top of page

The "Wizard" and the "Sorcerer" Factions In Philosophy -- Proving Innate Philosophers Exist

Updated: Apr 17


Two terrifying conflicts

(French Translation by Mr. Roland Leblanc, below)


Ms. Tamara Moskal's Synopsis:

Philosophers can be allegorically divided into two factions: Wizards and Sorcerers. The "Wizards" are academics who mastered philosophy by studying it. The "Sorcerers" are philosophers with innate abilities to philosophize with or without a conventional education in the field. Getting an academic degree is the most respected way to become a philosopher; however, some philosophers became influential thinkers without education.
People often underestimate the natural talent to philosophize and believe a degree is needed to be an accomplished philosopher. The author's innate skills prove them wrong, as he has written hundreds of articles and books without academic schooling. Philosophy should not be limited to academia. It can and should be practiced by anybody with an affinity for logical thinking and empathy. The author is determined to become a renowned philosopher and contribute to humanity through philosophical non-academic works.

In English, or at least in role-playing games, the terms "wizard" and "sorcerer" may seem synonymous, but in fact they are very different, and that difference, I believe, should also apply to philosophy and philosophers. The Wizard is a master of their craft through their ability to study and experiment, while the power of the Sorcerer comes from their own innate skill.


I myself read mostly to research my articles, to back them up with facts and to confirm the arguements I made and make. I do not have any degrees and yet I am good at philosophizing. I therefore belong to the "sorcerer faction" in philosophy, rather to the "wizard faction", which is common to regard philosophers as belonging to.


Like with fictional sorcerers I can technically make a philosophy article out of any subject, without the necessity of reading several books about it. That's because like sorcerers, my talent to philosophize is innate, not aquired. It's part of who I am, and I would've been a philosopher by heart even if I did not took the very few philosophy courses I took at university and online.


Some of you thought I am a doctor, that I have a degree, that I am an academic lecturer. Negative. It is all mainly natural for me.


Of course, the differences between the sorcery and wizardly factions do not have to be polar opposites. In fact, people who have a natural affinity for philosophizing, like the Sorcerer has for his magic, may study it like a Wizard does, to enhance their already-existent abilities.


It is not like studying philosophy academically will make the innate philosopher lose his or her innate ability. Functionally, external study is but an improvement, and improvement does not cancel what one already has.


It is mainly a matter of whether or not you can philosophize "out of thin air", or in other words -- philosophize so naturally that people would think of you as an authority in your field, with or without your educational/academic achievements in philosophy as something to be studied.



However, what many people fail to realize, both within and outside of philosophy, is the fact that being well-versed in philosophical ideas is but one way to be a philosopher -- the way of the Wizard, the conventional way, the academic way. Those who base their philosophizing on their innate talents, like some kids naturally do, are what we can call natural philosophers, or "Sorcerers" as an allegory.


This isn't to be confused with natural philosophy, which is a specific philosophical movement that focuses on natural events, and isn't about philosophers themselves.


The more respected way to become a philosopher today is by the way of the Wizard: Through education and the continuous study of well-known philosophers, their theories, arguments, and so on. That is the orthodox way devised and conquered by academies, the only places on Earth where you can feel secure about being a philosopher -- through the degrees they give you, by remembering concepts of greater philosophers and putting them on assignments.


The irony of this is that some of these philosophers, like Socrates and David Hume, were never academic philosophers themselves. According to some research I did, there are even freelance, degreeless philosophers.


The origins of philosophy, however, are not Wizardly but stem from the Sorcerer archetype: From the innate desire to better understand the world and the universe by contemplating and asking questions. The desire to understand reality is the most innate drive for philosophizing there is.


As written before, Socrates was not academic and never wrote anything himself; his philosophership came not from academic research but from inquiring about things to the people of Athens, which is what made the Athenian court accuse him of "corrupting the youth".


What if Socrates was born today and not back then? What if he lived in an age where his original philosophizing was undermined by the "dictatorship" of the academy? What if his thoughts and theories about the world would be discarded because he didn't read books, didn't write anything himself, didn't "do his research," and so on?


And yet he is classically deemed as the founder of Western Philosophy. Where it took years for plenty to be accomplished in philosophy, for Socrates it came naturally by being "assigned by birth" to the "sorcerer" faction.



This is why the way of the "Sorcerer" in philosophy is so underrated, because people believe that having an innate skill or affinity for philosophy is insufficient. When people ask me where I have gained the material to write so many books and articles, they fail to realize the underrated power of the mind; that there are people who are more contemplative than others, and that's what essentially makes them the philosophers in the method Socrates used: by asking, researching from within, and coming up with your own answers.


The mind is a very powerful tool which, in my case, granted me my freedom from being a physical handicap. I view my mind not as something to be proud of, for the intellect isolates me from the world, but as something imperative for my survival and for my work to you, my readership. I do not take pride in being a genius. I take pride in still being able to survive after all I went through. My mind is a work tool, not an aim. My desire to survive stems not from arrogance but from wanting to work for you!


In fantasy, Sorcerers do not read books to enhance their abilities; they do not subscribe to certain schools or universities; they do not have masters of their own to teach them how to do their magic; they are simply born with the gifted potential to cast spells, like some children are born with the natural need to inquire about things; things that non-philosophic adults think of rarely, if at all.


And indeed, philosophers should be seen on a spectrum; a spectrum of natural skill and book-smarts. I myself used to read plenty of books, but since the Reaping Fatigue Era started and finished, I can no longer read books, much to my sorrow. I am, however, trying to restore my reading skills by reading articles online, that serve as research for Philosocom's material. It's why I'm nonetheless capable of sourcing my words on a very large scale -- which is going to be all of the site's material.


And if I wasn't a "sorcerer" by nature, you wouldn't even get the material you've been reading here that I wrote.


However, I don't let it break me because I know that metaphorically. My material comes mainly and innately and intuitively rather than empirically or with external research. That virtue, unfortunately often seen very negatively by those who are unaware that philosophizing is also an innate need. Anyone can become a philosopher as long as they develop that "muscle" within them. Hence why I wrote a guide on the matter.


And that "muscle" is not the sole product of well-respected institutions that grant you certificates over something you can be even without them. Those who are "sorcerers" by nature don't necessarily have to adhere to the authority of the so-called "wizard" faction, which dominates the contemporary world.


I'd like to assume that it is difficult to explain those whose skill in philosophizing is not innate, if at all, that philosophizing can come naturally. That's because the ability to understand the other side may often than not require one to search within themselves, in order to confirm what they've been told. After all that's how empathy works. However, it's quite hard to understand something someone else has, but do not have yourself.


Ultimately, logic is what makes a philosophical argument cohesive and sensible. It is the electricity of electronics, the "Ki" of monks and martial artists, and so on. Likewise, there are people who are more logical and more inquisitive than others, and that's what could eventually turn them to philosophizing -- just like Socrates did.


Some people are just more in-tune to logic, like empaths are more in-tune to the emotions around them. Logic is but the meaning, the "logos", this reality is built on. And when you show a deep understanding of it through insights that come intuitively, then you might be a "sorcerer of logic".


Philosophy should not be the sole property of the academic elite. It should be spread across the world and practiced even by the most common of people! Basic and even advanced philosophical questions should be tackled by anyone without the fear of being seen as pretentious, and being a philosopher can be an occupation as well as a hobby.


People told me I shouldn't philosophize for I am a pretentious man. Look where I am now when I resisted their words.

Let us return the original naturalness of philosophy to contemporary philosophy. Those who are unable to read books or don't get a degree like me shouldn't be excluded by the academic elite. By the same token, people who don't write philosophy, shouldn't be excluded as well. After all, it was once more Socrates who didn't even write anything. Should we discard him for not being a writer, and for being a stonemason? Would not it be a waste of potential to discard him from academic and non-academic discourse, due to these reasons alone?



Philosophy is a thing we do for love, arguably, and not for the sake of being more professional than the "common man." Likewise, philosophers shouldn't fear being wrong, for mistakes are a path to the truth.


Universities and other high-level institutions shouldn't monopolize such a basic field; people should philosophize in the convenience store, at cafes, and on the internet, just like I do. Furthermore, it deserves to be profitable because profitability is also one of the ways a field earns its relevancy in a capitalist-based world.


It is time to stop seeing philosophy professors as more respected just because they were able to afford or had the opportunity to earn degrees. I too wanted to be a philosophy professor, but it was too late for me due to the Reaping Fatigue Era of my life.


However, it will not stop me from trying to become and be seen as a philosopher just like any other philosophers, who gained their philosophership through either "sorcery" or "wizardly" means. Remember: philosophy is older than the conception of academic institutions. According to my research, the first acdemy was Plato's academy, and of course, Plato was far from being the first philosopher.


Fun fact: there is no difference between the two in Hebrew (sorcerer and wizard). If I didn't know English, this article wouldn't have been completed. Learn at least more than one language and your understanding of reality can be improved.


And yes, I've no reason to let my lack of academic expertise to stand in my way of working for humanity, and making this world a better place using my, and others', philosophical insights.



Bonus: Real-life examples of the two archetypes


Wizards:



Sorcerers:




(French translation by Mr. Roland Leblanc, here)


Les factions des «wizards» et des « sorciers » en philosophie – prouver que les philosophes qui se sont soi-même bâtis existent


Synopsis de Mme Tamara Moskal :


'' Les philosophes peuvent être allégoriquement divisés en deux factions : les   « wizards »  et les « sorciers ». Les « wizards » sont des universitaires qui ont maîtrisé la philosophie en l'étudiant. Les « Sorciers » sont des philosophes dotés de capacités innées à philosopher avec ou sans formation conventionnelle dans le domaine. Obtenir un diplôme universitaire est la manière la plus reconnue de devenir philosophe ; cependant, certains philosophes sont devenus des penseurs influents sans passer par l'école.


Les gens sous-estiment souvent le talent naturel pour philosopher et croient qu’il faut un diplôme pour être un philosophe accompli. Les compétences innées de l’auteur leur donnent tort, puisqu’il a écrit des centaines d’articles et des livres sans une  formation universitaire. La philosophie ne doit pas se limiter au monde universitaire. Il peut et doit être pratiqué par toute personne ayant une affinité pour la pensée logique et l’empathie. L'auteur est déterminé à devenir un philosophe renommé et à contribuer à l'humanité à travers des œuvres philosophiques non académiques.''


En anglais, ou du moins dans les jeux de rôle, les termes « sorcier » et « wizards » peuvent sembler synonymes, mais en fait ils sont très différents, et cette différence, je crois, devrait également s'appliquer à la philosophie et aux philosophes. Le wizard  maîtrise son métier grâce à sa capacité à étudier et à expérimenter ce qu'il a appris, tandis que le pouvoir du sorcier vient de sa propre compétence innée.



Je lis moi-même principalement pour la recherche en vue de préparer mes articles, les étayer par des faits et confirmer les arguments que j'ai avancés et que j'avance. Je n'ai aucun diplôme et pourtant je suis doué pour philosopher. J'appartiens donc à la « faction des sorciers » en philosophie, plutôt à la « faction des wizards », à laquelle il est courant de considérer les philosophes comme appartenant.


Comme avec les sorciers fictifs, je peux techniquement rédiger un article de philosophie sur n'importe quel sujet, sans avoir besoin de lire plusieurs livres à ce sujet. C'est parce que, comme les sorciers, mon talent pour philosopher est inné et non acquis. Cela fait partie de qui je suis, et j'aurais été philosophe dans l'âme même si je n'avais pas suivi de très rares cours de philosophie que j'ai suivis à l'université et en ligne.


Certains d’entre vous pensaient que j'ai un doctorat, que j’ai un diplôme, que je suis professeur universitaire. Négatif. Tout cela est essentiellement naturel chez moi.


Bien entendu, les différences entre les factions de sorciers et de wizards ne doivent pas nécessairement être en contradiction nécessairement. En fait, les personnes qui ont une affinité naturelle pour philosopher, comme le sorcier pour sa magie, peuvent l'étudier comme le fait un wizard, pour améliorer leurs capacités déjà existantes.


Ce n’est pas comme si étudier la philosophie de manière académique ferait perdre au philosophe inné ses capacités innées. Sur le plan fonctionnel, l'étude externe n'est qu'une amélioration, et l'amélioration n'annule pas ce que l'on possède déjà.


Il s'agit principalement de savoir si vous pouvez ou non philosopher "à partir de rien", ou en d'autres termes, philosopher si naturellement que les gens penseront à vous comme une autorité dans votre domaine, avec ou sans vos réalisations académiques dans ce domaine. la philosophie comme quelque chose à étudier.


Philosopher est une compétence, et pas seulement un domaine d’étude.


Cependant, ce que beaucoup de gens ne réalisent pas, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la philosophie, c'est le fait qu'être bien versé dans les idées philosophiques n'est qu'une des façons d'être philosophe - la voie du wizard, la voie conventionnelle, la voie académique. . Ceux qui fondent leur philosophie sur leurs talents innés, comme le font naturellement certains enfants, sont ce que nous pouvons appeler des philosophes naturels, ou des « sorciers » comme allégorie.


Cela ne doit pas être confondu avec la philosophie naturelle, qui est un mouvement philosophique spécifique qui se concentre sur les événements naturels et ne concerne pas les philosophes eux-mêmes.


La manière la plus reconnue de devenir philosophe aujourd'hui est de suivre la voie du wizard : grâce à l'éducation et à l'étude continue de philosophes bien connus, de leurs théories, de leurs arguments, etc. C'est la voie orthodoxe conçue et conquise par les académies, les seuls endroits sur Terre où vous pouvez vous sentir en sécurité dans votre statut de philosophe - grâce aux diplômes qu'elles vous délivrent, en vous souvenant des concepts de grands philosophes et en les appliquant dans des travaux.


L’ironie de la situation est que certains de ces philosophes, comme Socrate et David Hume, n’ont jamais été eux-mêmes des philosophes universitaires. D’après certaines recherches que j’ai effectuées, il existe même des philosophes indépendants et sans diplôme.


Les origines de la philosophie ne sont cependant pas du type wizard mais proviennent de l'archétype du sorcier : du désir inné de mieux comprendre le monde et l'univers en contemplant et en se posant des questions. Le désir de comprendre la réalité est la motivation la plus innée pour philosopher.


Comme nous l’avons écrit précédemment, Socrate n’était pas un universitaire et n’a jamais rien écrit lui-même ; sa philosophie ne vient pas de recherches universitaires mais de recherches auprès des habitants d'Athènes, ce qui a poussé la cour athénienne à l'accuser de « corrompre la jeunesse ».


Et si Socrate était né aujourd’hui et pas à l’époque ? Et s’il vivait à une époque où sa philosophie originale était minée par la « dictature » de l’académie ? Et si ses pensées et ses théories sur le monde étaient rejetées parce qu’il ne lit pas de livres, n’écrit rien lui-même, n’a pas « fait ses recherches », etc. ?


Et pourtant, il est classiquement considéré comme le fondateur de la philosophie occidentale. Alors qu'il a fallu des années pour que beaucoup de choses soient accomplies en philosophie, pour Socrate, cela s'est produit naturellement en étant « assigné de naissance » à la faction des « sorciers ».


C’est pourquoi la voie du « Sorcier » en philosophie est si sous-estimée, car les gens croient qu’avoir une compétence innée ou une affinité pour la philosophie est insuffisant. Quand les gens me demandent où j’ai trouvé le matériel nécessaire pour écrire autant de livres et d’articles, ils ne réalisent pas le pouvoir sous-estimé de l’esprit ; qu'il y a des gens qui sont plus contemplatifs que d'autres, et c'est ce qui fait essentiellement d'eux les philosophes de la méthode utilisée par Socrate : en posant des questions, en recherchant de l'intérieur et en trouvant ses propres réponses.


L'esprit est un outil très puissant qui, dans mon cas, m'a permis de me libérer d'un handicap physique. Je considère mon esprit non pas comme quelque chose dont je dois être fier, car l'intellect m'isole du monde, mais comme quelque chose d'impératif pour ma survie et pour mon travail auprès de vous, mes lecteurs. Je ne m'orgueillis pas d'être génial. Je suis fier de pouvoir encore survivre après tout ce que j'ai enduré. Mon esprit est un outil de travail, pas un objectif. Mon désir de survivre ne vient pas de l’arrogance mais du désir de travailler pour vous !


Dans la série Fantasy, les sorciers ne lisent pas de livres pour améliorer leurs capacités ; ils ne sont pas abonnés à certaines écoles ou universités ; ils n'ont pas leurs propres maîtres pour leur apprendre à faire de la magie ; ils naissent simplement avec le potentiel doué de lancer des sorts, comme certains enfants naissent avec le besoin naturel de se questionner sur des choses ; des choses auxquelles les adultes non philosophes pensent rarement, voire pas du tout.


Et en effet, les philosophes doivent être considérés sur un spectre ; un éventail de compétences naturelles et d’intelligence littéraire. J'avais moi-même l'habitude de lire beaucoup de livres, mais depuis que j'ai vécu la période de fatigue chronique, je ne peux plus lire de livres, à mon grand regret. J'essaie cependant de restaurer mes capacités de lecture en lisant des articles en ligne, qui servent de base de recherche pour le matériel de Philosocom. C'est pourquoi je suis néanmoins capable de trouver les bons mots à très grande échelle, pour ce qui sera tout le matériel du site.


Et si je n’étais pas un « sorcier » par nature, vous n’auriez même pas accès aux documents que vous lisez ici et que j’ai écrits.


Cependant, je ne me laisse pas briser parce que je le sais métaphoriquement. Mon matériel vient principalement de manière innée et intuitive plutôt que de manière empirique ou issue de recherches externes. Une vertu malheureusement souvent perçue de manière très négative par ceux qui ignorent que philosopher est aussi un besoin inné. N’importe qui peut devenir philosophe à condition de développer ce « muscle » en lui. C'est pourquoi j'ai écrit un guide à ce sujet.


Et ce « muscle » n’est pas le seul produit d’institutions très respectées qui vous accordent des certificats sur quelque chose que vous pouvez être même sans eux. Ceux qui sont des « sorciers » par nature ne doivent pas nécessairement adhérer à l’autorité de la faction dite des « wizards », qui domine le monde contemporain.


J'aimerais supposer qu'il est difficile d'expliquer à ceux dont le talent pour philosopher n'est pas inné, voire pas du tout, que philosopher peut venir naturellement. En effet, la capacité de comprendre l’autre partie nécessite souvent de chercher en soi, afin de confirmer ce qu’on lui a dit. Après tout, c’est ainsi que fonctionne l’empathie. Cependant, il est assez difficile de comprendre quelque chose que quelqu'un d'autre possède, mais que vous ne possédez pas.


En fin de compte, la logique est ce qui rend un argument philosophique cohérent et sensé. C'est l'électricité de l'électronique, le « Ki » des moines et des arts martiaux, etc. De même, il y a des gens qui sont plus logiques et plus curieux que d’autres, et c’est ce qui pourrait éventuellement les inciter à philosopher – tout comme l’a fait Socrate.


Certaines personnes sont simplement plus sensibles à la logique, tout comme les empathes sont plus sensibles aux émotions qui les entourent. La logique n’est que le sens, le « logos », sur lequel cette réalité est construite. Et lorsque vous en montrez une profonde compréhension grâce à des idées qui vous viennent intuitivement, alors vous pourriez être un « sorcier de la logique ».


La philosophie ne doit pas être la propriété exclusive de l’élite académique. Elle devrait être répandue à travers le monde et pratiquée même par les gens les plus ordinaires ! Les questions philosophiques fondamentales et même avancées devraient être abordées par chacun sans crainte d’être perçu comme prétentieux, et être philosophe peut être une occupation aussi bien qu’un passe-temps.


Les gens m'ont dit que je ne devais pas philosopher car je suis perçu comme un homme prétentieux. Regardez où j'en suis maintenant lorsque j'ai résisté à leurs dires.


Rendons à la philosophie contemporaine le naturel originel de la philosophie. Ceux qui ne sont pas capables de lire des livres ou d' obtenir de diplôme comme moi ne devrait pas être exclu par l'élite académique. De la même manière, les personnes qui n’écrivent pas de philosophie ne devraient pas non plus être exclues. Après tout, c'est encore une fois Socrate qui n'a même rien écrit. Devons-nous le rejeter parce qu’il n’est pas écrivain et qu’il était tailleur de pierre ? Ne serait-ce pas un gaspillage de potentiel que de l’écarter du discours académique et non académique, pour ces seules raisons ?


La philosophie est sans doute une chose que nous faisons par amour, et non dans le but d’être plus professionnel que « l’homme ordinaire ». De même, les philosophes ne devraient pas craindre de se tromper, car les erreurs sont un chemin vers la vérité.


Les universités et autres institutions de haut niveau ne devraient pas monopoliser un domaine aussi fondamental ; les gens devraient philosopher dans les endrits publics, dans les cafés et sur Internet, tout comme moi. En outre, cela mérite d’être rentable, car la rentabilité est également l’un des moyens par lesquels un domaine gagne en reconnaissance dans un monde capitaliste.


Il est temps de cesser de considérer les professeurs de philosophie comme plus respectables simplement parce qu’ils ont les moyens financiers ou ont eu la possibilité d’obtenir des diplômes. Moi aussi, je voulais devenir professeur de philosophie, mais ça a été trop tard pour moi à cause de la période de fatigue chronique que j'ai vécue.


Cependant, cela ne m'empêchera pas d'essayer de devenir et d'être considéré comme un philosophe comme n'importe quel autre philosophe, qui a acquis sa philosophie par la « voie du wizard  » ou par la voie des « sorciers ». Rappelez-vous : la philosophie est plus ancienne que la conception des institutions académiques. D'après mes recherches, la première académie était l'académie de Platon, et bien sûr, Platon était loin d'être le premier philosophe.


Fait amusant : il n’y a aucune différence entre les deux en hébreu (sorcier et magicien). Si je ne connaissais pas l'anglais, cet article n'aurait pas été pertinent. Apprenez au moins plus d’une langue et votre compréhension de la réalité peut être améliorée.


Et oui, je n'ai aucune raison de laisser mon manque d'expertise académique entraver ma façon de travailler pour l'humanité et de rendre ce monde meilleur en utilisant mes idées philosophiques et celles des autres.


Donc Vive Philosocom.


Bonus : exemples réels des deux archétypes


Wizards :


Platon : Fondateur de l'Académie, l'une des premières institutions d'enseignement supérieur du monde occidental. Concentré sur l'étude et la construction des idées de son professeur, Socrate.


Aristote : Un autre élève de Socrate qui a rassemblé une grande quantité de connaissances sur divers sujets et créé un système philosophique complexe basé sur la logique et la raison.


Emmanuel Kant : philosophe allemand très influent connu pour ses critiques de la raison et son exploration de l'éthique et de la métaphysique. Il a étudié attentivement les travaux des philosophes précédents.


Karl Marx : A développé une théorie sociale, politique et économique basée sur le matérialisme historique. A étudié intensivement la philosophie et l'économie en tant que membre du groupe de disciples connu sous le nom de Jeunes Hégéaliens, apprentis de Georg Wilhelm Hegel.


Confucius : philosophe chinois qui a souligné l'importance de la moralité, de l'ordre social et des relations personnelles. Il a fondé l’école de pensée vénérée connue sous le nom de confucianisme, une philosophie sociale et morale. Une grande partie de l’éducation chinoise à travers l’histoire s’est développée grâce à lui.


Soren Kierkegaard : philosophe danois qui s'est concentré sur la subjectivité individuelle et l'anxiété existentielle. Surnommé « le père de l’existentialisme ». Connu pour ses idées originales et souvent paradoxales qui remettaient en question les normes philosophiques établies. Docteur en théologie.



Sorciers :


Sitting Bull : Un chef spirituel amérindien et chef de tribu. Ses citations de sagesse sont son héritage philosophique à l'humanité.


Laozi : Le mystérieux fondateur de la philosophie taoïste. Sa vie est entourée de mystère et il n’a aucune éducation formelle connue. Une grande partie de sa sagesse doit donc venir de quelque part.


Blaise Pascal : Autodidacte mathématique et mathématicien, ce génie a été principalement scolarisé à la maison, et pourtant il a beaucoup contribué, par exemple: La première calculatrice à être utilisée pratiquement.

396 views2 comments

2 comentarios


Ed Evans
Ed Evans
19 abr

Thanks for exploring philosophy and philosophers, academic and otherwise. I'm interested, too, in your host. Who do you use to host your site? Also, if you would allow me to, I would place your article on YouTube. It would be on my "Green Information" channel, which is not well-traveled. I will remember your allegories. 

Me gusta
Contestando a

Thank you. I use WIX as the site's host. Feel free to place it on Youtube as long as you provide a backlink back to this article, thank you. I may visit your channel later on.

Me gusta

Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page