top of page

The Rubinshtein Clan Philosophy

Updated: Feb 18


A star of David.

(French translation by Mr. Roland Leblanc. English Below)


(Remarque : il s'agit d'un article remanié, donc certaines données peuvent ne pas être à jour. Veuillez faire attention à la date de l'article. Il s'agit de la version originale).


(Remarque : un clan est une famille élargie)


**************************************


Nous, le clan Rubinshtein, n’avons pas de philosophie spécifique qui nous définit. Cependant, nous sommes néanmoins des personnes partageant les mêmes idées, auprès desquelles j’ai spontanément appris des leçons de vie.


Nous n’avons jamais vraiment été des gens d’intérêt, pour ainsi dire. Je fais exception à cette règle, car je souhaite contribuer beaucoup plus publiquement, tout comme j'essaie de le faire maintenant.


Je veux montrer l'exemple ! Et mon propre exemple a été donné par l’éducation. Pas l’éducation publique, qui est très défectueuse. Mais par l’honnêteté de ceux qui s’en soucient au-delà des intérêts monétaires.

L’une des leçons que j’ai apprises est celle de ma matriarche, qui m’a demandé de promettre d’abandonner un certain problème de nature violente. Étant un homme de parole, j'ai fini par l'abandonner et elle a dit qu'elle était fière de moi. De là, j'ai appris à être un homme et non un adulte resté enfant. En d’autres termes, si je fais une promesse, il est de mon devoir moral d’en assurer la réalisation. En cas d'échec, je m'excuserais pour mon échec, quelle que soit la manière dont il sera traité. Je ne dois pas rompre les promesses que je fais, sinon ma crédibilité en tant qu'être serait diminuée, ce qui rendrait difficile la coopération avec moi.


Nous, les Rubinshtein, sommes des gens en quête de paix qui ne veulent pas de conflits inutiles dans la vie. Nous ne le faisons jamais volontairement ou de tout cœur parce que nous préférons être gentils et polis. Chaque fois que j’entre en conflit avec d’autres, j’essaie de faire en sorte que cela se termine le plus rapidement possible. Quel est l’avantage de perdre du temps et de l’énergie dans des conflits qui ne sont pas susceptibles de nous aider d’une manière ou d’une autre ? Nous ne sommes pas intéressés à être en « guerre » avec les autres. Nous préférons plutôt travailler et consacrer du temps à nos loisirs.


Prendre soin est une ressource humaine très importante. Tout le monde ne le reçoit pas, et tout le monde ne prend même pas la peine d’envisager de se dévouer pour les autres. Ainsi, chaque fois que quelqu’un se soucie de moi, je ne fais jamais preuve d’ingratitude. Je sais que les membres de ma famille ont pris la peine de se soucier beaucoup de moi, donc je ne vois aucune raison de dévaloriser l'attention qu'ils m'accordent. Je peux les critiquer, mais je ne minimise jamais le fait qu’on m’a montré de l’attention.


Avant que les confinements dus au COVID-19 ne gâchent nos réunions de famille, tout le clan assistait aux réunions de famille d’aussi loin que je me souvienne. Ce furent des expériences éducatives pour moi, que cela me plaise ou non. Parfois j’aimais et parfois non. Je n'ai pas apprécié parce que je n'étais pas prêt encore à les apprécier, mais cela a été corrigé grâce à l'éducation que j'ai reçue d'eux.


Refuser d’assister à ces rassemblements aurait été perçu comme quelque chose de négatif. Pas nécessairement méchant. Quelque chose d'irrespectueux, digne de désapprobation. Il aurait fallu s'excuser auprès de ceux qui ont pris la peine d'organiser les événements. Auprès de ceux qui ont pris la peine de venir. Cela a toujours été fait sur une base volontaire.


L’ingratitude est de très mauvais goût. Beaucoup de gens sont ingrats. Je ne le fais pas, même envers ceux que je déteste ou que j'ai détestés. Ces rassemblements ont été pour moi des cérémonies éducatives, où j'ai appris à respecter mes aînés et à éviter de dire des choses de mauvais goût. Dans un sens, il s’agissait de simulations de la vie publique que je mène aujourd’hui en tant que personnalité publique et comme philosophe. Ils m’ont aidé à éviter de nombreuses erreurs regrettables jusqu’à présent.


Ainsi, j'ai assisté aux rassemblements même lorsque je ne le voulais pas. Faire des choses indépendamment de mes désirs est en fait quelque chose que j'ai appris à apprécier en grandissant. Quand, enfant, je disais à mes grands-parents que les réunions étaient « trop ennuyeuses », on m'a appris à m'excuser pour le manque de respect. Excusez-vous, agissez avec maturité et soyez reconnaissant pour l’invitation.

Linconvenance mérite une mise au point qui apporte un correctif pour ceux qui la méritent. En tout cas pour le Patriarche et la Matriarche de mon Clan. Car j'aurais pu être rejeté s'ils avaient manqué de compassion. Ils n’en ont jamais manqué et m’ont pardonné sur le coup.


En grandissant, j'ai réalisé que je ne devais pas juger les autres selon les normes dans lesquelles j'avais grandi, sinon je serais très déçu. D’autres n’ont pas la moralité qu’on m’a donnée. Ils peuvent préférer agir de manière plus imprudente, sans se soucier des autres, tout cela parce qu’ils en ont envie. Ainsi, au fil du temps, j’ai rencontré déception après déception. Je n’ai jamais eu besoin de juger les autres comme s’ils étaient membres de mon clan. Je devais réduire mes attentes autant que possible.


J’ai été élevé pour être avant tout un être moral. Être poli, respectueux et éviter de se moquer des autres publiquement. Aujourd’hui encore, je considère la moquerie comme un acte dépravé. Et la dépravation morale doit être évitée à tout prix, surtout en public. Se rabaisser ausi bas est infantile et donc en dessous de l’homme ou de la femme moral.


On m'a appris à regarder les personnes moralement dépravées avec une grande honte. Et bien sûr, éviter d’en être une, moi-même. En tant qu'étudiant, je regardais ceux qui se faisaient régulièrement réprimander par leurs professeurs et je vivais dans le souci constant d'éviter d'être comme eux. Ainsi, j'ai voulu exceller dans mes études, non pas pour acquérir la connaissance, mais par respect et par moralité.

Même sur les réseaux sociaux, je ne me moque jamais intentionnellement de qui que ce soit. Jamais. Car cela est honteux non seulement pour eux, mais aussi pour moi. Car l’arrogance intentionnelle est un acte honteux. Je suis conscient que je suis parfois perçu comme arrogant. En toute honnêteté, j’en ai honte et je ne sais pas comment y remédier. De toute façon, c'est hors de mon contrôle, car la perception est subjective pour celui qui l'a. Si je fais preuve de dignité envers les autres, je suis censé être respecté également, au moins de manière minimale. C’est ainsi que j’ai largement développé une communauté respectueuse sur Facebook par exemple. En dehors de ces lecteurs, on se moque rarement de moi. Je pense que c'est d’essayer de traiter les autres comme j'aimerais être traité moi-même, voilà ce qui convient.

Je suis fier d'être un Rubinshtein, et non à cause de personnalités spécifiques de mes ancêtres. Personne dans ma lignée n’était trop important pour qu’on se souvienne de lui. Je suis fier d'être Rubinshtein en raison de l'éducation morale que j'ai reçue de mon clan : une éducation qui promeut la paix, la compassion et le respect mutuel. En fait, une grande partie de ma propre philosophie rubinshteinique découle de mon éducation. J'ai peut-être changé mon nom de Tom à Tomasio, mais je ne changerai jamais mon nom de famille. Je le respecte trop pour envisager de le faire sérieusement. C'est trop déplaisant de trahir ceux-là mêmes qui m'ont amené dans cette vie. Et en effet, je pense qu’une famille/un clan qui fonctionne est l’une des choses les plus importantes dans ce monde. Des gens en qui vous pouvez avoir confiance. Des gens avec qui vous pouvez vous sentir en sécurité. Je pense que changer un prénom, c'est bien. Pas autant que lorsqu’il s’agit de votre propre nom de famille, à moins que vous n’ayez pas de famille ou que vous souhaitiez vous en éloigner. Certaines familles peuvent être très violentes et négligentes. D’autres souhaitent recommencer. Et bien sûr, les femmes changent de nom de famille lors du mariage en raison de la tradition. C'est une exception car ils ne coupent pas forcément les liens avec leur famille d'origine, en se mariant. Je suis aujourd’hui le seul homme de mon clan qui peut perpétuer le nom et la lignée Rubinshtein en même temps. Cependant, je ne suis pas doué avec les enfants, mais je suis conscient qu'ils sont nécessaires à la survie de notre espèce. Heureusement, la loi ne nous oblige pas à les avoir. Je vais... y réfléchir, dans un avenir lointain. Et tout comme ma matriarche et mon patriarche me tolèrent tel que je suis, je m'efforce également de tolérer les autres. Ce n'est que justice. Le monde n’est peut-être pas tout le temps juste. Cependant, je m'en fiche, étant donné que je peux choisir d'être l'être moral que je souhaite être. Il est vrai que je peux parfois échouer, mais l’échec n’entraîne pas nécessairement la défaite. Mon patriarche était toujours heureux de me voir lorsque je leur rendais visite. Son existence m'a appris la valeur morale et pratique de la discrétion. Je ne fournirai donc plus de données sur lui au-delà de ce qui suit. Je suis toujours heureux de son approche généreuse envers tous ses invités, y compris moi et ses nombreux autres petits-enfants. Alors si je vous héberge, chers lecteurs, sur la propriété privée qu'est Philosocom, j'essaierai de le faire comme mon Patriarche l'a fait. Car je suis le patriarche de mon héritage. J'ai également développé ma propre philosophie d'hébergement en général. Si ce n'était pas si fatigant pour moi de voyager de mon ermitage à leur domicile, et si j'avais pu conduire, j'aurais été heureux de reprendre nos réunions. Je chérirai à jamais la sagesse de mon clan. Je suppose que le seul défaut de la philosophie de mon clan vient du fait que les mêmes valeurs sont traitées différemment par différentes personnes. Nous avons tous des interprétations différentes de l’honneur, de la tolérance, etc. Nous les valorisons plus que la plupart des gens. Ce n’est peut-être pas aussi universel qu’on pourrait le croire. C’est pourquoi je considère la moquerie publique comme une honte, alors qu’elle constitue la norme pour d’innombrables personnes dans le monde. Peu importe à quel point un antagoniste est irrespectueux, je ne m’abaisserai jamais à son niveau. Je n’en tirerais aucun bénéfice. Et peu importe que notre monde soit très antisocial. Cela peut engendrer une sociopathie. Je refuse d'agir comme beaucoup le font, non pas parce que je pense que je suis meilleur qu'eux. C'est parce que la moralité est bien plus importante pour moi que la conformité. Je n’ai aucune envie de me conformer à des normes moralement dépravées alors que je peux créer les miennes, influencées par ma famille. Confucius m'inspire. Et chaque fois que je parle de mes propres vengeances, ce n'est qu'un autre terme pour rectifier. Pour restaurer l'honneur. Gardez cela à l'esprit, s'il vous plaît. Les erreurs sont rachetées par des actes de rectification, comme s'excuser, prouver à quelqu'un qu'il a tort ou apprendre à éviter ces erreurs. J'ai été élevé pour m'opposer à la violence physique et, en tant que telle, mes vengeances pourraient tout aussi bien ne jamais être physiques. Et en tant que tel, je ne mettrai jamais la main sur les membres de ma famille ou sur les enfants. Je suis meilleur que ça, comme j’ai été élevé pour l’être. En résumé, la philosophie de ma famille est celle du respect mutuel, de la compassion, de l'empathie et de la paix. Ce sont les mêmes valeurs que j'ai acquises et que je souhaite préserver dans ma vie. C'est pourquoi je suis fier d'être un Rubinshtein. Notre nom européen m’importe peu. Vive le clan Rubinshtein. Le clan qui a fait de moi la personne morale que je suis. J'aurais aimé que d'autres soient comme ça aussi. Cependant, tout ce que je peux faire, c'est transmettre la sagesse de l'éducation de mon clan. Transmettez cette sagesse aussi, et j'espère que le plus grand nombre de personnes possible apprendront ce que j'ai appris. Et j'apprécie l'éducation que j'ai reçue de ma famille, elle est plus importante que celle que j'ai reçue dans l'enseignement public.


**************************************

(English, original)


(Note: This is a revamped article, so some data might not be up to date. Please pay attention to the date of the article. It's the original release).


(Note: A clan is an extended family)


***************************************

We, the Rubinshtein Clan, do not have a specific philosophy that defines us. However, we are nonetheless very like-minded people, from whom I have learned life lessons spontaneously.


We were never really people of interest, so to speak. I am an exception to that rule, for I desire to contribute far more publicly, just as I attempt to do now.


I want to lead by example! And my own example was given by education. Not the public education, which is very flawed. But by the honesty of those who care beyond monetary interest.


One of the lessons I learned was from my Matriarch, who asked me to promise to let go of a certain issue that was violent in nature. Being a man of my word, I eventually let go of it, and she said that she was proud of me. From this I learned how to be a man, and not an overgrown boy. In other words, if I make a promise, it's my moral duty to ensure its completion. Should I fail, I would apologize for my failure, regardless of how it will be treated. I must not break the promises I make, or my credibility as a being would be decreased, which would make it hard to cooperate with me.


We, the Rubinshteins, are peace-seeking people who do not want wasteful conflict in life. We never do it voluntarily or wholeheartedly because we prefer to be nice and polite. Whenever I get into conflict with others, I try to make sure it ends as quickly as possible. Where's the benefit in wasting time and energies over conflicts that aren't likely to help us in any way? It is therefore beyond our interests to be at "wars" with others. We prefer to work and to spend time in leisure, instead.


Caring is a very important human resource. Not everyone recieves it, and not everyone even bothers to consider "spending" it for others. So, whenever someones shows care to me, I never display ungratefulness. I know my family members bothered to care a lot for me, so I see no reason to devalue the attention they put for me. I may criticize them, but never minimize the fact that I was shown care.


Before the COVID-19 lockdowns ruined our family gatherings, the whole clan attended family meetings as far back as I can remember. They were educative experiences for me, whether I liked them or not. I sometimes liked and sometimes didn't. Didn't, because I was too naive to appreciate them, but that was rectified with the education I recieved from them.


Refusing to attend these gatherings would be seen as something negative. Not evil. Something disrespectful, worthy of condemnation. Worthy to apologize for, to those who bothered to arrange the events. To those who bothered to come. These always were done voluntarily.


Ungratefulness is in very poor taste. Many people have those. I do not, even to those I hate or hated. These gatherings were educative ceremonies for me, where I learned how to respect my elders and avoid saying things in poor taste. In a sense, they were simulations for the public life I now lead as a public figure and philosopher. They helped me avoid many regrettable mistakes thus far.


So, I attended the gatherings even when I didn't want to. Doing things regardless of desire is actually something I grew to appreciate as I matured. When, as a child, I told my grandparents that the meetings were "too boring", I was taught to apologize for the disrespect. Apologize, and act maturely, and be grateful for the invitation.


Improperty deserves retrification to those who deserve it. Surely, to the Patriarch and Matriarch of my Clan. For I could've been rejected if they lacked the compassion. They never lacked it, and forgave me at the time.


As I grew up I realized I should not judge other people in accordance to the standards I was raised in, or else I would be very dissapointed. Other people lack the morality I was given. They may prefer to act more recklessly, with little regard to other people, all because they feel like it. So, as time went by, I met disappointment after disappointment. I never needed to judge other people as if they were my clan members. I needed to lower my expectations as much as possible.


I was raised to be a moral being, first and foremost. To be polite, to be respectful, and avoid mocking others publicly. To this day, I view mockery as a depraved act. And moral depravity is to avoided at all costs, especially in public. Stooping too low is infantile, and thus, below the moral man or woman.


I was taught to look at the morally depraved with great shame. And of course, avoid being one, myself. As a student I looked at those who were regularly yelled at by the teachers, and lived under the constant concern that I might be like them as well. Thus, I excelled my studies, not in the name of knowledge but in the name of morality and respect.


Even on social media, I never mock anyone intentionally. Never. For that is not only disgraceful for them, but for myself, as well. For intentional arrogance is a shameful act.


I am aware I am percieved at times as arrogant. In all honesty I feel shamed of it, and do not know how to rectify this. It's beyond my control, anyways, as perception is subjective to the perciever.


If I show dignity to others, I am expected to be respected as well, at least minimally. That is how I largely developed a honorful community on Facebook, for example. Outside of these readers, I am rarely mocked. I think this is only fair, to try and treat others like you would like to be treated myself.



I am proud to be a Rubinshtein, not due to specific personalities in my ancestry. No one in my lineage was too important to be widely remembered. I'm proud to be a Rubinshtein because of the moral education I received from my clan: an education that promotes peacefulness, compassion, and mutual respect. In fact, much of my own Rubinshteinic philosophy stems from my upbringing.


I might've changed my name from Tom to Tomasio, but I will never change my surname. I dignify it too much to even consider doing so seriously.


It is too distastful to betray the very people that brought me into this life. And indeed, I think that a functioning family/clan, is one of the most important things in this world. People whom you can trust. People whom you can feel safety with.


I think that changing a first name is fine. Not as much as when it comes to your own surname, unless you do not have a family of your own, or wish to estrange yourself from them. Some families can be very abusive and neglecting. Others wish to start anew. And of course, women change their surname in marriage due to tradition. It's an exception because they do not necessarily cut ties with their original family, by marrying.


I am the only man in my clan today who can carry on the Rubinshtein name and bloodline at the same time. However, I am not good with children, but I am aware they are necessary for the survival of our species. Fortunately, we do not have by law to have them. I will... consider it, in the far future.


And just like my Matriarch and Patriarch tolerate me for who I am, I strive to tolerate others, as well. It is only fair. The world might not be fair. I, however, don't care, given that I can choose to be the moral being I wish to be.


True, I may fail sometimes, but failure does not have to result in defeat.


My Patriarch was always happy to see me when I used to visit them. His existance taught me the moral and practical value of being discreet. So, I will not provide anymore data on him beyond the following. I am still happy of his generous approach towards all his guests, including me and his many other grandchildren.


So if I host you, dear readers, on the private property that is Philosocom, I will try doing so like my Patriarch did. For I am the Patriarch of my legacy. I also developed my own hosting philosophy in general.


If it wasn't so tiring for me to travel from my hermitage to their home, and if I was able to drive, I would have been glad to resume our gatherings. I will forever cherish the wisdom of my Clan.


I guess the only flaw of my Clan's philosophy stems from the fact that the same values are treated differently by different people. We all have different interpretations of honor, tolerance and so on. We value them in higher regard than most people.


It might not be as universal as it may be seen. Hence why I view public mockery as a disgrace, while it is the norms for countless people worldwide. No matter how much disrespectful an antagonist is, I will never stoop down to their level. I would gain no benefit from this.


And I do not care that the our world is very anti-social. It can breed sociopathy. I refuse to act like many do, not because I think I'm better than them. It's because morality is far more important to me, than conformity. I have no desire to conform to morally depraved norms when I can create my own, influenced by my family. Confucious inspires me.


And whenever I dicuss about my own vengeances, it's only another term for rectifying. For restoring honor. Take that in mind, please. Mistakes are redeemed through acts of rectification, like when apologizing, proving someone wrong, or learning to avoid said mistakes. I was risen to antagonize physical violance, and as such, my vengeances might as well never be physical. And as such, I will never lay my hands on family members or children. I am better than that, as I was raised to be.


In summary, my family's philosophy is that of mutual respect, compassion, empathy, and peacefulness. These are the same values I've gained and wish to preserve in my life. That's why I'm proud to be a Rubinshtein. Our European name matters little to me.


Long live the Rubinshtein Clan. The Clan that made me the moral person I am today. I wish others would've been like that, as well. However, all I can do is impart the wisdom of my clan's education. Impart, and hope that as many people as possible will learn what I learned.


And I value the education I recieved from family, as more important than the one I recieved in public education.

129 views0 comments

Comments


Tomasio A. Rubinshtein, Philosocom's Founder & Writer

I am a philosopher from Israel, author of several books in 2 languages, and Quora's Top Writer of the year 2018. I'm also a semi-hermit who has decided to dedicate his life to writing and sharing my articles across the globe. Several podcasts on me, as well as a radio interview, have been made since my career as a writer. More information about me can be found here.

צילום מסך 2023-11-02 202752.png
bottom of page