top of page

"The Epicurean Smoker": Exploring Hedonism

Updated: Feb 11



(French translation by Mr. Roland Leblanc. English Below)


Le fumeur épicurien » : exploration de l'hédonisme Épicure était un ancien philosophe grec qui semble être faussement identifié à l'hédonisme moderne (une variante contemporaine). Parce qu'il croyait que nous devrions tous rechercher la joie, et la joie, avec la sérénité, lui semblaient être une valeur suprême de la philosophie et de la vie en général. Cependant, la confusion réside lorsque sa philosophie ne considère pas toute joie comme vertueuse. Manger trop, par exemple, alors qu'il s'agit d'une activité amusante, peut être malsain et, par conséquent, n'avoir aucune vertu en ce qui concerne le fait d'être "bon". De plus, manger sans modération peut entraîner des complications qui ne seront pas forcément amusantes (du fait que c'est malsain). "L'hédonisme moderne", d'autre part, manque de cette retenue morale. Il cherche à avoir du plaisir avec peu ou pas de considération pour les conséquences qui peuvent sensuivre. C'est parce que pour l'hédoniste plus contemporain, la joie est digne quelle que soit la cause de sa source, ce qui peut être nocif.

Epicure a affirmé qu'il n'y a rien de mal en soi à la joie. La revendication se réfère au sentiment lui-même et non à toutes les joies. Ainsi, il n'y a peut-être pas de désespoir nécessaire dans la philosophie épicurienne, car la philosophie épicurienne combine la joie avec la vertu, et bien sûr, la vertu fait également référence à l'éthique, car être moral est nécessairement une vertu. Ainsi, nous pouvons dire qu'Épicure s'est efforcé de gagner de la joie de manière éthique, ou d'une manière qui ne causerait pas nécessairement de tort au chercheur de joie, aux autres et en raison du plaisir obtenu. Après tout, quel mal y a-t-il à la joie morale ? dans la joie qui n'a pas seulement été gagnée physiquement mais aussi moralement, et qui peut apporter un plus grand bénéfice de ce fait? Ce n'est pas la moralité qui a un coût, comme avec une épée à double tranchant, mais c'est celle qui recherche le bien général, y compris un bon sentiment. Selon cette logique, un fumeur, un accro au jeu, etc., ne sont pas des épicuriens dans leur philosophie, même s'ils peuvent le prétendre. C'est parce qu'il existe des sources de plaisir nocives. Ce que j'appelle "l'hédonisme des temps modernes", ou "l'hédonisme contemporain", est très désespérant, car l'hédoniste contemporain peut avoir peu de considération pour le mal qu'il peut causer à lui-même ou au monde. Ils choisiraient la joie pour elle-même, à cause d'idées telles que "On ne vit qu'une fois" et "Le plaisir est le sens de la vie". Comment cela se fait-il? Fumer peut raccourcir l'espérance de vie; une dépendance au jeu peut ruiner des familles ; peut-être que certains d'entre vous peuvent témoigner à ce sujet? C'est pourquoi il y a du désespoir dans une poursuite hédoniste qui n'est pas nécessairement de nature épicurienne : ceux qui fument échangent essentiellement une partie de leur durée de vie, ils devront donc profiter d'une cigarette, d'un cigare, etc. Ne diriez-vous pas qu'un tel marché est non seulement mortel, mais désespérant ? Vaut-il la peine de vivre potentiellement moins pour profiter davantage ? (Je me fiche de "ne vivre qu'une seule fois"(On n’a qu’une vie à vivre). Je n'ai aucune envie de raccourcir ma durée de vie, alors j'évite de fumer comme une cheminée. Cette expérience, pour moi, n’en vaudrait pas la peine.) Ainsi, un « fumeur épicurien », par exemple, serait par définition un oxymore : un terme qui se contredit, comme le froid et le chaud, ou quelque chose qui est doux-amer (au moins dans le goût). Un hédoniste moral ne cherchera pas à se faire du mal, même à lui-même, si le mal n'a aucun avantage. Avez-vous vu ce que j'ai fait tout à l'heure ? Un épicurien est un hédoniste moral, mais ce n'est qu'un type d'hédonisme moral. Par conséquent, tout hédonisme moral n'est pas un hédonisme épicurien. C'est parce que l'épicurien n'aime aucun mal, et d'autre part, la prémisse que tout mal n'est pas bénéfique est une généralisation avec laquelle tout le monde ne sera pas d'accord. Moi, par exemple, je ne suis pas d'accord avec Epicure. Je pense que certains dommages peuvent être bénéfiques si, par exemple, on peut en tirer des leçons. Les erreurs peuvent être nuisibles, n'est-ce pas ? Si nous apprenons d'eux et nous nous améliorons en conséquence, pourquoi ne pas les considérer comme bénéfiques ? Ils sont bien plus dignes que les erreurs qui ne sont pas apprises. Il existe également d'autres types de mal qui peuvent être bons, comme le mal qui rend plus fort ou plus résilient. L'exercice n'est pas toujours amusant, n'est-ce pas ? Mais quel que soit le plaisir, cela peut certainement rendre plus fort le corps, l'esprit ou les deux. Avant cet état de fatigue, j'avais réussi à traverser entièrement à pied la ville israélienne connue sous le nom de Bat Yam. J'y ai consacré toute la journée et suis également revenu à pied. Me suis-je amusé ? Pas entièrement. J'étais très fatigué, mais je me suis forcé à surmonter, surtout quand j'étais sur le chemin du retour, afin de renforcer mon mental. Résister à ma propre faiblesse de volonté et apporter ma propre "volonté" m'a aidé à renforcer mon esprit, comme on peut s'y attendre d'un homme ascétique. Oui, le bénéfice physique n'est plus là, du fait que je me suis beaucoup, beaucoup affaibli (aujourd'hui j'utilise une canne), mais résister au désir de plaisir de mon esprit semblait l'avoir développé en une plus grande résilience. Par conséquent, je suis en désaccord avec l'hédonisme et, par conséquent, en désaccord avec la philosophie d'Épicure sur la question. Le mal... ne doit pas être complètement évité. Comment est-on censé lire des livres si notre désir de joie compromet cette fonction ? Rappel : Philosocom est un compromis dû au fait que les livres sont moins lus qu'avant la révolution du numérique et des smartphones — l'’’ internetisation’’ des contenus », comme j'aime à l'appeler. Je n'écrirai peut-être plus jamais de livres.


**********************


(English, original)


Epicurus was an ancient Greek philosopher who appears to be falsely identified with modern-day hedonism (a contemporary variant). Because he believed that we should all seek joy, and joy, along with serenity, seemed to him to be a top value in philosophy and life in general. However, the confusion lies when his philosophy does not see all joy as virtuous. Eating too much, for example, while a fun activity, can be unhealthy, and thus, have no virtue in regard to being "good." Also, eating without moderation can cause complications that won't necessarily be fun (due to the fact that it's unhealthy).

"Modern-day hedonism," on the other hand, lacks this moral restraint. It seeks to have pleasure with little or no regard to the consequences that may follow. That's because to the more-contemporary hedonist, joy is worthy regardless of what its source will cause, which may be harmful.

Epicurus asserted that there's nothing inherently wrong with joy. The claim refers to the feeling itself and not to every joy. Thus, there may be no necessary desperation in Epicurean philosophy, as Epicurean philosophy combines joy with virtue, and of course, virtue also refers to ethics, since being moral is necessarily a virtue.

Thus, we can say that Epicurus strived to gain joy ethically, or in ways that would not necessarily bring harm to the joy-seeker, to others, and as a result of the pleasure gained. After all, what harm is there, in moral joy? in joy that was not only gained physically but also morally, and can bring greater benefit from that nature? It isn't morality that comes with a cost, like with a double-edged sword, but it's one that seeks overall good, including, a good feeling.

By that logic, a smoker, a gambling addict, and so on, are not Epicureans in their philosophy, even if they may claim they are. That's because of the fact that there are harmful sources of fun. What I call "modern-day hedonism", or "contemporary hedonism", is a very desperate one, because the contemporary hedonist may have little regard for the harm that he or she may cause to themselves or to the world. They would choose joy for its own sake, because of ideas such as "You only live once" and "Fun is the meaning of life".

How come? Smoking can shorten one's lifespan; a gambling addiction can ruin families; perhaps some of you can testify on the matter? This is why there is desperation in a hedonistic pursuit that isn't necessarily Epicurean in nature: Those who smoke basically trade some of their lifespan, so they will have to enjoy a cigarette, a cigar, and so on. Wouldn't you say that such a bargain is not only deadly, but desperate? Is it worth it to potentially live less in order to enjoy more?

(I do not care that I "only live once." I have no desire to shorten my lifespan, so I avoid smoking like fire. The experience, to me, doesn't worth the sacrifice.)

Thus, an "Epicurean Smoker," for instance, would be a walking definition of an oxymoron: a term that contradicts itself, like a warm cold, or something that is bittersweet (at least in taste). A moral hedonist will not seek to cause harm, even to himself, if the harm has no benefit.

Did you see what I did just now? An Epicurean is a moral hedonist, but it's only a type of moral hedonism. Therefore, not every moral hedonism is Epicurean hedonism. That's because the Epicurean does not like any harm, and on the other hand, the premise that every harm is not beneficial is a generalization that not all will agree with.

I, for example, disagree with Epicurus. I think some harm can be beneficial if, for instance, one can learn from it. Mistakes might be harmful, correct? If we learn from them and improve as a result, why not see them as beneficial? They're far worthier than mistakes that go unlearned.

There are also other types of harm that can be good, such as harm that makes one stronger or more resilient. Exercise isn't always fun, correct? But regardless of fun, it can definitely make one stronger in the body, mind, or both.

Before this fatigued condition, I'd managed to entirely cross, the Israeli city known as Bat Yam by foot. I devoted the entire day to it and also returned by foot. Did I have fun? Not entirely. I was very tired, but I forced myself to resume, especially when I was on the way back, in order to strengthen my mentality. Resisting my own willpower, and bringing a "willpower" of my own, helped me make my mind stronger, as expected from an ascetic man.

Yes, the physical benefit is no longer there, due to the fact that I've grown far, far weaker (nowadays I use a cane), but resisting my mind's desire for pleasure seemed to have developed it into greater resilience. Hence, I disagree with hedonism and, thus, disagree with Epicurus' philosophy on the matter.

Harm... should not be completely avoided. How is one expected to read books if their desire for joy, compromises this function? Remember: Philosocom is a compromise due to the fact that books are less read than before the digital and smartphone revolutions — the "internetization of content," as I like to call it. I might never write books again.

67 views0 comments

Comments


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page