top of page

How to Become a Philosopher -- Philosophy as Art and Science

Updated: Feb 22

A man siting lonely on  water surfaces

(French translation by Mr. Roland Leblanc. English Below)


Comment devenir philosophe – La philosophie comme art et science


******************************* (Cet article pourrait également vous intéresser) (Pour plus de matériel de méta-philosophie, voici quelques articles : https://www.philosocom.com/post/a-short-guide-to-philosophy


**************************** La philosophie est une branche unique dans les arts et les sciences humaines, non seulement parce qu’elle a commencé comme une science, mais aussi parce qu’elle peut aujourd’hui être considérée à la fois comme une science et un art. En tant que science, c'est une méthode permettant de trouver la vérité via un raisonnement logique, et en tant qu'art, c'est une compétence qui peut être maîtrisée ; une compétence appelée '' philosopher''. Ce que je trouve formidable dans la philosophie, c’est que n’importe qui peut devenir philosophe à condition d’être prêt à consacrer une grande partie de son temps à réfléchir et à contempler les aspects les plus profonds de l’existence. Contrairement à d’autres domaines, vous n’avez pas besoin d’un diplôme ou d’un quelconque certificat pour devenir philosophe.



Il n'est même pas nécessaire d'aller à l'université pour être bon en philosophie. Tout ce dont vous avez besoin c'est de votre esprit, de votre temps et de votre rationalité. De ce point de vue, quiconque est capable de réfléchir profondément peut devenir philosophe, car la philosophie est simplement ceci : réfléchir profondément sur des choses profondes afin de trouver ou de révéler les vérités cachées de cette existence. C'est là que la philosophie est divisée en deux tendances : l'étude du travail des autres et le développement de votre propre méthode/travail en tant que philosophe. Lorsque la première façon est appliquée, vous augmentez simplement votre éducation sur quelque chose qui ne vous appartient pas, mais lorsqu'il s'agit de la seconde façon, c'est quelque chose que vous devez développer soit par vous-même, soit à travers des discussions avec d'autres. La philosophie ne concerne pas nécessairement ce qui est objectif et ce qui est subjectif ; il s’agit uniquement de la vérité, quelle que soit sa nature. Les vérités n'ont pas besoin d'être universelles pour exister en tant que vérités, et les « vérités subjectives » restent néanmoins des choses qui pourraient s'appliquer à plus d'une personne, ce qui n'en fait pas complètement une œuvre de « fiction » ou ce quelque chose qui pourrait être appliqué à plus d'une personne. n'a aucun rapport avec son existence. En outre, en raison du nombre de philosophes qui parviennent à des conclusions différentes, il est déjà difficile de définir objectivement ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, même si c’est le but même de la philosophie. Peu importe à quel point les vérités que vous découvrez touchent les autres et la réalité, tous les philosophes ne seront pas d'accord avec vous, et ce n'est pas grave. En fait, c’est ainsi que la philosophie s’exprime en tant que science. Comme la science, la philosophie n’est ni parfaite ni « ultime ». Elle est en croissance constante, en développement continuel, et pour que ce processus continue, il doit y avoir des controverses et du scepticisme, simplement parce que ces valeurs encouragent une réflexion plus approfondie et, par conséquent, un développement ultérieur du matériel en question, tel qu'il est structuré par d'autres philosophes. Ce que la philosophie n'est pas, c'est une religion. La religion peut être décrite comme une philosophie théiste, comme je l'ai mentionné dans un article sur la religion, mais en tant que science, la philosophie ne consiste pas à adopter des axiomes ou à accepter des principes qui dépassent notre compréhension. Les idéologies ou les opinions ne sont que des théories, si l’on considère la philosophie comme une science. Leur subjectivité n'a pas d'importance. Ce qui compte, c’est leur capacité à mieux comprendre la réalité. Si vous croyez en Dieu et qu’on vous dit que « Dieu agit de manière mystérieuse », si vous êtes un vrai philosophe, cette réponse ne vous satisfera pas. Théoriquement, la religion consiste à accepter ce que l'on ne sait pas, tandis que le philosophe est insatisfaite du fait qu'elle ne sait pas. Parce qu'il y a de l'incertitude dans la religion, le mot « foi » est utilisé pour remplacer le mot « ne pas savoir avec certitude ». Le philosophe n'est pas fidèle, car il recherche la connaissance et la vérité, et non la foi et donc, à acquérir une certaine confiance sur des choses dont il n'est pas sûr. Ils cherchent à voir au-delà de la croyance, de l'opinion, car elles peuvent aveugler. Encore une fois, ce ne sont que des théories. Tout ce dont vous avez besoin pour être philosophe est d'être un être humain rationnel, conscient des erreurs logiques, une personne curieuse, prête à critiquer publiquement et être un penseur original. Que signifie être un « penseur original » ? Après tout, nous sommes tous des « penseurs » parce que nous pensons tous. Mais quand on est philosophe, on ne se contente pas de penser ; on réfléchit profondément, et par profondément, je veux dire que nous sommes réellement assis (ou debout) et que nous nous posons consciemment des questions sur des sujets que nous ne nous poserions pas autrement. La philosophie est, en gros, l’art d’être profond et la science permettant d’atteindre la vérité en étant un penseur très profond. Vous devez proposer des idées, mentionner les problèmes des systèmes existants, éliminer les erreurs logiques, et ainsi de suite. S'il y a quelque chose que je vous recommande d'étudier en tant que philosophe, ce sont au moins quelques erreurs de logique qui sont censées légitimer l'acceptation généralisée des choses. Lorsque vous êtes philosophe, vous prenez conscience que la logique est quelque chose qui s’enseigne et que différentes personnes ont des capacités logiques différentes.

Puisque la logique est la force principale de la philosophie, vous devez vous efforcer de devenir la personne la plus logique possible et de détecter les erreurs lorsque vous étudiez la réalité.


J'ai moi-même suivi un cours en ligne sur les erreurs logiques. Si nous devons utiliser une analogie, la pensée logique d’un philosophe est comme le mana ou la magie d’un sorcier. C'est la force vitale que vous utilisez pour créer des arguments, des théories et des idées sur cette existence, et moins vous en avez, plus ces arguments, théories et idées seront instables et risqueront d'être facilement transformés en mensonges par d'autres philosophes.



Je terminerai (bientôt) cet article en disant ceci : un philosophe n’est pas un être supérieur. Socrate, le père de la philosophie occidentale, était un tailleur de pierre, et Diogène, l'un des philosophes grecs, était un excentrique sans abri qui se moquait du désir de conquête d'Alexandre le Grand comme condition de son bonheur. Si nous devons utiliser l'analogie que j'ai utilisée dans le paragraphe précédent, un philosophe est un « sorcier », mais pas du genre à pouvoir nécessairement plier le monde à sa volonté ; c'est une personne intellectuellement orientée qui utilise la logique pour ses « sorts », ces « sorts » étant philosophiques.


J'espère avoir été clair, car il n'y a pas nécessairement de côté divin dans le fait d'être philosophe, surtout si vous choisissez la voie physicaliste et croyez que tout ce qui existe vraiment doit être matériel. Quand certaines personnes pensent à un philosophe, elles pensent à quelqu'un qui vient d'un autre monde, alors que la philosophie consiste à en savoir plus sur CE monde, pas nécessairement sur d'autres « mondes ». Les gens choisissent donc de devenir philosophes pour étendre leur connaissance de l’existence et s’éloigner de l’ignorance.


Une autre remarque, si vous le voulez bien : il n'y a aucune garantie que vous serez un bon philosophe ou que vous réussirez. Tout comme rien ne garantit que vous serez un bon musicien populaire. C'est là qu'intervient l'art : l'art d'être une personne plus rationnelle, comme moyen de mieux comprendre l'existence, en utilisant son esprit comme source principale d'information, de critique et d'innovation intellectuelle (réfléchir à de nouvelles idées et possibilités).


Qui est philosophe ? Ce sont des penseurs profonds, et la profondeur est quelque chose qui nécessite des compétences. Une fois cette compétence acquise et perfectionnée, on peut utiliser sa réflexion profonde comme méthode pour comprendre les choses mieux que les autres, sans nécessairement les rendre meilleures ou « plus sacrées » que les autres.


C’est la partie scientifique de la philosophie – la partie où vous utilisez votre cerveau comme méthode pour atteindre et rechercher la vérité. Au-delà de cela, j'en ai bien peur, la philosophie contemporaine a été dépouillée de la nature scientifique qu'elle avait autrefois et est donc en grande partie un sujet de sciences humaines.

***********************


(English, original)


(You might be interested in this article, as well)

(For more meta-philosophy material, here are some articles:


***********************


Philosophy is a unique branch in the arts and humanities not only because it originally started as a science but also because nowadays it can be considered both a science and an art. As a science, it is a method for finding truth via logical reasoning, and as an art, it is a skill that can be mastered; a skill called philosophizing.


What I find great about philosophy is that anyone can become a philosopher as long as they are willing to devote much of their time to thinking about and contemplating the deeper aspects of existence. Unlike other fields, you don't need a degree or any kind of certificate in order to become a philosopher.


You don't even have to attend university in order to be good at philosophy. All you need is your mind, your time, and your rationality. From this perspective, anyone who is capable of deep thinking can become a philosopher, as philosophy is simply this: deep thinking about deep stuff in order to find or reveal the hidden truths of this existence.


That is where philosophy is split into two parts: the study of others' work, and the development of your own work as a philosopher. When the first is applied, you simply increase your education about something that isn't yours, but when it comes to the second half, it is something that you must develop either on your own or through discussions with others.


Philosophy isn't necessarily about what is objective and what is subjective; it is only about the truth, regardless of its nature. Truths don't have to be universal in order to exist as truths, and "subjective truths" are nonetheless still things that could be applied to more than one person, thus making it not completely a work of "fiction", or of something that has no relevance to its existence.


Besides, due to how many philosophers reach different conclusions, it is already hard to objectively define what is true and what is not, even though that is the very purpose of philosophy. Regardless of how much the truths you find touch others and reality, not all philosophers will agree with you, and that's okay.


In fact, that's how philosophy is expressed as a science. Like science, philosophy isn't perfect or "ultimate". It is ever-growing, ever-developing, and in order for this process to continue, there must be controversy, and skepticism, simply because these values encourage further thinking and, thus, further development of the material at hand, as layered down by other philosophers.


What philosophy isn't, is a religion. Religion can be described as theistic philosophy, as I mentioned in an article about religion, but as a science, philosophy isn't about axioms or accepting principles that are beyond our understanding. Ideologies or opinions are just theories, if we regard philosophy to be a science. Their subjectivity does not matter. What matters is their potential to better understand reality.


If you happen to believe in God and you are told that "God works in mysterious ways", if you are a true philosopher, that answer will not satisfy you. Theoretically, religion is about embracing what one doesn't know, while the philosopher is discontent, with the fact that they do not know. Because there is uncertainty in religion, there is the word "faith" as a substitute for not knowing for sure. The philosopher is not faithful, for he seeks knowledge and truth, not faith and confidence about things that are not known to them for certain. They seek to see beyond the belief, the opinion, as they can blind. Again, these are just theories.


All you need to be a philosopher is a rational human being who is aware of logical fallacies, is an inquisitive person, is willing to publicly criticize, and be an original thinker. What does it mean to be an "original thinker"? After all, we're all "thinkers" because we all think.


When you are a philosopher, however, you do not just think; you think deeply, and by deeply, I mean that you actually sit (or stand) and consciously ask yourself questions about subjects you wouldn't otherwise ask yourself. Philosophy is, pretty much, the art of being deep and the science of reaching truth by being a very deep thinker.

You need to come up with ideas, mention problems in existing systems, point out logical fallacies, and so on. If there's something I recommend for you to study as a philosopher, it's at least some fallacies in logic that allegedly grant legitimacy for things to be widely accepted. When you are a philosopher, you become aware that logic is something to be taught and that different people have different capacities for logic.


Since logic is the main force of philosophy, you must strive to become the most logical person you can be and detect fallacies on the go as you study reality.


I myself took a course online on logical fallacies. If we are to use an analogy, a philosopher's logical thinking is like a wizard's mana, or magic. It is the lifeforce you use to create arguments, theories, and ideas about this existence, and the less of it you have, the more unstable those arguments, theories, and ideas will be in terms of being easily brought into falsehood by other philosophers.


I will (soon) end this article by saying this: a philosopher is not a higher being. Socrates, the father of Western philosophy, was a stonemason, and Diogenes, one of the Greek philosophers, was a homeless eccentric who laughed at Alexander the Great's desire for conquest as the condition of his happiness. If we are to use the analogy I used in the previous paragraph, a philosopher is a "wizard", but not the kind that can necessarily bend the world to his or her will; they are an intellectually oriented person who uses logic for their "spells", with these "spells" being philosophizing.


I hope I made it clear, because there isn't necessarily any divinity in being a philosopher, especially if you choose the physicalist path and believe that everything that truly exists must be material. When some people think of a philosopher, they think of someone who is otherworldly, while philosophy is all about knowing more about THIS world, not other "worlds" necessarily. People choose to become philosophers, therefore, to extend their knowledge of existence and be one step away from ignorance.


Another note, if you will: There is no guarantee that you'll be a good or successful philosopher. Just as there is no justification for you to be a good and popular musician. That's where the art comes in -- the art of being a more rational person, as a way to better understand existence, using your mind as the primary source of information, criticism, and intellectual innovation (thinking about new insights and possibilities).


Who is a philosopher? They are deep thinkers, and depth is something that requires skill. Once that skill has been attained and honed, one can use their deep thinking as a method to understand things better than other people, without necessarily making them better or "holier" than other people.


This is the scientific part of philosophy -- the part when you use your brain as a method for attaining and seeking truth. Beyond that, I'm afraid, contemporary philosophy has been stripped of the scientific nature it once had, and thus is largely a topic of the humanities.

232 views0 comments

Commentaires


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page