de personnes qui utilisent la solitude pour contribuer au monde dans son ensemble. 8. Être un solitaire ne fait pas non plus de vous un perdant : Vous pouvez réussir dans n'importe quel domaine dans lequel vous êtes doué, même si vous êtes un solitaire, et le succès ne doit pas nécessairement passer par des moyens sociétaux ou normatifs, tels que le mariage, le sexe et la richesse. 9. L'autodiscipline et un style de vie plus ascétique peuvent vous rapprocher d'une liberté optimale : Le matérialisme financier a le défaut de nous rendre addictifs aux achats incessants et à la consommation, et les addictions par nature sont asservissantes. Si nous menons une vie plus saine en rendant nos vies plus ascétiques, nous pouvons devenir plus indépendants et plus résistants aux dépendances qui sont toxiques pour nous même si elles nous font nous sentir bien. Le bon sentiment que nous recevons d'eux est en fait une illusion de bien, d'où la raison pour laquelle nous les poursuivons. 10. Vivre et laisser vivre : Il n'est pas juste d'imposer vos croyances aux autres, car un tel droit n'existe pas. Les gens devraient avoir la liberté de croire en ce qu'ils veulent, car c'est la liberté la plus fondamentale que nous ayons. C'est pourquoi les technologies futures telles que l'interface cerveau-machine sont dangereuses, car nos esprits n'ont pas besoin d'être envahis ou modifiés par des forces extérieures à moins que nous ne leur donnions le plein consentement pour le faire en les convainquant. 11. La société n'est nécessaire que jusqu'à un certain point : Ne confondons pas nos passions intenses avec nos besoins. Bien que nous ayons besoin de la société pour nous aider à satisfaire nos besoins fondamentaux, une grande partie de ce que la société a à offrir est inutile pour vivre une vie de satisfaction et une vie qui a un sens et un but. 12. Nous sommes à la fois influencés et nous contrôlons nos vies : La philosophie rubinshteinique insiste largement sur l'importance de la preuve et sur le fait que la logique pure n'est pas toujours suffisante pour qu'une vérité possible soit une vérité réelle. C'est pourquoi des concepts tels que «destin» et «karma» sont largement inexistants dans la philosophie rubinshteinique. Ce que nous avons, cependant, c'est le fait que nous sommes influencés par les autres et que nous avons aussi un certain degré de contrôle sur la direction que nous donnons à notre vie.



13. L'inter-subjectivité n'est pas l'objectivité :


Il a tendance à considérer les pensées, les croyances et les opinions de la majorité comme la réalité objective. Cependant, la réalité existe au-delà de nos esprits, et une grande partie de ce que nous percevons comme de l'objectivité est en grande partie de l'inter-subjectivité, AKA, la subjectivité partagée et commune des autres.


Et enfin:



14. Le sens et l'importance sont des termes largement subjectifs :


Il n'y a pas nécessairement de grand but universel dans nos vies. Il est donc de notre responsabilité de donner un sens et de l'importance à nos propres vies en nous connaissant comme des individus distincts avec des compétences et des traits distincts. En consacrant du temps et de l'énergie à le faire, nous pouvons être des êtres plus heureux et plus épanouis sans avoir besoin d'espérer qu'une entité extérieure nous le fournisse. Nous n'avons pas non plus besoin d'avoir une seule signification, ni une seule fonctionnalité, pour le reste de nos vies.



***************************************


(Original, English)


Although ranging to 6 books, I have managed to summarize the entirety of my philosophy in one, single article, for you to enjoy and enhance your understanding of the philosophy I have to offer to the world.


Hereby is a collection of ideas and principles that so far have been expanded on a total of 7 books, 4 in my native language of Hebrew, two in English, and one that I might privately publish in a few months in English as well.

1. Independence is the key to self-actualization:

While others can help us along the way, the goal of self-actualization is to actualize oneself beyond the sphere of society; in other words, we as individuals are more than just what we think society thinks about us; we are people with different potentials that ought to be discovered through the utilization of seclusion.

There is no fault in putting your own interests above those of others, and in fact, you can still contribute to others even if you put your own interests first.

3. Society is at large centered on itself, AKA sociocentric:

This idea isn’t directed at a specific society but at the collective at large. In order for the collective to preserve itself and gain more authority over others, it encourages its members to focus primarily on themselves, as if they were the center of all existence. One way to attempt to do so is by encouraging people not to be alone, because being extensively alone means disconnecting from the grip of society. Another way it does so is by giving authority to the norms and influencing individuals to aspire to respect it, and disdain whatever is considered weird and eccentric. Thus, such beliefs limit us in the name of its influence over us.

4. Seclusion is the key to optimal freedom under realistic circumstances:

Ultimate freedom is impossible because we are always dependent on things and beings to keep us alive. The more we're alone and develop our individuality, the closer we can have some freedom from conformity.

There can be many people who prefer their own company to that of others, and some may even prefer doing so to socializing. The statement that all people are social creatures is therefore a stereotypical generalization.

6. The Age of Solitude:

Due to the dominance of technology over our lives, we are becoming less and less social because many of us spend time in front of screens instead of in front of people. Though we have global access to people, we might nonetheless be lonely. Therefore, if we learn to accept seclusion in our lives and even utilize it for our own benefit, we can overcome the contemporary "epidemic" of loneliness.

7. Being a loner doesn’t make you an egoist: Solitude can be utilized for the benefit of society. Writers, artists, philosophers, and so forth are all examples of people who utilize solitude to contribute to the world at large.

You can be successful in whatever field you’re good at even if you're a loner, and success doesn’t have to come only through societal or normative means such as marriage, sex, or wealth.

9. Self-discipline and a more ascetic lifestyle can bring you closer to optimal freedom:

Financial materialism has the fault of making us addicted to constant purchases and consumerism, and addictions by nature are enslaving. If we live a healthier lifestyle by making our lives more ascetical, we can become more independent and resilient to addictions that are toxic for us, even if they make us feel good. The good feeling we receive from them is actually a delusion of good, hence, we pursue them.

It is not right to force your beliefs on others, because such a right does not exist. People should have the freedom to believe in whatever they want, because that is the most basic freedom we have. Hence, future technology such as brain-machine interfaces is dangerous, because our minds don’t need to be invaded or altered by external forces unless we give them our full consent to do so through convincing.


11. Society is only necessary to an extent:

Let us not confuse our intense passions with our needs. While we do need society to help us fulfill our basic needs, much of what society has to offer is unnecessary in order to live a life of satisfaction and purpose.

12. We are both influenced and have control over our lives:

Rubinshteinic philosophy largely emphasizes the importance of evidence, and that pure logic is not always sufficient for a possible truth to be an actual truth. Hence why concepts such as "fate" and "karma" are largely non-existent in Rubinshteinic philosophy.

What we do have, however, is the fact that we are influenced by others and also have a degree of control over the direction of our lives. (EDIT: The idea is that karma and fate are not necessarily evident and are thus theories rather than something more concrete. I used them here under the same category because they are spiritualist in nature. The idea of logic in Rubinshteinic Philosophy is that it's insufficient by itself to reveal the truth. A good logician would not necessarily be a good physician, for example. They will need the medical expertise instead or in addition.)

13. Inter-Subjectivity is not Objectivity:

It's used to see the thoughts, beliefs, and opinions of the majority as the objective reality. However, reality exists beyond our minds, and much of what we perceive as objectivity is largely inter-subjectivity, AKA, the shared and common subjectivity of others.


And finally:

There isn’t necessarily a grand, universal purpose to our lives. It is thus our responsibility to give meaning and importance to our own lives by knowing ourselves as distinct individuals with distinct skills and traits. By dedicating time and energy to do so, we can be happier and more fulfilled beings without any need to hope for an external entity to supply it for us. We also don’t have to have just one meaning or one functionality, for the rest of our lives.

553 views1 comment

1 commento


Roland Leblanc
Roland Leblanc
06 lug 2020

About :

`... We also don’t have to have just one meaning, nor one functionality, for the rest of our lives.`...

Agreed, I personaly discovered my main purpose using numerology some time ago; but, I now have a secondary purpose that is related to the first one`...

May I explain my way of seing things: When I did get access to knowing what my purpose is or my made to do sort of thing, I was glad to have reached within this guidance that started for me this truth seeking process that is still guiding me from now on`...

My main purpose was to get aware of my radical egocentrism and my spiritual pride or arrogance that I needed to…

Mi piace

Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page