top of page

Why We Need to Doubt Ourselves (And How To Approach It Effectively)

Updated: Jun 1

A robotic being.

(French translation by Mr. Roland Leblanc. English version, below)


Pourquoi nous devons douter de nous-mêmes (et comment l’aborder efficacement)


Synopsis de Mme Tamara Moskal:


''La critique nous permet de discerner la vérité et le mensonge et constitue la base de la recherche de connaissances philosophiques. La force psychologique est essentielle au développement personnel, conduisant à une sensibilité moindre et à moins de souffrance. Nous devrions critiquer les hypothèses formulées par nos émotions et aller chercher des évidences. La recherche de faits est également utile en tant qu’opportunité d’apprentissage pour la croissance personnelle.''

Dans Critique envers la pensée anti-critique


La critique est le moyen de dissiper tout doute. On ne peut mettre en doute quoique ce soit ou quiconque que ce soit sans juger de leur prétendue valeur, qu'elle soit réellement prétentieuse ou vraie. La philosophie nous enseigne que nous devons fréquemment critiquer sur la base de la recherche de connaissances. Et en effet, l’un des rôles de la critique est de nous permettre de discerner entre le vrai et le faux. Après tout, une hypothèse peut être trop erronée pour être considérée comme correcte, après un examen plus approfondi. Par conséquent, au nom de la recherche de la vérité, nous devons être prêts à critiquer autant que possible.


Et le but de la recherche de la vérité a un côté pratique : agir et planifier conformément à elle.


Le problème, cependant, survient lorsque certains d’entre nous peuvent considérer la critique comme « une attaque » soit contre les choses auxquelles ils accordent de la valeur, soit contre eux-mêmes. Lorsqu’ils établissent cet attachement malsain entre eux-mêmes et leurs valeurs et croyances, les critiquer les ferait par extension se sentir « attaqués » ou menacés.


En conséquence, lorsque quelqu’un est obligé d’utiliser des idées fausses telles que le « Whataboutisme », nous pouvons réaliser qu’il ne se sent pas suffisamment en sécurité pour que ses croyances ou lui-même soit critiqués. En tant que tel, cela peut servir de '' feu rouge'', une indication qu’ils pourraient ne pas être aptes à philosopher.


Ils pourraient ne pas avoir la sécurité psychologique nécessaire pour se permettre d'être critiqués, ainsi que leurs valeurs, même s'ils prétendent être solides. Malheureusement pour eux, la ténacité n'est pas nécessairement une situation en noir ou en blanc, et les traits nécessaires peuvent également être possédés que partiellement, pas nécessairement dans leur intégralité.


Il est assez difficile de philosopher avec quelqu’un qui non seulement considère un argument comme une accusation, mais qui ne fait pas non plus grand-chose pour servir son propre contre-argument. En tant que tel, dans le créneau de la philosophie, une sensibilité élevée est une faiblesse lorsqu’elle vous empêche d’argumenter raisonnablement, en vous sentant soit attaqué, soit accusé.



Nous ne devons pas considérer l’autre camp comme une menace pour nous. Cependant, cela ne sera possible que lorsque nous serons suffisamment forts psychologiquement pour écarter rapidement la fausse impression d’être menacé. Pour être aussi fort, mieux vaut ne pas considérer si vite toute critique comme une attaque ou une insulte. Nous devons plutôt critiquer cette impression et remettre en question sa véracité.


Les débats logiques ne dégénèrent pas si rapidement en combats houleux, car l’une ou les deux parties sont suffisamment fortes pour ne pas considérer les gens comme une menace, surtout s’il n’y a aucune menace réelle (C'est à dire, une menace pour votre vie, par exemple). Toutefois, cela nécessite la coopération de toutes les parties impliquées dans cet échange d’idées.


En refusant de critiquer nos propres fausses impressions, nous favorisons une culture où la solidité des arguments  est négligée au nom de la douceur. Cependant, en réalité, la ténacité, bien que difficile à atteindre, est importante pour notre prospérité dans la vie et pour une plus grande expansion de notre potentiel en tant qu’individus et membres d’organisations/communautés.


Devenir plus solides est aussi la façon dont nous pouvons vraiment ne pas être blessés par le monde, sans avoir à recourir à la menace d'autrui simplement parce que nous nous sentons nous-mêmes menacés. Au nom d’une plus grande harmonie avec ce monde, être solide est l’une de mes principales priorités en matière de développement personnel. Je pense également que les gens souffriront moins grâce à leur sensibilité qui diminura progressivement. Je n’ai plus envie que les gens souffrent à cause de mes faiblesses... Ce que je peux résoudre ou du moins réduire.


Et la réduction de la souffrance générale pourrait servir de raison pour considérer une faiblesse comme partiellement en dehors des standards de la société, alors que la force intérieure devient une vertu à nourrir et à célébrer.


Évidemment, en refusant de critiquer ce que nos sens et nos pensées nous disent, nous pouvons être portés à occasionner de nombreux malentendus, causés par une trop grande confiance dans nos émotions en tant que sources d'information absolument crédibles. Au lieu de cela, nous pouvons considérer toutes les données/impressions que nous recevons comme une opportunité d’approfondir nos recherches, d’apprendre réellement.


Au lieu de considérer les données que nous recevons comme des faits, nous pouvons plutôt les considérer comme une hypothèse, méritant d’être remise en question au nom de la vérité.


Exemple de cas : la panne de Facebook en mars 2024


Le 5 mars 2024, les plateformes Facebook (et Meta en général) se sont effondrées pendant plusieurs heures. Cet événement pourrait en théorie affecter certains groupes, catégories sociales et individus, de manière intéressante :


Les Israéliens pourraient penser qu’une organisation terroriste a piraté Facebook.


Les Américains pourraient penser que des escrocs chinois ont piraté leurs comptes.


Les personnes qui souffrent de paranoïa ou d'une mentalité de victime pourraient penser qu'elles ont été spécifiquement piratés alors que d'autres ne l'ont pas été.


Les personnes souffrant d’anxiété pourraient croire qu’elles ne pourront plus se connecter à leur compte.


Le problème avec ces hypothèses ne survient que lorsque nous refusons de les utiliser comme opportunités pour réellement savoir ce qui se passe et/ou pourquoi. Si nous n’avons pas la volonté nécessaire pour douter de nous-mêmes, nous ne trouverons pas nécessairement la vérité. En réalité, de telles pannes, bien que peu fréquentes, se sont également produites en 2021 pour la même raison de « problèmes techniques/de réseau » ce qui est également le cas en 2024.


Les points essentiels


Sans une remise en question appropriée de nos croyances, elles restent des croyances jusqu'à preuve du contraire. Comparez cela à l’idée de « innocent jusqu’à preuve du contraire ». La charge de la preuve incombe à vous, en tant que personne intriguée par cette croyance, et également en tant que personne susceptible de pouvoir mettre cette croyance à l'épreuve.


Sinon, pourquoi considérerions-nous une croyance comme un fait ? À cause de notre confiance ? Notre confiance n’est pas une preuve valable. La vérification des faits est la clé pour rassembler des preuves, car nous n’avons pas la capacité de vérifier par nos émotions ressenties qui confirmeraient nos croyances.


Pour l’archétype universel de l’homme d’affaires, tout peut être considéré comme une opportunité d’investissement. Pas nécessairement exclusivement en fonds, mais aussi en temps et en efforts, utilisés pour produire des résultats utiles d'une manière ou d'une autre. Lorsque nous pouvons considérer n’importe quelle hypothèse comme une opportunité d’apprentissage dans laquelle investir des ressources, nous pouvons utiliser n’importe quelle hypothèse comme une opportunité de grandir et de devenir plus informé.



Entretenir une culture studieuse (méticuleuse) est donc la clé pour douter de tout et de n’importe qui, non pas comme quelque chose qui nous menace, mais comme une opportunité d’amélioration et de transformation à être plus sages. Lorsque nous considérons la critique comme une menace, nous nous privons de la croissance de nos connaissances.


Et tout l’intérêt de la philosophie, en premier lieu, est de développer nos connaissances.


Faisons-le tous, non seulement pour en savoir plus, mais aussi pour nous sentir plus en sécurité auprès de ceux qui ne menacent pas vraiment nos vies et ne doivent pas menacer notre bien-être. Il suffit dans un premier temps de se remettre en question.


Vive Philosocom.

**********************************

(English version, here)


Why We Need to Doubt Ourselves (and How to Address It Effectively)


Ms. Tamara Moskal's Synopsis:

Criticism allows us to discern truth and falsehood and is the basis for philosophical knowledge-seeking. Psychological toughness is vital to self-development, leading to lower sensitivity and less suffering. We should criticize assumptions made by our emotions and investigate evidence. Fact-seeking is also helpful as a learning opportunity for personal growth. 

In Criticism Towards Anti-Critical Thought


Criticizing is the means of all doubt. You cannot doubt anything or anyone without judgeing their pretended value, whether actually pretentious or true. Philosophy teaches us that we need to criticize frequently on the basis of knowledge-seeking. And indeed, one of the roles of criticism is to allow us to discern between truth and falsehood. After all, an assumption might be too flawed to be deemed as correct, upon further examination. Therefore, in the name of seeking the truth, we must be willing to criticize as much as possible.


And the purpose of seeking the truth is a practical one: To act and plan in accordance to it.


The problem, however, arrives when some of us may regard criticism as "an attack" on either the things they value or on themselves. When they make this unhealthy attachment between themselves and their values and beliefs, criticizng them would by extension make them feel "attacked" or threatened.


When someone, as a result, is compelled to use fallacies such as whataboutism, we can realize that they are not secure enough have their beliefs or themselves criticized. As such this can serve as a red light, an indication, that they might not be suitable for philosophizing.


They might lack the psychological safety to allow themselves and their values to be criticized, even if they would claim that they are tough. Unfortunately for them, toughness isn't necessarily a black-or-white situation, and traits can be possessed partially as well, not necessarily by their entirety.



It is quite hard to philosophize with someone who not only regards an arguement as an accusation, but also does not do much to serve a counter-arguement of their own. As such, in the niche of philosophy, high sensitivity is a weakness when it distracts you from arguing reasonably, by feeling either attacked or accused.


We need not to see the other side as a threat on us. However, that would only be done once we become psychologically strong enough to quickly dismiss the false impression of being under a threat. To be as strong as that, we better not regard any criticism as an attack or insult so quickly. Instead, we need to criticize that impression and question its truthfulness.


Logical debates do not spiral into heated fights so quickly because either one or the two sides are strong enough to not regard people as a threat, especially if there is no actual threat being present (AKA, one towards your life, for example). However, that requires the cooperation of all sides involved in this exchange of ideas.


By refusing to criticize our own false impressions, we enable a culture where toughness is overlooked in the name of softness. In reality, however, toughness, while hard to attain, is imperative for our prosperity in life, and for the greater expansion of their potential as both individuals and members of organizations/communities.


Becoming tougher is also how we can really not be hurt by the world, without having to resort to threat others just because we ourselves feel threatened. In the name of greater harmony with this world, being tough is one of my top priorities when it comes to self-development. I also believe people would suffer less as a result of my gradually-reducing sensitivity. I have no longer a desire for people to suffer over weaknesses I can solve or at least reduce.


And reduction of general suffering could serve as a reason to regard a weakness partially immoral, where inner strength is a virtue to nurture and celebrate.


Obviously, by refusing to criticize what our senses and thoughts tell us, we can be quick to make much misunderstandings, caused by relying too much on our emotions as absolute credible sources of information. Instead, we can see any data/impression we receive as an opportunity to further investigate, to actually learn.


Instead of regarding any data we receive as fact, we can instead regard it as an hypothesis, deserving to be questioned in the name of the truth.


Case Example: The March 2024 Facebook Outage


On the 5th of March, 2024, Facebook's (And Meta's Platforms in general) collapsed for several hours. This event could in theory affect certain groups, social categories, and individuals, in interesting ways:


  • Israelis could think a terrorist organization has hacked facebook.

  • Americans might think Chinese hackers have breached their accounts.

  • People who suffer from paranoia or a victim's mentality might think they were specifically hacked while others weren't.

  • People suffering from anxiety might believe they won't be able to log in to their accounts again.


The problem with these assumption only occurs when we refuse to use them as opportunities to actually learn what's going on and/or why. Shoud we lack the necessary willpower to doubt ourselves, we won't necessarily realize the truth. In reality, outages such as these, while not occuring often, also happened in 2021 due to the similar reason of "technical/networking issue/s" that was also the cause in 2024.


The Core Points


Without proper questioning of our beliefs, they remain beliefs until proven otherwise. Compare this to the idea of "innocent until proven guilty". The burden of proof lies on you, as the one intrigued by the belief, and also as one who might have the ability to put said belief to the test.


Otherwise, why else would we regard a belief as fact? Because of our confidence? Our confidence is not proper evidence. Fact-checking is the key to gather evidence, not having the capacity to feel emotions which confirm our beliefs.


To the universal businessman's archetype, anything can be regarded as an investment opportunity. Not necessarily of funds exclusively but also of time and effort, used to yield useful results in one way or another. When we can regard any assumption as a learning opportunity to invest resources to, we can use any assumption as an opportunity to grow and become more knowledgeable.



Nurturing a studious culture is therefore key to doubting anything and anyone, not as something that threatened us, but as an opportunity for improvement and transformation into wiser beings. When we regard criticism as a threat, we deny ourselves the growth of our knowledge.


And the whole point of philosophy, in the first place, is to grow our knoweldge.


Let us all do so, not only to learn more, but to actually feel more secure around those who don't really threat our lives, and don't have to threat our wellbeing. All it takes initally is to question ourselves.


85 views0 comments

Comentarios


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

image.jpg
bottom of page